17/10/2013

16-2) Notre existence a-t-elle un sens? 16-2) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens"


Notre existence a-t-elle un sens? 16-2) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens" 

partie 2: Science et sens, raison et religion

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

 

Exergue: "Par opposition au scientisme dominant de la fin du XIXè siècle, on voit aujourd'hui de nombreux scientifiques, forts de ces nouvelles hypothèses ou de ces nouvelles théories, orienter le science vers un autre ordre de réalité, considéré désormais non plus comme concurrent, mais comme complémentaire de son domaine." Jean-Marie Pelt

 "Nous pouvons renoncer à la vision mécaniste du Monde. la métaphysique de l'objet est périmée. A nouveau et avec joie, nous pouvons poser en toute légitimité la question de l'être." Bernard d'Espagnat

wikipedia.org -Esprit quantique 

"L'esprit quantique est une hypothèse qui suggère que des phénomènes quantiques, tels l'intrication et la superposition d'états, sont impliqués dans le fonctionnements du cerveau et en particulier, dans l'émergence de la conscience." (hypothèse soutenue par Roger PenroseStuart HameroffKarl H. Pribram et Henry Stapp). 

 

Nous sommes parvenus au terme de l'ouvrage de jean staune"Notre existence a-t-elle un sens?"Ma lecture de l'ouvrage nous a fait traverser les sciences de la matière, de l'Univers, de la vie, de la conscience et même la logique et les mathématiques. Ce voyage a été fait avec un minimum de préjugés philosophiques et religieux en partant des faits qui semblent importants pour la question "l'Univers et notre existence ont-ils un sens et s'inscrivent-ils dans un projet quelconque?". Que pouvons-nous conclure après avoir vu de très nombreuses interprétations de ces faits et analysé les principales positions en dégageant celles qui semblent les plus crédibles? Nous avons vu dans la première partie de cet article 16-1) que lXXè siècle a vécu en science un événement rare: un changement de paradigme avec l'émergence d'un nouveau paradigme (voir aussi l'article 4) Vers de nouvelles lumières). Ce qui s'est passé est inégalé depuis 500 ans, depuis le passage du monde magique du Moyen-Âge à celui de la modernité, via la Renaissance et a eu une influence sur tous les domaines de la connaissance. Reprenons la liste des bouleversements décrits au chapitre 1) de l'article 16-1) et regardons les conséquences sur le matérialisme ou du moins celui qui prétend s'appuyer l'objectivité qu'apporte la démarche scientifique.

 

1) L'Hiroshima du matérialisme scientifique (voir complément 15c).

blogouvertsuractu.com -Hiroshima mon amour!

L'affirmation classique "tout est matière" n'a plus de sens sur le plan scientifique. Il suffit de se référer aux articles 6-1 et 6-2 ("Vers un réalisme non-physique") pour vérifier que les fondements des objets se sont en quelque sorte dissous. Banesh Hoffmann ami d'Einstein et auteur de l'étrange histoire des quanta, a écrit que les protons, les électrons ne sont pas localisés dans l'espace et le temps (même quand ils constituent des objets qui, eux, sont localisés!) et peuvent passer à travers les murs. De plus, la réalité est non-locale et si on veut être réaliste, il semble qu'il faille postuler avec Bernard d'Espagnat un "réalisme non physique" de type platonicien (voir les articles 6-1 et 6-2). 
- Alors que durant plusieurs siècles la science et la cosmologie avaient déconstruit toutes les visions religieuses anthropocentriques, contre toute attente (voir articles 9-1 et 9-2), les recherches en astrophysique ont introduit à l'intérieur de la science la question de la finalité et de l'existence d'un Dieu, d'un principe créateur ou d'un Grand Architecte (à moins d'imaginer (comme Brian Green), une infinité d'univers parallèles). Ceci fait voler en éclat, (comme on l'a vu dans l'article précédent), un tabou et contribue à découpler la science du matérialisme méthodologique et non pas seulement la science et le matérialisme philosophique, ce que la physique quantique avait commencé à faire.

L'ennemi absolu du matérialisme, le dualisme (la conception selon laquelle un esprit séparé de la matière peut exister) redevient crédible depuis que la physique quantique a montré qu'une dimension non physique de la réalité pouvait exister et interagir avec la notre (voir l'article 14-2)

Le "paradigme même de la rationalité classique" (l'idéal d'axiomatisation rêvé par David hilbert) a été anéanti par les théorèmes de Gödel qui, en renforçant une conception platonicienne de la vérité en mathématiques, apporte une crédibilité au témoignege des grands mathématiciens disant qu'ils sont en contact avec un "monde des mathématiques" qui n'est pas une création de leur esprit (voir article 15).

L'idée d'une évolution orientée, canalisée ou non, pouvant se répéter, développée par Christian de Duve, Conway-Morris ou Michel Denton donne une crédibilité scientifique à des intuitions comme celles de Teilhard de Chardin, qui avancent que la contingence ne règne pas en maître dans le domaine de la biologie et qu'un être conscient de lui-même devait apparaître, que nous étions en quelque sorte "attendus", voire que les "noeuds' du grand arbre de la vie sont "prédéterminés depuis le big bang." (Voir les articles 12-1 et 12-2 paragraphe 4)


Ainsi, la science a dévasté comme une tornade le paysage du matérialisme dont les fondements se sont écroulés... à l'exception du darwinisme. Comme on l'a vu dans l'article précédent 16-1) au chapitre 1) "on peut être assuré que les conceptions de Newton, Laplace, Hilbert, et sans doute celles de Changeux ou Crick ne sont plus des descriptions scientifiques adéquates, mais il n'y a pas d'expérience décisive qui permette de rejeter les conceptions darwiniennes."  C'est pourquoi les matérialistes s'y attachent avec l'énergie du désespoir. Bien qu'il soit rongé de différente côtés, tout ce qu'il reste du matérialisme s'est écroulé autour de lui, comme le "représente" l'image ci-dessus, qui celle d'Hiroshima après la bombe; Un seul et unique bâtiment, en ruine, mais fermement debout, domine un paysage dévasté. C'était le Genbaku Dome...mémorial de la paix d'Hiroshima, à l'origine le Palais d’exposition industrielle (le musée des sciences et techniques), qui devait présenter une image très classique de la science en cette ère Meiji au Japon. Quelle allégorie de la situation du scientisme et du matérialisme en ce début de IIIè millénaire! Le matérialisme n'est certes pas anéanti, mais il doit se reconstruire presque entièrement s'il veut rester crédible, à l'instar de la ville d'Hiroshima qui est aujourd'hui une ville florissante de plusieurs millions d'habitants. Comme le disent Parabod et Ortoli, que nous avons déjà cités, le marérialisme est encore possible, mais sous la forme qu'il reste à élaborer, d'un matérialisme de science-fiction.


Quelles sont alors les réactions des matérialistes? 

La lutte de Jacob avec l'ange (traité d'athéologie)

- La position de Guillaume Lecointre, d'Yvon Quiniou et des membres de l'Union rationaliste ou de la Libre pensée est de se boucher les yeux et les oreilles en affirmant que tout va bien pour le matérialisme. Pour Quiniou, "le matérialisme ça ne se discute pas". Pour cette école, l'heure à laquelle le spiritualisme apparaîtra comme une illusion est proche et les bouleversements actuels, loin d'être des légitimes débats à propos des progrès de nos connaissances, sont d'inacceptables "intrusions spiritualistes."

- Avec Marceau Felden ("Et si l'homme était seul dans l'Univers"), il s'agit de prendre le taureau par les cornes et d'essayer de reconstruire les piliers qui se sont effondrés. Felden affirme la validité du darwinisme et soutient (sans autre preuve que de décrire des mécanisme physico-chimiques), que le cerveau produit la pensée, comme c'est décrit dans cet article. Il rejette le principe anthropique sans analyse. Il mentionne le théorème de Gödel mais sans préciser plus ce qu'il apporte. Quand à la non-localité, il écrit: "Dans certaines expériences délicates ayant pour objet de tester la théorie quantique sont apparues des difficultés d'interprétation impliquant que la relativité restreinte, la physique et la localité ne peuvent  toutes les trois être simultanément compatibles. Cependant, malgré de nombreuses discussions, en l'état actuel de nos connaissances le problème reste obscur, de sorte que toute conclusion demeure incertaine empêchant de où est la faille."  C'est ne pas voir une évidence pour laquelle Jean Bricmont, physicien pourtant ultramatérialiste, affirme: "la non-localité existe, c'est tout." Alors, on peut se demander ce que reconstruit Felden du matérialisme?  

- Pour Michel Onfray (Traité athéologie"), la réponse est de ne pas se préoccuper de la science et s'affirmer matérialiste et soutenir sa position en montrant "l'horreur des religions" de façon à légitimer a contrario le matérialisme. Sait-t-il  qu'il fait exactement ce qu'il reproche aux religions, enseigner une simple croyance sans base rationnelle?
- On peut, comme André Comte Sponville, déclarer que le matérialisme n'est qu'une croyance parmi d'autres, en définissant le matérialisme comme une théorie de l'esprit qui n'a pas les caractéristiques de l'esprit, sans utiliser le mot matière, car il a bien intégré la physique quantique. C'est une position raisonnable et sans doute la plus respectable, qui a l'intelligence de reconnaître que le matérialisme est une simple croyance. 

- Sortir des limites du matérialisme sans adhérer à une religion semble être la position de Luc Ferry (L'homme Dieu ou le sens de la vie) quand il affirme qu'il y a dans l'homme quelque chose que n'expliquent ni la culture (donc l'éducation), ni la nature (donc la génétique), et qu'il rejette la transcendance au profit d'une "transcendance dans l'immanence". Cette dernière formule évoque en fait le panthéisme

- Une ultime réaction est de reconnecter le matérialisme avec la nouvelle réalité issue des sciences en postulant des univers parallèles en astrophysique (tel Brian Greene dans "la réalité cachée), ou des interprétations de la mécanique quantique selon lesquelles nous vivons dans une "bulle" d'illusions sans pouvoir nous rendre compte que les autres ont chacun une perception différente d'une même situation que nous vivons ensemble (voir le "solipsisme convivial" de Hervé zwirn dans les "Limites de la connaissance" et mon article Les limites de la connaissance 6-5) réalisme et monde quantique). 
Or ces positions sont irrationnelles aux yeux de nombreux matérialistes, ce qui signifie que le matérialisme devient extrêmement difficile à penser. En conclusion, le matérialisme n'est peut-être pas impossible, mais il doit se reconstruire mais cette reconstruction n'a pas encore commencé.


.
liens: staune.fr -Voyage au coeur de l'obscurantisme

wikipedia.org -Union rationaliste    wikipedia.org -Libre pensée    fnlp.fr/

staune.fr -Matérialisme méthodologique

lemonde.fr -Le matérialisme ça ne se discute pas

noetique.eu -Mort du matérialisme et du rationalisme

revue3emillenaire.com -lLe Cerveau, l’Intelligence artificielle et le futur par Marceau Felden

neur-one.fr -Qu'est-ce que la pensée? où il est dit que le cerveau crée la pensée

automatesintelligents.com -Et si l'homme était seul dans l'univers ?

mo.michelonfray.fr -le blog

icrc.org -« L'homme-Dieu ou le sens de la vie » et « L'humanité perdue, Essai sur le XXe siècle »

ressources-cla.univ-fcomte.fr -L’HOMME-DIEU OU LE SENS DE LA VIE (Essai) de Luc Ferry

asmp.fr -5- Mécanique quantique et connaissance du réel Hervé Zwirn

boris.saulnier.free.fr -Compte-rendu de « Les limites de la connaissance » (H. Zwirn, Odile Jacob, 2000)

monblogdereflexions.blogspot.fr -Les limites de la connaissance 6-5) Réalisme et monde quantique: conséquences philosophiques.

 

2) Et si les cinq grands mystères ne faisent qu'un?

 

 

sophrologie-aberset.ch -la caverne de platon

Depuis le début de mes articles il est question de cinq grands mystères qui ont été commentés et analysés:

D'où provient l'Univers issu du big bang?

- Quelle est la nature des fondements de la réalité physique?

- Quelle est la nature de la conscience de l'homme?

- Qu'est-ce qui peut canaliser l'évolution de la vie?

- D'où provient la "déraisonnable efficacité" des mathématiques?" (En 1960, le physicien Eugène Wigner avait publié un célèbre article au titre provocateur : «La déraisonnable efficacité des mathématiques dans les sciences naturelles2.»

Jusqu'à présent, nous avons donné des interprétations à l'intérieur de la science, ce qui a amené à une nouvelle façon de la concevoir, à la fois consciente de ses limites en ce qui concerne ses possibilités de décrire le monde, et ouverte à des questions qui lui paraissaient impossibles à traiter auparavant. Maintenant nous allons sortir du cadre de la science et de l'interprétation des faits pour nous tourner vers la philosophie qui pourrait, elle, être capable d'unifier les cinq mystères. La conception philosophique qui pourrait permettre cette unification a été analysée dans l'article 15) (Une voie rationnelle vers le monde de l'esprit?), il s'agit du platonisme.

La première forme de platonisme fut défendue par Platon dans le cadre de la célèbre théorie des idées. Le platonisme est souvent opposée au réalisme en classant Platon dans le camp des idéalistes, ce que conteste Alain_(philosophe): "Platon n'est idéaliste comme on le dit. Le monde de Platon n'est nullement un songe, au contraire il est dur comme le diamant, et est toujours le même. C'est notre vie qui est un songe." Pour Bernard d'Espagnat, le platonisme est un réalisme des essences. (voir l'article 6 paragraphe 4: il ne reste a priori que le réalisme non physiqueOr celui-ci repose sur une ontologie de type platonicien comme le dit Bernard d'Espagnat"Les Idées de Platon ne sont pas dans l'espace-temps mais elles existent indépendamment de l'esprit humain et sont les causes des phénomènes.") Le fameux "mythe de la caverne(dans "La République"), dit que nous n'avons accès qu'à des ombres d'objets ou de personnes se projetant sur le mur d'une caverne, alors que les objets ou personnes en question sont, eux, situés à l'extérieur de la caverne. Il y a donc bien une réalité dans la philosophie de Platon, mais nous n'y avons pas un accès direct, car elle ne se situe pas au même niveau que nous. Le monde que nous observons n'a pas d'existence indépendante, Il n'est qu'une projection de ce qui existe vraiment et réellement.

Nous avons vu que le réalisme philosophique des physiciens est souvent un peu platonicien puisque la réalité physique ne peut plus avoir des fondements conçus comme immergés dans le temps et l'espace. Dans l'article 15) nous avons vu les mathématiciens Andrew Wiles, Alain ConnesRoger Penrose ou Kurt Gödel exprimer leur conviction d'être en contact avec un monde platonicien des idées mathématiques. Gödel a de plus montré que même au coeur des mathématiques, la vérité est une notion plus vaste que celle de "démonstratibilité". Par ailleurs, dans le domaine de l'évolution, nous avons noté au chapitre 1) que pour Christian de Duve ou Conway-Morris, l'évolution est orientée, canalisée par ... des formes platoniciennes répondent Michael Denton et D'arcy Thompson. Pour eux, un animal par exemple n'est qu'une des projections diverses et variées de l'archétype de l'espèce à laquelle il appartient. C'est l'existence de ces archétypes qui fait passer l'évolution d'un état stable à un autre état. Pour ce qui concerne la cosmologie, ce que nous savons est assez platonicien: notre Univers n'existe par lui-même et provient de quelque chose d'autre, le temps et l'espace ne sont pas absolus et ont eu un commencement. Pour terminer, l'idée selon laquelle l'esprit ne serait nullement une création du cerveau, c'est à dire le dualisme, concept dont nous avons vu dans l'article 14-2 qu'il est l'un des plus probables, mais aussi l'un des plus scandaleux pour la science classique,  cette idée est naturelle et évidente dans la cadre platonicien, comme Platon l'a développé avec "le mythe d'er."


Ce principe unificateur permet de regrouper l'ensemble des problèmes que nous avons abordés, il remplace les cinq mystères par un  seul mais sans le résoudre. En effet, qu'est-ce que cette réalité platonicienne? Cependant nous progressons, car nous sommes maintenant dans la même situation que les hommes de la caverne s'ils avaient compris qu'ils voyaient des ombres d'objets et non une réalité indépendante, réalité en soi, ce qui aurait constitué pour eux un progrès remarquable. Dans la démarche que nous avons suivie avec Jean Staune, démarche guidée par la rationalité et la connaissance empirique, un "platonisme scientifique" semble un bon choix pour remplacer un "matérialisme scientifique" que la science a discrédité. Nous allons maintenant examiner ce que cela peut nous apporter pour répondre à la question qui est au centre de mes articles, celle du sens de l'existence.


liens: philolog.fr -explication de-l'allégorie de la caverne    sophrologie-aberset.ch -la caverne de platon

blogg.org/blog -monde platonicien des idées mathématiques

www.cnrtl.fr -définition de l'archétype
blogs.mediapart.fr -Une grosse erreur de Darwin
asmp.fr -La réalité en soi? Physique et Réalité, une introduction à la question Bernard d'Espagnat
evangile-et-liberte.net -Physique et réalité, entretien avec Bernard d'Espagnat
futura-sciences.com -réalité La causalité classique remise en question par la physique quantique
Penseurs: Teilhard de Chardin    Brian Green   Bernard d'Espagnat    Banesh Hoffmann      Einstein

Christian de Duve   Conway-Morris Michel Denton

 Guillaume LecointreYvon Quiniou   Marceau Felden  Luc Ferry   André Comte Sponville   Michel Onfray   Alain_(philosophe)  Platon


3) Et Dieu dans tout ça! 


 


 

 

L'existence d'un autre niveau de réalité dont le notre ne serait que la projection (le platonisme), n'implique nullement l'existence de Dieu. On peut décrire au moins sept étapes entre les considérations décrites dans l'article 16-1) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens" partie 1 et l'existence d'un Dieu personnel capable de répondre à nos prières. Chacune d'entre elles nécessite de faire une hypothèse supplémentaire. Cette démarche permet de préciser sa propre position et chacun doit voir ainsi s'il peut aller jusqu'au bout ou sinon à quel moment il refuse de faire un pas supplémentaire. Voici les hypothèses:

1) "la réalité indépendante, ce qui existe vraiment, n'est pas localisée dans le temps ni dans l'espace." Rejeter cette hypothèse, comme certains matérialistes purs et durs le font, serait une position "métaphysique" peu compatible avec le progrès de nos connaissances.

2) "L'esprit humain a un lien étroit avec cette réalité indépendante." Nous sommes toujours dans le platonisme (On ne peut considérer ce point comme démontré).

3) "La réalité indépendante a-t-elle des caractéristiques qui la rapprochent d'un objet ou d'un esprit?" Les néo-matérialistes ou "matérialistes ouverts", qui acceptent les résultats des sciences (physique quantique) ou le théorème de Gödel s'arrêteront ici. Les spiritualistes, eux, feront un pas de plus: ils appelleront "être " cette réalité ne soi.

4) "Cet être ne se cantonne pas à la réalité indépendante, il cherche à se manifester dans notre monde, celui des phénomènes. L'existence d'êtres conscients d'eux-mêmes est l'une ces manifestations." Cette position implique une finalité dans l'évolution de la vie et l'existence d'une vie après la mort puisque notre vraie nature serait de proche de celle de cet être. Pour franchir cette étape, il faut être spiritualiste et croire que quelque chose dans l'être humain survive après la mort (donc que notre essence ne se réduit pas à des phénomènes physiques).

5) "Cet être est une personne avec une volonté, des aspirations, un projet. Tous ceux qui pensent que l'être est une énergie universelle, voire un principe créateur mais dépersonnalisé, prendront une autre voie qui pourra les amener à penser l'existence d'un tel être sans le définir, comme le fait le taoïsme ou le bouddhisme (il est indéterminé dans sa perfection, non-devenu, non créé, non manifesté). A l'inverse, ceux qui croient en l'existence d'un Dieu personnel accepteront cette hypothèse." 

6) "Ce Dieu cherche à entrer en contact avec nous, il l'a fait par l'intermédiaire des grandes religions du monde. Même si on se situe dans un cadre monothéiste, il existe différentes hypothèses: -L'hypothèse horrible: Dieu nous élève comme nous élevons le bétail.

-L'hypothèse de l'indifférence: Dieu n'a pas plus d'intérêt pour nous que nous n'en n'avons pour les objets que nous fabriquons.

L'hypothèse de l'attente: Dieu n'a pas encore essayé de communiquer avec nous, il attend que nous ayons atteint un niveau supérieur d'évolution.

-L'hypothèse classique: Dieu existe et communique discrètement avec nous par l'intermédiaire des grandes religions ce que refuseront les voltairiens autres déistes).

7) "Dieu est bon et il peut répondre à nos prières et agir dans le monde." Pour les grandes religions monothéistes, Dieu est bon, bien que les textes sacrés montrent que c'est loin d'être évident (Dieu encourage Josué à exterminer toute le population de la ville d'(-Jos 8 1-25après que Josué a fait la même chose avec les habitants de Jéricho ). Cette position affirme aussi que Dieu est tout-puissant, bien que certaines conceptions comme la théologie du processus avec Alfred North Whitehead affirment que Dieu ne connait pas le but de l'évolution humaine, ou encore l'approche de Hans Jonas selon laquelle un Dieu tout-puissant serait contradictoire avec l'existence d'une véritable liberté pour l'homme.


Ces sept étapes constituent les sept degrés de cette échelle de Jacob pour laquelle il faut faire à chaque fois une hypothèse supplémentaire, ce qui rend les degrés les degrés les plus élevés moins probables que les premiers, mais moins probable ne signifie pas improbable. Pour approfondir cette question, examinons les "conditions de possibilité de ces sept étapes en commençant par la dernière.

Cette étape 7 nécessite un acte de foi. Mais cette position devient maintenant moins absurde qu'auparavant. Si Dieu a choisi le hasard pour voyager dans le monde, il est logiquement concevable qu'il puisse y agir s'il existe des phénomènes n'ayant aucune cause (non-localité par exemple) comme l'a écrit Sir Arthur Eddington "s'il n'y a pas de causalité, il n'y a plus de distinction claire entre le Naturel et le Surnaturel" et "Ainsi un scientifique pouvait de nouveau croire en Dieu après le développement de la mécanique quantique."

Quand au point 6 (le monothéisme révélé), il pouvait sembler fort peu probable quand triomphait la modernité au début du 20è siècle. En effet, il existe deux hypothèses quant à l'origine des religions: a) Toutes les religions sont d'origine humaine. b) Les religions ont été élaborées par des hommes, mais elles ne sont pas totalement d'origine humaine. Quelque chose dans les messages et et les concepts qu'elles véhiculent provient de Dieu et a été transmis aux fondateurs de ces religions. De l'hypothèse b dépend la crédibilité des traditions monothéistes. Mais cette hypothèse semble absurde dans un monde fermé sur lui-même tel que l'a conçu le modernisme, un monde où tout pourrait s'expliquer par le matérialisme scientifique. Ainsi André Comte Sponville écrit: "Je ne détiens aucune vérité inconnue, ni moi, ni personne. Le problème n'est pas de découvrir une autre vérité qui manquerait, qui ferait défaut, mais de comprendre qu'il n'y a rien d'autre à trouver que la vérité, rien d'autre à chercher, donc, et qu'on est déjà dedans, et qu'on en connaît plus qu'assez pour vivre... Le Bouddha ou le Christ en savaient beaucoup moins, mais cela ne nous ne donne sur eux aucune supériorité spirituelle." Mais comment Sponville peut-il affirmer que sur six milliards de personnes qui vivent sur notre planète aucune ne détient une gnose ou une vérité cachée et que le Bouddah ou le Christ savaient moins de choses que nous? S'ils ignoraient (sans doute) la valeur de la masse du proton ou de l'électron, peut-être en savaient-t-ils bien plus que nous sur la nature du réel grâce à un contact avec uns source de connaissances située hors de notre monde, exactement comme les grands mathématiciens prétendent être en contact avec le monde des vérités mathématiques. 

La réflexion de Comte Sponville (et des philosophes matérialistes actuels) se situe dans un cadre dans lequel la deuxième hypothèse (hypothèse b) n'est même pas envisagée. Elle est rejetée d'emblée comme impensable. Si nous étions dans monde fermé sur lui-même où tout pourrait s'expliquer par le matérialisme scientifique, une telle position serait acceptable. Mais l'évolution actuelle des connaissances montre que celles-c pointent fortement en direction d'une conception platonicienne, selon laquelle notre existence dépend, au moins en partie d'un autre niveau de réalité, où il existe des indices forts d'un contact possible entre l'esprit humain et cet autre niveau au sein du domains le plus rationnel qui soit (les mathématiques). Cette position de Compte Sponville et des matérialistes, qui fait d'office des religions une invention humaine et qui est partagée par tant de penseurs actuels est dogmatique et non rationnelle. 
Et Dieu dans tout ça? Nous pouvons maintenant concevoir une hypothèse expliquant ce qui est à la base de la plupart des grandes religions. Le (ou les) fondateurs a (ont) eu un contact avec le monde platonicien duquel est issu notre Univers et nos consciences, d'où la possibilité d'un tel contact. Dans cette vision, les religions sont comme des clés donnant sur une immense pièce. Cela n'implique pas que toutes les religions se vaillent, on peut penser que son trou de serrure en dévoile plus sur l'intérieur de la pièce que les autres. Mais on doit accepter que les autre religions détiennent des vérités que ne possède pas la sienne. On évite ainsi le fondamentalisme fondé sur la certitude de détenir toute la vérité. Ce modèle, tout en redonnant de la crédibilité aux grandes religions, permet de fournir des bases au dialogue inter religieux. Remarque: on peut utiliser les théorèmes de Gödel pour délégitimiser le fondamentalisme en axiomatisant les principes de base de toute théologie. Si on peut numériser ces axiomes (comme l'a fait Gôdel pour les mathématiques), les systèmes en question ne pourraient être à la fois complets et cohérents. 

Le point 5 (Cet être est une personne avec une volonté, des aspirations, un projet) nécessite lui aussi un acte de foi, car rien n'implique que l'Être soit une personne. Mais il est logique de penser que la réalité ultime, si elle est un Être et non une chose soit plus que nous, et non pas moins. 

Les points 5, 6,7 sont devenus possibles avec les nouvelles évolutions de nos connaissances mais pour le moment rien ne vient les suggérer directement. A partir du point 4, on arrive dans le domaine où les pistes de mise en évidence sont plus visibles. Le principe anthropique, la possibilité que l'évolution soit orientée, la crédibilité retrouvée du dualisme, suggèrent (mais sans encore le prouver) que l'hypothèse qui est faite ici soit crédible. 


Faisons maintenant une pause pour examiner les conséquences de cette évolution avec les éléments de rapprochement entre science et religion puis nous reviendrons au point 3 (La réalité indépendante a-t-elle des caractéristiques qui la rapprochent d'un objet ou d'un esprit?). Nous achèverons ainsi la conclusion de "ma lecture" du livre de Jean Staune par l'article "notre existence a-t-elle un sens 16-3) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens": quelle réponse à la question la plus importante qui soit?"

Nous verrons qu'on peut alors proposer une réouverture des chemins du sens et le réenchantement par l'observation de l'Univers et de l'homme.


(Pour la question la plus importante qui soit: voir l'article 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine?" chapitre 2: La question fondamentale- la condition humaine).


liens: philosophiespiritualiste.com

pseudo-sciences.org -Physique et matérialisme par Jean Bricmont (un matérialisme ouvert)

wikipedia.org -l'être

energie-universelle -Artisan de Lumière avatar lumière

christroi.over-blog.com -l'Univers une création de Dieu selon l'astrophysicien Trinh_Xuan_Thuan

larevuereformee.net -Quel est ce Dieu tout-puissant qui est impuissant ?

mots clé: énergie universelle      principe créateur      taoïsme      bouddhisme   être      Dieu personnel          Jésus-Christ   Bouddha  gnose

penseurs: voltaire  Alfred North Whitehead   Hans Jonas  Sir Arthur Eddington   André Comte Sponville

 

oksanaetgil.wordpress.com Piero di Cosimo ou le réanchantement du monde

22:53 Écrit par pascal dans notre existence a t elle un sens | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : matérialisme, platonisme, religion, dieu | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

02/05/2012

Entretien avec Jean-Marie Pelt (dans "le monde s'est-il créé tout seul?)

 

Entretien avec Jean-Marie Pelt




1) introduction


« Le monde s’est-il créé tout seul ? » "Telle est la question faussement naïve que s’en est allé poser l’écrivain et journaliste Patrice Van Eersel, directeur de collection chez Albin Michel et accessoirement membre illustre de l’Institut de recherche sur les expériences extraordinaires (INREES), aux « plus grands scientifiques de notre temps ». « Comment l’univers a-t-il commencé ? A-t-il existé de toute éternité ? Ou a-t-il démarré à un certain instant T ? (…) Qu’y avait-il avant cet instant T (…) Quelle est la place du hasard dans l’évolution du réel ? Qu’en est-il de la liberté humaine ? Sommes-nous étrangers au monde ? Sommes-nous au contraire les enfants que le cosmos attendait ? » Telles sont quelques-unes des questions qui émaillent ces entretiens parfois un peu décousus, mais toujours passionnants, symptomatiques des principaux courants de pensée qui agitent actuellement la communauté scientifique et parascientifique. Petite revue « au fil de l’eau » de l’ouvrage…"


En lisant cet article dans www.agoravox.fr, j'ai eu envie de rédiger des articles (un par interwiew) dans mon blog, pour méditer et partager ce qu'ont exprimé ces hommes plein de sagesse, de culture et de science, qui se sont exprimés dans le livre"Le monde s’est-il créé tout seul ?" sous forme d'entretiens avec l’écrivain et journaliste Patrick Van Eersell


 

Liens: cles.com/entretiens/article/le-monde-s-est-il-cree-tout-s...

Jean marie pelt

chaouqi.net -science et conscience

wikipedia.org _Henri Atlan

cirs.net _henri Atlan - chercheur

wikipedia.org -Patrice_Van_Eersel

cles.com -patrice-van-eersel grand reporter

 

 

Patrice van Eersel

"Grand reporter, sa curiosité inlassable le pousse sans cesse aux frontières de la connaissance. Écrivain, citons entres-autres Réapprivoiser la mort(éd. Albin Michel), qui poursuit l’enquête menée parLa Source noire (éd. Grasset), Tisseur de Paix (éd. du Relié) et J’ai mal à mes ancêtres, avec Catherine Maillard (éd. Clés / Albin Michel)".

 


2) Jean Marie Pelt.

Jean Marie Pelt: d’abord professeur de biologie végétale et de cryptogamie à la Faculté de pharmacie de Nancy jusqu’en 1972, il fonde en 1971 à Metz l’Institut européen d'écologie, et enseigne la botanique et la physiologie végétale à la Faculté des sciences de l’Université de Metz. (fatrasenbleu.blog50.com -les leçons passionnées de jean-marie pelt)

 

C'est l'un des plus aimés des botanistes français, auteur de nombreux livres et films sur les plantes. On lui doit la série télévisée "La Prodigieuse aventure des plantes".

Dans un de ses interviews (dans terre sacrée) il est amené à dire: "Le problème, c'est le rapport complètement inadéquat avec la nature : au lieu de la jardiner avec amour, nous l'exploitons. Ce n'est pas de l'avoir labourée un jour, c'est de l'avoir brutalisée. Les premiers jardins ont été faits par des femmes, de manière toute féminine...

Ensuite on a pris des socs, puis des tracteurs, puis
d'énormes bulldozers et maintenant on casse tout. On a
droit aux technologies, on n'a pas le droit d'en faire un
mauvais usage - je suis convaincu que les dérèglements
écologiques viennent d'un profond désintérêt pour la terre.
Le fait de ne pas l'aimer, tout part de là".


Jean-Marie Pelt est un homme multidimensionnel, tout à la fois scientifique rigoureux, connaissant bien le monde des laboratoires, écologiste de la première heure, citoyen responsable (il est adjoint à la mairie de Metz), poète contemplatif devant la beauté du monde, chrétien profondément oecuménique et Européen convaincu. Ce lecteur de la Bible, aussi très sévère avec les intégristes en appelle au retour de l'intuition créatrice dans les labos et de l'humilité mystique dans les religions..

J'ai été séduit par cette symbiose entre le sacré, la science et l'amour de la nature, c'est pourquoi j'écris ce premier article en donnant ma lecture de l'interview de Jean-marie Pelt.


 

3) L'entretien avec Jean-Marie Pelt: cles.com/entretiens/article/le-monde-s-est-il-cree-tout-seul

Dans "ma lecture" du livre "Le monde s'est-il créé tout seul?", je résume la question puis j'exprime ce que j'ai retenu de la réponse, en ajoutant éventuellement mes commentaires.

"Distinguons bien science et spiritualité. Le scientifique en moi exige des preuves rationnelles. Le mystique pense qu'un atome qui en attire un autre, c'est déjà de l'amour!" (Jean-Marie Pelt)


a) PVE: "Le monde s'est-il créé tout seul? ..."


JMP: "Je dirais que c'est là une question à laquelle la science a du mal à répondre, parce qu'elle relève, en partie au moins, de la philosophie. C'est la fameuse question de la "cause première" qui a tant agité les philosophes. C'est aussi une question qui frôle la métaphysique. Quand on évoque la cause première, on évoque aussi "les fins dernières". Donc, on est dans un domaine où la science n'est plus toute seule à apporter des réponses..."


A voir à ce sujet mon article dans  mon blog: au commencement du temps 4-1)

Au voisinage du mur de Planck et à fortiori avant, les lois de la physique, dans le meilleur des cas, se transforment, et au pire, s'effondrent. La singularité garde tout son mystère. Les physiciens n'ont pas la moindre idée (actuellement) de ce qu'elle est.

Avis d'Etienne Klein, ancien élève de l'École Centrale, titulaire d’un doctorat en philosophie des sciences, directeur de recherches au CEA, dirige actuellement le Laboratoire de Recherches sur les Sciences de la Matière, installé à Saclay:

"on ne peut expliquer l'Origine de quelque chose en invoquant autre chose. On n'exprime l'être que par l'être et pas par du devenir. Si on dit qu'à l'Origine il y avait déjà ceci ou quelque chose, on n'explique pas l'Origine, sauf à invoquer que la chose a toujours été là, donc qu'il n'y a pas d'Origine. En fait, pour lui, la science ne peut dire que deux choses:

a) Il n'est pas prouvé que l'Univers a eu une Origine, qui serait le transit qui fait passer de l'absence de toute chose à au moins une chose.

b) Il n'est pas prouvé que l'Univers n'a pas d'Origine.

C'est donc, comme pour la "question de Dieu", (si on se réfère à des philosophes comme Kant), du domaine de l'indécidable au sens de Gödel".


Nous y trouvons au chapitre 2) Le graal de la physique?


Le domaine de la connaissance qui touche à cet instant zéro est presque totalement inconnu. Les ténèbres les plus épaisses, les incertitudes les plus grandes y règnent sans partage. Au fond, un ne sait rien en dire, ce qui explique la prudence d'Etienne KleinStephen Hawking peut lancer ce rappel à la réalité: "demander ce qui s'est passé avant le Big Bang revient à chercher un point qui se trouverait à un km au nord du pôle Nord!". Un des blus brillants physiciens de notre époque, Alan Guth, qui a mis au point la célèbre théorie de l'inflation cosmique, répète lui aussi, sur un ton vaguement résigné: "L'instant de la création reste dans les ténèbres". Ces ténèbres, insensibles à la lumière venue du dehors, commencent là où s'arrête brutalement notre réalité physique: sur le mur de Planck, là où nos puissantes théories (la relativité, la mécanique quantique), s'effondrent l'une après l'autre. .

Mais, mesurant l'abîme à franchir, Isabelle Stenger, philosophe des sciences et professeur à l'Université libre de Bruxelles fait remarquer qu'il s'agit peut-être là du "graal de la physique(?)". Auteur avec Ilya Prigogine de plusieurs ouvrages consacrés, entre autres, à la grande question du temps, elle ira, disent les frères Bogdanov, jusqu'à écrire dans un article publié en 2004 dans les annales de l'institut de philosophie de l'université de Bruxelles: "Les frères Bogdanov étaient bel et bien convaincus après tant d'autres qu'ils voyaient se dessiner le graal physico-mathématique dont la quête définit la gravitation quantique."

 

 

"C'est cette conviction (ou cette illusion?) de frôler quelque chose de brûlant n comme un secret ultime, qui me pousse moi aussi à aller de l'avant au-delà du mur de Planck. Il est vrai que la dimension très mathématique de cette quête jalonnée d'équations et de calculs explique sans doute aussi l'attitude de la majorité des physiciens, pour qui, en l'absence de repères matériels, il est vain, absurde même de s'interroger sur ce qui a pu se passer avant le Big Bang?"

 



b) PVE: "Dans "Après nous le déluge"?, que vous avez cosigné avec Gilles-Eric Séralini, vous commencez par un exposé enthousiaste sur le miracle, mathématiquement hallucinant, de la vie sur la Terre. Vous rappelez que la probabilité pour qu'une vie biologique émerge quelque part dans l'Univers était infiniment petite et qu'il a fallu un extraordinaire concours de circonstances pour que nous habitions, par exemple, détail rarement cité, une planète penchée sur le plan de l'écliptique, qu'une lune bien placée et de taille ad hoc stabilise dans cette inclinaison  -sans quoi, la planète serait soumise à des sauts et tremblements rendant une vie complexe impossible. Seriez-vous partisan du principe anthropique?


JMP: "Il y a deux versions à ce principe. Le principe anthropique faible, c'est l'idée que les lois de la physique sont agencées de telle sorte que nous étions productibles, que nous pouvions être là. Je suppose qu'une large majorité de scientifiques le pensent.Mais c'est une tautologie, puisque si ces dites lois de la physique avaient été différentes, nous ne serions évidemment pas là pour en parler"
Le principe anthropique fort, lui, introduit la notion d'une volonté au départ, qui entrevoit, à la fin d'un long processus, l'existence de l'homme.Là, je suis un peu gêné par le fait que l'on laisse entrer dans la science l'idée de finalité, c'est à dire que l'on prétende pouvoir scientifiquement donner un sens à l'Univers. Je ne dis pas que l'Univers n'a pas de sens, mais cette idée, je la ressens plus dans la métaphysique que dans la science. Donc, non, je ne dirais pas que je suis un adepte du principe anthropique fort...

Maintenant, si j'introduis l'idée d'une volonté créatrice, je parle alors de mes convictions spirituelles... Je suis probablement le seul scientifique croyant chrétien de cet ouvrage. Je mesure à quel point c'est une position difficile dans la science, surtout en France. La science a toujours été très tentée par le scientisme et par un rationalisme exacerbé, où l'on considère qu'être croyant, c'est automatiquement être obscurantiste. Cela me choque d'autant plus que, adhérant par exemple à l'Êvangile de Jean, je me sens un homme de lumière. Chez saint Jean, il y a une foi profonde dans le Christ ressuscité, qui est la Lumière face aux ténèbres. Or il s'est produit une retournement tout à fait étonnant du vocabulaire, puisque désormais, c'est celui qui est croyant qui est jugé obscurantiste, donc du côté des ténèbres. (dinosoria.com _jesus_christ,  bible.catholique.org: evangile-selon-saint-jean/3264-chapitre-1)



liens: Principe anthropique

lacosmo.com _remarques sur le principe anthropique (christian magnan)

wikipedia.org/wiki _Principe anthropique wikipedia.org _Principe anthropique faible

fr.answers.yahoo.com -le principe anthropique fort

lebandeau.forumactif.fr _le principe anthropique fort

atoi2voir.com -le principe anthropique fort (trinh xhuan thuan)

astrosurf.com/luxorion _principe anthropique

radio-canada.ca _le principe anthropique

sceptiques.qc.ca _le principe anthropique (victor stender)

techno-science.net _le principe anthropique

futura-sciences.com _jean-pierre-luminet: principe anthropique et exoplanètes

media4.obspm.fr _anthropique (les exoplanètes)

entendre.wordpress.com _principe-anthropique-science-et-religion

asmp.fr _principe anthropique (débat avec d'espagnat...)

luth2.obspm.fr _brandon carter et le principe anthropique

editions-bayol.com _princioe anthropique (pour un principe matérialiste fort)

oncle.dom.pagesperso-orange.fr _le principe anthropique

jeanzin.fr _un-univers-a-notre-mesure (le principe anthropique a tout pour déplaire)

cvablog.com _creation et évolution /principe-anthropique

 

 

 

c) PVE: En temps que croyant chrétien, vous adhérez à ce qu'enseigne la Bible?

Family Bible, 1859

JMP: "Oui, mais là, je m'empresse tout de suite de dégoupiller une autre grenade que vous me lancez, quant à la manière dont on lit la Bible. C'est toute la bagarre entre le créationnisme et le darwinisme. Pour moi, la Bible n'est pas un livre scientifique.C'est un livre qui "fait sens"... On se trouve un peu dans la situation de quelqu'un qui lit une fable de La Fontaine. Il sait bien que les animaux ne parlent pas entre eux. Il ne nous viendrait pas à l'idée de prendre cette histoire à la lettre. En revanche, à la fin de la fable, il y a une morale...Dans ma lecture de la Bible, c'est ce sens qui m'intéresse. Je suis donc aux antipodes des créationnistes, qui sont des adultes demeurés en enfance.


 

Les quatre sens de l'Ecriture: En herméneutique judaïque et chrétienne (école scolastique), la doctrine des quatre sens de l'Écriture désigne les quatre sens selon lesquels on peut interpréter les Écritures :PeshatRemez, Drash, Sod (dans la tradition judaïque). historique, allégoriquetropologique, et anagogique (dans la tradition chrétienne).

 

Le sens de la Bible1. Lire l'événement 2. L'exégèse historique 3. L'exégèse sociologique 4. L'exégèse psychologique 5. La lecture liturgique 6. Le texte polyvalent ? 7. Les divers sens de l'Ecriture 8. La linguiste actuelle 9. Le Lecteur de l'Ecriture 10. Critères de l'Ecriture

kabbale.org: clés de lecture, une quête du sens. Pour les kabbalistes, il existe toujours un sens sous le sens. Chaque interprétation différente d'un texte correspond à un sursaut de conscience vers plus de compréhension, jusqu'à atteindre le Sens, union avec l'esprit même de celui qui traça les mots. Dans ce processus de connaissance, la forme peut revêtir une importance cruciale. Il est même possible d'imaginer un ouvrage dont seules les variations de l'épaisseur de l'encre sur les pages fourniraient un message. Ces considérations visent un but commun : relativiser sa perception du réel, multiplier les regards pour espérer mieux voir.

 

Frontispice du livre de la Genèse : In principio...

d) PVE: "Une Françoise Dolto aurait été d'accord avec vous, elle qui dans son Evangile au risque de la psychanalyse suggère que le livre de la genèse - l'histoire de la création du monde en sept jours - doit être lue comme s'adressant à des enfants, ou à des adultes enfants".
JMP: "En tant que lecteur moderne de l'Ecriture, je reçois le livre de la Genèse comme ce qu'il est, c'est à dire comme un texte écrit par des hommes exilés en Mésopotamie, six siècles avant Jésus Christ, et très malheureux de ne pas être à Jérusalem. Dans ce contexte là, ils décident de rédiger un morceau de bravoure en l'honneur de leur dieu,qu'ils hissent tout de suite au sommet pour en faire le chef suprême...ils nous expliquent que leur dieu est le créateur du monde...Et c'est assez réussi puisque leur texte est encore l'un des plus grands best-sellers mondiaux, deux millénaires et demi après! Mais encore une fois, dans ce texte, ce qui m'intéresse, c'est le sens profond. Cela dit, attention, le créationnisme est une tentation...Je pense que fondamentalement, l'ouverture appelle l'ouverture, et que la fermeture appelle la fermeture. J'adhère à ce que me dit l'homme de l'Êvangile, à ses récits, dont je reçois la substantifique moelle, dans l'ouverture de l'autre".

le zodiaque de Dendérah


Personnellement, je pense que pour la Genèse et la Bible c'est beaucoup plus complexe que cela. Elles sont des Mythes fondateurs inscrits dans la mémoire de l'Humanité.

Je renvoie à ici à mes articles dans la catégorie "la grande hypothèse", et en particulier à la grande hypothèse 11) l'éternité n'appartient qu'à Dieu:

I) Préambule à l'article:

La Bible est présente  parmi les grands mythes de l'humanité, mais le mythe de l'Atlantide représente beaucoup pour moi.

Je l'ai découvert en lisant les livres d'Albert Slosman, la grande hypothèse, le trilogie des origines (le grand cataclysme - les survivants de l'Atlantide - ...et Dieu ressuscita à Dendhéra), la vie extraordinairede Pythagore, Moîse l'Egyptien. Dix livres étaient prévus après Moîse, mais cette série a été interrompue par la mort de Slosman en 1981. Le dernier livre que Slosman avait prévu devait s'intituler l'Eternité

Dans les autres publications, on trouve l'astronomie selon les Egyptiens, le livre de l'au-delà de la vie et le zodiaque de Dendhera.


Ma lecture de "La grande hypothèse" va porter surtout sur le grand cataclysme qui est sans doute une autre façon de voir le Déluge de la Bible. Je crois que tous les grands mythes de l'humanité parlent de ce qui a dû être une catastrophe naturelle que la terre aurait subi il y a 14000 ans selon Slosman. Les 3 grandes pyramides d'Egypte et le Sphinx seraient selon lui un témoignage des survivants de ce évènement à l'adresse des générations futures et un avertissement qui a un écho particulier aujourd'hui où on parle de plus en plus de fin du monde. L'émission de la chaîne 4 (apocalypse en 2012) est significative à cet égard.


De "la grande hypothèse", le Figaro écrivait alors: la "construction qui s'accomplît devant nous est peut être un des évènements de notre temps". Et Slosman le définissait ainsi: "c'était en définitive une histoire du monothéisme des origines à la fin du monde que j'étais en train d'écrire, en voulant démontrer que le Dieu des chrétiens était le même que le Créateur originel. L'éternel était Yahvé, mais aussi Ptah. Dieu était celui de Jésus, de Moise, d'Abraham mais aussi d'Osiris. Et ce Dieu Un avait déjà été l'unique créateur de la Création, celui qui inspira la Loi à ses créatures! A chaque ère céleste correspondait un Fils de Dieu, un Messie".

"C'est une Histoire du monothéisme des origines à la fin du monde que j'étais en train d'écrire, en voulant démontrer que le Dieu des chrétiens était le même que le Créateur originel. L'Eternel était Yahvé mais aussi Ptah. Dieu était celui de Jésus, de Moise, d'Abraham, mais aussi d'Osiris. Et ce Dieu Un avait déjà été l'unique Créateur de la Création, celui qui inspira la Loi à ses créatures. A chaque être céleste correspondait un Fils de Dieu, un Messie". Albert Slosman

Sommaire de mes messages:

1)   Le hasard existe t-il?

2)   Le destin s'écrit-il aussi?

3)   Le grand cataclysme.

4)   L'âme Atlante n'est pas perdue.

5)   Les rescapés de l'Ahâ Men Ptah.

6)   La résurrection de Ptah à Dendérah.

7)   A la découverte du grand labyrinthe, le cercle d'or.

8 partie 1)   A la découverte de Dendérah, l'ère du Taureau en ath-kâ-ptah

8 partie 2)   A la découverte de Dendérah, l'ère du Taureau en Ath-kâ-ptah

9 partie 1)   L'ère du Bélier: Moïse le rebelle

9) compléments L'ère du Bélier, compléments sur la vie de Moïse

9 partie 2) Et Dieu oublia l'Egypte (Cambyse le fou)

10 partie 1)  L'ère des Poissons: Jésus le Christ (la naissance)

10 partie 2) L'ère des poissons: Jésus le Christ (la vie et le mort de Jésus)

11 partie a)  Ce que j'ai vu et compris -

11 partie b) Pour notre temps

11 partie c) L'éternité n'appartient qu'à Dieu (conte prophétique)

 

http://monblogdereflexions.blogspot.fr/2012/04/les-legendes-des-cites-englouties.html

 

liens: eden-saga.com/fr -un-dieu-unique: la-grande-hypothese-d-albert-slosman

tradition-science.com -Slosman-et-velikovsky-les-precurseurs

 

christiasylf.xooit.org -en savoir plus sur albert slosman http://astrolys.forumperso.com/t454-albert-slosman-qqs-do...

 


d) PVE: "Et cette coexistence de deux discours ne vous gêne pas en tant que scientifique?"

JMP: "Mais pas du tout!...Je crois que je suis un vrai scientifique. J'insiste sur ce point parce que nous sommes à une époque de grande confusion, où des tas de gens s'imaginent que qu'on ne peut pas être scientifique et croyant à la fois. Alors ce sont des domaines distincts. La science doit nous permettre de mieux comprendre comment la nature fonctionne...indépendamment de toute croyance. Ma foi, elle, répond aux questions ultimes, aux causes premières et aux fins dernières, sur lesquelles la science n'a pas de discours à tenir... Beaucoup de gens n'y comprennent plus rien. Ils ne savent plus s'il faut croire ce que disent les scientifiques ou ce que disent les curés. Les curés n'ont pas suffisamment fait la révolution copernicienne qui consiste à s'exprimer comme je le fais je parle de la base, de ce qui est enseigné aux aux enfants, pas des élites de la théologie. Quant aux scientifiques, ils pensent qu'en dehors de l'objet de leur science, il n'existe rien, comme si le matérialisme était dans la nature des choses...Personnellement, je me situe entre ces deux pôles. J'appartiens aux deux".

e) PVE: "Concernant les créationnistes et les darwiniens, ne trouvez-vous pas que le débat "Dieu contre Darwin", régulièrement relayé par les médias, sent le piège manichéen? Ou vous êtes matérialiste athée, ou vous appartenez au camp des demeurés, pas d'autre choix!

JMP: "C'est ce que j'appelle un débat tronqué. D'abord il y a d'innombrables variétés de créationnistes...jusqu'aux adeptes du fameux mouvement du "Dessein intelligent", dont on a beaucoup parlé. En face, les darwiniens nous posent un problème de pure linguistique. Car, dans la darwinisme, on met à la fois l'idée d'évolution et les processus par lesquels Darwin explique celle-ci...

1) le fait de l'évolution, auquel il est raisonnable d'adhérer et auquel j'adhère évidemment -même si des questions se posent...

Mimétisme orchidée

2) Les mécanismes de l'évolution, ce qui est tout à fait autre chose: comment ça marche? Quand on dit "darwinisme", on vent à la fois l'évolution et et le modèle d'explication.

Or, sur les mécanismes de l'évolution, je ne suis pas du tout convaincu que cela se passe "seulement" comme le pensent les darwiniens, par des mutations aléatoires triées par sélection naturelle. Je crois que ce n'est qu'une partie de l'explication, une partie essentielle, très pertinente, mais une partie tout de même...Mais à côté de ce mécanisme, il y en a certainement d'autres. Par exemple le mimétisme, qui pourrait correspondre à certaines des hypothèses du britannique Rupert Sheldraque, qu'on devrait creuser. En tant que botaniste, je suis confronté à des phénomènes de mimétisme époustouflants, quand une orchidée se déguise en insecte, prend le parfum de l'insecte, dispose ses poils comme ceux de la femelle de l'insecte, pour attirer l'insecte mâle, qui se trouve irrésistiblement attiré, se pose, s'agite, copule... Supposer que ce leurre soit apparu par le jeu du hasard même savamment baptisé "coévolution" m'interroge". (voir sheldrake.org/homepage- et la résonnance morphique)


En fait, Le débat sur le dessein intelligent fait encore rage comme on peut le voir dans: staune.fr Dessein-intelligent-le-debatl (dont voici quelques extraits).

Les créationnistes et les partisans du « Dessein intelligent » suscitent depuis quelques années de vives réactions de la part des mouvements rationalistes, qui les accusent de défendre leur foi en se parant des allures de la science.Face à cette polémique, certains scientifiques, tout en s’opposant aux thèses créationnistes, affirment qu’il est légitime pour des hommes de science de se poser des questions métaphysiques...

Pour sa part, Trinh Xuan Thuan est frappé par l’unité qui caractérise l’univers : « Aristote pensait que le ciel et la terre obéissaient à des lois physiques différentes. Puis Newton a unifié ces lois au XIIe siècle avec la gravitation universelle. Au XXe, Maxwell unifie l’électricité et le magnétisme, qu’on pensait de natures différentes. Au XXe siècle, Einstein a unifié le temps et l’espace ; et l’on pense désormais que les 4 forces fondamentales ne sont en fait qu’une seule et même force à l’origine »...

Pour Trinh Xuan Thuan, cette position est acceptable (la séparation des deux registres scientifique et religieux), mais « l’être humain forme un tout », ajoute-t-il. Ce n’est pas par hasard que l’humanité a toujours été préoccupée par des questions de nature religieuse ou spirituelle. Manifestement, le « matériel » ne lui suffit pas. »...

En cosmologie et en astrophysique, la question d’un univers « conçu » par une intelligence supérieure anime un véritable débat scientifique, distinct de la thèse du Dessein intelligent. Mais il y a là encore une confusion, car le terme utilisé est le même en anglais : Design. La réflexion est centrée sur le « principe anthropique », à savoir l’idée que les constantes de l’univers sont précisément réglées pour l’apparition de la vie puis de la conscience. Tautologie ! affirment les athées. Nous sommes là, donc il faut bien que l’univers soit réglé d telle façon que nous existions, ce qui n’implique pas l’intervention d’un principe créateur. Mais il ne s’agit là que de la « version faible » du principe anthropique.

L’intuition d’un univers organisé

Dans sa version forte, « il exprime l’idée qu’il y a tout de même un réglage très fin dès le début de la formation de l’univers, explique Trinh Xuan Thuan . L’univers est régi par une quinzaine de constantes ; si l’on change un tant soit peu les choses, les étoiles ne se forment pas, et, puisque nous sommes tous « poussières d’étoiles », la vie ne peut apparaître car elle a besoin de la complexité des éléments lourds formés dans les étoiles. Personne ne discute ce fait. Par exemple, la densité initiale de l’univers est réglée à un facteur 10-60 près. On peut comparer cette précision à celle d’un archer qui atteindrait une cible de 1cm2 située à l’autre bout de l’univers, soit 14 milliards d’année-lumière. Mais la notion de principe anthropique est trompeuse, car elle dit que l’univers tend vers l’homme. Je préfère parler de « principe de complexité ». Pour reprendre les mots du physicien Freeman Dyson, « c’est comme si l’univers savait dès les premières secondes après le Big-Bang que la vie allait apparaître ». Je pense que l’univers tend vers la vie et la conscience, et qu’il a du sens parce que nous sommes là pour l’observer et appréhender sa beauté harmonique. Mais j’insiste sur le fait qu’il s’agit là d’un pari métaphysique, et non d’un strict raisonnement scientifique »

En anglais on parle de « finetuning », réglage fin, si fin qu’il semble résulter d’une intention.

liens: http://www.sheldrake.org/homepage.html

sceptiques.qc.ca -résonnance morphique (sheldrake a clairement délaissé la science en faveur de la théologie et de la philosophie selon ce blog)

unisson06.org/dossiers/science/sheldrake -champs morphiques dans: chaouqi.net -science et conscience

 

f) PVE: "Si cela se produisait vraiment par hasard, cette orchidée aurait eu besoin de milliards de fois plus de temps"?


JMP: "Il aurait surtout fallu que l'idée finale soit là, à l'avance, pour que les variations aillent dans le bon sens! Il aurait fallu... que l'orchidée ait un "projet" qui se projette dans un temps lointain, pour qu'elle sélectionne les mutations qui lui permettront d'aller là-bas. Mais alors, ce ne serait plus du hasard. Donc, le modèle darwinien sur les orchidées mimétiques ne marche pas...

Ensuite, il y a ce qu'a dit le vieux Lamarck, que le jeune Darwin a détrôné. Lamarck pensait que si les girafes ont un long cou, c'est que leurs ancêtres ont beaucoup tiré dessus...Darwin a inversé la logique: le long cou, aléatoirement survenu, a donné un avantage aux girafes qui, par hasard, se trouvaient vivre près de feuillages haut perchés. Sans doute dans ce cas, Darwin a-t-il raison? Pour autant doit-on brûler Lamarck? A-t-il tout faux? Je n'en suis pas sûr.

(Le transformisme est une théorie biologique, rivale du fixisme, dont l'histoire remonte à l'époque où Jean-Baptiste de Lamarck (1744-1829) énonça sa fameuse théorie sur l'évolution des espèces).


g) PVE: "Boris Cyrulnik dit que les idées de Lamarck ont plutöt à remonter actuellement..."


JMP: "Il a raison. Il y a chez Lamarck une part de vérité, si bien qu'on pourrait dire que le père du transformisme c'est lui. Mais on peut remonter plus loin. J'étais récemment au tricentenaire de Buffon: déjà à son époque, donc avant la révolution française, cet homme avait des intuitions de transformisme. Buffon a écrit des choses presque identiques à Darwin sur les oiseaux, notamment qu'ils avaient des ancêtres communs...Et bien sûr que la Bible n'expliquait rien de tout cela, pensait-il".


les théories de l'évolution: un bicentenaireSi 2007 marquait le tricentenaire de Linné et de Buffon, 2009 est « l'année Darwin » puisque l'auteur de l'Origine des espèces, publiée il y a cent cinquante ans, est né en 1809. On pourrait bien célébrer aussi Lamarck, dont l'ouvrage le plus réputé, Philosophie zoologique, date de cette même année 1809. Cependant, si Charles Darwin est crédité, à juste titre, de l'importance donnée au hasard et à la sélection naturelle, Lamarck reste associé au concept d'hérédité des caractères acquis et, par cette injustice, on oublie qu'il fut d'abord l'auteur de la première théorie évolutionniste (au sens strictement scientifique du terme) par opposition au fixisme. Sans renier la génétique moderne, on peut donc fêter 2009 comme le bicentenaire de l'évolution biologique !


liens: monblogdereflexions.blogspot.fr -le-paradigme-de-la-complexite (voir d'autres liens)

lionel.mesnard.free.fr -boris cyrulnik et le concept de résilience

gilles-jobin.org -boris cyrulnik_citations

www.psychoactu.org -la resilience

geol.cher.free.fr -les théories de l'évolution, un bicentenaire (et tricentenaire de linné et buffon)


resistanceinventerre.wordpress.com -sheldrake: 95% de l'hérédité échappe à la génétique (Propos recueillis par Patrice van Eersel)

agoravox.fr/actualites -rupert-sheldrake le biologiste de l'âme

elishean.org -résonnance morphique, la théorie du 100è singe

suprememastertv.com -résonnance morphique (vidéo en anglais)

sechangersoi.be -Sheldrake (du centième singe au champs morphiques)

quantiqueplanete.com -congres-quantique-lyon-2011 (voir vidéo et sheldrake)


 

lesinfluences.fr -Kauffman-Stuart

futuribles.com -Systémique, complexité, transdisciplinarité

wikipedia.org -Stuart_Kauffman

matierevolution.fr -qu'est-ce que l'émergence? stuart kauffman

wikipedia.org -Sigmoïde

astrosurf.com -les modèles informatiques de l'évolution

 

h) PVE: "ce qui n'empêche pas que Darwin était génial".


JMP: " certes, et il n'était pas du genre à suivre la catéchisme de stricte observance! Tout au long de sa vie, il n'a cessé de se poser des questions sur son modèle. Alors que les darwiniens purs et durs  ne doutent de rien. Cela ressemble parfois à de l'intégrisme...Les vrais chercheurs scientifiques ne fonctionnent pas ainsi. Tout ce que nous venons de dire relève de la logique du cerveau gauche, qui nous pousse aux limites de nos déductions, ou de nos inductions. Je pense, comme le professeur Lucien Israël que, pour mener à bien une spéculation, il faut aussi laisser travailler l'hémisphère droit, qui est celui de l'intuition, des affects de la sensibilité. L'intuition joue un rôle essentiel en science. Je suis frappé et inquiet de voir combien, poussés par la nécessité d'avoir des résultats rapides,de publier vite, beaucoup de scientifiques finissent par avoir une approche mécanique de la biologie moléculaire...Elle n'a pas fait sa révolution copernicienne".


i) PVE: "Que voulez-vous dire?".


JMP: "En particulier, qu'elle (la biologie moléculaire) n'a pas pris en compte l'aspect vibratoire des molécules, ce qui est incroyable. Elle est en contradiction complète avec la physique quantique, et du coup en retard. Un retard qu'elle ne comble pas, parce qu'elle a une vision mécaniste...Parfois, je me dis qu'il faudrait (leur) rappeler que dans son petit appartement de Trinity Collegele grand Newton avait des transes! Les fameuses lois de la science moderne, il ne les a pas élaborées par des raisonnements déductifs, mais par des intuitions extrêmement fortes, quand il se trouvait dans un état second...Einstein aussi a raconté que, quand il a eu l'idée de la relativité, ce fut par une sorte de révélation, où il a vu des images colorées s'imposer à lui, comme si elles lui avaient été données...La créativité en sciences, ce n'est pas seulement faire comme tout le monde, pour avoir des crédits et un public. Il s'agit de faire fonctionner, ou plutôt de laisser fonctionner les deux parts de son cerveau.

Reprenons Darwin un instant. A la fin de sa vie, il avait deux soucis. Le premier, c'est d'avoir fait tant de peine à sa femme en affirmant que Dieu n'existait pas...Et son deuxième souci, c'est qu'il était devenu sec comme un désert, ne comprenant plus rien à l'art, à la poésie, à la musique, à rien de ce qui est véhiculé par l'hémisphère droit. Il s'était complètement gauchisé dans son cerveau. Et moi, je regrette terriblement que la science actuelle soit devenue comme cela...L'hémisphère gauche sait surtout reproduire des systèmes simples, compter, numériser, classer...Or, quand ce type de fonctionnement s'empare, par exemple de l'ADN, cela donne la logique des OGM. Je repère un gêne, je l'isole...parce que la vie est tout à fait compliquée et que cela ne marche pas ainsi. L'approche purement mécaniste produit la technologie que nous voyons. Je suis en vive réaction contre ce qu'on appelle aujourd'hui la technoscience, dont je ne suis pas sûr qu'elle va libérer l'homme. Je pense au contraire qu'elle va l'asservir et que nous allons devenir des robots".


Lien sur Newton dernier magicien: ours.courageux.pagesperso -Newton n’était pas le premier au siècle de la Raison, il était le dernier du siècle des Magiciens

La malle de newton


Autre liens:

artivision.fr/docs -JacquesBergier: science contemporaine et conscience alchimique

larecherche.fr -Newton et la transmutation des métaux

franceculture.fr -la perruque de newton (j. p. luminet)

decitre.fr/livres -la malle de newton

chizodoxe.com -dans-la-malle-de-newton

planetastronomy.com -la malle de newton

http://www.astrosurf.com/luxorion/newton-hommage5.htm

ovnisant.com albert-einstein-et-la-theorie-de-la-relativite


 

biodiversité

j) PVE: "Votre pessimisme ne vient-il pas du fait que vous êtes aussi un écologiste?".


JMP: "Certainement. L'écologie est portée par une démarche beaucoup intuitive que déductive. Car, la vie n'est pas linéaire. Elle est dialectique, yin et yang. Et puis, il y a un grand mystère écologique en biologie, c'est la biodiversité, dont tout le monde sait aujourd'hui qu'elle nous est vitale et que le réchauffement la détruit. Or le paradoxe confondant, on n'enseigne plus les plantes et les animaux dans les universités. Plus on parle de biodiversité, moins il y a de gens capables de reconnaître les plantes et les animaux qu'il faut protéger. Il y a là une incroyable contradiction...Tout le monde travaille exclusivement sur le gêne. Et moi, le "tout-gêne" me gêne. Parce que la biologie n'est pas que cela. C'est plein d'autres choses que l'on va découvrir".



k) PVE: "Vous dites que la biologie moléculaire n'a pas fait sa "révolution copernicienne", qui serait d'intégrer la physique quantique, en "amont d'elle" (dans la classification des sciences selon Auguste Comte), faites-vous allusion à la manière que nous avons aujourd'hui de cultiver le terre, suivant la méthode du Baron Von Liebig, père de l'industrie des engrais, qui croyait qu'il fallait mécaniquement restituer à la terre, au gramme près, les éléments chimiques que les plantes y avaient pompés? ...on a oublié que la terre avait aussi besoin d'humus et de fumier, qui sont des systèmes beaucoup plus complexes.


JMP: "Bien sûr...Le phénomène Liebig est tout à fait d'actualité avec nos questionnements sur l'agriculture. Mais il faut se souvenir qu'à la fin de sa vie, Liebig était un peu comme Darwin. Il a pensé s'être trompé...il revenait au fumier comme une sorte de précurseur de l'agriculture biologique. On l'ignore totalement: le baron Justus Von Liebig s'est rétracté! Or toute l'énorme industrie agrochimique mondiale est fondée sur ses travaux!"


l) PVE: "Revenons à notre naïve question de départ: le monde s'est-il créé tout seul? Depuis quelques décennies ont fleuri toutes sortes de théories de l'auto-organisation...Je pense notamment à Ilya Prigogine et à ses structures dissipatives, qui montrent comment, dans certaines conditions, le chaos engendre spontanément de l'ordre. On n'est plus ici dans une approche mécaniste et linéaire. Ces théories ne peuvent-elles pas réussir à expliquer le monde? Mais...les théoriciens de la physique quantique n'ont-ils pas abouti à l'idée que le réel était décidément impossible à "coincer" par une approche scientifique, ou même par un système de connaissance quelconque? Ce serait alors le théorème de Gödel qui dit vrai: tout système contient forcément au moins un élément indémontrable...


JMP: "Les deux sont vrais. Il est indéniable qu'il y a de l'auto-organisation à l'oeuvre à tous les niveaux. Mais...il y a une zone de mystère qui enveloppe le tout...tout n'est pas entièrement révélé à nos capacités de comprendre. Je suis sensible à la phrase de Saint-Paul sur le miroir un peu voilé, qui fait qu'on ne voit pas tout (Saint Paul, dans l'épître aux corinthiens, mentionne le miroir qui peut faire progresser la connaissance de soi-même ; je vous en livre le passage :« La charité ne périt jamais. Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais qu'en ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel  disparaîtra. Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je résonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j'ai fait disparaître ce qui était de l'enfant)....Quand j'étais jeune scientifique, hyper-mordu par la science, je pensais que celle-ci finirait par tout éclairer...Aujourd'hui, je ne dirais plus ça. Je ne sais pas s'il faut s'en référer au théorème de Gödel ou à d'autres, mais je pense que la science est par nature enfermée dans des présupposés que lui impose la finitude humaine (Jacques Arsac écrit: Peut-être parce que je suis un scientifique, imbibé de culture scientifique, je suis très sensible à l'idée de l'infini de Dieu. Que Dieu soit infini, cela me paraît évident. S’il n’était pas infini, il pourrait y avoir un plus grand que Dieu). Et que celle-ci impose, puisque la science est produite par l'homme, une non-finitude de la scienceOn ne peut pas sortir l'infini du fini...Je pense que l'homme est un être fini, qui devrait être beaucoup humble. Cela lui ferait le plus grand bien dans ses rapports avec les autres, lui éviterait des guerres et beaucoup de misère...L'infini, le divin, si l'on est croyant, s'atteint mieux par la mystique que par la science. C'est d'ailleurs la définition même de la mystique dans les dictionnaires: l'union à Dieu...Bien sûr, je sais que cette approche sent le souffre dans la société actuelle... C'est vrai que l'ADN est une belle machine qui fonctionne d'une manière surprenante! Mais selon moi, ce n'est pas par cette voie qu'on peut aller vers l'infini. La voie mystique me semble plus sûre, si l'on veut toucher à la non-finitude...

liens: artbourgogne.free.fr/miroir -l'expérience du miroir, ou le sujet entre être et doute

remi.sentis.perso.sfr.fr- la finitude humaine et l'infini de dieu (jacques arsac)

esprit-universel.over-blog.com -rene-guenon-l-infini-et-la-possibilite

 

matierevolution.fr -les idée de prigogine fr.wikipedia.org -Système_dissipatif (prigogine)

www.universalis.fr -ilya-prigogine/2-auto-organisation

jeanzin.fr -les-limites-de-l-auto-organisation marianne2.fr -Hommage-a-Henri-Atlan-vive-l-auto-organisation-vive-l-emergence

webinet.blogspot.fr /auto-organisation et sociétés d'insectes

villemin.gerard.free.fr -Aut-organisation

hypergeo.eu -auto-organisation

sitegb.free.fr -l'auto-organisation issue du chaos

elissalt.net -auto-organisation

 

m) PVE: "Personnellement, j'ai du mal à comprendre que l'on soit scientifique et athéeAgnostique oui. C'est même d'une certaine façon, indispensable. Mais le spectacle de l'Univers est tellement fantastique qu'affirmer savoir absolument qu'il n'y a aucun sens me paraît infantile...


psyché (michel-ange)

JMP: "C'est parce que nous ne sommes plus dans un monde de savants, mais dans un monde de techniciens...Le choeur de notre société, c'est la technique, les engins. Les jeunes vivent de cela. Ils sont totalement instrumentalisés par un pouvoir économique qui en tire le plus grand profit et les rend hermétiques à ce qui n'est pas techno. Enlevez-leur les portables..., vous allez voir une dépression effroyable s'abattre sur la jeunesse. Le lien à la nature est beaucoup plus lointain...On ne se pose pas la question de savoir si on pourrait se passer de la nature, elle n'est plus là.

Il se trouve que j'ai été élevé dans une ferme de l'Auvergne profonde, pendant le guerre, totalement immergé dans la nature. Cela m'a donné un sentiment d'équilibre profond. Ce furent, de loin, les années les plus heureuses de mon existence. Quand je gardais les vaches, quand j'allais glaner pour les poules...Le lien à la nature est un lien qui construit la psyché humaine (l'anima?). C'est un lien très fort, sans doute parce que notre corps, c'est aussi la nature. Mais nous en avons complètement perdu le sentiment. Beaucoup de mal-être tient à cette perte. C'est quelque chose qu'il faut redécouvrir d'urgence si nous ne voulons pas aller dans le mur. C'est dans ce lien-là qu'on découvre le lien supérieur avec la totalité, en agnostique ou en croyant, peu importe...


n) PVE: "Pourtant, les mentalités changent. Les colloques verts se multiplient et sont littéralement bondés de très jeunes gens! Et surtout beaucoup passent à la pratique".


JMP: "Tant mieux. Mais pour la majorité, l'homme est ainsi fait qu'il ne bouge que quand ça va très mal. Seules les grosses catastrophes pourraient le faire évoluer".

bibleetnombres.online.fr/apocalypse L'apocalypse (le dévoilement) cosmobranche.free _ApocalypseStJean


 

o) PVE: "Boris Cyrulnik dit qu'un enfant qui manque du minimum d'affection ne se développe pas. Il peut devenir débile, être atteint de nanisme affectif, ou même mourir. On peut mourir par manque de liens affectifs.C'est comme une loi du vivant".


JMP: "Mais oui. L'amour c'est la vie.C'est vrai pour les enfants comme pour les adultes. Mais c'est vrai aussi pour les autres espèces vivantes!"


p) PVE: "Irez-vous jusqu'à dire que "l'amour" est ce qui fait avancer le monde?"


JMP: "On sort ici du discours scientifique, pour entrer dans celui des convictions. Cela dit,...Il y a l'attraction l'une vers l'autre de particules élémentaires, les quarks, qui s'attirent trois par trois, et s'associent pour donner des neutrons, des protons, des électron. Ensuite, ceux-ci s'attirent pour donner des atomes...Les organes donnent l'organisme, et les organismes s'attirent pour donner une société...Il y a une loi de coalescence d'identités, qui vont vers du plus complexe. Là, on retrouve l'idée de Theilhard de Chardin de la montée en complexité-conscience, qui passe par le seuil de la vie et par le seuil de l'esprit. Plus cela devient complexe, plus apparaissent des propriétés émergentes...Vous prenez des molécules seules qui n'ont aucun effet, vous les mettez ensemble, vous les injectez à des animaux, elles produisent un effet thérapeutique. Seules, aux mêmes doses, elles n'en produisent pas... C'est une loi essentielle de la vie et de la constitution des formes nouvelles. La sélection naturelle de Darwin intervient ensuite, éliminant les associations non viables. Mais avant que la sélection ne frappe, il a bien fallu qu'un mécanisme engendre des formes nouvelles! La mécanique de la construction est antérieure à la mécanique de l'élimination. Il faut un spermatozoïde et un ovule pour donner un bonhomme, un animal ou une plante. Au niveau humain, on appelle ça l'amour. J'y crois, vraiment!



q) PVE: "Si on appelle "amour" la force évolutive arrivée au seuil humain, à partir de ce même seuil, il y a aussi ce qu'on appelle "liberté", non?


JMP: "Oui et cela comprend la liberté du non-amour. Où l'amour est, il y a aussi la liberté de lui dire non. Et si Dieu est amour, il y a la liberté de dire "Dieu, je m'en fous!" Le Dieu des chrétiens en tout cas est un Dieu à qui on peut dire ça.Parce qu'il nous veut debout.

L'amour, c'est la grande affaire, la grande question.




La devise de mon blog monblogdereflexions.blogspot.frLES MERVEILLES DE LA NATURE ME FASCINENT. MES REFLEXIONS: LE SENS DE L'UNIVERS ET DE l'EXISTENCE.

EN MOI IL YA DEUX MONDES: LE MONDE EXTERIEUR DU "FAIRE" ET LE MONDE DE L'INTERIEUR, NON CONSCIENT,  AUTANT REEL.

MA DEVISE: L'ESSENTIEL, C'EST L'AMOUR, AMOUR DU SACRE.

MES MODELES: JESUS (l'amour), PYTHAGORE (la mathématique), EINSTEIN (la physique).

"Dieu est mort" (Nietzsche):la désacralisation est consommée!

La Toute puissance du scientisme technologique est prégnante! La Personne humaine devient progressivement objet!


 

mfpg.be -celui qui n'aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est Amour