26/06/2012

1) Notre existence a-telle un sens? 1) à propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan)


Notre existence a-telle un sens?
1)  propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan)

Le désenchantement de l'homme et du monde.

 

 

 

interobjectif.net -notre demeure:nosso-lar (préambule à cet article) vu dans le blog: chemindevie.net (merci pour me l'avoir fait connaître!)

"Le film Nosso Lar (Notre Demeure) est une super-production brésilienne sorti fin 2010 (pas encore diffusé en France) basée sur l’ouvrage le plus connu (ce livre constitue le premier volume d’une série de treize) du médium brésilien Chico Xavier.

De quoi parle-t-il ? Comment est la vie dans l’Au-delà (plan subtil) avec moultes détails ; ce n’est pas un documentaire, mais il est basé sur les transmissions reçues par un célèbre médium brésilien de la part d’un médecin mort au début du siècle dernier. Mais ici des images valent mieux que des paroles. Ce film est d’une beauté qui dépasse, à tous les niveaux, nos espérances. Un véritable baume pour l’âme. La vie après la mort y est très bien expliquée. L’environnement est Zen, New-Age, et futuriste…

Nos pensées et émotions qui créent à chaque instant, le pouvoir de l’amour, du pardon, du service… l’aide apportée par nos guides dès que l’on demande, la guérison énergétique, etc.

Après la scène sombre du début (dans le purgatoire) vient la lumière et le monde subtil de l’après vie'.

jvsc.jst.go.jp/find/mindlab -comment notre conscience est-elle reliée au monde?

 

Je débute cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? ces articles sont en fait l'expression de la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature ma fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèles: Jésus (l'amour),Phytagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je viens de terminer la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens. Je voudrais en partager "ma lecture", mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet.

 

1) A propos de trinh xuan thuan.

 

 

</


 

 

 

 

 

 

 

 

 

“Voir un universdans un grain de sable,

Et un paradis dans une fleur sauvage,
Tenir l’infini dans la paume de la main,
Et l’éternité dans une heure.”

- William Blake

 

mandala: du Big Bang à l'éveil

biographie: Trinh Xuan Thuan est né en le 20 août 1948 à Hanoï (Vietnam). Il quitteHanoi à l'âge de 6 ans. Sa famille s'établit alors à Sài Gon, ancienne capitale du Sud du pays, qui était alors séparé en deux par le 17e parallèle, conformément aux accords de Genève signés en 1954. Là, il fit des études, jusqu'au Bac, à l'école française Jean Jacques Rousseau. pour en savoir plus...


Autres liens: fnac.com/Trinh-Xuan-Thuan -tous les livres

trinhxuanthuan.com -L'infini dans la paume de la main

lexpress.fr/actualite/sciences -Trinh Xuan Thuan: "Les étoiles sont nos ancêtres"

inrees.com/articles -Science et bouddhisme avec Trinh Xuan Thuan

psychologies.com -"je cherche la cohérence entre science et Bouddhisme"

lefigaro.fr/livres -Trinh Xuan Thuan, l'homme qui remonte le temps

grands-prix-2012.institut-de-france.fr -Le Prix mondial Cino del Duca 2012 est attribué à Trinh Xuan Thuan

canalacademie.com/ida9169 -lauréat du Prix mondial Del Duca, reçoit le prix Louis Pauwels 2012

livreshebdo.fr/prix/actualites -Trinh Xuan Thuan reçoit le prix Louis-Pauwels

les2infinis.canalblog.com -Trinh Xuan Thuan

franceinter.fr/emission -partir avec trinh xuan thuan l'astrophysicien du cosmos

 

2) Des origines au "miracle grec".


egeablog.net -Miracle grec

Depuis les temps les plus reculés, l'homme a essayé de conjurer son angoisse des espaces infinis en organisant progressivement l'information qu'il acquiert sur le monde extérieur en schéma unifié et cohérent. Il y a quelques dizaines de milliers d'années, l'homme vivait dans un Univers magiqueanimiste, peuplé d'esprits. Mais il goûta au fruit de l'arbre de la connaissance et, avec l'accumulation du savoir, l'innocence disparut. Il perçut de plus en plus la complexité des phénomènes qui l'entouraient ainsi que son impuissance face à l'immensité de l'Univers. Il y a environ 10 000 ans, l'Univers magique jusque là humain se mua en un Univers mythique surhumain sur lequel régnaient les dieux. "Les esprits se retirèrent des arbres, des fleurs et des rivières. Tout phénomène naturel, y compris la création de l'Univers était la conséquence des actions de ces dieux...Avec l'Univers mythique, la religion fit son entrée. La communication avec les dieux ne pouvait plus se faire directement, comme c'était le cas avec les esprits dans l'Univers magique, mais par l'intermédiaire d'individus privilégiés, les prêtres". Néanmoins certains évoquent des civilisations avancées il y a déjà 10 000 ans, dont albert Slosman avec sa "grande hypothèse".  Même si la plus ancienne représentation du cosmos date de 3600 ans, quand, dans le petit village de Nebra en Allemagne orientale, un curieux disque de bronze est mis à jour suite à une découverte archéologique, l'ensemble de la communauté scientifique pense que la science actuelle est née au milieu du VIè siècle avant J.-C. avec "le miracle grec".


liens de ce chapitre: mystere-tv.com -Civilisation avancée 10 000 ans avant J.C. - Mythe ou réalité ?

documentaire-video.com -une civilisation avancée 10 000 ans avant J C?

mondemeilleur.over-blog.net -La plus ancienne représentation du cosmos, il y a 3600 ans

mysteresdegypte.fr -La représentation du cosmos en Egypte ancienne

expositions.bnf.fr -les images de l'univers: les avancées grecques

www.arv.be -la représentation du cosmos à l'aube de la culture grecque

bien.vieillir.perso.neuf.fr -la naissance des dieux

sergecar.perso.neuf.fr -Science, mythe et philosophie

hellada.free.fr/dieux- Les Dieux de l'Olympe

egyptos.net -liste des dieux Egyptiens

wikipedia.org -Cosmologie religieuse atheisme.free.fr-Science et religion: l'irréductible antagonisme

eden-saga.com/fr- Un Dieu unique: la grande hypothèse d'albert Slosman

 

fr.wikipedia.org -Sciences grecques

lutecium.org -Le miracle grec: pouvoirs de la pensée anti-symétrique

lelabyrinthe.over-blog.net- de -600à -470: quelques dates

agora.qc.ca -le miracle grec...(ne pas oublier)il a été préparé par les civilisations pré-hélléniques

forums.futura-sciences.com -à noter le commentaire: Sans l'Egypte, sans la Mésopotamie, sans ce terreau méditerranéen...il n'aurait jamais eu lieu

 


3) De la pensée grecque au monde déterministe.


 

geowiki.fr -La théorie géocentrique

 

wikipedia.orgSciences grecques _ l'époque des présocratiques

*"Les penseurs grecs ont eu l'intuition que le monde pouvait être disséqué en ses différentes composantes et que celle-ci étaient régies par des lois qui pouvaient être appréhendées par la raison humaine. Il n'était plus question d'observer les phénomènes sans les comprendre, ni de s'abandonner aveuglément aux dieux. cet univers scientifique est encore le nôtre aujourd'hui".

*Avant la révolution copernicienne, on avait l'idée d'un monde clos et ordonné. C'est la vision des grecs pour qui le cosmos est le reflet de la raison, agencé par un principe divin. L'homme est au centre de l'univers et la Terre au centre du monde. Cet univers géocentrique a régné en maître pendant plus de 20 siècles jusqu'en 1543, quand Copernic délogea la Terre de sa position centrale. Alors a commencé un inexorable rapetissement de l'homme, dans l'espace et dans le temps. L'univers est devenu mécanique et déterministe avec Newton et son introduction de la loi de la gravitation universelle en 1687. En cette fin de XVIIè siècle, l'homme avait la vision la vision d'un univers infini, comme Newton, qui pensait que si l'univers avait des limites, il avait un centre. Mais la gravité devrait entraîner un effondrement de toute la matière vers ce centre, ce qui n'était pas conforme aux observations.

*Au XIXè siècle, l'homme occidental, rendu insignifiant dans ce vaste univers, aurait pu se consoler en songeant à sa filiation céleste, n'était-il pas le descendant d'Adam et Eve? Il avait perdu sa place centrale, mais il restait l'enfant chéri de Dieu. Charles Darwin ne lui laissa même pas cette consolation en montrant des origines beaucoup moins nobles, en publiant "de l'Origines des espèce" en 1959". L'univers qui s'était agrandi dans l'espace avec Copernic, s'agrandissait dans la temps, car son âge, que Newton avait évalué à 6 000 ans fut remis en question.

 

 

*Les découvertes de la fin du XIXè siècle et du XXè siècle ont continué à diminuer la place de l'homme dans l'univers. L'arpentage de la voie lactée, réduisit la taille du système solaire à un milliardième de celle de notre galaxie, mais, de nouveau, l'ego démesuré de l'homme l'amena à penser que si la Terre n'était pas au centre du monde, sûrement notre astre, le soleil, devait être au centre de la voie lactée (l'univers tout entier à cette époque). Mais patatras! Les astronomes démontrent que le Soleil n'est qu'une simple étoile de banlieue, sur le bord de la voie lactée, vers le bord du disque. C'est alors qu'en 1923Edwin Hubble démontre l'existence d'autre galaxies, bien au-delà des limites de la voie lactée. Le cosmos s'agrandissait de plus en plus et bientôt, notre galaxie allait se perdre dans l'immensité de l'univers. Aujourd'hui, elle n'est plus qu'une galaxie quelconque parmi les centaines de milliards de galaxies qui peuplent notre univers observable.

 

liens: des grecs au déterminisme: fr.scribd.com -la vision grecque du monde

wikipedia.org -Sciences grecques

les-voyageurs-de-la-science.over-blog.com -histoire de la cosmologie (l'antiquité grecque)

samizdat.qc.ca -la science moderne est apparue en Europe aux 16e et 17e siècles

ethiopiques.refer.sn -pensée égyptienne et philosophie grecque: transfert et plagiat

cite-sciences.fr -L’univers géocentrique d’Aristote et de Ptolémée

wikipedia.org -Géocentrisme

wikipedia.org -déterminisme

gobiernodecanarias.org -Le monde de Laplace: mathématiques, physique et déterminisme

wikipedia.org -Causalité (physique) fr.wikipedia.org -Gravitation

wikipedia.org -De l'Origine des espèces curiosphere.tv/video -parution de "de lOrigine des espèces"

youtube.com -de l'Origine des espèces

astrosurf.com -Quand l'univers se limite à la Voie Lactée

hwwwhip.obspm.fr -gaïa, l'arpenteur de la voie lactée cosmovisions.com -l'histoire de l'astronomie

cairn.info -le 20è siècle et la cosmologie scientifique


4) La découverte de l'univers: du Big Bang à l'homo sapiens...

Les télescopes les plus puissants, sur terre ou dans l'espace, permettent aujourd'hui de capturer la lumière des galaxies les plus lointaines situées à plus de 10 milliards d'années-lumière. Nous les voyons telle qu'elles étaient il y a 10 milliards d'années. De même, les objets situés à des distance différentes sont vus tels qu'ils étaient au moment correspondant à la distance d'observation. Ainsi, la quand nous observons la galaxie d'Andromède, située à un distance de 2 millions d'années-lumière, nous la voyons telle qu'elle était il y a 2 millions d'années et ainsi de suite. Utilisé de cette manière (voir loin, c'est voir tôt dans la passé), le télescope est une machine à remonter le temps. Nous disposons donc d'une grande fresque historique, magnifique et envoûtante.

Avec trinh xuan thuan, la science moderne pense que l'univers est né d'une déflagration fulgurante, le "Big Bang", qui a donné naissance à l'espace et au temps, il y a plus de 14 milliards d'années. Depuis, sans relâche, se poursuit l'ascension vers la complexité.


"L'univers existe depuis 15 milliards d'années. Un centième de seconde après le big-bang apparaissaient les particules atomiques, protons, neutrons, et électrons. Les noyaux de deutérium (assemblage de 1 proton, 1 neutron et 1 électron) se sont formés au bout de 1 seconde. Les noyaux d'hélium (2 protons, 2 neutrons) au bout de un quart d'heure. Puis la création va ralentir son rythme...

Les atomes les plus légers se sont formés 300.000 ans plus tard: atomes d'hydrogène(1 proton et 1 électron) et atomes d'hélium (2 proton, 2 neutrons, 2 électrons). Les nuages froids d'hydrogène et d'hélium se forment au bout de 1 million d'années.

Sous l'action de la gravitation, ces nuages se condensent et donnent naissance aux premières galaxies dans lesquelles naissent les premières proto-étoiles. Nous sommes alors 100 millions d'années après le Big-Bang.

Les étoiles et les planètes telles que nous les connaissons se sont formées au bout de 5 milliards d'années. Quant à la planète Terre, elle existe depuis 4,6 milliards d'années, soit plus de 10 milliards d'années après le Big-Bang. pour continuer l'histoire...


Ainsi, sans les étoiles et leur merveilleuse alchimie nucléaire, les éléments chimiques nécessaires à la vie et à la conscience n'auraient pu être créés. Sur la troisième planète a partir du soleil appelée Terre, la vie s'est éveillée il y a environ 3,8 milliards d'annéesL'hominidé est apparu il y quelque 2,5 à3,5 millions d'années et la pensée réflexive et symbolique a surgi avec l'homo sapiens il y a 200 00ans. L'homme est capable de s'émerveiller devant la beauté et l'harmonie du cosmos et de se poser des questions sur l'univers qui l'a engendré, mais sa place s'est considérablement rapetissée. Si le calendrier cosmique où les 14 milliards d'années de l'univers étaient comprimées en une seule année on aurait la vision qui suit...


liens: hubblesite.org télescope spatial Herschel

wikipedia.org -ordres de grandeur des distances astronomiques

atunivers.free.fr/universe -L'univers jusqu'à 14 milliards d'années lumière L'Univers visible

ciel.science-et-vie.com -la galaxie la plus lointaine de l'univers

taza.fr/aghani -une vue 3D de l'univers visible

futura-sciences.com -10,2 milliards d'années-lumière : un record pour un amas de galaxies

syti.net/EvolutionStory -Histoire de l'univers, de la vie, et de l'homme

astropolis.fr -l'histoire de l'Univers

lemonde.fr/sciences -Toute l'histoire de l'Univers en images

planet-terre.ens-lyon.fr -histoire de l'univers, de la terre et de la vie rapportée à une année

cnrs.fr -big bang, des origines de l'univers aux origines de la vie

molaire1.perso.sfr.fr -Le big bang et l'origine de la matière ou Que la lumière fût!

la vie: dinosaureworldforum.forumactif.org -L'Apparition de la Vie

lestoutespremieresfois.com -les touts débuts de la vie

wikipedia.org -Origine de la vie

 

5) Le désenchantement.

 

http://bipotes.leforum.eu -Pascal "le silence...m'effraie"

Face à cette réduction de la place occupée par l'homme, a la fois dans l'espace et dans le temps, un certain désenchantement se produit. A l'époque moderne et jusqu'à maintenant, de nombreux scientifiques, ont avancé que l'émergence de l'intelligence et de la conscience dans l'univers n'était qu'un simple fait dû au hasard, qu'un accident de parcours dans la longue marche de l'univers, celui-ci n'avait que faire de notre présence: notre existence n'a aucun sens. A l'immense cri d'angoisse poussé par Blaise Pascal au XVIIè siècle: "Le silence éternel des espaces infinis m'effraie", répondent trois siècles plus tard les visions pessimistes du biologiste français Jacques Monod: "l'homme est perdu dans l'immensité indifférente de l'univers d'où il a émergé par hasard" ou celle du physicien américain Steven Weinberg: "Plus on comprend l'univers, plus il nous apparaît vide de sens".

Je partage l'avis de Trinh Xuan Thuan et de Jean Staune qui ne sont pas d'accord avec cette vision désespérante du monde. De plus en plus, les nouvelles découvertes scientifiques et leurs implications métaphysiques ré enchantent le monde malgré la domination du paradigme du "tout-économique". trinh xuan thuan nous pourquoi, à son avis: "Parce que cosmologie moderne a redécouvert l'ancienne alliance entre le monde et le cosmos. Parce que nous sommes tous faits de poussières d'étoiles, parce que nous sommes tous constitués d'éléments lourds fabriqués par l'alchimie nucléaire des astres, nous partageons la même généalogie cosmique que les gazelles des savanes et les nymphéas des étangs. Ensuite, parce que les découvertes scientifiques du dernier siècle, aussi bien en physique, en astrophysique, en biologie, en neurobiologie, en paléontologie qu'en mathématiques, ont donné une vision plus enchantée et plus exubérante du monde. Le siècle passé a bouleversé notre façon de concevoir le monde".


le désenchantement: assr.revues.org -Marcel Gauchet, Un monde désenchanté ?

wikipedia.org -Désenchantement du monde

wikipedia.org -Dieu est mort (Friedrich_Nietzsche)

philolog.fr -http://www.philolog.fr -dieu est mort: quel est le sens de cette affirmation?

philo5.com -Dieu est mort

akadem.org/medias -Désenchantement_Weber

jeanzin.fr -Religion, hiérarchie, individu, autonomie, progrès, histoire

booknode.com -science,_foi_et_desenchantement_du_monde

 

6) Vers un monde holistique.

En physique, après avoir dominé la pensée occidentale pendant 300 ans, la vision newtonienne d'un univers fragmenté, mécaniste et déterministe fait place à celle d'un monde holistique, indéterminé et débordant de créativité.

L'univers newtonien n'était qu'une immense machine, composé de particules inertes, soumises à des forces aveugles.  Laplace exprime ainsi le credo déterministe:

Nous devons donc envisager l’état présent de l’Univers comme l’effet de son état antérieur, et comme cause de celui qui va suivre. Une intelligence qui pour un instant donné connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la composent, si d’ailleurs elle était assez vaste pour soumettre ses données à l’analyse, embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l’Univers et ceux du plus léger atome: rien ne serait incertain pour elle, et l’avenir comme le passé, serait présent à ses yeux”.

L'univers était enfermé dans un carcan qui lui ôtait toute créativité et lui interdisait toute innovation. Dans ce monde, le réductionnisme régnait en maître: Il suffit de décomposer tout système en ses éléments les plus simples et d'étudier le comportement de ses parties pour comprendre le tout, qui n'est ni plus ni moins que la somme des composantes. Ce déterminisme stérilisant et ce réductionnisme déshumanisant constituaient la pensée dominante jusqu'à le fin du XIXè siècle.

Théorie du chaos

La mécanique quantique allait balayer la certitude déterministe, le hasard est entré (en force) dans le microcosme et elle fut remplacée par l'incertitude du flou quantique. Le réductionnisme étroit et simpliste fut lui aussi balayé et la réalité morcelée et localisée devint holistique. Le réel  dans le monde subatomique devint non local et non séparable. La matière a perdu sa substance, les particules élémentaires ne sont plus des choses palpables ou des faits, mais des potentialités ou des possibilités. Une particule n'a pas d'existence intrinsèque et prend l'aspect d'une onde ou d'une particule selon qu'un appareil de mesure est activé ou non. En conséquence, la nature du réel dépend de l'observateur.

La vision de monde macroscopique a aussi été transformée. Avec la théorie du chaos, le hasard, l'indétermination et l'imprédictibilité se manifestent dans la vie quotidienne et dans le domaine du cosmos, des planètes, des étoiles et des galaxies.

Aujourd'hui, la science commence à percevoir ses limites. La question "qu'est ce que le réel?" partage la communauté scientifique. Dans leur activité quotidienne, beaucoup s'en tiennent à l'interprétation de "l'école de Copenhague" sans se positionner sur "le réel". Mais pour de nombreux scientifiques, au-delà du réel accessible aux instruments de mesure et aux méthodes d'investigation, il existe ce que Bernard d'Espagnat appelle un "réel voilé", auquel la science n'a pas accès.

Cette limite des méthodes scientifiques se retrouve dans le raisonnement logique. Gödel a ainsi démontré un théorème, "le théorème d'incomplétude". Pour simplifier, selon ce théorème, il n'est pas possible de démontrer par la logique qu'un système est cohérent en restant à l'intérieur de ce système (pour le faire, il faut sortir du système). Gödel a aussi démontré qu'un système d'arithmétique cohérent et non contradictoire contient inévitablement des propositions "indécidables", c'est à dire des énoncés mathématiques dont on ne pourra jamais dire par la logique s'ils sont vrais ou faux.


liens: nao-org.com -Vers un monde holistique

science-for-everyone.over-blog.com -holisme vs réductionnisme

.gobiernodecanarias.org -Le monde de Laplace : mathématiques, physique et déterminisme

wikipedia.org -Pierre-Simon de Laplace

staune.fr -Le réel voilé: Bernard d'Espagnat

asmp.fr -Mécanique quantique et connaissance du réel Hervé Zwirn

 

7) Que conclure de ma lecture de la préface de Trinh Xuan Thuan à "notre existence a t-elle un sens?

 

 


"Où en est-on aujourd'hui? Incertitudeindéterminationimprédictibilitéincomplétudeindécidabilité: la science sait désormais qu'elle ne peut pas tout savoir. Pour continuer le chemin et accéder à la réalité ultime, il nous faut faire appel à d'autres modes de connaissance, comme l'intuition mystique ou spirituelle, informées et illuminées par les découvertes de la science moderne".

Je partage volontiers ce avis de Trinh Xuan ThuanLa science et la spiritualité sont en effet deux fenêtres complémentaires qui permettent à l'homme d'appréhender le réel. La science se doit de reprendre sa place dans le giron de la culture humaine, après s'en être éloignée dans le passé à cause d'une vision trop matérialiste, fragmentée, réductionniste et mécaniste.

Dans les articles à venir, après cette introduction, je voudrais continuer en partageant ma lecture du livre de Jean Staune "notre existence a-t-elle un sens?



04/10/2011

1- Les limites de la connaissance1) présentation

Les limites de la connaissance1) présentation

 

La pensée.

 

Les limites de la connaissance.


Depuis toujours je suis émerveillé par la nature et ses mystères, avec laquelle je me suis éveillé par les images qui me restent encore du village de mon enfance et de son château (à voir dans l'article "Ma peinture huile: le village de mon enfance: Jumilhac le Grand en Périgord" -libellé peinture et fantastique).


La science nous permettra-t-elle un jour de tout savoir? Ne rêve-t-elle pas d'une formule qui explique tout? N'y aurait-il rien qui entrave sa marche triomphale? Le monde deviendra-t-il transparent à l'intelligence humaine? Tout mystère pourra-il être à jamais dissipé?


Hervé Zwirn pense qu'il n'en n'est rien.La science, en même temps qu'elle progresse à pas de géant marque elle même ses limites. C'est ce que montre la découverte des propositions indécidables qui ont suivi le théorème de Gôdel. Ou celle des propriétés surprenantes du chaos déterministe. Ou encore les paradoxes de la théorie quantique qui ont opposé Einstein et Bohr en mettant en cause toute notre manière de penser.

L'analyse de ces limites que la science découvre à sa propre connaissance conduit à poser une question plus profonde: qu'est ce que le réel?


Je commence ici une série d'articles que j'intitule "les limites de la connaissance", où j'exprime mon questionnement et mes réflexions en partant de l'analyse qu'en  fait Hervé Zwirn. Ceci est le premier article.


1) La situation au 19ème siècle.

Les savants pensent que la science est construite sur des fondations suffisamment assurées et solides pour que nous n'ayons pas à douter de la vérité des théories scientifiques. ils pensent que le monde qui nous entoure, tel que nous le percevons, constitue la réalité et qu'au moins en principe, la science est capable de décrire, de prédire, et d'expliquer la quasi-totalité de cette réalité. Si certains phénomènes échappent encore, ce n'est pas parce que la science ne peut pas les appréhender, mais uniquement les théories de l'époque ne sont pas achevées. Pour eux, il est certain que, peu à peu, les nouvelles avancées de la connaissance permettrons de diminuer la part de ce qui encore inconnu, imprévisible ou incompris, et que cette part devra finalement disparaître totalement, du moins devenir négligeable. Tel est l'avis de William Thomson, alias Lord Kelvin dans cette célèbre phrase:

"La science physique forme aujourd'hui, pour l'essentiel, un ensemble parfaitement harmonieux, un ensemble pratiquement achevé."

Ces savants se trompaient pour de multiples raisons. Un des mes objectifs est de mettre en évidence, sinon d'expliquer ces raisons pour lesquelles l'idéal de perfection absolue qu'on pourrait souhaiter à priori pour la science ne peut être atteint. Selon cet idéal, la science devrait être certaine, c'est à dire qu'elle devrait être édifiée de telle sorte que nous ne devrions avoir aucun doute sur la cohérence de sa construction, ni sur celle de ce qu'elle nous apprend. Elle devrait aussi nous permettre de prédire, avec une précision arbitrairement grande, et sur des périodes aussi longues que l'on veut, l'évolution de tout système physique microscopique ou macroscopique. Cet idéal, qui peut être considéré comme asymptotique, suppose qu'aucune limite ou frontière infranchissable ne sépare l'état actuel de la science et l'état parfait qu'elle atteindra dans un futur plus ou moins proche.



2)  Situation au début du 20e siècle.

Les réflexions épistémologiques menées au début du 20ème siècle dans le but de comprendre la construction du discours scientifique et de justifier la croyance en sa solidité ont montré que les fondations de la science n'étaient pas aussi assurées qu'on l'avait cru. En fait, celles-ci se sont effondrées.

A voir: les travaux du cercle de Vienne et l'empirisme logique, puis le programme de Hilbert et le "indécidables". Par la suite, le concept même de vérité d'une théorie a été remis en question et a dû être abandonné.


3) Notion de réalité extérieure.

La notion de réalité extérieure, indépendante de tout observateur, de toute théorie ou interprétation, et ressemblant à peu de choses près à ce que nous en percevons, doit être fortement remise en question, à la fois pour des raisons philosophiques et des considérations issues des développements récents de la physique. La notion de prédictibilité pour des phénomènes physiques a dû être reconsidérée et découplée de la notion de déterminisme. On découvre dorénavant de vastes territoires qui échappent et échapperont toujours à nos tentatives pour les connaître et les prédire. Il peut paraître paradoxal que la science découvre elle-même ses propres limites, mais la contradiction n'est que superficielle et c'est le sens de ma recherche que d'en découvrir la signification profonde et les implications.


4) Evolution du "savoir scientifique", limites intrinsèques, réalisme et monde quantique, doutes sur la réalité, que croire?

La progression du savoir scientifique s'est faite dans un sens qui montre que les espoirs de connaissance certaine et totale de l'univers physique sont vains. Il n'est plus possible de soutenir que le discours scientifique possède des fondations assurées en toute certitude, que la vérité des théories scientifiques peut être démontrée, que la science décrit une réalité extérieure et indépendante, et que la plus grande partie de l'univers peut être modélisée de manière à devenir accessible à la connaissance rationnelle. L'univers ne se laisse pas domestiquer par le discours formel et de grandes parties (et la plus grande partie?) de ce qui le constitue resteront à jamais hors de notre portée, aussi bien au niveau matériel qu'au niveau conceptuel.

Mais attention! Ce que pense Hervé Zwirn est qu'il ne s'agit nullement de défendre une position antirationnaliste laisssant la porte ouverte à toute interprétation faisant croire que le travail scientifique est vain, voire faux, favorisant les idées qui pensent que l'échec de la science à occuper totalement la totalité du territoire de l'univers peut être pallié par des connaissances plus mystiques, ésotériques ou parapsychologiques. Ce que justement permet la science, elle est la seule construction rationnelle (voir ci-après un premier commentaire sur le connaissance par philonett) à posséder ce pouvoir et elle permet de découvrir les raisons pour lesquelles ces territoires resteront à hors de notre portée et ces raisons montrent qu'il est vain de les appréhender par quelque moyen que ce soit. Ils nous échappent pour des raisons de complexité, de temps, de taille ou d'impossibilité matérielle qui découle des limitations de notre condition humaine.

Selon H. Zwirn, prendre conscience de ces limites du pouvoir scientifique et préciser où et en quoi résident ces limites est une avancée cognitive majeure qui fait progresser dans la connaissance épistémologique du discours scientifique et dans la connaissance philosophique des rapports l'homme et l'univers. Tirer avantage de cette imperfection pour en conclure que n'importe quel discours alternatif peut lui être substitué, serait une erreur du même ordre que celle du jeune marié, qui découvrant que son épouse n'est pas aussi parfaite qu'il le pensait, se précipiterait dans la rue pour choisir une autre femme au hasard!. La science, malgré ses limites reste la plus efficace des tentatives de compréhension, de description et de prédiction de la nature.


5) Approche sur la conception du monde?

Quelle est l'approche sur la conception du monde qu'on est en droit d'adopter au vu des connaissances acquises ausi bien en épistémologie qu'en mathématiques, en logique et dans les sciences dites "empiriques" comme la physique. Il semble possible et souhaitable d'éliminer les positions qui, bien qu'encore soutenues quelquefois, ne sont en fait plus acceptables. Certaines conceptions sont contradictoires ou bien démenties par les faits.

Il faut abandonner beaucoup de croyances issues du sens commun, mais pas de manière erratique, et qu'il soit justifié apar des considérations valides.

Une deuxième étape consiste à élaguer parmi les conceptions philosophiques en usage celles qui sont exclues an raison de ces considérations et à analyser les positions encore en lice.

La derrière étape consiste à se forger sa propre conception en utilisant tout ou partie des matériaux passés au travers  le tamisde l'analyse, voire en formulant de nouveaux concepts sous la condition que caux-ci passent à travers le tamis.

La controverse introduite par Sokal et Bricmont se rapporte "l'intrusion abusive" et erronnée par de nombreux philosophes appelés "postmodernes", de résultats scientifiques sortis de leur contexte. Il esr donc nécessaire de préciser dans quel sens doivent être entendus les résultats de ces analyses.


6) Résumé de la démarche de H. Zwirn.

*Dans un premier temps, il explicite les limites que les différentes disciplines ont permis de poser. Puis il propose une taxonomie de ces limites afin d'en déterminer le domaine de pertinence. ensuite il fait une analyse critique du panorama des principales positions philosophiques actuellement défendues. Et enfin, dans une approche prospective, il examine les conséquenses épistémologiques, philosophiques et métaphysiques de cette analyse.


*Comment est-ce que je me situe par rapport à cette analyse?

Cette approche me permet de répondre à ma soif de connaissances, dont la source est mon émerveillement pour la nature et ses merveilles, depuis mon enfance. Elle correspond à mon questionnement sur ces mystères, première attitude du philosophe si j'en crois mes lectures, et aussi à l'attitude que j'ai toujours eu, chercher à expliquer "le monde".

Par ailleurs, dans la démarche que j'ai adoptée dans mes études, j'ai toujours refusé l'apprentissage "par coeur". Je veux savoir le "sens" et la signification "réelle" de ce que j'apprends. C'est peut-être explique que parfois, j'ai du mal à appliquer pratiquement ce qui m'est enseigné; il me faut du temps pour en assimiler toute la substance. Mais par le travail et l'amour du savoir, j'ai l'impression de connaître de plus en plus de choses.

C'est ce que je souhaite réaliser dans cette partie de mon blog. Ce travail progressif sera réalisé au cours articles rédigés progressivement.

 



L'ensemble des articles a pour but d'approfondir cette réflexion sur la connaissance et ses limitesEn préambule, voici un article que j'ai trouvé sur le net et qui donne quelques pistes de réflexion, le point de vue de Philonet.


Le point de vue de "PHILONET": voir http://philonet.free.fr/ S2.htm

La connaissance que nous avons du monde extérieur n’est-elle possible que par l’intermédiaire des sciences ? Celles-ci ne risquent-elles pas de limiter notre approche du réel ? En un mot, tout est-il dit lorsque les sciences ont parlé ?

Plan :

1- La spécificité et les limitations de l’approche du réel par les sciences ?

1.1 – Science, opinion et savoir-faire

§– connaître et posséder, le renoncement aux illusions de la pensée magique (Bachelard)

§– le savoir-faire  s’oppose au savoir penser (Alain)

§– la science met en ordre les phénomènes du monde en y repérant des modèles rationnels

1.2 – Les exigences de l’approche rationnelle du réel

§– cohérence interne et externe, non-contradiction, nécessité, suffisance, nécessaire retour au réel, soumission au verdict de l’expérience

§– empirisme naïf et construction rationnelle (Bachelard)

1.3 – Cependant, les sciences ne peuvent prétendre s’imposer comme savoir absolu sur le réel : les limites de la vérité dans les sciences : la falsifiabilité comme exigence incontournable de l’éthique scientifique. (Popper)

Conclusion partielle 1 : L’homme moderne, par le développement des sciences a su constituer un mode de connaissance original du réel : la connaissance scientifique a construit un monde à la mesure de la raison humaine. Loin d’un empirisme naïf, elle fait sienne cette maxime de Bachelard : rien n’est donné, tout est construit.

 

2- Le réel peut-il être réduit à ce que la science peut en connaître ?

2.1 – La science réduit le réel à ce qui est rationalisable dans le réel :

§analyse d’un exemple : un phénomène naturel, la foudre qui va être réduit dans une conception rationnel à un ensemble de relations causales et de phénomènes quantifiables, au détriment de ce que le sensible et l’imaginaire pourrait en dire.

2.2 – La science interpose entre le réel et nous un tissu d’idéalités qui nous la masquent

§L’univers des sciences se coupe et s’éloigne de la réalité sensible et vécue par tous. Risque de ne voir dans la nature qu’un ensemble de relations déterminées

2.3 – La science, loin de résoudre la solitude ontologique de l’homme risque de la renforcer : elle prend le parti de l’intelligible contre le sensible, du concept contre le percept (Bergson)

Conclusion partielle 2 : la connaissance scientifique voulait nous rapporcher du réel, mais elle ne le peut qu’au prix d’une réduction et d’une simplification. Pire, elle substitue au monde réel une construction rationnelle qui nous en masque l’essence.

 

3 - D’autres connaissances du réel sont-elles possibles ? sont elles opposables à la science ?

3.1 – La connaissance pratique et le savoir-faire

§le savoir faire a sa grandeur : noblesse et spiritualité de l’outil (Aristote)

§Notons qu’il n’est pas totalement indépendant de la science

§l’homme prométhéen : s’emparer du réel pour le transformer (Descartes)

3.2 – La connaissance métaphysique et morale

§Le réel et son dépassement : la quête du sublime (Hegel)

§Donner sens et valeur au monde réel

§Répondre à la question « pourquoi » là où la science ne peut que répondre à la question « comment »3.3 - L’approche esthétique du monde constitue-t-elle un  « savoir de ce monde » ?

§L’art, et l’art est capable de combler le gouffre qui nous sépare du réel en constituant entre lui et nous une « tierce réalité, l’œuvre d’art. (Huyghe)

L’art comme élargissement de la perception (Bergson)

Conclusion partielle 3 : Là où la science échoue partiellement dans son désir de nous faire connaître le monde dans son ipséité, d’autres modes de connaissance peuvent développer d’autres points de vue possibles sur le réel.

Conclusion :

On ne peut donc limiter notre connaissance du réel à la seule connaissance scientifique. Celle-ci a sa grandeur, mais ne témoigne que d’un seul type d’approche des phénomènes du monde, auquel on ne peut limiter notre regard sur le réel. L’homme ne sait où se mettre et l’erreur humaine ne fait qu’un avec l’errance (Canguilhem), il ne sait comment regarder le monde : la pluralité des approches résulte de cette solitude ontologique qu’il revient à l’ensemble des productions culturelles, et pas seulement à la science, de combler