30/11/2013

Notre existence a t-elle un sens? 17)Epilogue

 

Notre existence a t-elle un sens? 17)Epilogue: Résumé de la démarche

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-t-elle un sens? 13-2) Dur, dur le problème (la conscience 2ème partie)

Je consulte souvent aussi: astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

 

Exergue: "Par opposition au scientisme dominant de la fin du XIXè siècle, on voit aujourd'hui de nombreux scientifiques, forts de ces nouvelles hypothèses ou de ces nouvelles théories, orienter le science vers un autre ordre de réalité, considéré désormais non plus comme concurrent, mais comme complémentaire de son domaine." Jean-Marie Pelt


wikipedia.org -Esprit quantique "L'esprit quantique est une hypothèse qui suggère que des phénomènes quantiques, tels l'intrication et la superposition d'états, sont impliqués dans le fonctionnements du cerveau et en particulier, dans l'émergence de la conscience. Cette hypothèse part du principe, controversé, que la physique classique et son déterminisme ne peut totalement expliquer la conscience. Ses fondements théoriques ont été posés dans les années 1960 en sciences mais depuis ses partisans ne sont pas encore parvenus à la démontrer. Cette théorie n'en est qu'à ses débuts, elle a pourtant le soutien de Roger Penrose et de Stuart Hameroff. Karl H. Pribram et Henry Stapp ont, de leurs côtés, proposé une variante".

 (hypothèse soutenue par Roger PenroseStuart Hameroff. Karl H. Pribram et Henry Stapp).


Epilogue: résumé de la démarche.


Nous sommes parvenus au terme de l'ouvrage de jean staune"Notre existence a-t-elle un sens?"Ma lecture de l'ouvrage nous a fait traverser les sciences de la matière, de l'Univers, de la vie, de la conscience et même la logique et les mathématiques. Ce voyage a été fait avec un minimum de préjugés philosophiques et religieux en partant des faits qui semblent importants pour la question "l'Univers et notre existence ont-ils un sens et s'inscrivent-ils dans un projet quelconque?". Après avoir vu de très nombreuses interprétations de ces faits et analysé les principales positions en dégageant celles qui semblent les plus crédibles nous avons été amenés à une conclusion en trois parties dans les articles 16-116-2 et 16-3. En épilogue, résumons maintenant la démarche qui a été suivie.

 

1) Une nouvelle révolution copernicienne.


wikipedia.org -Récolution copernicienne: Nicolas Copernic (1473–1543)

 

menestreletgladiateur.blogspot.fr -révolution copernicienne de l'enseignement

Nous sommes actuellement dans une situation similaire à celle qui existait au VIIè siècleDes idées nouvelles, connues d'un petit nombre de personnes, déjà prouvées mais pas encore admises; allaient changer la vision du monde et influer sur la culture de l'humanité. Nous avons vu qu'aujourdh'ui, ces idées nouvelles sont fondées sur l'incomplétude, le platonisme, le non-réductionnisme et le retour de la question du sens au coeur même de la science (voir les articles 15 (une voie rationnelle vers le monde de l'esprit)16-1 (L'émergence d'un nouveau paradigme, La voie de l'incomplétude: "je sais pourquoi je ne sais pas", le dépassement du matérialisme méthodologique) et 16-2 (L'Hiroshima du matérialisme scientifique, et si les cinq grands mystères ne faisent qu'un?, Et Dieu dans tout ça?) et 16-3 (le rapprochement entre la science et la religion)


Cette révolution conceptuelle est annonciatrice d'une révolution culturelle encore au stade embryonnaire mais dont on voit dejà des effets dans les changements de la vision du monde de nos contemporains. Comme à l'époque des lumières, tout un système philosophique est à bâtir pour intégrer dans la pensée du XXIème siècle les bouleversements survenus dans nos connaissances. 

liens: 17emesiecle.free.fr -Le Siècle de Louis XIV    fr.wikipedia.org- Histoire de France au xviie siècle
17emesiecle.free.fr -La chronologie au VIIème siècle
assistancescolaire.com -L'essor d'un nouvel esprit scientifique et technique (xvie - xviiie siècle)

pages.infinit.net -NAISSANCE DE LA SCIENCE MODERNE ( XVIe / XVIIIe siècles)

canal-u.tv/video -LES THÉORÈMES DE GÖDEL ET L'INCOMPLETUDE: FIN D’UN ESPOIR ?

uip.edu -L’incomplétude, un nouveau paradigme Par Jean-François Lambert

staune.fr -Résumé et commentaire de "Les Ombres de l’Esprit" de Roger Penrose
lepoint.fr -alain-connes et la platonisme: la science est aussi intuition,poésie rêve

philosciences.com -Les errances du réductionnisme Juignet Patrick, Philosciences.com

philosciences.com -Le réductionnisme

lmm.jussieu.fr -Introduction à la pensée scientifique moderne (Université Pierre et Marie Curie – Paris 6)

staune.fr -Science et sens   staune.fr -Science et religion, les élements d'un rapprochement

wikipedia.org -Relation entre science et religion

wikipedia.org -Douglas Adam: la Grande Question sur la vie, l'univers et le reste

unesco.org -La scienc: perspectives pour le XXIème siècle
asmp.fr -Le matérialisme en question dans LE MONDE du 17 avril 2006 par Bernard d'Espagnat,
jlml.fr -Le matérialisme méthodologique est-il la seule approche scientifique légitime?

ressources-cla.univ-fcomte.fr -Réforme de la pensée et éducation au 21ème siècle Par Edgar Morin


2) L'être est.

Paul Davies à la fin de son célèbre ouvrage "L'esprit de Dieu" a écrit: "Je ne puis croire que notre existence dans cet Univers soit un simple caprice du destin, un accident de l'histoire, un incident fortuit dans le grand drame cosmique. L'espèce physique homo ne représente peut-être rien, mais l'existence de l'esprit dans un organisme sur une planète dans l'Univers est sûrement un fait d'une signification fondamentale. L'Univers a engendré la conscience de soi à travers les êtres humains. Ce ne peut être un détail anodin ou une production marginale de forces absurdes et dépourvues de finalité. Notre présence ici a un sens réel.


L'étude du réel nous a amené à conclure que ce qui existe, le réel, même si on ne peut en connaître les attributs, est plus proche d'un "Ëtre" que d'une "chose". Ce qui nous a conduit à rejeter les deux positions opposées:

     1) Rien n'est réel.

     2) La réalité est connaissable et assimilable à ce que nous pouvons voir, toucher, mesurer.

arcturius.org -La recherche de la vérité

Pour ce qui concerne la vérité, il y a trois positions philosophiques possibles: 

     1) La vérité existe et on peut la posseder en totalité, au moins en théorie, ce qui peut mener au scientisme  comme au fondamentalisme religieux.

     2) Il n'y a pas de vérité absolue.

     3) Il y a une vérité absolue mais on ne peut jamais la posséder en totalité

Dans la Grèce antique, les sophistes comme Protagoras soutenaient la deuxième position: "L'homme est la mesure de toute chose", rien n'existe en dehors de nous. Le bien, le mal, la vérité sont des constructions humaines. Il n'y a pas de vérité absolue. Mais Aristote a fait remarquer que dans ce cas, s'il n'y pas de vérité absolue, la proposition "il n'y a pas de vérité absolue", ne saurait être absolument vraie! Et si elle n'est pas absolument vraie, il en découle -logiquement!- qu'il doit exister quelque chose d'absolument vrai, même si nous ne savons pas de quoi il s'agit. C'est ce que formalisera Gödel, 2 500 ans plus tard avec ses théorèmes d'incomplétude, en montrant que la transcendance de la vérité par rapport à la démonstration légitime une position comme celle que nous avons décrite, tout en rejetant le relativisme et l'absolutisme. 

Ainsi,"l'Etre est", la vérité existe, mais on ne peut la posséder, ils sont hors de portée de toute approche totalisante ou totalitaire. 


On peut aussi noter que le problème de la vérité est celui qui tracassait le grand EinsteinLa "vérité" qu'est-ce que c'est?   "Le problème fondamental de la pensée philosophique d'Einstein, autour duquel s'organisent ses propres analyses, est celui de la réalité du monde et de son intelligibilité, c'est-à-dire de la capacité de la pensée à le pénétrer, à s'en donner une représentation " vraie " (quoique provisoire), qui ne soit pas illusoire ou précaire"  


liens: httparcturius.org -La recherche de la vérité

gillesguerin.com -La « Vérité » - Qu’est-ce que c’est?

defitexte.over-blog.fr -l'être est, le non-être n'est pas

dutempspoursoi.free.fr -parménide

philo5.com -Parménide: Permanence de l'être

humanite.fr -Jean-Luc Nancy "Le communisme, c’est le sens 
de l’être en commun à penser"

sergecar.perso.neuf.fr -LEtre et l'existence

Mon article 16-2) Science et sens, raison et religion 

elishean.fr -La Naissance de la Conscience dans L’Effondrement de L’Esprit – Partie 1/3

elishean.fr -La Naissance de la Conscience dans L’Effondrement de L’Esprit – Partie 2/3

elishean.fr -La Naissance de la Conscience dans L’Effondrement de L’Esprit – Partie 3/3

elishean.fr -La mémoire résiderait-elle hors du cerveau?

 

3) Une réouverture des chemins du sens.


Etienne Klein: cours introductif à la philosophie des sciences (9 vidéos)

 

La révolution des connaissances que nous vivons rend possible des options philosophiques que l'on croyait dépassées et peu crédibles et renverse de nombreuses certitudes. Ainsi en est-il du matérialisme sous sa forme habituelle. Pour lui, tout ce qui existe, l'Univers, la vie, la conscience, est apparu sous l'effet des seules forces du hasard et de la sélection. Mais cette idée s'avère en définitive peu probable et spécieuse, même si elle est encore l'idée dominante du monde scientifique (voir en particulier l'article 16-2)

L'opinion inverse (notre Univers fait partie d'un processus ayant un sens, voire un but) est bien plus probable, lorsqu'on raisonne grâce à la philosophie de sciences et sans avoir recours à la religion. C'est un extraordinaire retournement de tendance auquel nous assistons. Mais cela ne signifie pas que l'hypothèse d'un Univers créé par un Dieu qui communique avec nous soit la plus probable, mais elle devient plus probable que par le passé, lorsque la modernité considérait le monde comme comme étant contenu dans un seul niveau de réalité. Comme nous l'avons vu dans l'article 16-3, tout cela crée de nouvelles conditions pour un dialogue entre traditions et modernité comme entre les religions elles-mêmes, grâce certainement à la déligitimisation de l'absolutisme des certitudes. 

On peut donc parler d'une réouverture des chemins du sens. 
liens: atheisme.free.fr -Une définition du matérialisme

wikipedia.org -Philosophie des sciences


4) Le réenchantement Par l'observation de l'Univers et de l'homme (books.google.fr -La lucidité pour réenchanter le monde.)

chapitre.com -A La Recherche Du Sens Perdu

Le "réenchantement du monde" auquel nous assistons est fondé sur le fait que l'Univers est beaucoup plus subtil et complexe que prévu et que l'homme ne se résume pas à un assemblage de molécules et à "un paquet de neurones". Kant avait anticipé ce réenchantement dans cette très belle phrase: "Deux choses emplissent mon esprit d'un émerveillement sans cesse croissant à chaque fois que je les considère: la voûte étoilée au-dessus de moi et la loi morale au-dedans de moi." Et plus récemment, René Lenoir, ce haut fonctionnaire, homme politique français, né le 21 janvier 1927 à Algerqui joua un rôle important pour sensibiliser les milieux politiques aux problèmes des exclus de la société, l'a exprimé ainsi: "Au nom de quoi affirmer que nous avons un devoir cosmique? Au nom de cette exigence éthique au fond de nous qui fait partie de notre vie et de notre histoire. Au nom de cette aspiration qui nous attire vers l'Un, de cet appel vers la plénitude que des hommes, des mystiques, des poètes, vivent intensément. Au nom de ce presque rien dont l'invisible présence nous comble" ("A la recherche du sens perdu").

La démarche que nous avons suivie en explorant les connaissances sur l'homme et l'Univers arrive à une conclusion de ce type en suivant une voie rationnelle et non illusoire pour rejeter la "philosophie de l'absurde".  


liens: asmp.fr -La place de l’homme dans l’univers par Trinh Xuan Thuan*

staune.fr -Le réenchantement du monde, une clé pour notre survie

sergecar.perso.neuf.fr -L'idée de nature

wikipedia.org -l'absurde en philosophie

larousse.fr -philosophie de l'absurde

 

5) La quête de l'Etre et du monde de l'esprit.

35 ans après Jacques Monod qui concluait son célèbre ouvrage "Le hasard et la nécessité" en disant: "L'homme sait enfin qu'il est seul dans l'immensité indifférente de l'Univers d'où il a émergé par hasard", Jean Staune finit son livre "notre existence a-t-elle un sens?" en disant que 35 ans après, "notre science n'est plus ce savoir classique" (comme le disait Ilya Prigogine au sujet de cette même phrase de Monod dans "La nouvelle Alliance" avec Isabelle Stengers), l'homme sait enfin qu'il participe à quelque chose qui le dépasse et qui a un sens."

Nous ne pouvons certes pas savoir par des méthodes rationnelles ce qu'est ce quelque chose mais cela ne doit pas nous décourager. Nous devons chercher par nous-mêmes notre propre réponse et et veiller à ce que notre synthèse repose sur les deux piliers: le souffle que fournit la transcendance et la consistance que donne la raison.

La chose la plus importante dans la vie n'est pas la course à la performance et à la conquête du pouvoir et des biens matériels, c'est à dire "l'avoir"? Ce n'est même pas la lutte pour une égale répartition des richesses, aussi souhaitable et noble que soit cette cause (De nombreux témoignages n'attestent-ils pas qu'il existe des milliardaires désespérés et des pauvres rayonnant de bonheur?)

"Non, le plus important c'est de développer notre esprit, en essayant non seulement de mieux comprendre le monde, de mieux comprendre les autres et de mieux nous comprendre nous-mêmes. Mais aussi, dans la mesure du possible,  de le développer au point qu'il puisse se connecter à la source originelle de notre Être, dont nous ne pouvons rien dire sur le plan rationnel sauf qu'elle existe et qu'elle n'est pas située dans le temps, l'espace, l'énergie et la matière. 

C'est à cette quête de l'Être et à ce développement de notre esprit, si importants pour échapper à notre réduction à l'état d'Homo économicus (ou d'homo-ludens comme l'a dit Johan Huizinga, noyé dans les jeux vidéo virtuels ou ou les jeux de hasard), si essentiels pour commencer à percevoir notre vraie nature, qu'Antoine de Saint-Exupéry faisait allusion dans une de ses dernières lettres: "Il n'y a qu'un seul problème de par le monde. Rendre aux hommes une signification spirituelle, des inquiétudes spirituelles. Faire pleuvoir sur eux quelque chose qui ressemble à un chant grégorien [...] redécouvrir qu'il existe une vie de l'esprit plus haute encore que la vie de l'intelligence." (Antoine de Saint-Exupéry, "Ecrits de guerre").


liens: lejourduseigneur.com -Jean Staune, la science en otage

fredericjoignot.blogspirit.com -ILYA PRIGOGINE, ISABELLE STENGERS. "DIEU JOUE AUX DéS"

philo5.com -Avoir ou Être ? Un choix dont dépend l'avenir de l'homme

agoravox.tv -L’être contre l’avoir

cafe-philo-des-phares.info -Être plutôt qu’avoir ?

antoinedesaintexupery.com

persee.fr -La quête de l'origine dans la philosophie de Plotin

louis.r.omert.over-blog.com -Pour un sursaut: la quête de l'être

newsoftomorrow.org -La Théorie de la Double Causalité de Philippe Guillemant

doublecause.net -Théorie de la double causalité

doublecause.net -Antoine_Suare le physicien qui a enterré le temps (non-localité)

 

Ainsi s'achève ma série d'articles sur "ma lecture du livre de jean staune: "Notre existence a-t-elle un sens?"

 

cinemarium.fr -L'insoutenable légèreté de l'être"

 

Quelques autres liens vus dans les articles précédents:

chap 15- une voie rationnelle vers le monde de l'esprit?

ac-grenoble.fr -platon (Jérôme Laurent)

images.math.cnrs.fr -remarques perso sur la nature des Mathématiques Jean-François Colonna
math.sciences.univ-nantes.fr -mats et physique: le langage de la nature est-il mathématique?
wikipedia.org -Philosophie des mathématiques
mike-soft.fr -La nature des mathématiques   mike-soft.fr -La trame
irem.unilim.fr -La nature l'essence et la finalité des maths à la lumière du papyrus de RHIND
dogma.lu -La nature de l’objet math peut-elle rendre compatible phénoménologie et analyticité en philosophie?
franceinter.fr -Le monde des mathématiques avec Cédric Villani     wikipedia.org -cedricVillani
wikipedia.org -Platonisme mathématique
wikipedia.org -Dernier théorème de Fermat
pi314159.wordpress.com -Andrew Wiles et le théorème de Fermat

institut.math.jussieu.fr -Le théorème de Fermat : huit ans de solitude

lepoint.fr/science -La science est aussi intuition (et illumination)

blogg.org -Le platonisme de Penrose et ses trois mondes

staune.fr -Résumé et commentaire de "Les Ombres de l’Esprit" de Roger Penrose

larecherche.fr -Francis Crick, Roger Penrose et Gerald Edelman: comprendre la manière dont le cerveau produit la conscience

leonbrunschvicg.wordpress.com -penrose, platon et les mathématiques

jf.bizzart.biz -Insérer de l’âme dans la Science Michaël Friedjung

assr.revues.org -Âme et corps dans l’Occident médiéval : une dualité dynamique, entre pluralité et dualisme

franceculture.fr -matière à penser (dialogue Connes Changeux)

slate.fr -LE THÉÂTRE QUANTIQUE» D'ALAIN CONNES: NOTRE TEMPS EST NÉ DE LA CHALEUR (3/3)


Gödel et ses théorèmes: philisto.fr -La philosophie de Kurt Gödel

canal-u.tv/video -LES THÉORÈMES DE GÖDEL : FIN D’UN ESPOIR ?

podcastscience.fm -les théorèmes d'incomplétude de Gödel

wikipedia.org -Théorèmes d'incomplétude de Gödel

laviedesidees.fr -Kurt Gödel aux frontières de la raison : des théorèmes aux théo-rêves...

jutier.net -Le théorème de Gödel (un énoncé simplifié)

villemin.gerard.free.fr -Incomplétude & limites mathématiques et philosophiques

patriceweisz.blogspot.fr -Dieu n'est pas phénoménal: la preuve ontologique de Gödel

perso.ens-lyon.fr -Les théorèmes d’incomplétude de Gödel (démonstration)

pauljorion.com -Le mathématicien et sa magie: théorème de gödel et anthropologie des savoirs

noesis.revues.org -Gödel : des théorèmes d’incomplétude à la théorie des concepts

uip.edu -Y a-t-il un seul poème moderne qui soit comparable au théorème de Gödel?

staune.fr -Poésie d’un théorème

pourlascience.fr -Gödel déchiré Dans les années 1940-1950

Quelques liens sur la logique:

wikipedia.org -système formel   wikipedia.org -logique mathématique

wikipedia.org -Axiome   wikipedia.org -Cohérence (logique)

wikipedia.org -Décidabilité

 
 

17/11/2013

16-3) Notre existence a-t-elle un sens 16-3) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens"

 

Notre existence a-t-elle un sens 16-3) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens": 

Partie3: Quelle réponse à la question la plus importante qui soit?

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

 

Exergue: "Par opposition au scientisme dominant de la fin du XIXè siècle, on voit aujourd'hui de nombreux scientifiques, forts de ces nouvelles hypothèses ou de ces nouvelles théories, orienter le science vers un autre ordre de réalité, considéré désormais non plus comme concurrent, mais comme complémentaire de son domaine." Jean-Marie Pelt

wikipedia.org -Esprit quantique L'esprit quantique est une hypothèse qui suggère que des phénomènes quantiques, tels l'intrication et la superposition d'états, sont impliqués dans le fonctionnements du cerveau et en particulier, dans l'émergence de la conscience. Cette hypothèse part du principe, controversé, que la physique classique et son déterminisme ne peut totalement expliquer la conscience. Ses fondements théoriques ont été posés dans les années 1960 en sciences mais depuis ses partisans ne sont pas encore parvenus à la démontrer. Cette théorie n'en est qu'à ses débuts, elle a pourtant le soutien de Roger Penrose et de Stuart Hameroff. Karl H. Pribram et Henry Stapp ont, de leurs côtés, proposé une variante.

 (hypothèse soutenue par Roger PenroseStuart Hameroff. Karl H. Pribram et Henry Stapp).

Nous sommes parvenus au terme de l'ouvrage de jean staune"Notre existence a-t-elle un sens?"Ma lecture de l'ouvrage nous a fait traverser les sciences de la matière, de l'Univers, de la vie, de la conscience et même la logique et les mathématiques. Ce voyage a été fait avec un minimum de préjugés philosophiques et religieux en partant des faits qui semblent importants pour la question "l'Univers et notre existence ont-ils un sens et s'inscrivent-ils dans un projet quelconque?". Que pouvons-nous conclure après avoir vu de très nombreuses interprétations de ces faits et analysé les principales positions en dégageant celles qui semblent les plus crédibles?

Nous avons vu dans la première partie de l'article 16-1) que lXXè siècle a vécu en science un événement rare: un changement dparadigme avec l'émergence d'un nouveau paradigme (voir aussi l'article 4) Vers de nouvelles lumières). Ce qui s'est passé est inégalé depuis 500 ans, depuis le passage du monde magique du Moyen-Âge à celui de la modernité, via la Renaissance et a eu une influence sur tous les domaines de la connaissance. Dans l'article 16-2) nous avons pu voir que cela a abouti à "l'Hiroshima du matérialisme scientifique" (explicité dans le complément 15c). Nous avons alors examiné quelles sont les réactions des matérialistes? 

Puis nous avons été amenés à nous poser la question: et si les cinq grands mystères ne faisent qu'un? En effet, depuis le début de mes articles il est question de cinq grands mystères qui ont été commentés et analysés:

D'où provient l'Univers issu du big bang?

- Quelle est la nature des fondements de la réalité physique?

- Quelle est la nature de la conscience de l'homme?

- Qu'est-ce qui peut canaliser l'évolution de la vie?

- D'où provient la "déraisonnable efficacité" des mathématiques?

La conception philosophique qui pourrait permettre cette unification a été analysée dans l'article 15) (Une voie rationnelle vers le monde de l'esprit?), il s'agit du platonisme. C'est alors que s'est posée la question: et Dieu dans tout ça? En effet, l'existence d'un autre niveau de réalité dont le notre ne serait que la projection (le platonisme), n'implique nullement l'existence de Dieu. Mais on peut décrire au moins sept étapes entre les considérations décrites dans l'article 16-1) et l'existence d'un Dieu personnel capable de répondre à nos prières. Ces 7 étapes ont été décrites dans l'article 16-2) au paragraphe 3) "Et Dieu dans tout ça,". Cela pose ainsi les bases d'un rapprochement entre science et religion. Les étapes 5, 6,7 sont devenus possibles avec les nouvelles évolutions de nos connaissances mais pour le moment rien ne vient les suggérer directement. A partir de l'étape 4, on arrive dans le domaine où les pistes de mise en évidence sont plus visibles. Le principe anthropique, la possibilité que l'évolution soit orientée, la crédibilité retrouvée du dualisme, suggèrent (mais sans encore le prouver) que l'hypothèse qui est faite ici soit crédible. Maintenant, pour achever la conclusion de "ma lecture" du livre de Jean Staune, examinons les conséquences de toute cette évolution qui sont les éléments d'un rapprochement entre science et religion avant de revenir au point 3 (La réalité indépendante a-t-elle des caractéristiques qui la rapprochent d'un objet ou d'un esprit?). 

 

1) Science et religion, les éléments d'un rapprochement.



 

 


wikipedia.org -Mythe

Toutes les conceptions religieuses, qu'elles soient taoïstes, bouddhistes ou monothéistes, et qui se répartissent entre les étapes 4, 5, 6, 7 reposent sur une condition préalable: que le monde dans lequel nous vivons dans le temps et l'espace ne puisse pas complètement s'expliquer à partir de lui-même (qu'il ne soit pas ontologiquement suffisant). Or nous avons vu que cette condition et remplie, et de plus en plus, par nos connaissances objectives. En effet, Le projet même de la science classique, qui était de décrire tout le réel où nous vivons par lui-même, de montrer que notre monde est auto-explicatif, ontologiquement suffisant, qu’il est une grande mécanique aveugle bouclée sur elle-même a dû être abandonné, comme l'explique Jean Staune, avec l’émergence d’une "Nouvelle science".  Par ailleurs, les faits que nous avons mentionnés renforcent l'idée que les religions ne sont pas de simples mythes. Cette évolution explique qu'on assiste de plus en plus à un rapprochement entre science et religion. A la question qui lui a un jour été posée: "Quelles sont les conquêtes de la science qui ont le plus soutenu une conception religieuse du monde?", la réponse de Erwin Shrödinger était: la relativité d'Einstein. Car l'espoir d'une vie hors du temps n'est plus absurde puisque le temps n'est plus un cadre absolu et indépassable au sein duquel tout existe. Nous avons vu que les évolutions de la physique, de l'astrophysique, de la cosmologie et des mathématiques ont considérablement confirmé et renforcé cette idée et montré que la réalité ultime n'était pas située dans l'espace-temps. 


 

 

Ces nouveaux rapports entre science et religion peuvent être classés en deux approches qui correspondent aux nouveautés épistémologiques qui ont été décrites dans mon article 16-1) (voir la voie de l'incomplétude au chapitre 2 et la possibilité nouvelle de réfléchir aux questions ultimes à partir de découvertes ou de théories scientifiques). La première approche peut être qualifiée d'apophatique en référence à la théologie apophatique, qui ne nous dit pas ce que Dieu est mais ce qu'il n'est pas. Cette approche ne dit rien de positif sur la question du sens, mais elle est fondée sur des résultats négatifs qui nous disent pourquoi on ne saura jamais certaines choses comme le principe d'incertitude en physique quantique ou le théorèmes de Gödel en logique. La deuxième approche, positive, est l'analogue de la théologie cataphatique qui nous parle, elle, directement de Dieu. Il s'agit alors de recenser les faits et "symptômes de sens", qui tendent à suggérer de façon directe, sans les prouver, qu'un sens pourrait exister dans l'Univers  et que nous ne sommes pas là par hasard (notre existence n'est pas un événement contingent, mais s'inscrit dans un processus). C'est ce que nous avons vu avec le principe anthropique, l'orientation de l'évolution (articles 12-1 et 12-2) , et l'hypothèse du dualisme corps-esprit qui redonne légitimité au concept d'âme. 

Une contradiction apparente fondamentale existe entre ces deux écoles de pensée qui abordent de manière opposée la façon dont science et sens peuvent interagir. La première dit, à l'instar de Bernard d'Espagnat: "L'Univers est porteur de sens parce que nous ne pouvons pas le comprendre (le "dévoiler") entièrement. Parce que la science elle-même nous démontre qu'il y a un "au-delà"  de ce que la science peut appréhender." La deuxième école se place dans le cadre de la pensée Einsteinienne: "l'Univers est porteur de sens parce que nous pouvons le comprendre, parce qu'il existe un lien entre notre esprit et la structure de l'Univers (ou l'esprit de son créateur."

Comment sortir de cette apparente contradiction? Michael Hellerprofesseur de philosophie à l'Université pontificale de Jean-Paul II à Cracovie, combine les deux démarches. D'abord comme Bernard d'Espagnat: "Est-ce que les conquêtes inouïes de la science qui révolutionnent nos représentations de la réalité (le temps inversé, l'espace déformé, les particules perdant leur individualité, mais sont en communication sans l'aide du temps ni de l'espace), ne constituent pas un signe suffisamment clair de ce que la réalité ne s'épuise pas à ce que nous pouvons voir, toucher, mesurer et peser?". Puis, à la façon d'Einstein: "Est-ce que le fait que le monde n'est pas seulement un concept abstrait, un modèle indescriptible, une équation non résolue, mais au contraire quelque chose qu'on peut mesurer, peser, toucher et éprouver n'indique-t-il pas la source originelle de l'être?" Ensuite, revenant aux arguments du type de ceux de Bernard d'Espagnat: "Est-ce que le fait que le monde se laisse néanmoins saisir en formules abstraites et en équations ne suggère pas que l'abstraction, c'est à dire la pensée, est plus originelle que le concret, c'est à dire la matière?" Et enfin Heller revient à la position d'Einstein: "Est-ce que la rationalité du monde, que présuppose, mais ne peut expliquer toute recherche scientifique, n'est pas un reflet d'un plan rationnel qui se cache dans chaque question scientifique posée au monde?"

Il est ainsi possible de voir dans notre extraordinaire compréhension du monde un lien entre l'esprit de l'homme et celui d'un éventuel concepteur de l'Univers. Mais qu'il existe un autre niveau de réalité situé hors de l'espace, du temps, de l'énergie et de la matière vient renforcer, et non contredire l'idée selon laquelle l'Univers est porteur de sens puisque nous pouvons à la fois comprendre la partie de l'Univers qui nous est accessible et où d'autres dimensions existent, susceptibles d'abriter ce qui pourrait être à l'origine d'un projet dont notre niveau de réalité serait la réalisation. On voit donc comment science et religion peuvent se rapprocher. De très nombreux savants et théologiens se sont penchés sur ces questionnements. 

Dominique Laplane:

 

 

En plus de tous ceux qui ont été cités dans mes articles, on peut mentionner dans les pays anglo-saxons: Jonh PolkinghorneIan BarbourArthur PeacockeKeith WardPhilip ClaytonRobert RusselAlister Mac GrathDenis AlexanderFrancis CollinsRoald Hoffmann et en France: Thierry MagninPierre PerrierDominique LaplaneGustave MarteletJean-Michel MaldaméGuy LazorthesJean-Marie PeltAlain HouziauxFrançois EuvéChristophe ThéobaldJacques VauthierDominique LambertEric BoisJacques Goldberg, Jacques Arnould, et l'ouvrage Le savant et la foi dont les 10 auteurs sont membres de l'Académie des sciences, sans oublier l'ouvrage de Jean Guitton et des frères BogdanovDieu et la science.


Par ailleurs, des centres de science et religion ont été crées au sein d'Universités prestigieuses (OxfordCambridgeColumbia,) et de l'Américan Association for Advancement of Science, la plus grande association de scientifiques du monde. L'Université d'Harvard a aussi créé une chaire en science et religion.
 Nous assistons aujourd'hui, comme il y a un siècle environ, à la naissance de ce qu'on pourrait apppeler "les implications métaphysiques de la sience contemporaine". La théologie peut aider la science à formuler certaines hypothèses qui paraissaient impensables, comme l'existence d'un autre niveau de réalité, le dualisme esprit-cerveaula vie après la mort.... et à l'inverse, la science peut aider la théologie à clarifier ses concepts. Ainsi, le concept central du christianisme, l'incarnation, est plus facile à penser quand on sait que les fondements de la matière sont "à la fois des ondes et des particules" plutôt qu'avec ce que les théologiens ont écrit depuis depuis 2000 ans si on ne veut pas adhérer à une Eglise. Ce n'est pas dire que la physique quantique soutient l'idée selon laquelle Jésus-Christ est à la fois "vrai homme" et "vrai Dieu"(comme je le crois en vérité dans ma foi), mais que l'existence d'états contradictoires généralisés dans les fondements de la matière rend cette notion plus concevable que certains débats sur le thème "Dieu peut-il avoir un fils?"



wikipedia.org -Philosophie bouddhiste

De la même façon, des notions centrales du bouddhisme telles que l'interdépendance et l'impermanence peuvent être clarifiées à la lumière de la physique quantique et de l'astrophysique.

Tout en rejetant le concordisme simpliste qui prétendrait que les explications des phénomènes se trouvent dans des textes sacrés, on peut penser que certains concepts de base des grandes religions sont proches des concepts de certaines théories scientifiques récentes et que ce n'est pas un hasard. L'ouvrage de Matthieu Ricard et Trinh Xuan Thuan, "l'infini dans la paume de a main" montre la richesse de cette démarche. Nous avons vu que qu'il est probable que l'esprit humain soit en contact avec un monde des vérités mathématiques (article 15) et il n'y a aucune raison que ce contact se limite à ces vérités mathématiques. Il se pourrait que des révélations existent et que les discours de science et de la religion sur le réel puissent se rapprocher au plan conceptuel (et non bien sûr sur la plan quantitatif et formalisé qui est celui de la pratique scientifique). Mais un long chemin reste à parcourir pour que la science ait l'humilité d'admettre que le religion a peut-être accès à des niveaux de réalité qu'elle peut à peine envisager et pour que la religion ait l'humilité d'évoluer en fonction des découvertes scientifiques. 


liens: http://www.asmp.fr/travaux/gpw/philosc/rapport1/thuan.pdf

http://www.staune.fr/Le-reenchantement-du-monde-une-cle.h...

staune.fr -Science et foi: quelques conséquences philosophiques de l’émergence d’une "Nouvelle science"

lavoixdesallobroges.org -quand-la-matiere-nest-plus-materielle

asmp.fr -Débat d'ensemble sur la science et le réel

claude-tresmontant.com -dieu-ou-l-univers-auto-suffisant?

lemondedesreligions.fr -Dieu et la science _La matière : la révolution quantique

sergecar.perso.neuf.fr -Dieu, la raison et l'existence

wikipedia.org -mécanique quantique et ontologie

franceculture.fr -Qu’est-ce que le statut du réel en physique ?

dailymotion.com -La véritable nature du réel (Document exceptionnel extrait d'une conférence à l'Ile de La Réunion par le chercheur français Frank Hatem, épistémologue métaphysicien, qui le premier dans l'histoire connue de l'humanité a expliqué la cause originelle de l'effet de matière, contenu dans le fait que tout est esprit. C'est la dualité conscience-répulsion et amour-attraction qui, là où ils se confrontent, c'est-à-dire partout, donne l'effet de limite de la vitesse de la lumière et de particule atomique.)

academic.ru/dic.nsf -les concepts de la théologie

alhassanain.com/french -Problématique de la science actuelle: Science et Transcendance (Michael Heller Les limites du langage et du sens commun)

staune.fr -Lettre a Dominique Lambert sur le réenchantement du monde

cles.com -La science conduit-elle à la transcendance ? Par Jean Staune

biblisem.net -LE SAVANT ET LA FOI Des scientifiques s’expriment Introduction de Jean Delumeau

franceinfo.fr -la pensée de Dieu

franceinfo.fr -"La fin du hasard", des frères Bogdanov

scienceandtheology.wordpress.com -Ian Barbour: la vue d'un biologiste de la science et de la religion

undpress.nd.edu -Robert John Russell: temps dans l'éternité: (robert john russell: time in eternity)

eecho.fr -Le scientisme, menace permanente Entretien de Pierre Perrier avec Bernard Dumont,

wikipedia.org -Histoire de la métaphysique

wikipedia.org -Portail Christianisme   wikipedia.org -Jésus-Christ    wikipedia.org -Jésus de Nazareth

epistheo.com -Comment Dieu peut-il avoir un fils?

wikipedia.org -Philosophie bouddhiste    wikipedia.org -Anitya (impermanence) 

htbuddhaline.net -De l'interdépendance-portee     matthieuricard.org

trinhxuanthuan.com -L'infini dans la paume de la main: du big bang à l'éveil

claude-tresmontant.com -La métaphysique, pont entre le science et la théologie?


2) Quelle réponse à la question la plus importante qui soit?

(voir l'article 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine?" chapitre 2: La question fondamentale- la condition humaine).

sagesse


Si l'évolution des connaissances redonne une crédibilité (sans toutefois les prouver) aux conceptions religieuses du monde, qui apparaissaient comme de simples contes de fées à l'époque moderne, c'est une bonne nouvelle qui réjouira ceux qui suivent ces religions. Mais pour ceux qui, et ils sont nombreux, qui ne se reconnaissent en aucune d'entre elles, quelle sera la réponse à la question que nous posons ici? Il nous faut maintenant revenir à la fin de l'article 16-2, au chapitre 3.  Nous avons démontré le point 1) ("l'insuffisance ontologique" de la réalité dans laquelle nous vivons) et qu'il est probable (point 2) que l'esprit humain soit en contact avec un autre niveau de réalité, au moins en ce qui concerne la vérité en mathématiques. Ceux qui ne se retrouvent dans aucune religion sont maintenant face à la troisième des 7 étapes que nous avons décrites dans ce chapitre. Et là, ils doivent, hors de toute conception religieuse, choisir entre deux thèses formulées ainsi par Bernard d'Espagnat dans "Un atome de sagesse":

"Thèse 1: La réalité de "base", le réel voilé, la réalité-derrière-les-choses, la réalité éternelle cela est la chose essentielle.. C'est à sa connaissance et à son amour que les hommes doivent aspirer pour se parfaire;

Thèse 2: La réalité de "base" est fondamentalement inintéressante et banale. A partir de ce matériau, soit informe, soit à la limite "inexistant", L'homme doit se créer lui-même en développant sa liberté."  

La première thèse implique que la réalité fondamentale soit un Ëtre, quel qu'il soit, et que notre existence a un sens, même si nous ne savons pas lequel. La deuxième thèse implique que notre existence ne saurait avoir d'autre sens que celui que nous lui donnons nous-même. Le choix est entre un néomatérialisme (on ne parle maintenant même plus de matérialisme classique) et un spiritualisme ou un non-matérialisme quel qu'il soit.  

Comment Bernard d'espagnat fait-il ce choix? Comment parle-t-il de cette réalité indépendante, de ce réel voilé à priori ineffable, qu'on ne peut évoquer qu'en termes apophatiques? Il adopte une position qui rejette à la fois le scientisme, le positivisme et la position d'Einstein, position proche de celle de Michael Heller que nous venons d'analyser au chapitre 1). Il affirme dans "à la recherche du réel", que si cette réalité n'est pas descriptible, nous pouvons tout de même avoir quelques lueurs sur elle; "D'une manière vague et impossible, hélas, à préciser! Je suis donc malgré tout amené à reconnaître que les structures de la physique mathématique sont au moins un point de rencontre entre l'homme et l'être: et qu'à ce titre, elles ouvrent au premier des perspectives - lointaines et mystérieuses cependant non illusoires - vers le second." Cette démarche, est proche de notre étape 2 sauf qu'elle concerne la physique et non les mathématiques. Une fois établie l'existence vraisemblable de ce premier point de contact entre l'esprit de l'homme et la réalité indépendante, d'autres points de contact peuvent exister tels que la beauté, l'art, le sacré. D'Espagnat rejette toute conception anthropomorphique de ce être, mais il est envisageable pour lui qu'une relation puisse s'établir entre l'homme et l'Etre, qu'il traduit par l'expression "un appel de l'Etre à l'homme". Cela l'amène à considérer comme plausible le témoignage de ceux qui ont reçu de tels appels (tels des mathématiciens: voir l'article 15: Une voie rationnelle vers le monde de l'esprit?). André Comte Sponville a demandé à Bernard d'Espagnat durant le colloque organisé par La Croix en 1992: "La réalité voilée nous aime t-elle?". En fait, rien ne nous le garantit et la question, trop anthropomorphique n'a peut-être pas de sens. Mais, plus tard, Bernard d'Espagnat a affirmé que nous devrions l'aimer, cette réalité ultime, que nous devrions y admirer "la source des phénomènes, de la beauté et des valeurs et aspirer à la rejoindre tout en la sachant aussi inaccessible que l'horizon." Ainsi, même si on ne peut en connaître les caractéristiques, l'existence de points de contacts probables ou plausibles entre l'homme et elle, via la science, l'art, le sacré, la beauté, voire la mystique, nous laisse à penser qu'il s'agit bien d'un Etre et non d'une chose. 

 

 

 

 

 


Einstein aurait lui aussi, comme D'Espagnat, choisi la première thèse. Il parlait de l'intelligence qui se manifeste à travers les lois de la nature et manifestait une religiosité cosmique qui l'a amené à dire: «La science sans la religion est boiteuse, la religion sans la science est aveugle» (voir "la religion cosmique d'Einstein". Il en est de même de nombreux scientifiques parmi lesquels on peut citer Eugène WignerGeorge WaldLothar SchäferMénas Kafatos..On peut conclure avec Arthur Eddington qui a dit: "l'étoffe même du monde est comparable à celle d'un esprit, le substrat de tout ce qui existe a un caractère mental." Tous ces scientifiques estiment que la réalité indépendante a des caractéristiques qui la rapprochent de celle d'un esprit, ce qui élimine l'option du matérialisme.

Une autre piste que ces deux thèses a été fournie par Stéphane Lupasco et Basarab Nicolescu, c'est le développement d'une logique ternaire permettant de dépasser les contradictions qui apparaissent à notre niveau de réalité comme la dualité onde-corpuscule qui apparaît hautement contradictoire dans notre niveau habituel de réalité. Mais la contradiction n'existe plus à un autre niveau de réalité, celui du monde quantique. Lupasco a développé une logique dans laquelle il y a trois états (A, non A et "T", l'union des contradictoires) et non plus deux, mais dans laquelle le troisième état, l'état "T" se situe à un autre niveau de réalité que les deux premiers. Nicolescu, lui, en a déduit une conception de la réalité reposant sur toute une série de niveaux, chacun résolvant les contradictions existant au niveau inférieur. Cette réalité est riche de sens, mais pour des raisons différentes de celles de NicolescuPour luii, nous étions en danger de mort avec une pensée unique prônant "un seul niveau de Réalité horizontal, où tout tourne en rond et engendre fatalement le chaos, l'anarchie, l'autodestruction. Nous sommes en train de passer à une époque de "danger de vie", par la reconnaissance de différents niveaux de Réalité, ouvrant une dimension ontologique, verticale, multiple, polyphonique." Cette approche, qui débouche sur la transdisciplinarité, intègre le sacré: "Le problème du sacré, compris en tant que quelque chose d'irréductiblement réel dans le monde, est incournable pour toute approche rationnelle de la connaissance. On peut nier ou affirmer la présence du sacré dans le monde et en nous-mêmes, mais on est toujours obligé de se référer au sacré, en vue d'établir un discours cohérent sur la réalité... Le modèle transdisciplinaire de la Réalité jette une nouvelle lumière sur le sens du sacré. Une zone de résistance absolue relie le Sujet et l'Objet, les niveaux de Réalité et les niveaux de perception" (le tiers et le sacréla transdisciplinarité.

Une autre démarche, plus proche du panthéisme est celle d'Henri Stapp ("physique quantique et valeurs humaines UNESCO : 20 mai 2000" et "mindfull universe". Pour lui, le caractère global, universel, holistique de la réalité peutêtre source de valeurs admises par tous.

André comte Sponville a affirmé que la physique ne peut pas répondre à la question relative à la nature de la réalité de base, mais il propose que nous options pour l'une ou l'autre solution en nous appuyant sur la science et non par un choix arbitraire (article 6 deuxième partie chapitre 4 b). Et si la science ne démontre pas l'une des deux thèses de ce chapitre, elle montre clairement une direction, celle de la thèse N°1, celle d'une réalité ultime qui soit porteuse de sens. C'est en tout cas la conclusion à laquelle arrive Paul Davies à la fin de son célèbre ouvrage "L'esprit de Dieu": "Je ne puis croire que notre existence dans cet Univers soit un simple caprice du destin, un accident de l'histoire, un incident fortuit dans le grand drame cosmique. L'espèce physique homo ne représente peut-être rien, mais l'existence de l'esprit dans un organisme sur une planète dans l'Univers est sûrement un fait d'une signification fondamentale. L'Univers a engendré la conscience de soi à travers les êtres humains. Ce ne peut être un détail anodin ou une production marginale de forces absurdes et dépourvues de finalité. Notre présence ici a un sens réel. 


Ainsi s'achève la conclusion de ma lecture du livre de Jean Staune notre existence a -t-elle un sens? Dans le prochain article un épilogue résumera cette démarche. 

 

liensstaune.fr -le réel voilé de Bernard d'Espagnat

asmp.fr -débat: association des sciences morales et politiques

lemondedesreligions.fr -Dieu et la science (qu'est-ce que le réel?)
regardauvergne.com -Le réel voilé de Bernard d'Espagnat
cles.com -Le réel demeure voilé Par Patrice van Eersel
gillesguerin.com -Albert Einstein, ses découvertes et leurs conséquences au plan philosophique

hubertelie.com -Einstein et Dieu ou le temps de l'Univers-Dieu

staune.fr -A la recherche du réel (entretien avec Bernard d’Espagnat)

institutlustiger.fr -science et foi Colloque organisé La Croix (1992): Intervention du CARDINAL JEAN-MARIE LUSTIGER
willeime.com -Einstein, Dieu et la religiosité cosmique

halshs.archives-ouvertes.fr -La religion cosmique d‟Einstein (Michel PATY, Dr de recherche au CNRS) 
halexandria.org -Lothar Schäfer (à la recherche de la Réalité divine; science comme source d'inspiration)
groupebena.org -Le réel quantique (Lothar Schäfer)
teilhard.org -Lothar SCHÄFER: physique quantique dans la pensée de Teilhard de Chardin et nouvelle vue de l’évolution biologique
librelivre.net -Physique quantique de la conscience par Menas Kafatos
wikipedia.org -Stéphane_Lupasco et la logique du contradictoire
htcybergeo.revues.org -La logique ternaire de Stéphane Lupasco
dominique.temple.free.fr -Lupasco ou la puissance de la pensée
charlatans.info -Confusion quantique, la physique moderne confirme-t-elle le paranormal ?
cles.com -Pour une logique ternaire Extraits des débats
ciret-transdisciplinarity.org -BASARAB NICOLESCU Le tiers et le sacré
scribd.com -Basarab Nicolescu, Niveaux de Réalité et non-réductionnisme - Jung, Pauli, Lupasco (problème psychophysique)    barbier-rd.nom.fr -BASARAB NICOLESCU Le tiers inclus - De la physique quantique à l'ontologie    caravancafe-des-arts.com -Nicolescu: l'étonnement, le monde Quantique

rectoversion.com -Nicolescu: Le tiers inclus, de la physique quantique à l'ontologie

asmp.fr -débat (avec nicolescu)   asmp.fr -Niveaux de Réalité Basarab Nicolescu
basarab-nicolescu.fr -BASARAB NICOLESCU LA TRANSDISCIPLINARITÉ 
informationphilosopher.com -henri stapp le philosophe de l'information
revue3emillenaire.com -Conscience et valeurs dans l’univers quantique par Henry P. Stapp
agoravox.fr -A quoi sert la conscience humaine ? La question de l’observateur en physique. A propos de Mindful Universe, Quantum Mechanics and the Participating Observer, de Henry Stapp

 

Penseurs et scientifiques:jean staune     Erwin Shrödinger    Einstein   Bernard d'Espagnat    Michael Heller     Jonh Polkinghorne      Ian Barbour      Arthur Peacocke   Keith Ward     Philip Clayton    Robert Russel        Alister Mac Grath    Denis Alexander      Francis Collins        Roald Hoffmann      Thierry Magnin       Pierre Perrier     Dominique Laplane    Gustave Martelet      Jean-Michel Maldamé      Guy Lazorthes       Jean-Marie Pelt    Alain Houziaux     François Euvé      Christophe Théobald     Jacques Vauthier     Dominique Lambert     Eric Bois     Jacques Goldberg      Jacques Arnould    Jean Guitton    frères Bogdanov   Matthieu Ricard  Trinh Xuan Thuan        André Comte Sponville    Eugène Wigner     George Wald     Lothar Schäfer   Ménas Kafatos  Arthur Eddington    Stéphane Lupasco    Basarab Nicolescu  Henri Stapp

Jean-Paul II    Jakob_Bôhme    

 

reenchanterlemonde.com

 

17/10/2013

16-2) Notre existence a-t-elle un sens? 16-2) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens"


Notre existence a-t-elle un sens? 16-2) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens" 

partie 2: Science et sens, raison et religion

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

 

Exergue: "Par opposition au scientisme dominant de la fin du XIXè siècle, on voit aujourd'hui de nombreux scientifiques, forts de ces nouvelles hypothèses ou de ces nouvelles théories, orienter le science vers un autre ordre de réalité, considéré désormais non plus comme concurrent, mais comme complémentaire de son domaine." Jean-Marie Pelt

 "Nous pouvons renoncer à la vision mécaniste du Monde. la métaphysique de l'objet est périmée. A nouveau et avec joie, nous pouvons poser en toute légitimité la question de l'être." Bernard d'Espagnat

wikipedia.org -Esprit quantique 

"L'esprit quantique est une hypothèse qui suggère que des phénomènes quantiques, tels l'intrication et la superposition d'états, sont impliqués dans le fonctionnements du cerveau et en particulier, dans l'émergence de la conscience." (hypothèse soutenue par Roger PenroseStuart HameroffKarl H. Pribram et Henry Stapp). 

 

Nous sommes parvenus au terme de l'ouvrage de jean staune"Notre existence a-t-elle un sens?"Ma lecture de l'ouvrage nous a fait traverser les sciences de la matière, de l'Univers, de la vie, de la conscience et même la logique et les mathématiques. Ce voyage a été fait avec un minimum de préjugés philosophiques et religieux en partant des faits qui semblent importants pour la question "l'Univers et notre existence ont-ils un sens et s'inscrivent-ils dans un projet quelconque?". Que pouvons-nous conclure après avoir vu de très nombreuses interprétations de ces faits et analysé les principales positions en dégageant celles qui semblent les plus crédibles? Nous avons vu dans la première partie de cet article 16-1) que lXXè siècle a vécu en science un événement rare: un changement de paradigme avec l'émergence d'un nouveau paradigme (voir aussi l'article 4) Vers de nouvelles lumières). Ce qui s'est passé est inégalé depuis 500 ans, depuis le passage du monde magique du Moyen-Âge à celui de la modernité, via la Renaissance et a eu une influence sur tous les domaines de la connaissance. Reprenons la liste des bouleversements décrits au chapitre 1) de l'article 16-1) et regardons les conséquences sur le matérialisme ou du moins celui qui prétend s'appuyer l'objectivité qu'apporte la démarche scientifique.

 

1) L'Hiroshima du matérialisme scientifique (voir complément 15c).

blogouvertsuractu.com -Hiroshima mon amour!

L'affirmation classique "tout est matière" n'a plus de sens sur le plan scientifique. Il suffit de se référer aux articles 6-1 et 6-2 ("Vers un réalisme non-physique") pour vérifier que les fondements des objets se sont en quelque sorte dissous. Banesh Hoffmann ami d'Einstein et auteur de l'étrange histoire des quanta, a écrit que les protons, les électrons ne sont pas localisés dans l'espace et le temps (même quand ils constituent des objets qui, eux, sont localisés!) et peuvent passer à travers les murs. De plus, la réalité est non-locale et si on veut être réaliste, il semble qu'il faille postuler avec Bernard d'Espagnat un "réalisme non physique" de type platonicien (voir les articles 6-1 et 6-2). 
- Alors que durant plusieurs siècles la science et la cosmologie avaient déconstruit toutes les visions religieuses anthropocentriques, contre toute attente (voir articles 9-1 et 9-2), les recherches en astrophysique ont introduit à l'intérieur de la science la question de la finalité et de l'existence d'un Dieu, d'un principe créateur ou d'un Grand Architecte (à moins d'imaginer (comme Brian Green), une infinité d'univers parallèles). Ceci fait voler en éclat, (comme on l'a vu dans l'article précédent), un tabou et contribue à découpler la science du matérialisme méthodologique et non pas seulement la science et le matérialisme philosophique, ce que la physique quantique avait commencé à faire.

L'ennemi absolu du matérialisme, le dualisme (la conception selon laquelle un esprit séparé de la matière peut exister) redevient crédible depuis que la physique quantique a montré qu'une dimension non physique de la réalité pouvait exister et interagir avec la notre (voir l'article 14-2)

Le "paradigme même de la rationalité classique" (l'idéal d'axiomatisation rêvé par David hilbert) a été anéanti par les théorèmes de Gödel qui, en renforçant une conception platonicienne de la vérité en mathématiques, apporte une crédibilité au témoignege des grands mathématiciens disant qu'ils sont en contact avec un "monde des mathématiques" qui n'est pas une création de leur esprit (voir article 15).

L'idée d'une évolution orientée, canalisée ou non, pouvant se répéter, développée par Christian de Duve, Conway-Morris ou Michel Denton donne une crédibilité scientifique à des intuitions comme celles de Teilhard de Chardin, qui avancent que la contingence ne règne pas en maître dans le domaine de la biologie et qu'un être conscient de lui-même devait apparaître, que nous étions en quelque sorte "attendus", voire que les "noeuds' du grand arbre de la vie sont "prédéterminés depuis le big bang." (Voir les articles 12-1 et 12-2 paragraphe 4)


Ainsi, la science a dévasté comme une tornade le paysage du matérialisme dont les fondements se sont écroulés... à l'exception du darwinisme. Comme on l'a vu dans l'article précédent 16-1) au chapitre 1) "on peut être assuré que les conceptions de Newton, Laplace, Hilbert, et sans doute celles de Changeux ou Crick ne sont plus des descriptions scientifiques adéquates, mais il n'y a pas d'expérience décisive qui permette de rejeter les conceptions darwiniennes."  C'est pourquoi les matérialistes s'y attachent avec l'énergie du désespoir. Bien qu'il soit rongé de différente côtés, tout ce qu'il reste du matérialisme s'est écroulé autour de lui, comme le "représente" l'image ci-dessus, qui celle d'Hiroshima après la bombe; Un seul et unique bâtiment, en ruine, mais fermement debout, domine un paysage dévasté. C'était le Genbaku Dome...mémorial de la paix d'Hiroshima, à l'origine le Palais d’exposition industrielle (le musée des sciences et techniques), qui devait présenter une image très classique de la science en cette ère Meiji au Japon. Quelle allégorie de la situation du scientisme et du matérialisme en ce début de IIIè millénaire! Le matérialisme n'est certes pas anéanti, mais il doit se reconstruire presque entièrement s'il veut rester crédible, à l'instar de la ville d'Hiroshima qui est aujourd'hui une ville florissante de plusieurs millions d'habitants. Comme le disent Parabod et Ortoli, que nous avons déjà cités, le marérialisme est encore possible, mais sous la forme qu'il reste à élaborer, d'un matérialisme de science-fiction.


Quelles sont alors les réactions des matérialistes? 

La lutte de Jacob avec l'ange (traité d'athéologie)

- La position de Guillaume Lecointre, d'Yvon Quiniou et des membres de l'Union rationaliste ou de la Libre pensée est de se boucher les yeux et les oreilles en affirmant que tout va bien pour le matérialisme. Pour Quiniou, "le matérialisme ça ne se discute pas". Pour cette école, l'heure à laquelle le spiritualisme apparaîtra comme une illusion est proche et les bouleversements actuels, loin d'être des légitimes débats à propos des progrès de nos connaissances, sont d'inacceptables "intrusions spiritualistes."

- Avec Marceau Felden ("Et si l'homme était seul dans l'Univers"), il s'agit de prendre le taureau par les cornes et d'essayer de reconstruire les piliers qui se sont effondrés. Felden affirme la validité du darwinisme et soutient (sans autre preuve que de décrire des mécanisme physico-chimiques), que le cerveau produit la pensée, comme c'est décrit dans cet article. Il rejette le principe anthropique sans analyse. Il mentionne le théorème de Gödel mais sans préciser plus ce qu'il apporte. Quand à la non-localité, il écrit: "Dans certaines expériences délicates ayant pour objet de tester la théorie quantique sont apparues des difficultés d'interprétation impliquant que la relativité restreinte, la physique et la localité ne peuvent  toutes les trois être simultanément compatibles. Cependant, malgré de nombreuses discussions, en l'état actuel de nos connaissances le problème reste obscur, de sorte que toute conclusion demeure incertaine empêchant de où est la faille."  C'est ne pas voir une évidence pour laquelle Jean Bricmont, physicien pourtant ultramatérialiste, affirme: "la non-localité existe, c'est tout." Alors, on peut se demander ce que reconstruit Felden du matérialisme?  

- Pour Michel Onfray (Traité athéologie"), la réponse est de ne pas se préoccuper de la science et s'affirmer matérialiste et soutenir sa position en montrant "l'horreur des religions" de façon à légitimer a contrario le matérialisme. Sait-t-il  qu'il fait exactement ce qu'il reproche aux religions, enseigner une simple croyance sans base rationnelle?
- On peut, comme André Comte Sponville, déclarer que le matérialisme n'est qu'une croyance parmi d'autres, en définissant le matérialisme comme une théorie de l'esprit qui n'a pas les caractéristiques de l'esprit, sans utiliser le mot matière, car il a bien intégré la physique quantique. C'est une position raisonnable et sans doute la plus respectable, qui a l'intelligence de reconnaître que le matérialisme est une simple croyance. 

- Sortir des limites du matérialisme sans adhérer à une religion semble être la position de Luc Ferry (L'homme Dieu ou le sens de la vie) quand il affirme qu'il y a dans l'homme quelque chose que n'expliquent ni la culture (donc l'éducation), ni la nature (donc la génétique), et qu'il rejette la transcendance au profit d'une "transcendance dans l'immanence". Cette dernière formule évoque en fait le panthéisme

- Une ultime réaction est de reconnecter le matérialisme avec la nouvelle réalité issue des sciences en postulant des univers parallèles en astrophysique (tel Brian Greene dans "la réalité cachée), ou des interprétations de la mécanique quantique selon lesquelles nous vivons dans une "bulle" d'illusions sans pouvoir nous rendre compte que les autres ont chacun une perception différente d'une même situation que nous vivons ensemble (voir le "solipsisme convivial" de Hervé zwirn dans les "Limites de la connaissance" et mon article Les limites de la connaissance 6-5) réalisme et monde quantique). 
Or ces positions sont irrationnelles aux yeux de nombreux matérialistes, ce qui signifie que le matérialisme devient extrêmement difficile à penser. En conclusion, le matérialisme n'est peut-être pas impossible, mais il doit se reconstruire mais cette reconstruction n'a pas encore commencé.


.
liens: staune.fr -Voyage au coeur de l'obscurantisme

wikipedia.org -Union rationaliste    wikipedia.org -Libre pensée    fnlp.fr/

staune.fr -Matérialisme méthodologique

lemonde.fr -Le matérialisme ça ne se discute pas

noetique.eu -Mort du matérialisme et du rationalisme

revue3emillenaire.com -lLe Cerveau, l’Intelligence artificielle et le futur par Marceau Felden

neur-one.fr -Qu'est-ce que la pensée? où il est dit que le cerveau crée la pensée

automatesintelligents.com -Et si l'homme était seul dans l'univers ?

mo.michelonfray.fr -le blog

icrc.org -« L'homme-Dieu ou le sens de la vie » et « L'humanité perdue, Essai sur le XXe siècle »

ressources-cla.univ-fcomte.fr -L’HOMME-DIEU OU LE SENS DE LA VIE (Essai) de Luc Ferry

asmp.fr -5- Mécanique quantique et connaissance du réel Hervé Zwirn

boris.saulnier.free.fr -Compte-rendu de « Les limites de la connaissance » (H. Zwirn, Odile Jacob, 2000)

monblogdereflexions.blogspot.fr -Les limites de la connaissance 6-5) Réalisme et monde quantique: conséquences philosophiques.

 

2) Et si les cinq grands mystères ne faisent qu'un?

 

 

sophrologie-aberset.ch -la caverne de platon

Depuis le début de mes articles il est question de cinq grands mystères qui ont été commentés et analysés:

D'où provient l'Univers issu du big bang?

- Quelle est la nature des fondements de la réalité physique?

- Quelle est la nature de la conscience de l'homme?

- Qu'est-ce qui peut canaliser l'évolution de la vie?

- D'où provient la "déraisonnable efficacité" des mathématiques?" (En 1960, le physicien Eugène Wigner avait publié un célèbre article au titre provocateur : «La déraisonnable efficacité des mathématiques dans les sciences naturelles2.»

Jusqu'à présent, nous avons donné des interprétations à l'intérieur de la science, ce qui a amené à une nouvelle façon de la concevoir, à la fois consciente de ses limites en ce qui concerne ses possibilités de décrire le monde, et ouverte à des questions qui lui paraissaient impossibles à traiter auparavant. Maintenant nous allons sortir du cadre de la science et de l'interprétation des faits pour nous tourner vers la philosophie qui pourrait, elle, être capable d'unifier les cinq mystères. La conception philosophique qui pourrait permettre cette unification a été analysée dans l'article 15) (Une voie rationnelle vers le monde de l'esprit?), il s'agit du platonisme.

La première forme de platonisme fut défendue par Platon dans le cadre de la célèbre théorie des idées. Le platonisme est souvent opposée au réalisme en classant Platon dans le camp des idéalistes, ce que conteste Alain_(philosophe): "Platon n'est idéaliste comme on le dit. Le monde de Platon n'est nullement un songe, au contraire il est dur comme le diamant, et est toujours le même. C'est notre vie qui est un songe." Pour Bernard d'Espagnat, le platonisme est un réalisme des essences. (voir l'article 6 paragraphe 4: il ne reste a priori que le réalisme non physiqueOr celui-ci repose sur une ontologie de type platonicien comme le dit Bernard d'Espagnat"Les Idées de Platon ne sont pas dans l'espace-temps mais elles existent indépendamment de l'esprit humain et sont les causes des phénomènes.") Le fameux "mythe de la caverne(dans "La République"), dit que nous n'avons accès qu'à des ombres d'objets ou de personnes se projetant sur le mur d'une caverne, alors que les objets ou personnes en question sont, eux, situés à l'extérieur de la caverne. Il y a donc bien une réalité dans la philosophie de Platon, mais nous n'y avons pas un accès direct, car elle ne se situe pas au même niveau que nous. Le monde que nous observons n'a pas d'existence indépendante, Il n'est qu'une projection de ce qui existe vraiment et réellement.

Nous avons vu que le réalisme philosophique des physiciens est souvent un peu platonicien puisque la réalité physique ne peut plus avoir des fondements conçus comme immergés dans le temps et l'espace. Dans l'article 15) nous avons vu les mathématiciens Andrew Wiles, Alain ConnesRoger Penrose ou Kurt Gödel exprimer leur conviction d'être en contact avec un monde platonicien des idées mathématiques. Gödel a de plus montré que même au coeur des mathématiques, la vérité est une notion plus vaste que celle de "démonstratibilité". Par ailleurs, dans le domaine de l'évolution, nous avons noté au chapitre 1) que pour Christian de Duve ou Conway-Morris, l'évolution est orientée, canalisée par ... des formes platoniciennes répondent Michael Denton et D'arcy Thompson. Pour eux, un animal par exemple n'est qu'une des projections diverses et variées de l'archétype de l'espèce à laquelle il appartient. C'est l'existence de ces archétypes qui fait passer l'évolution d'un état stable à un autre état. Pour ce qui concerne la cosmologie, ce que nous savons est assez platonicien: notre Univers n'existe par lui-même et provient de quelque chose d'autre, le temps et l'espace ne sont pas absolus et ont eu un commencement. Pour terminer, l'idée selon laquelle l'esprit ne serait nullement une création du cerveau, c'est à dire le dualisme, concept dont nous avons vu dans l'article 14-2 qu'il est l'un des plus probables, mais aussi l'un des plus scandaleux pour la science classique,  cette idée est naturelle et évidente dans la cadre platonicien, comme Platon l'a développé avec "le mythe d'er."


Ce principe unificateur permet de regrouper l'ensemble des problèmes que nous avons abordés, il remplace les cinq mystères par un  seul mais sans le résoudre. En effet, qu'est-ce que cette réalité platonicienne? Cependant nous progressons, car nous sommes maintenant dans la même situation que les hommes de la caverne s'ils avaient compris qu'ils voyaient des ombres d'objets et non une réalité indépendante, réalité en soi, ce qui aurait constitué pour eux un progrès remarquable. Dans la démarche que nous avons suivie avec Jean Staune, démarche guidée par la rationalité et la connaissance empirique, un "platonisme scientifique" semble un bon choix pour remplacer un "matérialisme scientifique" que la science a discrédité. Nous allons maintenant examiner ce que cela peut nous apporter pour répondre à la question qui est au centre de mes articles, celle du sens de l'existence.


liens: philolog.fr -explication de-l'allégorie de la caverne    sophrologie-aberset.ch -la caverne de platon

blogg.org/blog -monde platonicien des idées mathématiques

www.cnrtl.fr -définition de l'archétype
blogs.mediapart.fr -Une grosse erreur de Darwin
asmp.fr -La réalité en soi? Physique et Réalité, une introduction à la question Bernard d'Espagnat
evangile-et-liberte.net -Physique et réalité, entretien avec Bernard d'Espagnat
futura-sciences.com -réalité La causalité classique remise en question par la physique quantique
Penseurs: Teilhard de Chardin    Brian Green   Bernard d'Espagnat    Banesh Hoffmann      Einstein

Christian de Duve   Conway-Morris Michel Denton

 Guillaume LecointreYvon Quiniou   Marceau Felden  Luc Ferry   André Comte Sponville   Michel Onfray   Alain_(philosophe)  Platon


3) Et Dieu dans tout ça! 


 


 

 

L'existence d'un autre niveau de réalité dont le notre ne serait que la projection (le platonisme), n'implique nullement l'existence de Dieu. On peut décrire au moins sept étapes entre les considérations décrites dans l'article 16-1) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens" partie 1 et l'existence d'un Dieu personnel capable de répondre à nos prières. Chacune d'entre elles nécessite de faire une hypothèse supplémentaire. Cette démarche permet de préciser sa propre position et chacun doit voir ainsi s'il peut aller jusqu'au bout ou sinon à quel moment il refuse de faire un pas supplémentaire. Voici les hypothèses:

1) "la réalité indépendante, ce qui existe vraiment, n'est pas localisée dans le temps ni dans l'espace." Rejeter cette hypothèse, comme certains matérialistes purs et durs le font, serait une position "métaphysique" peu compatible avec le progrès de nos connaissances.

2) "L'esprit humain a un lien étroit avec cette réalité indépendante." Nous sommes toujours dans le platonisme (On ne peut considérer ce point comme démontré).

3) "La réalité indépendante a-t-elle des caractéristiques qui la rapprochent d'un objet ou d'un esprit?" Les néo-matérialistes ou "matérialistes ouverts", qui acceptent les résultats des sciences (physique quantique) ou le théorème de Gödel s'arrêteront ici. Les spiritualistes, eux, feront un pas de plus: ils appelleront "être " cette réalité ne soi.

4) "Cet être ne se cantonne pas à la réalité indépendante, il cherche à se manifester dans notre monde, celui des phénomènes. L'existence d'êtres conscients d'eux-mêmes est l'une ces manifestations." Cette position implique une finalité dans l'évolution de la vie et l'existence d'une vie après la mort puisque notre vraie nature serait de proche de celle de cet être. Pour franchir cette étape, il faut être spiritualiste et croire que quelque chose dans l'être humain survive après la mort (donc que notre essence ne se réduit pas à des phénomènes physiques).

5) "Cet être est une personne avec une volonté, des aspirations, un projet. Tous ceux qui pensent que l'être est une énergie universelle, voire un principe créateur mais dépersonnalisé, prendront une autre voie qui pourra les amener à penser l'existence d'un tel être sans le définir, comme le fait le taoïsme ou le bouddhisme (il est indéterminé dans sa perfection, non-devenu, non créé, non manifesté). A l'inverse, ceux qui croient en l'existence d'un Dieu personnel accepteront cette hypothèse." 

6) "Ce Dieu cherche à entrer en contact avec nous, il l'a fait par l'intermédiaire des grandes religions du monde. Même si on se situe dans un cadre monothéiste, il existe différentes hypothèses: -L'hypothèse horrible: Dieu nous élève comme nous élevons le bétail.

-L'hypothèse de l'indifférence: Dieu n'a pas plus d'intérêt pour nous que nous n'en n'avons pour les objets que nous fabriquons.

L'hypothèse de l'attente: Dieu n'a pas encore essayé de communiquer avec nous, il attend que nous ayons atteint un niveau supérieur d'évolution.

-L'hypothèse classique: Dieu existe et communique discrètement avec nous par l'intermédiaire des grandes religions ce que refuseront les voltairiens autres déistes).

7) "Dieu est bon et il peut répondre à nos prières et agir dans le monde." Pour les grandes religions monothéistes, Dieu est bon, bien que les textes sacrés montrent que c'est loin d'être évident (Dieu encourage Josué à exterminer toute le population de la ville d'(-Jos 8 1-25après que Josué a fait la même chose avec les habitants de Jéricho ). Cette position affirme aussi que Dieu est tout-puissant, bien que certaines conceptions comme la théologie du processus avec Alfred North Whitehead affirment que Dieu ne connait pas le but de l'évolution humaine, ou encore l'approche de Hans Jonas selon laquelle un Dieu tout-puissant serait contradictoire avec l'existence d'une véritable liberté pour l'homme.


Ces sept étapes constituent les sept degrés de cette échelle de Jacob pour laquelle il faut faire à chaque fois une hypothèse supplémentaire, ce qui rend les degrés les degrés les plus élevés moins probables que les premiers, mais moins probable ne signifie pas improbable. Pour approfondir cette question, examinons les "conditions de possibilité de ces sept étapes en commençant par la dernière.

Cette étape 7 nécessite un acte de foi. Mais cette position devient maintenant moins absurde qu'auparavant. Si Dieu a choisi le hasard pour voyager dans le monde, il est logiquement concevable qu'il puisse y agir s'il existe des phénomènes n'ayant aucune cause (non-localité par exemple) comme l'a écrit Sir Arthur Eddington "s'il n'y a pas de causalité, il n'y a plus de distinction claire entre le Naturel et le Surnaturel" et "Ainsi un scientifique pouvait de nouveau croire en Dieu après le développement de la mécanique quantique."

Quand au point 6 (le monothéisme révélé), il pouvait sembler fort peu probable quand triomphait la modernité au début du 20è siècle. En effet, il existe deux hypothèses quant à l'origine des religions: a) Toutes les religions sont d'origine humaine. b) Les religions ont été élaborées par des hommes, mais elles ne sont pas totalement d'origine humaine. Quelque chose dans les messages et et les concepts qu'elles véhiculent provient de Dieu et a été transmis aux fondateurs de ces religions. De l'hypothèse b dépend la crédibilité des traditions monothéistes. Mais cette hypothèse semble absurde dans un monde fermé sur lui-même tel que l'a conçu le modernisme, un monde où tout pourrait s'expliquer par le matérialisme scientifique. Ainsi André Comte Sponville écrit: "Je ne détiens aucune vérité inconnue, ni moi, ni personne. Le problème n'est pas de découvrir une autre vérité qui manquerait, qui ferait défaut, mais de comprendre qu'il n'y a rien d'autre à trouver que la vérité, rien d'autre à chercher, donc, et qu'on est déjà dedans, et qu'on en connaît plus qu'assez pour vivre... Le Bouddha ou le Christ en savaient beaucoup moins, mais cela ne nous ne donne sur eux aucune supériorité spirituelle." Mais comment Sponville peut-il affirmer que sur six milliards de personnes qui vivent sur notre planète aucune ne détient une gnose ou une vérité cachée et que le Bouddah ou le Christ savaient moins de choses que nous? S'ils ignoraient (sans doute) la valeur de la masse du proton ou de l'électron, peut-être en savaient-t-ils bien plus que nous sur la nature du réel grâce à un contact avec uns source de connaissances située hors de notre monde, exactement comme les grands mathématiciens prétendent être en contact avec le monde des vérités mathématiques. 

La réflexion de Comte Sponville (et des philosophes matérialistes actuels) se situe dans un cadre dans lequel la deuxième hypothèse (hypothèse b) n'est même pas envisagée. Elle est rejetée d'emblée comme impensable. Si nous étions dans monde fermé sur lui-même où tout pourrait s'expliquer par le matérialisme scientifique, une telle position serait acceptable. Mais l'évolution actuelle des connaissances montre que celles-c pointent fortement en direction d'une conception platonicienne, selon laquelle notre existence dépend, au moins en partie d'un autre niveau de réalité, où il existe des indices forts d'un contact possible entre l'esprit humain et cet autre niveau au sein du domains le plus rationnel qui soit (les mathématiques). Cette position de Compte Sponville et des matérialistes, qui fait d'office des religions une invention humaine et qui est partagée par tant de penseurs actuels est dogmatique et non rationnelle. 
Et Dieu dans tout ça? Nous pouvons maintenant concevoir une hypothèse expliquant ce qui est à la base de la plupart des grandes religions. Le (ou les) fondateurs a (ont) eu un contact avec le monde platonicien duquel est issu notre Univers et nos consciences, d'où la possibilité d'un tel contact. Dans cette vision, les religions sont comme des clés donnant sur une immense pièce. Cela n'implique pas que toutes les religions se vaillent, on peut penser que son trou de serrure en dévoile plus sur l'intérieur de la pièce que les autres. Mais on doit accepter que les autre religions détiennent des vérités que ne possède pas la sienne. On évite ainsi le fondamentalisme fondé sur la certitude de détenir toute la vérité. Ce modèle, tout en redonnant de la crédibilité aux grandes religions, permet de fournir des bases au dialogue inter religieux. Remarque: on peut utiliser les théorèmes de Gödel pour délégitimiser le fondamentalisme en axiomatisant les principes de base de toute théologie. Si on peut numériser ces axiomes (comme l'a fait Gôdel pour les mathématiques), les systèmes en question ne pourraient être à la fois complets et cohérents. 

Le point 5 (Cet être est une personne avec une volonté, des aspirations, un projet) nécessite lui aussi un acte de foi, car rien n'implique que l'Être soit une personne. Mais il est logique de penser que la réalité ultime, si elle est un Être et non une chose soit plus que nous, et non pas moins. 

Les points 5, 6,7 sont devenus possibles avec les nouvelles évolutions de nos connaissances mais pour le moment rien ne vient les suggérer directement. A partir du point 4, on arrive dans le domaine où les pistes de mise en évidence sont plus visibles. Le principe anthropique, la possibilité que l'évolution soit orientée, la crédibilité retrouvée du dualisme, suggèrent (mais sans encore le prouver) que l'hypothèse qui est faite ici soit crédible. 


Faisons maintenant une pause pour examiner les conséquences de cette évolution avec les éléments de rapprochement entre science et religion puis nous reviendrons au point 3 (La réalité indépendante a-t-elle des caractéristiques qui la rapprochent d'un objet ou d'un esprit?). Nous achèverons ainsi la conclusion de "ma lecture" du livre de Jean Staune par l'article "notre existence a-t-elle un sens 16-3) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens": quelle réponse à la question la plus importante qui soit?"

Nous verrons qu'on peut alors proposer une réouverture des chemins du sens et le réenchantement par l'observation de l'Univers et de l'homme.


(Pour la question la plus importante qui soit: voir l'article 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine?" chapitre 2: La question fondamentale- la condition humaine).


liens: philosophiespiritualiste.com

pseudo-sciences.org -Physique et matérialisme par Jean Bricmont (un matérialisme ouvert)

wikipedia.org -l'être

energie-universelle -Artisan de Lumière avatar lumière

christroi.over-blog.com -l'Univers une création de Dieu selon l'astrophysicien Trinh_Xuan_Thuan

larevuereformee.net -Quel est ce Dieu tout-puissant qui est impuissant ?

mots clé: énergie universelle      principe créateur      taoïsme      bouddhisme   être      Dieu personnel          Jésus-Christ   Bouddha  gnose

penseurs: voltaire  Alfred North Whitehead   Hans Jonas  Sir Arthur Eddington   André Comte Sponville

 

oksanaetgil.wordpress.com Piero di Cosimo ou le réanchantement du monde

22:53 Écrit par pascal dans notre existence a t elle un sens | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : matérialisme, platonisme, religion, dieu | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/09/2013

16-1) Notre existence a t-elle un sens? 16-1) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens"

 

Notre existence a t-elle un sens? 16-1) Conclusion du livre "notre existence a-t-elle un sens"

Une nouvelle approche de la science

 

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

 

Exergue: "Par opposition au scientisme dominant de la fin du XIXè siècle, on voit aujourd'hui de nombreux scientifiques, forts de ces nouvelles hypothèses ou de ces nouvelles théories, orienter le science vers un autre ordre de réalité, considéré désormais non plus comme concurrent, mais comme complémentaire de son domaine." Jean-Marie Pelt

wikipedia.org -Esprit quantique L'esprit quantique est une hypothèse qui suggère que des phénomènes quantiques, tels l'intrication et la superposition d'états, sont impliqués dans le fonctionnements du cerveau et en particulier, dans l'émergence de la conscience. Cette hypothèse part du principe, controversé, que la physique classique et son déterminisme ne peut totalement expliquer la conscience. Ses fondements théoriques ont été posés dans les années 1960 en sciences mais depuis ses partisans ne sont pas encore parvenus à la démontrer. Cette théorie n'en est qu'à ses débuts, elle a pourtant le soutien de Roger Penrose et de Stuart Hameroff. Karl H. Pribram et Henry Stapp ont, de leurs côtés, proposé une variante.

 (hypothèse soutenue par Roger PenroseStuart Hameroff. Karl H. Pribram et Henry Stapp). 

 

Nous sommes parvenus au terme de l'ouvrage de jean staune"Notre existence a-t-elle un sens?". Ma lecture de l'ouvrage nous a fait traverser les sciences de la matière, de l'Univers, de la vie, de la conscience et même la logique et les mathématiques. Ce voyage a été fait avec un minimum de préjugés philosophiques et religieux en partant des faits qui semblent importants pour la question "l'Univers et notre existence ont-ils un sens et s'inscrivent-ils dans un projet quelconque?". Que pouvons-nous conclure après avoir vu de très nombreuses interprétations de ces faits et analysé les principales positions en dégageant celles qui semblent les plus crédibles? 


1) L'émergence d'un nouveau paradigme. (voir l'article 4) Vers de nouvelles lumières)


1- le nouveau paradigme aspect quantique

 

 

 

2- Une vision "spiritualiste"d'un nouveau paradigme: l'Univers total

 

 

Le XXè siècle a vécu en science un événement rare: un changement de paradigme.  Un paradigme est une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent de vision du monde qui repose sur une base définie (matrice disciplinaire, modèle théorique ou courant de pensée). Au xxe siècle, le mot paradigme était employé comme terme épistémologique pour désigner un modèle de pensée dans des disciplines scientifiqueCe qui s'est passé est inégalé depuis 500 ans, depuis le passage du monde magique du Moyen-Âge à celui de la modernité, via la Renaissance et a eu une influence sur tous les domaines de la connaissance:

 

-En astrophysique, les notions de temps et d'espace absolu et éternel et infini de Newton ont été remplacés par la relativité du temps et de l'espace d'Einstein qui abouti à la théorie du big bang et des Univers inflationnaires, le big bang ayant engendré le principe anthropique.

- En physique, le déterminisme de Laplace, qui prétendait que l'on pouvait, en théorie, connaître tout le futur de l'Univers à partir des forces de la nature et de la position des objets qui la composent a été remplacé par le principe d'incertitude d'Heisenberg qui dit qu'il qu'il est impossible de connaître à la fois la position et la vitesse d'une particule. Dans les nouveaux concepts, il est question d'incomplétude, d'imprédictibilité, d'incertitude, d'indécidabilité...

-En mathématiques, le programme de Hilbert qui devait être une "solution finale" au problème de fondements de la logique, a été remplacé par les théorèmes d'incomplétude de la logique de Kurt Gödel, ce qui implique que, au coeur même des mathématiques, des vérités peuvent être perçues avec certitude sans être démontrables (voir l'article 15).

-En chimie, les idées classiques de l'équilibre de Marcellin Berthelot ont été remplacées par la thermodynamique du non-équilibre de Ilya Prigogine et par les notions de "bifurcation", d'effet papillon qui débouchent sur l'imprédictibilité de certains phénomènes non plus quantiques, mais macroscopiques.

-En neurologie, "l'homme neuronal" de Jean Pierre Changeux a été "mis à mal" par les expériences de Libet sur l'antédatage de la perception et sur l'existence d'un libre arbitre exerçant un "droit de veto" sur les processus commencés inconsciemment par le cerveau (voir l'article 14-2). 

-Les conceptions darwiniennes selon lesquelles l'évolution serait un phénomène purement contingent, puisque fondées uniquement sur des mutations aléatoires triées par la sélection naturelle, sont remises en cause par des approches de l'évolution comme celles de Simon Conway-Morrismichael Denton ou Christian de Duve (voir articles 12-1 et 12-2). Pour ces derniers, le le hasard est "canalisé" par une structuration des lois physiques et biologiques dont la découverte n'est pas encore achevée. Ces approches donnent une crédibilité nouvelle à la conception platonicienne selon laquelle les grandes familles d'être vivants sont inscrites dans les lois de la nature comme la structure des cristaux de neige ou la structure des protéines."

Le tableau suivant montre l'évolution des paradigmes:

Paradigme classique                          paradigme nouveau

Newton                                                    Einstein

Laplace                                                   Heinsenberg

Hilbert                                                     Gödel

Berthelot                                                 Prigogine

Changeux                                               LibetSperry 

Darwin                                            DentonConway Morris


cmchr.net -Une approche pour le 21ème siècle

Petite anecdote pour prendre la mesure du caractère exceptionnel de ce changement de paradigme: James Lighthill, le président de l'Union internationale de mécanique pure et appliquée, s'est excusé au nom de ses collègues du fait que son association ait propagé pendant trois siècles l'idée fausse que les systèmes newtoniens étaient déterministes. Qui se souvient de la plus dramatique épidémie de peste de tous les temps au XIVè siècle, qui tua en quelques années un quart de la population européenne et dont les contemporains devaient imaginer qu'elle marquerait à jamais l'histoire de l'humanité? En revanche, tout le monde ou presque connaît les noms de Copernic et de Galilée, ce qui montre que les vraies révolutions sont les changements de vision du monde et non pas des événements contingents, si terrifiants soient-ils. C'est pourquoi, Ortoli et Pharabod. (les auteurs du livre "le cantique des quantiques" ), en évoquant la révolution quantique, qui n'est qu'une partie -certes la plus solide- de la nouvelle vision du monde, ont-ils osé écrire: "Les révolutions républicaines, marxiste, islamistes et autres risquent d'apparaître un jour insignifiantes face à la révolution quantique. Notre organisation socio-politique et nos modes de pensée ont été ou vont être bouleversés davantage peut-être que par tout autre événement." Ainsi des physiciens ont pu dire que dans 1000 ans, la démonstration de l'existence de la non-localité au XXè siècle sera un événement plus important dans la mémoire de l'humanité que les deux guerres mondiales.


Mais, quelle solidité peut-on accorder à la synthèse faite par Jean Staune, que je viens de présenter en début de ce chapitre? Staune le dit lui-même: N'est-elle pas une illusion? Dans son ouvrage "notre existence a-t-elle un sens?" , qui les cite, les faits sur laquelle cette synthèse se fonde ont été publiés dans des revues qui font autorité et les interprétations citées ont été développées par des scientifiques de renom qui s'exprimant dans leur domaine et non par des physiciens parlant de la conscience ou des astrophysiciens parlant de la biologie par exemple. Cela donne à la démarche un poids que n'aurait pas la même critique des conceptions de la science classique à partir de disciplines comme l'astrologie, de la parapsychologie, de la médecine "énergétique", des visions des chamanes, disciplines qui sont rarement reconnues comme scientifiques. Il en est de même de toute une série de faits stupéfiants mais totalement invérifiables. Un bon exemple de telles démarches non rationnelles se trouve dans l'ouvrage de Louis Pauwels et Jacques Bergier, "Le matin des magiciens". Bien entendu, les interprétations des scientifiques peuvent être erronées et vu le grand nombre d'idées, de théories et concepts, certains se révéleront faux? Mais il est probable qu'il soit impossible que l'ensemble des faits et théories sur lesquels repose la synthèse se révèle être une illusion. Examinons leur degré de solidité:

     -Les plus solides sont sans doute la physique quantique, la relativité générale, le théorème de Gödel et la théorie du chaos. Les résultats de la physique quantique n'ont jamais été démentis et ceci avec un degré de précision époustouflant: la théorie quantique des champs (TQC) est vérifiée avec une précision de l’ordre de 10-11 et à ce jour la relativité générale a été vérifiée à 10-14 (on pense qu'avec le satellite ‘STEP’ on pourra aller jusqu'à  10-18).Par ailleurs, on sait maintenant qu'on ne pourra jamais connaître la position et la vitesse d'une particule en même temps ni même prédire avec exactitude le temps qu'il fera dans un mois.  

     -Il paraît impossible que soit remise en cause le fait que l'Univers était très petit et très dense il y a entre 13 et 15 milliards d'années (la théorie du big bang). Mais dans ce domaine les choses évoluent très vite, et avec l'existence de la matière noire, de l'énergie noire, voire des Univers parallèles, des bouleversements importants peuvent se produire avec des implications philosophiques imprévues. 

     -Dans le domaine des neurosciences, les expériences permettant de déconstruire la vision d'un "homme neuronal", faites de rare fois à cause de leur difficulté technique et pour des raisons idéologiques, demanderont sans doute des années pour être répétées de nombreuses fois. 

     -L'idée d'une évolution orientée ou canalisée vers un but est sans doute le concept le moins établi de cette synthèse. Il y a beaucoup d'arguments en faveur d'une nouvelle théorie de l'évolution, mais on ne peut être certain de l'inexactitude des conceptions darwiniennes. On peut être assuré que les conceptions de Newton, Laplace, Hilbert, et sans doute celles de Changeux ou Crick ne sont plus des descriptions scientifiques adéquates, il n'y a pas d'expérience décisive qui permette de rejeter les conceptions darwiniennes

 

Dans la démarche interdisciplinaire faite ici depuis le début de mes articles de "notre existence a-t-elle un sens?", les thèses avancées se renforcent les unes les autres et c'est quelque chose qu'on ne peut comprendre que lorsqu'on a pris connaissance de toute la démarche. Cela illustre le credo non réductionniste que la démarche cherche à démontrer: "Le tout est plus que la somme des parties." Ainsi, on peut être sûr que que la biologie connaîtra une grande révolution conceptuelle alors que la grande majorité des biologistes ne l'envisagent même pas. Pourquoi? parce que, comment le disent Sven Ortoli et Jean-Pierre Pharabod, la plupart des biologistes ont une vision "assez primitive" de la réalité, vision déjà réfutée dans un domaine sur lequel, en dernière analyse, repose la biologie (Voir aussi l'article 6 partie 2 au chapitre 5: "quant à la déliquescence de ce qu'on appelle [...] "rationalisme", elle ne gêne guère l'homme de la rue mais perturbe profondément bien des penseurs traditionnels. Mais un autre bouleversement devrait être considéré comme positif: c'est l'abolition du carcan matérialiste et l'émergence de nouvelles possibilités philosophiques. En effet, la science du XVIIIè siècle avait abouti au triomphe du matérialisme mécanique qui expliquait tout par l'agencement de morceaux de matière minuscules et invisibles, agencement réglé par diverses forces d'interaction qu'ils exerçaient entre eux. Cette vision assez primitive à laquelle se tiennent encore la plupart des biologistes avait pour conséquence l'inutilité des religions et des philosophies qui font appel à l'existence d'entités non matérielles. Le fait que ces morceaux de matière se soient révélés n'être en réalité que des abstractions mathématiques non locales, c'est à dire pouvant s'étendre sur tout l'espace et de plus n'obéissant pas au déterminisme, a porté un coup fatal à ce matérialisme classique." De plus, L'histoire des sciences a montré qu'il existe un décalage de plus d'un siècle entre les progrès réalisés dans le domaine des sciences de la vie et ceux de l'univers comme nous l'avons vu dans l'article 4) au chapitre 4 f)On peut donc en conclure que, comme Newton, Darwin aura son Einstein. Comment? et cela donnera-t-il du crédit à l'évolution orientée? Nul ne le sait pour le moment.

En conclusion, la synthèse présentée précédemment est solide, il est certes improbable qu'elle soit entièrement exacte, mais il est encore plus improbable que l'image globale qui s'en dégage soit remise en cause. Nous sommes bien en train de un changement essentiel de vision du monde dont nous allons maintenant voir deux grandes caractéristiques (parmi beaucoup d'autres). 


liens: math.polytechnique.fr -Indéterminisme quantique et imprédictibilité classique

sergecar.perso.neuf.fr -Physique, matière, conscience -philosophie et spiritualité

wikipedia.org -Esprit quantique

yellobook.cm -Le matin des magiciens

wikipedia.org -Théorie quantique des champs

cosmosaf.iap -Dépasser la Relativité Générale et la Théorie Quantique des Champs

wikipedia.org/wiki/ -Pensée complexe (le tout est plus que la somme des parties)

Interdiscipliniraté de la démarche: staune.fr -Aux racines de l’univers - Ervin Laszlo

trinhxuanthuan.com -Le Chaos et l'Harmonie, la fabrication du Réel

penseurs: Ervin -László   Trinh Xuan tThuan

 

2) La voie de l'incomplétude: "je sais pourquoi je ne sais pas".

tarotpsychologique.wordpress.com -sérénité
















Comme nous l'avons vu, une grande partie du nouveau paradigme repose sur des notions comme l'incertitudel'incomplétudel'imprédictibilitél'indécidabilité... Est-ce à dire qu'il repose sur notre ignorance et non sur des connaissances et donc que les conclusions du chapitre précédent sont peu solides? Non, car en réalité, c'est le contraire! C'est un bouleversement épistémologique, car désormais nous savons parfaitement et avec une grande précision pourquoi nous ne saurons jamais en même temps la vitesse et la position d'une particule (principe d'incertitude), pourquoi nous jamais de système logique à la fois complet et cohérent (théorèmes de Gôdel), ou pourquoi nous ne prédirons jamais avec exactitude le temps qu'il va fera dans un mois (théorie du chaos). Il s'agit donc d'un progrès des connaissances et non d'une régression. C'est une victoire de la méthode scientifique et de la rationalité qu'il soit possible de montrer les limites de la science de l'intérieur de celle-ci et non pas depuis l'extérieur seulement.

Mais cela amène à renoncer au projet de la science "classiquenée au XVIIè siècle dont Jean Fourastier a pu dire: "La science du XIXè et du début du XXè siècle reste ainsi dominée non seulement par l'espoir, mais par la certitude d'expliquer le réel par le réel". En effet, le XXè siècle a démontré que non seulement la science ne pourra jamais "dévoiler" le réel dans sa totalité, mais (à cause de phénomènes comme la non-localité), que le réel n'est pas ontologiquement suffisant, qu'il ne peut donc s'expliquer entièrement par lui-même, puisque des phénomènes qui relèvent d'un autre niveau de réalité peuvent l'influencer causalement. (Ici on entend par "réel" le niveau de réalité dans lequel nous vivons, celui que l'on peut mesurer, voir, toucher, sentir, celui qui est situé dans le temps, l'espace, la matière, l'énergie)

Scientifique et philosophe, Jean-François Lambert juge essentiel le "paradigme de l'incomplétude" qui, dès les "années trente", annonce dans la plupart des disciplines l'avènement d'une nouvelle science ouverte à l'indicible. Il a ajouté aux faits que nous venons de mentionner l'incomplétude de Wittgenstein (voir uip.edu: chapitre Wittgenstein et l’indicible) et l'approche de l'inconscient de Jacques Lacan ("il y a deux statuts de l'Autre : celui qui existe, unitaire, et l'Autre barré, manquant d'existence et signalant l'incomplétude de la langue"). Pour Lambert, "il apparaît à l'évidence que tant dans l'étude du langage (Wittgenstein) ou celle de la logique (Gödel) que celle de la structure de la matière (Heisenberg) ou de l'inconscient (Lacan), débouchent sur le même constat d'incomplétude, le même horizon d'indécidabilité. La même impossibilité à limiter le vrai à la totalité de ce qui peut être dit, formellement démontré ou immédiatement mesuré. Tout ce qui précède conduit au même constat: ça échappe. Reconnaître que quelque chose est formalisable, c'est aussi reconnaître que quelque chose de cette chose échappe nécessairement, la formalisation serait impossible si elle n'impliquait pas que quelque chose échappe. Tout ensemble de traces (toute écriture, tout langage, tout système formel, toute mesure) suppose un "insu" qui, précisément, ne laisse pas de trace, mais se manifeste dans les blancs de l'écriture. Le socle même de l'écriture ne peut s'écrire comme le socle du langage ne peut se dire, comme le socle de la logique formelle ne peut se formaliser. Bien que ne pouvant ni s'écrire ni se dire, le fondement se montre dans l'acte de parole ou d'écriture."


Mots clé: incertitude  incomplétude    imprédictibilité   indécidabilité 

uip.edu -L’incomplétude, un nouveau paradigme Par Jean-François Lambert

wikipedia.org -Principe d'incertitude

just.loic.free.fr -théorie du chaos      wikipedia.org -Théorie du chaos

wikipedia.org -Théorèmes d'incomplétude de Gödel

Autres liens: philosciences.com -Les limites de la science classique

 unige.ch/~coquille -De la non-localité

uip.edu -L’incomplétude, un nouveau paradigme par jean françois lambert

di.ens.fr -interfaces de l'incomplétude (GIUSEPPE LONGO CNRS)

halshs.archives-ouvertes.fr -Logique et langage (études chez le premier wittgenstein)

canal-u.tv/video -Les formations de l'inconscient: le séminaire V de lacan (jacques alain miller)

causefreudienne.net -lacan- De l'Autre de la garantie à l'Autre qui n'existe pas (l'incomplétude de la langue)

causefreudienne.net -lacan- Du sujet de l'inconscient au parlêtre

penseurs: Wittgenstein  Jacques Lacan.

 

3) le dépassement du matérialisme méthodologique.


journal-integral.blogspot.fr -Post-matérialisme

Dans tout ce qui précède, nous avons rencontré au moins deux domaines (le principe anthropique et l'évolution) où apparaissent des questions relatives à l'existence d'une finalité dans l'Univers. De nombreux scientifiques repoussent toute allusion de type et y voient un crime de lèse-science. Mais réfléchissons d'abord à la question qu'est-ce que la scienceLe Robert en donne de multiples définitions de "connaissance exacte et approfondie" à la définition réductrice dont il est dit qu'elle ne date que du XIXè siècle: "ensemble de connaissances d'une valeur universelle, caractérisé par un objet, une méthode déterminée, fondé sur des relations objectives vérifiables". Il n'est pas précisé que  la science se limite à l'étude des phénomènes ayant des causes naturelles ou matérielles, même si le naturalisme méthodologique est absolument essentiel dans la pratique quotidienne de la science, il n'en constitue pas un pilier structurel (les fondateurs de la science moderne comme Newton ou Képler l'auraient peut-être définie comme "l'étude des lois que Dieu a utilisées pour créer le monde"). Comme l'explique le prix Nobel Christian de Duve, "la science est fondée sur le naturalisme (matérialisme méthodologique), notion selon laquelle toutes les manifestations ayant cours dans l'Univers sont explicables par l'intermédiaire de lois connues de la physique et de la chimie. Cette notion représente la pierre angulaire de l'entreprise scientifique. Et nous pouvons fermer nos laboratoires si nous n'y souscrivons pas! si nous partons de l'hypothèse selon laquelle ce que nous étudions n'est pas explicable, nous éliminons la recherche scientifique en elle-même. contrairement à l'opinion exprimée par certains scientifiques, cette nécessité logique n'implique pas que le naturalisme doive être accepté comme un a priori philosophique, une doctrine ou une croyance.Tel qu'employé en science, il s'agit d'un postulat, une hypothèse de travail souvent qualifiée de naturalisme méthodologique par les philosophes pour cette raison, postulat que nous devrions être prêts à abandonner si nous étions confrontés à des faits ou à des événements qui défient chaque tentative d'explication naturaliste."

L'article "message in the sky", écrit par deux astrophysiciens chinois vivant aux Etats-Unis (S. Hsu and A. Zee), et qui a été mentionné dans mon article 9-2) au chapitre 4), fournit une illustration des propos de Christian de Duve concernant l'éventualité de devoir renoncer au matérialisme méthodologique. En effet, il avait dit dans mon article: "si un tel message était détecté, comment réagiraient les "rationalistes?". Refuseraient-ils de l'analyser et de l'accepter en disant qu'on sort des limites de la science?"  


Mais le "matérialisme méthodologique", n'est n'est pas un fondement incontournable de la science. En effet, une des deux principales disciplines de la physique de notre temps, la physique quantique s'en passe totalement, comme le dit Bernard D'Espagnat: "Le "matérialisme méthodologique" [...] est-il véritablement un présupposé de la recherche indispensable au développement de quelque discipline que ce soit? Ici, je prétends qu'il n'en n'est rien. Il en est une, et non des moindres, qui a échappé à la règle, c'est la physique quantique. On peut certes ne pas partager vues de Niels Bohr. [...] Or, selon Bohr, un instrument de mesure doit être considéré comme obéissant à la physique classique, non du tout en vertu de ses propriétés physiques, mais seulement en raison du fait qu'il nous sert à nous, d'instrument. De plus, alors que le choix (humain) de cet instrument définit, entre conditions expérimentales, celles qui déterminent quels types de prédiction on pourra ultérieurement faire, ces dernières conditions sont selon Bohr, "un élément inhérent à la description de tout phénomène auquel le terme de réalité physique peut-être attaché".  Peut-on qualifier de matérialiste une telle conception selon laquelle en tant qu'objet de la science, "la réalité physique" est un phénomène auquel l'action et l'expérience humaines sont "inhérentes". Et il faut en dire autant des vues de Werner HeisenbergWolfgang Pauli  Max Born..., les principaux artisans de la physique de notre temps. 

Si les matérialistes acceptent que l'on conteste le matérialisme philosophique, il n'est pas question de contester le matérialisme méthodologique qu'ils érigent en principe absolu et le couplent à la science. L'abandonner serait revenir aux périodes de l'obscurantisme préscientifique. Pourtant, comme on vient de le voir, le matérialisme méthodologique n'est pas un fondement incontournable de la science et cette fusion avec la science ne tient ni sur le plan théorique, ni sur le plan factuel. Si on acceptait la possibilité de les séparer, toute une série de recherches nouvelles, porteuses de résultats potentiels d'une grande richesse, deviendraient possibles, alors qu'elles sont considérées comme taboues car elles contredisent le sacro-saint matérialisme méthodologique. C'est la cas des "expériences aux frontière de la mort" décrites par des milliers de témoins et dont certains aspects suggèrent des "sorties du corps" susceptibles de confirmer définitivement le dualisme. C'est pourquoi, un des grands expérimentateurs en neurosciences que nous avons vu dans l'article14-2) chapitre1Benjamin Libet, envisage sérieusement un protocole pour prouver la réalité de la sortie du corps rapportée par les témoins. C'est l'attitude d'un savant qui, à partir du moment où il a des indices intéressants, ne se laisse pas détourner de sa démarche par des a priori idéologiques. Mais si de telles expériences, pourtant cruciales pour la compréhension de la nature humaine, n'ont pas encore été réalisées de façon sérieuse, c'est bien à cause du frein que constitue cette "absolutisme" du matérialisme méthodologique. 


liens: astrosurf.com -objectif de la Science

unesco.org -science et développement perspectives pour le 21è siècle

pages.infinit.net -NAISSANCE DE LA SCIENCE MODERNE ( XVIe / XVIIIe)

jlml.fr/index.asp -Le matérialisme méthodologique est-il la seule approche scientifique légitime?

staune.fr -Matérialisme méthodologique
asmp.fr -Le matérialisme en question par Bernard d'Espagnat

mnhn.fr/glecointre -Comprendre le matérialisme par son histoire Guillaume Lecointre

uip.edu -Matérialisme et rationalisme Par Bernard d’Espagnat

sylvainreboul.free.fr -Matérialisme philosophique et rationalité pragmatique

staune.fr -Qu’est-ce-que l’obscurantisme ?

staune.fr -L'obscurantisme scientifique

staune.fr -Voyage au coeur de l’obscurantisme scientifique

lariposte.com -La théorie matérialiste de la connaissance_Plékhanov opposé à Lénine_ (matérialisme philosophique)

d-meeus.be -cours de philosophie marxiste: Le matérialisme et la connaissance

communisme-bolchevisme.net -Lénine: MATERIALISME ET EMPIRIOCRITICISME

rene.merle.charles.antonin.over-blog.com -Du matérialisme en philosophie (position de Quiniou)

journal-integral.blogspot.fr -Post-matérialisme - Le Nouvel Air du Temps

 

mots clé: évolution_(biologie)    principe anthropique    Connaissance

Penseurs: Bernard D'Espagnat    Christian de Duve

Newton       Képler     Werner Heisenberg     WolfgangPauli     Max Born 

 

4) Conclusion de l'article.

Ce nouveau paradigme (présenté au chapitre 1), qui a renversé les certitudes de la science classique, débouche sur une nouvelle approche de la science, à la fois "consciente de ses limites" et capable de traiter des questions jusqu'alors hors de son domaine. Cette approche paradoxale devient possible car la science commence à abandonner certains des a priori qui l'empêchaient de le faire auparavant.(voir le débat "pour une science sans à priori" publié par "le Monde" le 23 février 2006). Elle sait maintenant qu'elle ne pourra jamais tout expliquer ni connaître (elle ne peut connaître en même temps la vitesse et la position d'une particule). Elle s'ouvre peu à peu à d'autres dimensions en rejetant des tabous qui l'empêchaient d'étudier certaines questions comme celles relatives à la finalité, au sens de l'Univers, à l'existence d'entités non matérielles comme les esprits, entités qui ont un effet sur notre niveau de réalité. 

La diffusion de cette révolution conceptuelle vient juste de commencer. Mais il faut prendre conscience qu'à l'époque d'internet où la diffusion "horizontale" de l'information est quasi-instantanée (connaissance des événements), la diffusion "verticale", celle qui porte sur les fondement de notre vision du monde, prend encore presque un siècle. Les prochaines années verront une accélération et une nouvelle vision du monde?

Nous examinerons dans la deuxième partie de cet article ("notre existence a-t-elle un sens 16-2 _science et sens, raison et religion" ) ce que tout cela implique pour la "question la plus importante qui existe" (Pour la question la plus importante qui existe: voir l'article 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine?" chapitre 2: La question fondamentale- la condition humaine).


liens: wikipedia.org -La Grande Question sur la vie, l'univers et le reste

 

 

rene.merle.charles.antonin.over-blog.com -Du matérialisme en philosophie?

 

20:50 Écrit par pascal dans notre existence a t elle un sens | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : paradigme, incomplétude, matérialisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/09/2013

15) Notre existence a t-elle un sens? 15) Une voie rationnelle vers le monde de l'esprit?

 

 

Notre existence a t-elle un sens? 15) Une voie rationnelle vers le monde de l'esprit?


 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

 

Exergue: "Il semble que l'on puisse réfuter l'idée que les mathématiques soient une création de l'esprit humain. [...] Cela implique que les objets et les faits mathématiques existent objectivement et indépendamment de nos actions mentales et de nos décisions.Kurt Gödel.

 

Apres les articles précédents qui ont exposé le... "Hard problem of consciousness", expression inventée par David Chalmers, je poursuis ma lecture du livre de jean staune "Notre existence a-t-elle un sens?" avec ce titre qui semble a priori contradictoire: "Une voie rationnelle vers le monde de l'esprit?"


1) Sommes-nous en contact avec un "monde des mathématiques."


 
 

 


 

images.math.cnrs.fr -la nature des mathématiques

Nous avons vu dans les articles précédents qu'un "monde de l'esprit" est concevable au vu des expériences effectuées sur la conscience et le libre-arbitre et aussi en raison de la conception du monde que nous donne la physique quantique (voir en particulier les phénomènes de non-localité, article 7-1 et article 7-2). Mais avons-nous d'autres indices de l'existence d'un tel monde et du fait que notre conscience serait en contact avec lui, voire immergé en lui? Une voie pourrait être recherchée dans l'analyse des expériences mystiques rapportées par les différentes traditions. Mais si on ne considère que les faits scientifiques et leurs interprétations, des indices d'un monde de l'esprit peuvent recherchés dans la question de la nature des mathématiques. Cela peut sembler paradoxal, car a priori, rien ne semble plus rationnel et plus éloigné du monde de l'esprit que des équations.
Pourtant, de nombreux grands mathématiciens ont rapporté que certaines grandes découvertes leur sont venues d'illuminations, comme si un voile se soulevait et leur donnait accès à quelque chose qui préexistait. Les mathématiques seraient un monde que l'on explore petit à petit mais qui existait bien avant que l'homme existe et non une construction de l'esprit humain. II y aurait donc un "monde des êtres mathématiques" qui existerait de toute éternité et avec lequel l'esprit humain pourrait entrer en contact (Le platonisme mathématique ou «réalisme en mathématiques» est une théorie épistémologique selon laquelle les entités mathématiques (nombres, figures géométriques, etc.) ont une existence indépendante. Ce ne sont pas de vulgaires abstractions tirées du monde sensible (connu par les sens), ni de pures conventions, ni de simples instruments, mais des êtres jouissant d'une vie propre, comme les Idées de Platon ou même comme les êtres physiques). 


Un exemple frappant est celui de Andrew Wiles qui a gravi "l'Everest des mathématiques" en démontrant le fameux dernier théorème de Fermat: (voir Andrew Wiles et le théorème de Fermat). "On sait que  ou encore que . Il existe une infinité de tels triplets d’entiers. Par contre on ne trouve aucun triplet d’entiers a, b et c non nuls tels que ; c’est la même situation avec la puissance 4 et les suivantes. Le théorème de Fermat s’exprime ainsi : L’équation  n’a pas de solution entière non nulle pour . Ce problème facile à comprendre porte le nom de Pierre de Fermat un mathématicien toulousain du XVIIème siècle. Dans un ouvrage énonçant cette conjecture, il laissa cette note mystérieuse : "J’ai une démonstration véritablement merveilleuse de cette proposition, que cette marge est trop étroite pour contenir". 350 ans de recherche pouvaient commencer…" Les plus grands mathématiciens de différentes époques ont essayé de le démontrer. Certains ont pu le faire pour certaines catégories de nombres mais jamais pour tous les nombres. Premières approches: Les cas des exposants n = 3, 4 puis 5 et 7 ont été abordés par EulerLegendre et Cauchy. En 1738, Euler résout le cas n = 4. Le théorème est donc aussi prouvé pour toutes les puissances de n multiples de 4. En 1753, Euler transforme l'équation en z3 = x3 + y3 = 2a(a2 + 3b2). L'étude des propriétés des nombres de la forme a2 + 3b2 sera omise de sa première preuve. La même omission sera reprise par Legendre. Euler se penche à nouveau sur la question et finit par apporter une preuve satisfaisante pour n = 3. En 1801, Gauss donne une autre preuve, mais rigoureuse, elle, pour le cas n = 3. Il travaille dans ℚ(√–3) et nomme à l'occasion entiersles complexes de ℤ[j]. En 1816, l'Académie des sciences de Paris offre une médaille d'or et un prix de 3 000 francs à celui qui résoudrait la question. En 1825, un calcul élégant de Sophie Germain permet à Dirichlet de proposer une preuve incomplète pour le cas n = 5. Elle est publiée et complétée dans le Journal de Crelle en 1828. La même année, toujours grâce à la solution de Sophie Germain, Legendre résout lui aussi cas n = 5. Il en déduit une généralisation portant sur une famille entière de nombres n premiers. En 1832, Dirichlet prouve le cas n = 14. En 1839, Lamé prouve le cas n = 7... Au fil du temps, la démonstration était devenue un "Graal des mathématiques".  Nombreux étaient ceux qui pensaient qu'elle n'existait sans doute pas et s'y attaquer, c'était comme vouloir créer un mouvement perpétuel. Cette démonstration était devenue un sujet trop ambitieux pour un chercheur. 

C'est la raison pour laquelle Wiles a tu pendant 7 ans qu'il travaillait sur le sujet au point que ses collègues pensaient que s'il avait été un mathématicien brillant, il n'avait maintenant plus d'idées. Il lui a fallu travailler dans un isolement quasi-total pour arriver à son but. Puis, 7 ans après, Wiles annonce avoir démontré la conjecture TSW (pour plus de détails, voir Le théorème de Fermat : huit ans de solitude) dans un cas suffisant pour établir le théorème de Fermat, lors d'un séminaire à Cambridge en 1993, ce qui fut un véritable bombe et fit le tour du monde. Mais à l’automne, l’une des personnes qui effectue une vérification détaillée des manuscrits de Wiles découvre une erreur subtile. Pour Wiles; la situation était dramatique, car si un mathématicien comblait la faille avant lui, ce serait lui qui aurait démontré le théorème de Fermat. "Wiles ne veut pas succomber à l’abattement et se replonge dans le travail, mais maintenant la communauté mathématique tout entière « écoute à la porte »... Il tente de s’isoler de nouveau, et pendant plusieurs mois, toutes les rumeurs circulent. En décembre 1993, il se prononce par un message électronique qui circule dans la communauté, pour confirmer qu’il y a un problème. Au début de l’année 1994, il décide de continuer à travailler en demandant à l’un de ses anciens étudiants, Richard Taylor, de venir l’aider. Au cours de l’été suivant, les deux hommes commencent à perdre confiance et se préparent à admettre l’échec... Mais à l’automne 1994, Wiles a une nouvelle idée qui vient mettre un point final à la preuve. L’article comportant l’essentiel de son travail pour démontrer le Grand Théorème de Fermat est paru en 1995 sous le titre Modular elliptic curves and Fermat’s Last Theorem

dans la revue Annals of Mathematics. C’est un article de 109 pages, qui s’appuie sur des

centaines et des centaines de pages de travaux d’autres mathématiciens... En effet, c'est un jour, en descendant l'escalier pour dîner, qu'il "vit" soudain que, en regroupant deux domaines très différents des mathématiques, il pourrait obtenir la solution. En arrivant en bas, il dit à sa femme: "ça y est, je l'ai!" Et c'était vrai, bien qu'il lui fallut plusieurs semaines pour coucher sa solution sur le papier. Ce qu'en dit Jean Staune est intéressant: "Lorsque j'ai eu l'occasion de rencontrer Andrew Wiles dans son bureau de Princetown, j'ai été frappé non par ce qu'il m'a dit mais par son attitude. J'avais en face de moi un père de famille directeur du département de mathématiques de l'une des plus grandes universités au monde. Mais tout, dans ses sourires, son silence, ses regards, son attitude générale, me rappelait non pas un scientifique, mais des rencontres dans une abbaye isolée avec certains moines dont l'attitude et le comportement nous font ressentir qu'ils ont éprouvé un contact avec l'absolu dont aucun mot ne pourrait rendre compte."


Mais tous les mathématiciens ne ressemblent pas à des mystiques. Alain Connes, professeur au Collège de Francemédaille Fields (l'équivalent du prix Nobel) est un bon vivant et se dit matérialiste. Voici son témoignage sur "l'illumination" (qui est rationnelle et non mystique, il s'agit de voir un objet mathématique et non une apparition comme celle de la vierge): «Au moment où elle a lieu, l’illumination implique une part considérable d’affectivité, de sorte que l’on ne peut rester passif ou indifférent. La rare fois où cela m’est réellement arrivé, je ne pouvais m’empêcher d’avoir les larmes aux yeux. J’ai souvent observé la chose suivante : une fois la première étape de préparation franchie, on se heurte à un mur. L’erreur à ne pas commettre consiste à attaquer cette difficulté de manière frontale [...]. L'expérience montre que si l'on s'attaque à un problème directement, on épuise très vite toutes les ressources de la "pensée directe", rationnelle [...]. Ce qui est frappant, c'est l'importance, quand je parle de procéder indirectement, de l'éloignement apparent entre le problème initial et le champ d'investigation du moment[...]. Le mathématicien doit évidemment disposer d'une sérénité suffisante. On peut parvenir ainsi à une sorte d’état contemplatif qui n’a rien à voir avec la concentration d’un étudiant en mathématiques qui passe un examen» (dans "matière à penser"). Alain Connes a mis en scène cette illumination dans "Le théâtre quantique" (Odile Jacob), qu'on peut retrouver sur France culture dans l'émission spéciale Alain Connes: Le théâtre quantique est-il ouvert à tous? A lire aussi cette interwiew dans le point: "Votre héroïne, une scientifique hétérodoxe, vit un moment de "fulgurance", de révélation. Vous vouliez mettre en scène la façon dont surgissent les découvertes scientifiques?" "Oui, parce que, dans ces moments là, on a accès à une perception qui va au-delà de ce que le rationnel peut offrir. Après, bien sûr, il faut vérifier, replonger dans le rationnel. Bien sûr, ces moments ne se produisent pas dans le vide. Il ne suffit pas de rester là à attendre. On fait beaucoup de calculs, on a l'impression de n'aboutir à rien, d'être face à un mur. Mais le cerveau a été tellement nourri de questionnements qu'à un moment donné une illumination se produit. C'est une expérience que j'ai vécue, alors que je travaillais avec Jacques Dixmier précisément sur le temps quantique".

assr.revues.org -Âme et corps dans l’Occident médiéval


Roger Penrose, professeur à Oxford, rejette le dualisme et n'est pas spiritualiste. Pourtant, il postule l'existence de trois mondes interagissant entre eux. Du monde matériel émerge le monde de l'esprit, qui lui-même a accès au monde platonicien des mathématiques...qui est lui-même le fondement du monde physique ("les deux infinis et l'esprit humain"). Cette hiérarchie en trois niveaux rappelle celle de Karl Popper, ainsi que celle où a tant achoppé le christianisme du Moyen Age: corps, âme, et esprit. Pour Penrose, ce qui constitue une des différences essentielles entre l'être humain et les machines  c'est que notre esprit a accès à ce monde platonicien: "Selon Platon, les concepts et les vérités mathématiques résident dans un monde réel dépourvu de toute notion de localisation spatio-temporelle. Le monde de Platon, distinct du monde physique, est un monde idéal de formes parfaites à partir duquel nous devons comprendre le monde physique. Bien que l'univers platonicien ne se laisse pas réduire à nos constructions mentales imparfaites, notre esprit y a toutefois directement accès grâce à une "connaissance immédiate" des formes mathématiques et à une capacité de raisonner sur ces formes. Nous verrons que si notre perception platonicienne peut à l'occasion s'aider du calcul, elle n'est pas limitée par de dernier. C'est ce potentiel de "connaissance immédiate"  des concepts mathématiques, cet accès direct au monde platonicien qui confère à l'esprit un pouvoir supérieur à celui de tout dispositif dont l'action repose uniquement sur le calcul."


Les réductionnistes et matérialistes, parmi lesquels figurent de grands mathématiciens ne partagent pas cette vision de l'intuition mathématique.  Un exemple est donné dans "Matière à penser" par le dialogue entre Alain Connes et Jean-Pierre Changeux, le fameux partisan de "l'homme neuronal". Changeux considère que les objets mathématiques sont des constructions de l'esprit et n'on pas d'existence propre. A la notion de simplicité qui lui donne accès à donne accès à de nouvelles régions du paysage mathématique, Changeux répond: "C'est toi qui crée cette simplicité lorsque tu confrontes tes représentations mentales entre elles ou à des objets naturels, lorsque tu constates leur adéquation ou leur inadéquation à l'aide du sens dont tu parles et que je considère comme le produit de nos facultés cérébrales. Encore une fois, est-ce que cela prouve que cette simplicité a une origine immatérielle? [...] Je crains que le "sentiment" que tu as de "découvrir" cette "réalité" toute platonicienne ne soit qu'une vision purement introspective, et de ce fait subjective du problème." Comme il n'est pas possible de prouver que ces "contacts avec le monde platonicien" que rapportent les grands mathématiciens soient réels, faisons un pas en avant tout en restant dans le cadre de la rationalité et de l'objectivité avec un autre grand résultat de la science du XXè siècle, le théorème de Gôdel.


liens: ac-grenoble.fr -platon (Jérôme Laurent)

images.math.cnrs.fr -remarques perso sur la nature des Mathématiques Jean-François Colonna
math.sciences.univ-nantes.fr -mats et physique: le langage de la nature est-il mathématique?
wikipedia.org -Philosophie des mathématiques
mike-soft.fr -La nature des mathématiques   mike-soft.fr -La trame
irem.unilim.fr -La nature l'essence et la finalité des maths à la lumière du papyrus de RHIND
dogma.lu -La nature de l’objet math peut-elle rendre compatible phénoménologie et analyticité en philosophie?
franceinter.fr -Le monde des mathématiques avec Cédric Villani     wikipedia.org -cedricVillani
wikipedia.org -Platonisme mathématique
wikipedia.org -Dernier théorème de Fermat
pi314159.wordpress.com -Andrew Wiles et le théorème de Fermat

institut.math.jussieu.fr -Le théorème de Fermat : huit ans de solitude

lepoint.fr/science -La science est aussi intuition (et illumination)

blogg.org -Le platonisme de Penrose et ses trois mondes

staune.fr -Résumé et commentaire de "Les Ombres de l’Esprit" de Roger Penrose

larecherche.fr -Francis Crick, Roger Penrose et Gerald Edelman: comprendre la manière dont le cerveau produit la conscience

leonbrunschvicg.wordpress.com -penrose, platon et les mathématiques

jf.bizzart.biz -Insérer de l’âme dans la Science Michaël Friedjung

assr.revues.org -Âme et corps dans l’Occident médiéval : une dualité dynamique, entre pluralité et dualisme

franceculture.fr -matière à penser (dialogue Connes Changeux)

slate.fr -LE THÉÂTRE QUANTIQUE» D'ALAIN CONNES: NOTRE TEMPS EST NÉ DE LA CHALEUR (3/3)

 

2) Gödel ou la transcendance de la vérité mathématique.

 

 


 

Quelle était la situation et les courants de pensée des mathématiques au début du XXè siècle?(voir en préambule Fondement des mathématiques et Philosophie des mathématiques). Les mathématiciens étaient moins ouverts au  réalisme (ou au platonisme) mathématique qu'ils ne le sont aujourd'hui .

- Il y avait des positivistes comme Hans hahn, qui a fait partie du Cercle de Vienne et qui pouvaient dire "En ce qui concerne le monde, le seul point de vue possible me semble être le point de vue empiriste: la connaissance de la réalité ne peut en aucune façon s'obtenir par le pensée."( je rajoute: ??)L’ambition première et fondamentale du positivisme logique ou néo-positivisme est de refonder la science.

On peut rajouter le logicisme qui est la théorie selon laquelle les mathématiques sont une extension de la logique et donc que tous les concepts et théories mathématiques sont réductibles à la logique. Si ce programme était réalisable, il pourrait soutenir le positivisme logique en particulier, et le réductionnisme en général.

Il y avait les constructivistes qui considéraient que l'on ne peut démontrer l'existence d'objets mathématiques qu'en donnant une construction de ceux-ci, une suite d'opérations mentales qui conduirait à l'évidence de l'existence de ces objets. Les mathématiques sont donc pour eux une construction humaine qu'il faut bâtir solidement, morceau par morceau. L'intuitionnisme de Brouwer peut être considéré comme l'une des formes du constructivisme en mathématiques qu'il a d'ailleurs inspiré

Il y avait enfin les formalistescomme David hilbert, l'un des plus grands mathématiciens de l'époque (Un formalisme est un système formel composé d'un langage formel et d'une sémantique représentée par un système déductif ou calculatoire. Il a pour objectif de représenter de manière non-ambiguë un objet d'étude en science. Les formalismes sont très courants en mathématiquelogique mathématique ou en informatique théorique).. En 1900, Hilbert énuméra les 23 problèmes que, selon lui, les mathématiques devraient résoudre au cours du siècle qui commençait. Le plus important était de montrer la complétude de la logique (peut-on prouver la cohérence de l'arithmétique? En d'autres termes, peut-on démontrer que les axiomes de l'arithmétique ne sont pas contradictoires?)

L'enjeu du programme de Hilbert. Toutes les activités humaines formalisables reposent sur des nombres dont les relations entre eux forment l'arithmétique. Il faut donc que celle-ci soit un système cohérent qui permette une reconstruction de l'intégralité des mathématiques sur des fondations indestructibles. Par ailleurs, les raisonnement logiques interviennent de façon fondamentale dans le développement des mathématiques. Il faut donc formaliser la logique pour qu'elle débouche sur un système cohérent et complet permettant le déploiement des mathématiques. 

Si nous pouvons faire cela, disait Hilbert, "nous pourrions alors déterminer, pour n'importe quelle proposition logique, sa véracité ou sa fausseté et alors nous aurions une "solution finale (ou finitiste)" au problème de la logique." On retrouve une conception du monde similaire à celle de Laplace ("Si je connaissais la position des particules de l'univers et les lois qui les font interagir, je pourrais en déduire tout le futur de l'Univers") ou de Changeux ("Si je connaissais en détail votre état neuronal, je pourrais en déduire ce que vous allez penser dans une minute et que vous ne savez pas encore." Mais de même que le rêve de Laplace a été tué par la principe d'incertitude de Heinsenberg et que l'homme neuronal de Changeux a péri, ainsi que le dit Jean Staune, sous les coups de boutoir de Libet, le programme de Hilbert a succombé le 7 octobre 1930 à Königsberg, la ville natale de Kant. "C'était au colloque sur "L'épistémologie des sciences exactes" réunissant l'élite des mathématiques. Gödel, jeune doctorant de 25 ans, bouleverse le champ de la logique mathématique en annonçant son théorème d'incomplétude qui brise tous les espoirs de Bertrand Russell et de David Hilbert de fonder toutes les mathématiques de manière solide. Sur le moment seul John Von Neumann (élève de David Hilbert) comprit l’importance du résultat. Schématiquement exprimé, Gödel démontre que dans tout système formalisable, il existe des vérités (contextuellement vraies) mais  non démontrables (dans le système formel des mathématiques)". Gödel qui était élève du positiviste Hans hahn évoqué précédemment, fréquentait les fameuses réunions du Cercle de Vienne, mais il n'était pas positiviste, il était profondément platonicien. En fait, à part Von Neumann, père du premier ordinateur et un des membres clés du projet Manhattan de construction de la bombe atomique, les participants ne saisirent pas la portée de cette déclaration. Personne ne réagit ni ne questionna Gödel. Il n'y a rien de plus formel que que la notion de vérité en mathématiques. Quelque chose est vrai si, et seulement si, on peut démontrer cette vérité. Or Gödel venait de dire que des propositions mathématiques pouvaient être vraies et indémontrables. On avait certainement mal entendu, ce n'était pas possible.

blogs.mediapart.fr -Gödel le génie, la folie, la vie

Après le colloque, Von Neumann dit à Gödel: "Si ce que vous dite est vrai, alors il est impossible de démontrer la cohérence de l'ensemble des mathématiques incluant l'arithmétique". "Mais bien sûr" répondit Gödel, "il s'agit de mon deuxième résultat, il est déjà sous presse." Von Neumann, qui était formaliste, comprit tout de suite que cela signifiait la fin du programme de Hilbert: la logique, l'arithmétique, les mathématiques ne pouvaient pas être fondées sur elles-mêmes. Lorsque Gödel publia en 1931 sa démonstration, ce fut un véritable tsunami qui déferla sur les mathématiques. L'idéal d'axiomatique inauguré par Euclide il y a 2000  ans, paradigme de la rationalité venait de voler en éclats, alors que Hilbert venait de réussir à parfaire l'idée même de "système axiomatique formel." Les résultats et les méthodes employées par Gödel dans sa démonstration étaient si inattendus que que les mathématiciens et les logiciens mirent plusieurs années avant d'en entrevoir la portée. 

Maintenant, essayons de faire le lien entre ces résultats et notre sujet de départ: l'illumination en mathématiques. On peut les exprimer de diverses façons simples. 

-Tout système d'axiomes contenant l'arithmétique (c'est à dire la théorie des nombres) contient une proposition dont nous pouvons savoir qu'elle est vraie mais qui n'est pas démontrable dans le système en question. 

-La cohérence des mathématiques ne peut être démontrée à l'intérieur des mathématiques. 

-Tout système d'axiomes contenant la théorie des nombres contient des propositions indécidables (on ne peut pas savoir si elles sont vraies ou fausses). 

-Tout système d'axiomes est soit incomplet, soit incohérent car il ne peut être à la fois complet et cohérent. 

Alors si des propositions sont non démontrables, comment pouvons nos savoir si elles sont vraies? A ceci Gödel répond: justement, c'est parce que nous avons un contact direct avec avec le monde des vérités mathématiques. En bon platonicien, il avait une foi extraordinaire en l'intuition mathématique, tout aussi réelle que nos perceptions. Cet "optimisme rationaliste", comme il l'appelait, le conduit à tenter de trouver une preuve de l'existence de Dieu qui rappelle en plus raffiné le "preuve de "Saint Anselme . Comme toute preuve de l'existence de Dieu, elle un peu spécieuse (Par définition Dieu a toutes les qualités. S'il n'a pas d'existence il lui en manque clairement une. Donc Dieu existe!). Il faut savoir que Gödel s'intéressait aux mystiques comme Sainte Catherine Emmerich et aux pères de l'Eglise tels que Grégoire Palamas). Mais il semble étrange que celui qui a démontré les limites de la logique veuille trancher logiquement la question de Dieu alors qu'il a démontré que dans tout système formel il y a de l'indécidabilité. Sans doute Gödel considérait-t-il son théorème comme un hommage à la raison, tellement puissante qu'elle peut démontrer ses propres limites. Il est possible aussi que les "méthodes systématiques" dont il parle ne reposent pas uniquement sur des démonstrations logiques mais incluent des intuitions rendues possibles par notre "contact direct" (platonicien) avec le monde des vérités qui ne se limiterait pas aux vérités mathématiques. 

Ainsi Gödel a essayé de développer cette théologie et cette philosophie scientifique susceptibles d'aborder rationnellement tous les grands problèmes relatifs à la nature humaine, démarche ambitieuse que bien entendu, na pu mener à terme. Il pensait que le darwinisme, qu'il appelait "le mécanisme en biologie" serait réfuté rationnement un jour sous "la forme d'un théorème mathématique montrant que la formation au cours des temps géologiques d'un corps humain par les lois de la physique à partir d"une distribution aléatoire de particules élémentaires est aussi peu probable que la séparation par hasard de l'atmosphère en ses différents composants." De même que Daniel Dennett, Gödel pensait que le darwinisme est un algorithme est un algorithme, donc réfutable. Mais, pour lui, la vie, pour être expliquée nécessite des lois tout à fait différente des lois connues: "je ne crois pas que le cerveau soit apparu de façon darwinienne. En effet, cela est réfutable. Un organisme simple ne peut conduire au cerveau. Je pense que les éléments de base de l'Univers sont simples. La force de vie est un élément primitif de l'Univers et elle obéit à certaines lois d'action. Ces lois ne sont ni simples ni mécanistiques. Le darwinisme n'envisage pas de lois holistiques mais repose sur des particules et des lois simples. Or la complexité des organismes vivants doit être présente dans les éléments de base ou dans les lois." Il doit donc exister des lois de l'évolution autrement plus complexes que celles actuellement connues. Gôdel était dualiste et dans le domaine de l'esprit aussi, il s'agit d'une question empirique, donc prouvable. "L'esprit et la matière sont deux choses différentes. [...] C'est une possibilité logique que l'existence d'un esprit séparé de la matière soit une question testable. [...] Il se pourrait qu'il n'y ait pas assez de cellules nerveuses pour accomplir toutes les fonctions de l'esprit." Pour toutes ces références, voir Hao Wang un des rares confidents de Gödel dans son ouvrage

Gödel, qui était très cohérent, a donc cherché à faire en biologie et en neurologie ce qu'il a fait en logique: bâtir un théorème montrant l'incomplétude des approches réductionnistes. Son "credo" montre également qu'il croyait en en la vie après la mort. "Le monde n'est pas chaotique et arbitraire mais, comme le montre la science, la plus grande régularité et le plus grand ordre règnent règnent partout. L'ordre est une forme de rationalité. la science moderne montre que notre monde [...] a eu un commencement et aura très probablement une fin. Pourquoi alors ne devrait-il y avoir que cet unique monde ici?... Ainsi, pour Gödel, il est logique de déduire de l'observation du monde que l'essentiel de notre développement s'effectuera après la mort. Il était aussi très critique envers les religions, mais il considérait la religion positivement, faisant sans doute référence à la possibilité d'établir une synthèse théologique utile à l'humanité comme celle qu'il a essayé de bâtir. Il considérait ses efforts de rationalisation de la religion comme "rien d'autre qu'une présentation intuitive et une "adaptation" à notre mode  de pensée actuel de certains enseignements théologiques, prêchés depuis  deux mille ans, mais qu'on a mélangés avec beaucoup de bêtises."

La pensée de Gödel est très complexe et toutes les idées qu'on vient de voir sont issues de citations et sont argumentées, mais elle restent tout de même des spéculations. Ce qu'il a démontré, c'est la transcendance (opposé à immanence) de la vérité par rapport à la notion de démonstration et le fait qu'on puisse avoir accès à des vérités non démontrables dans un système donné. Cela donne certainement crédibilité à tous ceux qui disent avoir été en contact direct, hors de toute démonstration, avec un "monde des vérités mathématiques": Andrew WilesAlain ConnesRoger PenroseGödel  et beaucoup d'autres... et cela permet de penser que qu'il existe bien une voie rationnelle permettant de rentrer en contact avec le monde de l'esprit. 


Gödel et ses théorèmes: philisto.fr -La philosophie de Kurt Gödel

canal-u.tv/video -LES THÉORÈMES DE GÖDEL : FIN D’UN ESPOIR ?

podcastscience.fm -les théorèmes d'incomplétude de Gödel

wikipedia.org -Théorèmes d'incomplétude de Gödel

laviedesidees.fr -Kurt Gödel aux frontières de la raison : des théorèmes aux théo-rêves...

jutier.net -Le théorème de Gödel (un énoncé simplifié)

villemin.gerard.free.fr -Incomplétude & limites mathématiques et philosophiques

patriceweisz.blogspot.fr -Dieu n'est pas phénoménal: la preuve ontologique de Gödel

perso.ens-lyon.fr -Les théorèmes d’incomplétude de Gödel (démonstration)

pauljorion.com -Le mathématicien et sa magie: théorème de gödel et anthropologie des savoirs

noesis.revues.org -Gödel : des théorèmes d’incomplétude à la théorie des concepts

uip.edu -Y a-t-il un seul poème moderne qui soit comparable au théorème de Gödel?

staune.fr -Poésie d’un théorème

pourlascience.fr -Gödel déchiré Dans les années 1940-1950

Quelques liens sur la logique:

wikipedia.org -système formel   wikipedia.org -logique mathématique

wikipedia.org -Axiome   wikipedia.org -Cohérence (logique)

wikipedia.org -Décidabilité

 

Autres liens: 

wikipedia.org -histoire des mathématiques

Fondement des mathématiques et Philosophie des mathématiques

wikipedia.org -Programme de Hilbert

thomassonjeanmicl.wordpress.com -le programme de Hilbert et les indécidables

mi.sanu.ac.rs -LE PROGRAMME DE HILBERT Kosta Do  sen

Gödel et le tambour de Dada -En 1930 lors d'un colloque à Königsberg

blogs.mediapart.fr -Gödel le génie, la folie, la vie

abebooks.co.uk -A Journey logique: De Godel à la philosophie

staune.fr -Résumé et commentaire de "Les Ombres de l’Esprit" de Roger Penrose

Remarque: Le théorème d'incomplétude de Gödel ne dit pas qu'il est impossible de réaliser un tel système selon l'esprit du programme de Hilbert. La complétion de la théorie de la démonstration a permis de clarifier la notion de cohérence, qui est centrale dans les mathématiques modernes. Le programme de Hilbert a lancé la logique sur une voie de clarification. Le désir de mieux comprendre le théorème de Gödel a permis le développement de la théorie de la récursion et la clarification de la logique. Cette dernière est devenue une discipline à part entière dans les décennies de 1930 et de 1940. Elle forme le point de départ de ce qui est aujourd'hui appelée l'informatique théorique, développée par Alonzo Church et Alan Turing.

 

3) conclusion.

 Pour conclure ces articles sur le problème de la conscience, on peut dire que le dualisme, l'idée que la conscience n'est pas produite par le cerveau, est corroborée par l'existence probable d'un lien entre l'esprit humain et le monde "éternel" des vérités mathématiques. Si ce contact existe, il est plus probable qu'il soit possible parce que la conscience n'est pas en totalité immergée dans le temps et l'espace comme nous l'avons vu dans l'article 14-2) avec les expériences de Benjamin Libetplutôt que parce qu'une conscience "produite par le cerveau" aurait trouvé le chemin de ce contact. En d'autres termes comme le dit Jean Staune en conclusion du chapitre, "cela conduit à penser que l'esprit qui nous anime n'est pas uniquement un produit de l'activité neuronale, même s'il ne peut pas s'exprimer sans l'aide de celle-ci. Le dualisme redevient une hypothèse acceptable, et cela au strict plan de la rationalité scientifique, surtout depuis que des modèles montrant comment l'esprit pourrait agir sur le cerveau sans violer les lois de la physique ont été élaborés. 


Dans le prochain article nous aborderons les chapitres de conclusion de ma lecture du livre "notre existence a-t-elle un sens?": "Une nouvelle approche de la science" et "science et sens, raison et religion".

 

 

lien: staune.fr -Résumé et commentaire de "Les Ombres de l’Esprit" de Roger Penrose

Une des démonstrations du théorème de Gödel les plus accessibles est la version qu'en donne Roger Penrose. Voir "Les ombres de l'esprit" p. 66-68.

En simplifiant, Gödel procède ainsi: "Dans un système d'axiomes dont on peut montrer qu'il est cohérent, (ce qui veut dire qu'on ne peut pas en déduire une proposition incohérente, ou contradictoire), il parvient à bâtir une proposition qui dit qu'il n'existe pas de démonstration d'elle-même appartenant au système en question. Cela est vrai (car si une telle démonstration existait, le système serait incohérent car il contiendrait une contradiction...Mais justement indémontrable dans le système ne question. Et dans tout système, on pourra bâtir uns proposition de ce type dont nous saurons (intuitivement) qu'elle est vrai, mais qui ne sera pas démontrable dans le système concerné."

penseurs: Andrew Wiles   Fermat.   Alain Connes   Roger Penrose  Gödel     David hilbert      Alan Turing.

Changeux      Peano      Bertrand Russell      John Von Neumann      Euclide      Alonzo Church               

Sainte catherine Emmerich    Hao Wang

 


 

 

23/08/2013

14-2) Notre existence a t-elle un sens? 14-2) L'homme non-neuronal deuxième partie

 

Notre existence a t-elle un sens? 14-2) L'homme non-neuronal deuxième partie

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-t-elle un sens? 13-2) Dur, dur le problème (la conscience 2ème partie)

Je consulte souvent aussi: astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

 

Exergue: "Seul l'esprit, s'il souffle sur la glaise, peut créer l'homme." Antoine de Saint Exupéry, dernière phrase de Terre des hommes.

 

Dans les deux articles Notre existence a-t-elle un sens? 13-1) Dur, dur le problème (la conscience 1ère partie, et Notre existence a t-elle un sens? 13-2) Dur, dur le problème (la conscience 2ème partie), nous avons vu les positions de scientifiques et de philosophes sur le problème de la conscience. Pour certains, le cerveau produit la conscience alors que d'autres pensent que ce n'est pas le cas. Nous sommes passés de positions les plus réductionnistes et matérialistes à des positions plus nuancées où le cerveau est bien plus qu'un "paquet de neurones". Quelles sont les positions les plus crédibles? 

C'est ce que nous avons commencé à examiner dans l'article "l'homme non neuronal partie 1)" par des analyses qui portent non sur la vision, l'audition ou des maladies, mais sur la nature de la conscience et des questions telles que le libre arbitre ou la création de sens. Dans le chapitre 1): "Les moines tibétains sont-ils des morts-vivants?",  nous avons eu la première preuve qu'il n'y a pas une identité complète entre les processus neuronaux et les états mentaux ainsi que l'affirme libet (consulter "Esprit es-tu là?"). D'après les tracés, le moine ne réagissait plus aux stimulis extérieurs, donc l'observation de son état neuronal ne permet pas de déduire son état mental, ce qui est un démenti de la théorie de l'identité entre ces deux états. 


La question de l'existence du libre-arbitre est une grande question philosophique dont la science moderne avait semblé sonner le glas avec l'élimination de l'âme ou de toute entité transcendante. En effet, si en dernière analyse, nous ne sommes que des processus physico-chimiques, nos actes sont déterminés par eux. Nous avons l'impression de faire des choix en toute liberté mais cela doit être une illusion. Et cela d'autant plus que Hans Helmut Kornhuber a mis en évidence que,  près d'une seconde avant qu'un sujet effectue un geste, un "potentiel de préparation motrice" apparaît dans l'aire motrice dans l'aire motrice supplémentaire (SMA), voir Fig 1). Pourtant, on n'a pas l'impression qu'il se passe une seconde entre le moment où on décide d'appuyer sur un bouton et le moment où on effectue ce geste. 

1983: Expérience fondatrice de Benjamin Libet  pour éclaircir la situation. Dans l’expérience, on vous place devant une horloge qui défile rapidement, et on vous donne un bouton sur lequel vous pouvez appuyer au moment qui vous plaira. La seule chose qu’on vous demande c’est de retenir le nombre indiqué par l’horloge au moment où vous prenez votre décision d’appuyer. Dans le même temps, des électrodes placées sur votre crâne suivent votre activité cérébrale. On constate (Fig 2) que le potentiel de préparation commence une seconde avant l'acte, mais que le sujet rapporte qu'il a décidé d'appuyer sur le bouton à un moment qui correspond au sommet du potentiel de préparation, environ 0,2 seconde avant l'acte. Puis l'acte a lieu (début du mouvement), une décharge de potentiel se produit, la courbe passe "sous la barre" (en négatif), signe que le geste a été effectué.
Pour l'ensemble des matérialistes "c'est la preuve que le libre-arbitre n'existe pas. Quand nous croyons avoir décidé d'appuyer sur le bouton, cela fait déjà 0,8 seconde que notre cerveau a décidé de le faire, mais nous n'en sommes pas conscients!". Mais Libet ne s'est pas arrêté là: il a identifié les potentiels de préparation avortés pour lesquels le tracé commençait de la même façon mais où l'acte n'a pas été effectué ( le tracé n'est pas descendu dans la partie négative, il est resté au-dessus de la droite de base). Si on interroge le sujet sur ce qui s'est passé, il dit qu'il qu'il a l'impression d'avoir failli appuyer sur le bouton et puis finalement, de s'y être opposé. Or, le moment où il dit avoir changé d'avis correspond au sommet du potentiel de préparation motrice (sur la Fig 1), soit 200 ms (ou 0,2 seconde) avant l'acte, dans le cas dans le cas où il appuie sur le bouton et dit qu'il décide de le faire. De plus, le potentiel de préparation se développe initialement dans les deux hémisphères, alors qu'au final une seule main bouge et, 0,2 seconde avant l'acte, il se "latéralise", il disparaît dans l'hémisphère correspondant à la main qui ne va pas bouger, alors qu'il se développe dans l'autre.
Il se passe donc bien quelque chose de fondamental 0,2 seconde avant l'acte: je "Je", le "moi" a a le choix de "laisser courir" ou de stopper des processus qui ont été commencés sans lui. Quotidiennement nous faisons des mouvements sans en être vraiment conscients, comme c'est le cas, par exemple, du mouvements de nos mains au cours d'une discussion agitée. Mais nous pouvons reprendre le contrôle en ne bougeant plus nos mains. Donc le libre-arbitre n'est pas une illusion. C'est en quelque sorte un droit de veto sur des actes potentiels que que nous n'avons pas initiés nous-mêmes. Il est plus limité que prévu et l'alcool ou les drogues fragilisent certainement ce droit en laissant nos pulsions inconscientes se manifester. Pour l'illustrer, on peut utiliser la métaphore de l'arbitre. En parlant d'un match de football, on pourrait dire (tout comme Changeux qui déclare qu'on n'est que des paquets de neurones) que c'est 44 pieds et 4 mains tapant dans un ballon et rien d'autre. Mais il y a un élément supplémentaire: l'arbitre. Il ne joue pas et ne tape pas dans le ballon, mais son rôle, c'est de laisser jouer, sauf dans les rares moments où il siffle, mais c'est un rôle essentiel (à la fin du match, c'est en général l'arbitre et non les joueurs qui prend les canettes sur la tête). Remplaçons arbitre par "âme" ou "esprit" et on peut alors comprendre pourquoi cette deuxième expérience de Libet est aussi cruciale que la première. Bien sûr on ne peut pas objectiver l'inobjectivable et on ne peut pas voir l'esprit. Mais on peut, indirectement, déduire l'existence de quelque chose qui s'impose aux processus neuronaux parce que certains potentiels de préparation avortent, tout comme on peut, déduire l'existence d'un arbitre en observant qu'a certains moments du match, les joueurs s'arrêtent tous en même temps, même si on ne le voit pas. 


Quelle conclusion raisonnable tirer de ces expériences (
le libre arbitre eixste-t-il?)? Chez les scientifiques et les philosophes il n'y a aucun consensus quant à leur interprétation. Pour certains comme Patrick Haggard, le libre-arbitre n’existe tout simplement pas, il affirme « We feel that we choose, but we don’t ». Pour d’autres, au contraire, ces expériences n’ont aucune valeur, "Circulez ya rien à voir!". Une position intermédiaire raisonnable c’est d’admettre que ces expériences montrent au moins que nos intentions ne sont pas systématiquement à l’origine de nos actions. Les processus inconscients jouent peut être un plus grand rôle que nous ne pouvions le penser, et la conscience d’une décision est un phénomène qui se construit au cours du processus de décision, pas à son origine. Libet a précisé, lors d'une discussion avec Jean Staune: "mon expérience est plus en faveur de l'éthique juive que de l'éthique chrétienne." Il a rajouté: "Parce que pour les chrétiens, on a péché dès que que l'on a eu une mauvaise pensée. Mon expérience montre que c'est trop demander à l'homme que de contrôler des choses qu'il ne peut contrôler. Mais en revanche, on est responsable de ses acte. Et pour l'éthique juive, on est coupable non pas à cause des pensées que l'on peut avoir, mais seulement si l'on a mal agi."
liens: wikipedia.org -Libre arbitre

sciencetonnante.wordpress.com -1983 : L’expérience fondatrice de Benjamin Libet

jung-neuroscience.com -Benjamin Libet et le libre-arbitre

philosophie.philisto.fr -Le problème du libre-arbitre

philitt.fr -Le problème du libre arbitre chez Schopenhauer

scienceshumaines.com -Les mécanismes de la volonté


2) L'homme, un animal porteur de sens.

 

psychoweb.fr -corps calleux

Qu'est-ce qui différencie l'homme de l'animal? Le langage, l'utilisation des outils, l'altruisme? on retrouve ces caractéristiques chez les animaux, y compris le langage pour lequel certains chimpanzés peuvent manier certains symboles. Pour Ernst Cassirer, l'homme n'est pas seulement un être organique et spirituel, mais un être qui demande et fabrique du sens. La relation de l'esprit et du corps doit être elle-même restituée dans le champ du sens. 

Une expérience montre qu'il semble que l'homme possède une caractéristique unique: Le besoin impératif que ses actes aient un sens. L'expérience a été faite pour soigner et soulager des patients ayant des crises d'épilepsie dans les deux hémisphères cérébraux. Il s'agit de séparer les deux hémisphères en sectionnant le corps calleux (faisceau d'axones,  (fibre nerveuse qui correspond au prolongement long, mince et cylindrique du corps cellulaire d'un neurone) interconnectant les deux hémisphères cérébraux et constitué de 200 millions de fibres nerveuses)Un petit nombre de patients a subi cette opération qui a donné des résultats positifs. Hormis quelques bizarreries mineures de comportement, ils ont pu reprendre une vie normale. Le neurospsychologue  Michael Gazzaniga, qui travaillait au début de sa carrière avec Roger Sperry, a mis au point plusieurs dispositifs permettant d’étudier les différences fonctionnelles des deux hémisphères, chez ces patients. Il a réalisé l'expérience suivante (voir le cerveau social): Un patient au cerveau sectionné (split brain) doit regarder un écran en fixant un point noir se trouvant au centre. Un capteur fixé sur ses yeux fait que s'il bouge, l'écran s'éteint. On lui demande alors de montrer de la main la carte, qui, parmi celles disposées devant lui, correspond à l'image qu'il va voir: on projette alors deux images différentes dans les deux parties de l'écran (par exemple une image représentant une voiture dans la neige devant une maison avec un bonhomme de neige, l'autre étant la patte d'un coq). Le sujet a une double réponse avec ses mains qui pointent sur deux des images disposées devant lui (par exemple une pelle à neige avec la main gauche et un coq avec la main droite). Il faut se rappeler que l'aire du langage se trouve dans l'hémisphère gauche. Or, tout est croisé chez l'homme: l'hémisphère gauche contrôle la partie droite du corps et l'hémisphère droit, la partie gauche. Le champ visuel (les deux images projetées, paysage de neige et patte d'un coq), a donc projeté dans le cerveau gauche l'image de la patte d'un coq, et le cerveau gauche a donné l'ordre à la main droite de montrer la tête du coq (une des images disposées devant le sujet). Quand on lui demande d'expliquer sa réponse, il répond: "vous m'avez coupé le cerveau en deux, mais je ne suis pas encore débile! Vous me montrez une patte de coq, je vous montre la tête." Mais si on lui dit "...mais pourquoi montrez-vous cette pelle avec votre main gauche?". Il bafouille un peu et répond "Les coqs vivent dans les poulaillers et ils font des saletés. Il faut nettoyer... par association d'idées, j'ai également désigné la pelle.". Ce n'est bien sûr pas la raison, c'est parce que le cerveau droit ayant reçu du champ visuel gauche (l'image placée devant le sujet) l'image de la voiture dans la neige, il a donné à la main gauche l'ordre de montrer la pelle à neige. Le cerveau droit, qui agit sur la main gauche le sait, mais ne peut l'exprimer. Alors que le cerveau gauche peut parler, mais ne connait pas la raison de cet acte. Il va en inventer une et y croire dur comme fer! 

Si au lieu du paysage de neige on met le message "partez, l'expérience est terminée", le sujet se lève et s'en va. Et si on lui demande: "pourquoi partez-vous?", il bafouille et répond un prétexte comme "J'ai envie d'aller aux toilettes" et il en sera toujours persuadé même si on le réinterroge plus tard.  

Cette expérience montre que la question du sens est tellement importante pour l'homme que lorsqu'il ignore le sens d'un de ses actes, il va en inventer un et y croire. Jean-François Lambert dit "C'est seulement quand je verrai des chimpanzés s'assembler pour débattre du sens de leurs actes et réfléchir sur leur "chimpanzéïtude" que j'admettrai que l'homme n'est pas fondamentalement différent des singes."

Mais ces expériences ont aussi d'autres implications, elles réfutent l'existence de la télépathie selon Sperry et et Libet. En effet, si les deux moitiés du cerveau ne peuvent pas communiquer entre elles, comment pourrions-nous communiquer avec un autre cerveau? Le champ de conscience (voir article 14-2 chapitre 2) de Benjamin Libet, s'il existe, a une portée très limitée. Il est engendré par les hémisphères, mais l'expérience montrerait donc que le champ produit par une hémisphère n'interagit pas avec l'autre. Mais, bien que le résultat puisse laisser penser que l'on affaire à deux "moi" qui fonctionnent indépendamment, aucun des patients au cerveau sectionné n'a rapporté le moindre "trouble du moi." Il s'agit de "moi" uniques ayant conservé toute leur mémoire et leurs habitudes (même si l'hémisphère droit ne peut parler, on pourrait, par le biais de tests de personnalité purement visuels, se rendre compte de l'émergence d'un second "moi"). Comme un "émergentiste ultra-fort" comme Libet ne semble pas pouvoir expliquer cette unicité de la personne après que le cerveau a été coupé en deux, on trouve ici un argument indirect en faveur du dualisme. 

wikipedia.org -Ernst Cassirer -"L'homme n'est pas seulement un être organique et spirituel, mais un être qui demande et fabrique du sens" ( L'anthropologie philosophique)

penser.over-blog.org -Ernst Cassirer: l’homme, un animal symbolique

danielmartin.eu/Philo -Besoin de sens et raisonnements faux

sergecar.perso.neuf.fr -l'idée de dieu et le dieu des religions

journalofcosmology.com -Le split brain: deux cerveaux - Two Minds

thebrain.mcgill.ca -split brain: CAN STATES OF CONSCIOUSNESS BE MAPPED IN THE BRAIN?

revue3emillenaire.com -L’hémisphère gauche parle, l’hémisphère droit pense par Roger Sperry


3) Le grand retour scientifique du dualisme.

Le dualisme est un terme qui a très mauvaise presse; il est fondamentalement considéré comme antiscientifique et "il doit être évité à tout prix." "Accepter le dualisme c'est renoncer" dit Daniel Dennett dans "la conscience expliquée." 

Le dualisme est une doctrine posant deux principes irréductibles et indépendants, au contraire d'un monisme, qui n'en pose qu'un. En philosophie, le dualisme (philosophie de l'esprit) se réfère à une vision de la relation matière-esprit fondée sur l'affirmation que les phénomènes mentaux possèdent des caractéristiques qui sortent du champ de la physiqueCes idées apparaissent pour la première fois dans la philosophie occidentale avec les écrits de Platon et Aristote, qui affirment, pour différentes raisons, que l'« intelligence » de l'homme (une faculté de l'esprit ou de l’âme) ne peut pas être assimilée ni expliquée par son corps matériel. La version la plus connue du dualisme a été formalisée en 1641 par René Descartes qui a soutenu que l'esprit était une substance immatérielle. Descartes fut le premier à assimiler clairement l'esprit à la conscience, et à le distinguer du cerveau, qui est selon lui le support de l’intelligence. Ainsi, il a été le premier à formuler le problème corps/esprit de la façon dont il est présenté aujourd’hui. De nos jours, le dualisme est opposé à des formes variées de monismes, parmi lesquelles le physicalisme et le phénoménisme. Le dualisme de substances’oppose à toutes les formes de matérialisme, tandis que le dualisme de propriétés peut être considéré comme une forme de matérialisme émergentiste, et serait alors opposé à un matérialisme non-émergentiste. 

Après l'éclipse qu'on connaît et le rejet hors du champ de la science du dualisme, la physique quantique nous met face à des choses plutôt troublantes. Nous avons vu qu'il existe des phénomènes tels que la non-localité qui ont une influence causale sur notre monde sans être constitués de matière ni d'énergie. La physique quantique nous a aussi amenés a voir que se qui existe ne se limite pas à des choses incluses dans le temps et l'espace et constituées de matière et d'énergie. Cela ne permet-t-il pas d'envisager l'existence possible d'un esprit non localisé dans le temps et l'espace et non constitué de matière et d'énergie? Depuis l'article de Becke et Eccles en 1992, rêve de Descartes(?), le principal obstacle théorique au dualisme a disparu. 

Ainsi, le dualisme semble la solution la plus logique aux extraordinaires expériences de Libet (voir chapitre 2) montrant que la conscience peut remonter le temps, et donc n'est pas totalement située dans le temps. Libet n'est pas dualiste, mais il précise, dans "Mind time" que rien n'interdit l'existence d'un dualisme de type cartésien. Il faut rappeler que de nombreux scientifiques célèbres pensent que le cerveau et l'esprit sont deux choses identiques, position réfutée par les expériences de Libet tout en expliquant que le dualisme est antiscientifique (bel exemple d'illustration de la parabole de la paille et de la poutre). Mais le dualisme n'est-il pas la meilleure explication du fait que les sujets au cerveau coupé gardent une identité unique? Du fait qu'une instance peut, au moment crucial, arrêter des processus commencés inconsciemment par le cerveau et manifester ainsi l'existence d'un libre-arbitre? Du fait que l'intention de faire quelque chose peut avoir des conséquences physiques sur le cerveau et même sur le système immunitaire? Du fait que des états mentaux peuvent être radicalement différents des états neuronaux associés comme l'a montré l'expérience des moines tibétains?

Le dualisme pourrait ainsi être une voie de recherche sur la nature de la conscience humaine en regardant les faits scientifiques et uniquement eux. En général, quand on fait appel à des entités non matérielles comme l'esprit ou les archétypes, les matérialistes disent que c'est une façon de scléroser la recherche, puisqu'au lieu de rechercher une cause physique, on postule quelque chose d'invérifiable. Mais ici on peut constater que c'est le contraire!  Quelles sont les recherches potentiellement riches que en progrès que l'on pourrait mener dans les sciences de la conscience? 

     a) Le développement de la voie ouverte par Libet à propos de la possibilité de pour la conscience de s'extraire du temps est à envisager. Une possible confirmation empirique pourrait exister: dans les cas d'urgence (accidents de voiture par exemple), des témoins rapportent que qu'un moment qui n'a duré que 3 s (j'ai vu le camion, je suis rentré dedans), a paru en durer une trentaine. Comme si la conscience sortait du temps pour se donner plus de chances de réagir. 

     b) Les recherches sur de nombreux cas dans lesquels se manifeste, selon l'expression de Jean-François Lambert, se manifeste "un opérateur qui ne se résume pas à la somme des opérations, e qui peut, soit arrêter des processus commencés inconsciemment par le cerveau, soit engendrer des processus physiques dans le cerveau uniquement par la pensée."
     c) Les recherches sur des sujets actuellement tabous comme les expériences de mort imminente (NDE ou EMI) nous indiquent que des découvertes incroyables sur la nature humaine sont envisageables. 

Vidéos à voir: 

Jean-Jacques Charbonier, né en 1956 à Saint-Gaudens, est un médecin anesthésiste réanimateur connu pour ses recensions de témoignages validant selon lui l'hypothèse de vie après la mort et de l'existence d'une conscience indépendante de l'activité neuronale.

 


-Documentaire expériences de mort imminente (EMI ou NDE):

 

 

Le dualisme semble être l'hypothèse la plus féconde pour expliquer les données provenant des neurosciences, mais le paradigme dominant à l'heure actuelle interdit d'envisager toute réalité non physique, ce qui bloque les recherches potentiellement fructueuses, de même que dans les sciences de l'évolution (dans lesquelles des milliers de chercheurs étudient la drosophile qui n'a pas vraiment évolué depuis 50 millions d'années dans l'espoir de comprendre les mécanismes de l'évolution). Cet interdit a pourtant déjà volé en éclats dans les domaines de la physique , de l'astrophysique et des mathématiques comme nous le verrons dans l'article suivant: "une voie rationnelle vers le monde de l'esprit", domaines dans lesquels on peut découvrir un ou plusieurs niveaux de réalité hors du temps, de l'espace, de l'énergie et de la matière. Le dualisme évoqué ici diffère de la conception classique de cette notion selon laquelle conscience et matière seraient deux choses totalement séparées. En fait, ce que nous avons vu pour la physique incite à penser que la conception la plus en en accord avec nos connaissances est celle selon laquelle conscience et matière proviendraient d'une substance unique qui serait antérieure à la "scission sujet-objet" (expression de Bernard d'Espagnat) que Schrödinger a évoqué dans "l'esprit et la matière". "Il était bien placé pour mesurer tout à la fois la nécessité et le coût exorbitant de l'acte fondateur des savoirs objectifs: le retrait ou, plus précisément, l'" Elision " du sujet connaissant. Tout notre savoir s’édifie sur la scission sujet-objet: penser, parler, observer, expérimenter se fait dans l’ordre de la séparation : je me donne un objet dans un champ défini, je l’observe du dehors". "La conscience est ce par quoi il peut y avoir un sujet qui se présente et un objet représenté. par elle s'opère la scission sujet-objet. Le sujet doué de conscience se pose comme un sujet, un Je, en face d'objets. Il n'est pas dans le monde (parmi les choses), il fait face au monde et tout ce qui constitue ce monde: moi, autrui, les choses et il se met à exister comme objet de représentation". Cette substance unique serait située au-delà de l'espace, du temps et de l'énergie. 


Pour conclure cet article, on peut dire que conscience et matière ne sont pas contradictoires.  Elles sont complémentaires au sens de Bohr. Ce dernier, s'est confronté au réalisme d'Einstein mais il avait certainement eu l'intuition de ce dualisme de la connaissance ("Lprincipe de complémentarité fut introduit à Copenhague par Niels Bohr suite au principe d'indétermination de Werner Heisenberg comme approche philosophique aux phénomènes apparemment contradictoires de la mécanique quantique, par exemple : celui de la dualité onde-corpuscule. Dans sa forme la plus simpliste, il stipule qu'un « objet quantique » ne peut se présenter que sous un seul de ces deux aspects à la fois. Bohr a montré que le principe selon lequel différents aspects d'un système ne peuvent être perçus simultanément, validé dans d'autres disciplines intellectuelles, s'appliquerait désormais dans le domaine de la physique, alors qu'il était absent de la physique classique.")


Pour terminer, je conseille la lecture des articles du blog elishean.fr qui apporte un point de vue qui me semble intéressant:

elishean.fr -La Naissance de la Conscience dans L’Effondrement de L’Esprit – Partie 1/3

elishean.fr -La Naissance de la Conscience dans L’Effondrement de L’Esprit – Partie 2/3

elishean.fr -La Naissance de la Conscience dans L’Effondrement de L’Esprit – Partie 3/3

 

Liens sur la complémentarité: wikipedia.org -principe de complémentarité

books.google.fr -Bohr et la complémentarité

persee.fr -Einstein et la complémentarité au sens de Bohr : du retrait dans le tumulte aux arguments d'incomplétude

pourlascience.fr -bohr et la complémentarité

pourlascience.fr -téléchergement article de bohr complémentarité

 

canal-u.tv/video -LA PHYSIQUE QUANTIQUE (SERGE HAROCHE)

sps-philoscience.org -La mécanique quantique pour non-physiciens Jean Bricmont

unige.ch -De la non-localité

hal.archives-ouvertes.fr -Relations psychisme-cerveau (cerveau-esprit selon Eccles), dualisme interactionniste et gradient de matérialité

uip.edu -L’incomplétude, un nouveau paradigme Par Jean-François Lambert

wikipedia.org -experience de mort imminente (EMI ou NDE)

wikipedia.org -Jean-Jacques Charbonier anesthésiste réanimateur (témoignages de vie après la mort)

elishean.fr -La mémoire résiderait-elle hors du cerveau?

Autres liens: wikipedia.org -Dualisme_(philosophie)

wikipedia.org -Dualisme_(philosophie_de_l'esprit)

guykarl.canalblog.com -de la scission sujet-objet

sergecar.perso.neuf.fr -Karl Jaspers: le moi inséparable de l'objet et l'englobant

jjeanzin.fr -Sujet-Objet (de Descartes à l'écologie)

michel.bitbol -L'esprit et la matière, précédé de L'élision par M. Bitbol,

chapitre.com -Erwin Schrödinger: L'esprit et la matière; l'Elision

lemondedesreligions.fr -Dieu et la science: Bernard d'espagnat et divers penseurs

staune.fr -Le-réel voilé de Bernard d'Espagnat

larecherche.fr -Bernard d'espagnat, le physicien du réel voilé

 

prochain article: Une voie rationnelle vers le monde de l'esprit (la voie mathématique)

 

 

 

03/08/2013

14-1 ) Notre existence a t-elle un sens? 14-1) L'homme non-neuronal, première partie

 

Notre existence a t-elle un sens? 14-1) L'homme non-neuronal, première partie.

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

  

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:


Exergue: "Seul l'esprit, s'il souffle sur la glaise, peut créer l'homme." Antoine de Saint Exupéry, dernière phrase de Terre des hommes.

 

Dans les deux articles précédents; Notre existence a-t-elle un sens? 13-1) Dur, dur le problème (la conscience 1ère partie, et Notre existence a t-elle un sens? 13-2) Dur, dur le problème (la conscience 2ème partie), nous avons vu les positions de scientifiques et de philosophes sur le problème de la conscience. Pour certains, le cerveau produit la conscience alors que d'autres pensent que ce n'est pas le cas. Nous sommes passés de positions les plus réductionnistes et matérialistes à des positions plus nuancées où le cerveau est bien plus qu'un "paquet de neurones". Quelles sont les positions les plus crédibles? C'est ce que nous allons examiner maintenant dans cet article "l'homme non neuronalpar des analyses qui portent non sur la vision, l'audition ou des maladies, mais sur la nature de la conscience et des questions telles que le libre arbitre ou la création de sens.

 

1) Les moines tibétains sont-ils des morts-vivants?


 


oserchanger.com -EEG ou l’activité électrique du cerveau en temps réel


antoinedesaintexupery.com -terre des hommes 1939

 

C'est une expérience réalisée  Par jean-François Lambert sous la direction de Paul Laget à l'hôpital Trousseau qui pose la question: Les moines tibétains sont-ils des morts-vivants?

Normalement, si on reçoit un flash dans les yeux, une réaction automatique se produira dans notre aire visuelle et un observateur pourra, s'il regarde l'activité de notre cerveau, en déduire qu'on vient d'être soumis à un tel signal visuel. Sur le tracé d'un électro-encéphalogramme (EEG), ce signal produit un pic inversé qu'on appelle "potentiel évoqué". Dans l'expérience de jean-François Lambert, le sujet sur lequel a été obtenu le tracé n'est pas vraiment comme tout le monde. Il s'agit d'un moine tibétain qui a passé sa vie à méditer. Lorsqu'on lui demande de méditer, on s'aperçoit que dans le tracé, au lieu d'un pic bien net, on distingue bien un petit quelque chose mais qui n'est pas significatif, car noyé dans le bruit de fond de l'EEG (bien entendu, on vérifie que le moine n'a pas fermé les yeux). En regardant ce tracé, on pourrait en déduire que la personne en question n'est pas consciente et qu'elle ne réagit pas aux simulations qui l'entourent. Alors que, selon son témoignage, le moine était parfaitement conscient à ce moment-là. 

Peut-être expérimentait-il un état de "pure conscience" comme celui décrit par les patients de Dominique Laplane dans l'article Notre existence a-t-elle un sens 13-2) Dur, dur le problème au chapitre c): La solution de Dominique Laplane? Cela signifie selon Jean Staune que nous avons la première preuve qu'il n'y a pas une identité complète entre les processus neuronaux et les états mentaux ainsi que l'affirme libet (consulter "Esprit es-tu là?"). D'après les tracés, le moine ne réagissait plus aux stimulis extérieurs, donc l'observation de son état neuronal ne permet pas de déduire son état mental, ce qui est un démenti de la théorie de l'identité entre ces deux états. Ceci est vrai chez les moines tibétains, mais il faudrait démontrer que cela est vrai chez tous les hommes, ce que nous allons voir dans le chapitre suivant.

 

liens: technikart.com -esprit es-tu là (avec J F Lambert)

staune.fr -Ce que la science apprend aux managers expérience J F Lambert sur moines tibétains)?

lemediateur.net -Le séminaire « Science et Sens »

lodel.irevues.inist.fr -Les POTENTIELS ÉVOQUÉS VISUELS corticaux (PEV)

webvision.med.utah.edu -visually-evoked-potential

florence.ghibellini.free.fr -le rêve lucide et les Dream-Cultures

lecerveau.mcgill.ca -Expérience mystique et méditation : les corrélats neurobiologiques

ung-neuroscience.com -Benjamin Libet et la conscience

 

uip.edu -Esprit es-tu là? (libet et l'« d’antédatage » de la perception)

staune.fr -St Exupéry et la question des fondements: Que faut-il dire aux hommes en cette fin de XXème siècle?

rms.medhyg.ch -Neurosciences et rapport pensée-cerveau

 

2) Nous pouvons tous remonter le temps (avec Benjamin Libet)!

lecerveau.mcgill.ca -le cortex moteur

Toutes les perceptions et les sensations provenant de notre main par exemple se projettent dans la zone correspondant à la main dans le cerveau. Quand j'ai mal à la main, en fait, j'ai mal à la représentation de ma main dans mon cerveau, car c'est là que s'élabore la sensation de douleur et pas dans la main. Dans certaines opérations du cerveau, on peut réveiller le patient alors que son cerveau à l'air libre, et le stimuler directement grâce un léger choc électrique pour lui demander quelle sensation il éprouve (sans que cela représente une torture pour le patient). Il est parfois nécessaire d'avoir le témoignage en direct du patient, par exemple lors d'opérations visant à retirer des tumeurs, pour aider à l'identification de certaines zones. C'est ainsi que lors de certaines de ces opérations, l'équipe dirigée par Benjamin Libet, de l'université d'état de Californie à San Francisco, a obtenu l'autorisation de certains patients de réaliser, en plus des manipulations nécessaires à l'opération une expérience au moment où le sujet est réveillé et son cerveau exposé à l'air libre (la boite crânienne étant ouverte), ce qu a permis d'obtenir les résultats suivants (voir Mind time): 

Stimulons le bout du doigt avec une petite décharge électrique. Un potentiel évoqué se propage jusqu'à la zone du cerveau correspondant à la main et le sujet ressent une piqûre à la main environ 25 ms après. Maintenant, si on stimule la zone correspondant à la main dans le cerveau, le sujet va sentir une piqûre à la main et non au cerveau (ainsi, des personnes ayant perdu un bras peuvent avoir mal à leur "membre fantôme"). Mais pour que le sujet sente la piqûre, il faut envoyer un train de chocs pendant 500 ms (et non un choc unique). C'est seulement après ce délai que le sujet sent la piqûre et comme on stimule directement le cerveau, il n'y a pas de potentiel évoqué qui arrive au cerveau depuis le doigt (ce qui est essentiel).

Combinons alors les deux démarches. A l'instant t=0, on stimule le bout des doigts et à t= 200 ms, on commence la série de stimulations au cerveau, toujours dans la zone correspondant au doigt. Le sujet sent une seule piqûre à t= 700 ms, correspondant à la stimulation faite au cerveau, sans ressentir celle qui a été faite au bout du doigt. Comment sait-on que c'est la deuxième piqûre qui a été ressentie et non la première? Dans les deux cas, le sujet ne sent qu'une piqûre au doigt, même quand le stimulation est faite au cerveau. Mais il est possible de calibrer les stimulations et d'habituer le sujet avant l'expérience décisive: la simulation du bout du doigt sera alors forte et celle du cerveau sera faible. Le sujet évoquera une seule et unique sensation faible de piqûre sur le doigt. On sait ainsi que c'est la stimulation du cerveau qui a été ressentie (sous le forme d'une piqûre au doigt) puisque cette sensation arrive 500 ms après le début de la stimulation du cerveau et non 25 ms après la stimulation du doigt.    

On stimule maintenant le doigt et on attend 500 ms pour commencer les stimulations du cerveau. Toujours rien! La stimulation du bout du doigt n'est pas ressentie, alors que la stimulation du cerveau engendre, comme d'habitude, une sensation de piqûre au doigt après 500 ms, soit une seconde après le début du processus. 

Dernière étape, on attend plus de 500 ms après avoir stimulé le doigt pour commencer la stimulation du cerveau. Ici tout redevient "normal". Le stimulation du bout du doigt est ressentie tout de suite, après 25 ms, le temps que l'influx nerveux arrive au cerveau et la deuxième piqûre est ressentie 500 ms après le début de le série de chocs au cerveau, comme dans l'expérience initiale.                       

Ces résultats semblent montrer que dans tous les cas, il nous faut 500 ms pour être conscient de quelque chose, puisque, si pendant cette période de temps on intervient sur la zone correspondante du cerveau, nous ne sommes pas conscients de cette sensation. Mais il se trouve qu'en temps normal, nous sommes conscients de la même sensation au début du processus, après 25 ms et non à la fin. Et un démarche qui a lieu 200, 300 voire 500 ms après la stimulation peut nous empêcher d'être conscients d'un piqûre dont nous serions conscients normalement au bout de 25 ms. C'est proprement stupéfiant! Comment une telle chose est-elle possible? Selon Libet, le temps d'élaboration consciente est bien de 500 ms (en fait 475 ms car il faut 25 ms pour que le signal arrive au cerveau), mais une fois l'élaboration faite, la conscience antidate cette sensation en retournant en arrière dans le temps de 475 ms. On peut imager ceci en effectuant une comparaison avec le cachet de la poste qui atteste que nous avons bien posté notre déclaration d'impôt à temps, même si le contrôleur l'ouvre plus tard. Ici, le potentiel évoqué qui arrive au cerveau 25 ms après la stimulation "normale" au doigt sert de cachet de la poste. Le cerveau suit son processus pour élaborer la sensation consciente puis repart en arrière ans le temps pour faire coïncider la sensation subjective d'être piqué avec l'arrivée du potentiel évoqué. C'est uniquement grâce ce mécanisme que que la sensation d'être piqué se produit dans la vie courante au moment même de la piqûre et on pas pas 500 ms après. Et dit Benjamin Libet dans Mind time, quand on stimule directement le cerveau, il n'y a pas de potentiel évoqué, donc pas de retour en arrière possible.
Pour Libet, cette projection dans le temps ne devrait pas nous choquer, car elle est similaire à celle qui se produit lorsqu'on regarde un objet. Ce que nous voyons réellement , ce sont des signaux représentant les couleurs et les formes dans notre cerveau. Depuis l'enfance, nous avons appris à effectuer une projection dans l'espace. Nous savons que les signaux impliquent qu'il y un objet présent se trouvant à l'extérieur de nous (Libet suppose que les bébés mettent 1 à 2 mois à "calibrer " le système et qu'au début, tout est assez flou pour eux, mais qu'à force de toucher les objets, ils arrivent à "projeter" de façon correcte. Donc pourquoi être choqué par le fait que nous puissions également nous projeter dans le temps?
Le retentissement de ces propos a été tel que Daniel Dennett y a vu la possibilité d'un jour "sombre" pour le matérialisme. Pour attaquer ces résultats, il a demandé à Patricia Churchland (tout aussi athée militante que lui), d'attaquer ces résultats. Celle-ci a monté une expérience dans laquelle un sujet, une fois qu'il a été piqué au doigt, appuie sur un bouton avec l'autre main, ce que les sujets ont été capables de faire en en 350 ms en moyenne. Avec Dennett, elle en déduit l'interprétation suivante de l'expérience de LIbet : a) le sujet qui a été stimulé en est conscient tout de suite (après les 25 ms nécessaires à l'arrivée du potentiel évoqué dans le cerveau). b) Si le sujet avait pu signaler qu'il avait senti la piqûre pendant le délai de 500 ms, il l'aurait fait. c) La seconde piqûre efface de la conscience le souvenir de la première en "réécrivant " l'histoire. Cette interprétation, même s'il n'existe pas de preuve directe en sa faveur, n'est-elle pas infiniment plus crédible que celle du saut dans le temps de la conscience demandent Dennet et Churchland?

Mais ce n'est pas si simple. Par exemple, il y a une différence entre détecter et être conscient d'avoir détecté. Dans une expérience de Libet, après avoir projeté un point lumineux sur un écran pendant un temps trop court pour que le sujet puisse en être conscient, il a été demandé "Dites-nous si le point était à gauche ou à droite." La réponse était "mais comment voulez-vous que je le sache? je n'ai rien vu." "Ce n'est pas grave, répondez au hasard" en appuyant sur l'un des deux boutons "gauche" ou droite" leur dit-on alors. Dans 90% des cas le sujet répond juste, ce qui prouve qu'il a parfaitement détecté le signal... sans en être conscient. Cette expérience a aussi été réalisée sur des gens ayant une lésion dans une partie des aires visuelles du cerveau. Même si leurs yeux fonctionnent bien, ils ne peuvent pas voir consciemment ce qui apparaît dans la partie correspondante de leur champ visuel. Or l'expérience montre qu'ils ont parfaitement détecté ce qui a été projeté dans cet endroit de leur champ visuel. Là aussi ils donnent des réponses exactes tout en étant persuadés de répondre au hasard. 

La détection d'un phénomène n'est donc pas une preuve du fait que nous en soyons conscient. Cela montre que la conscience est un phénomène très subtil qui qui se produit dans des conditions très précises. Un robot par exemple, pourra détecter des choses aussi bien que nous sans pour autant en être conscient. Dans l'expérience de Patricia Churchland, les sujets ont conscience d'avoir été piqués et d'avoir appuyé sur le bouton. Mais si une piqûre avait effectuée dans leur cerveau, on pourrait très bien penser qu'ils l'auraient détecté sans en avoir été conscients de l'avoir fait. Dennett et Churchland en conviennent mais affirment qu'on n'en n'a pas la preuve. Nous pouvons prétendre disent-ils que dans l'expérience de Libet, les sujets ont été , durant quelques ms, conscients d'avoir été piqués. Cela permettrait d'éviter les "voyages dans le temps de la conscience." 

Mais Libet a réalisé une autre expérience, où il va réaliser une stimulation sur le trajet qui relie le doigt au cerveau, le lemniscus médian. Comme pour la stimulation au doigt, le sujet sent la piqûre tout de suite en 25 ms. Mais comme dans le cas de la stimulation au cerveau, il faut envoyer des chocs électriques pendant 500 ms pour que le sujet soit conscient de la piqûre... au début du processus. Si on s'arrête d'envoyer des chocs électriques sur le nerf au bout de 400 ms, le sujet ne sent rien, mais si on envoie les chocs pendant 500 ms, le sujet sent bien une piqûre au doigt au bout de 25 ms. Comment imaginer que le fait d'arrêter la stimulation puisse effacer quelque chose, surtout que l'expérience montre que ce quelque chose n'existe pas encore puisqu'il faut aller jusqu'au bout des 500 ms de stimulation pour que la sensation consciente apparaisse au début du processus? Ici, il ne peut pas y avoir d'effacement puisqu'il n'y a rien a effacer et qu'en plus, aucune action susceptible de provoquer un effacement n'a au lieu. Libet a donc raison: la conscience joue à "sauter dans le temps." Pourtant Dennet s'accroche toujours l'hypothèse de l'effacement. 

Maintenant, voyons ce que dit Libet à propos des implications de son expérience? Il dit d'abord qu'elle pose de "sérieuses difficultés" à la thèse selon laquelle il y aurait identité entre les états mentaux et les états neuronaux, car l'état neuronal ne peut pas permettre de connaître l'état mental puisque le temps vécu par le sujet et le temps neuronal ne sont pas les mêmes). Les phénomènes mentaux ont des caractéristiques assez différentes des phénomènes observables dans le cerveau. La projection subjective (dans le passé) est une fonction purement mentale qui n'a pas de base neuronale correspondante dans le cerveau. Une connaissance complète des événements neuronaux ne permet pas, en soi, de décrire ou de prédire l'expérience consciente. Il écrit même dans Nature: "l'expérience subjective et de la conscience et les processus neuronaux sont phénoménologiquement indépendants." 

Mais Libet n'est pas un dualiste pour autant. Sa position est celle d'un émergentiste fort comme Sperry,  auquel il se rattache (voir  l'article 13-1 chapitre 5 c). Pour lui, "la conscience ne peut exister sans les processus du cerveau qui lui donnent naissance." Mais c'est un émergentiste, "superfort". Dans la théorie de Libet, la conscience est un champ qui ne correspond à "aucun des champs physiques connus, comme l'électromagnétisme, la gravitation, etc. Il n'est pas descriptible en termes d'aucun événement physique observable ou d'aucune théorie physique constituée."  "Ce champ serait détectable seulement en terme d'expérience subjective, accessible seulement à l'individu qui a cette expérience." Comment prouver l'existence de ce champ? On pourrait (est-ce réalisable?), pense-t-il isoler la zone en question en détruisant toutes ses connexions neuronales sans détruire l'alimentation sanguine de cette partie du cerveau. Si, lorsqu'on stimule cette partie encore vivante, mais séparée du reste du cerveau, cela provoque une expérience consciente du sujet, on aura prouvé que la conscience est un champ qui, pour se propager, n'utilise pas les neurones. Le saut dans le temps évoqué par Libet ne se produit pas dans le monde physique, mais dans le monde subjectif, celui du champ de conscience. Ainsi, tous les êtres humains seraient comme les téléspectateurs recevant la télévision par câble: il y a quelques années, lors de la coupe du monde de football, certains téléspectateurs se sont plaints que les signaux des nouveaux opérateurs fournissant la télévision par les câbles téléphoniques, avaient une demi-seconde de retard sur la télé normale à l'époque, transmise par voie hertzienne; ainsi, quand leurs voisins hurlaient déjà à cause du but, eux ne l'avaient pas encore vu, ce qui devait très frustrant! Comme il n'y a plus personne pour voir les choses en direct comme les téléspectateurs ayant une télévision classique hertzienne, nous aucun moyen de nous en rendre compte. 

Mais est-ce si sûr que le saut dans le temps ne se produit pas dans le monde physique? Cela paraît difficile à concevoir. Même si on peut détecter une menace sans en être conscient, de nombreux problèmes surgiraient dans notre vie si vraiment nous étions en retard sur les événements réels et que le saut dans le temps se produisait dans un monde subjectif et non pas dans le monde physique. A chaque fois que nous devrions accomplir rapidement un acte reposant sur une décision consciente, un problème devrait surgir, nous donnerions l'impression d'être en permanence en retard sur la réalité. La seule conclusion logique (de Jean Staune, que je partage), s'il est bien confirmé qu'il faut bien 500 ms à la conscience pour être consciente de quelque chose, est qu'un retour en arrière dans le temps permet de synchroniser nos sensations avec les événements, que ce saut dans le temps est réel, que la conscience peut l'accomplir facilement parce qu'elle n'est pas (totalement) immergée dans le monde physique et que, donc, elle n'est pas une production du cerveau  et que donc, le cerveau est davantage un poste de radio qu'un lecteur de disque en faisant référence à notre image de l'article 13-2.

 

A suivre... Dans la deuxième partie de cet article 14 (l'homme non-neuronal partie 2), nous examinerons la question du libre-arbitre. 


liens: jung-neuroscience.com -prise de conscience suite à un stimulus sensoriel

francoisloth.wordpress.com -L’ultime dualisme de Benjamin Libet

automatesintelligents.com -Retour sur les bases neurologiques du libre arbitre par Jean-Paul Baquiast

mind-consciousness -Commentary on Benjamin Libet’s Mind Time.

quantumconsciousness.org le -neuralism" de Churchland (opposition au platonisme de penrose)

philosophyfaculty.ucsd.edu -on the alleged bacwards referal experiences and its relevance to the mind-body problem

energie-sante.net -Les cristaux de la glande pinéale nous connectent à l'au-delà

 

00:15 Écrit par pascal dans notre existence a t elle un sens | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : conscience | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

30/06/2013

13-2 ) Notre existence a t-elle un sens? 13-2) Dur, dur le problème

 

 

Notre existence a t-elle un sens? 13-2) Dur, dur le problème (la conscience 2ème partie)

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-telle un sens? 1) à propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan

Notre existence a-t-elle un sens? 2) Le désenchantement du monde (et de l'homme!)

Notre existence a-t-elle un sens? 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine"?

Notre existence a-t-elle un sens? 4) vers de nouvelles lumières.

Notre existence a-t-elle un sens? 5) première partie: Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (naissance de la mécanique quantique).

Notre existence a-t-elle un sens? 5) deuxième partie : Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (la non-localité).

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...première partie

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...deuxième partie

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 1) vous qui entrez ici perdez toute espérance ...

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 2) vous qui entrez ici perdez toute espérance...

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 1) le murmure du big bang...La deuxième fissure dans les théories classiques

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 2) Le murmure du big bang... la genèse du 

Notre existence a t-elle un sens? 9-1) Dieu revient très fort partie 1

Notre existence a t-elle un sens? 9-2) Dieu revient très fort partie 2

Notre existence a t-elle un sens? 10) où il fait plus noir que vous ne l'imaginez

Notre existence a t-elle un sens? 11 partie 1) Un point sur les articles déjà parus (la naissance de la physique quantique et la connaissance du réel)

Notre existence a t-elle un sens? 12-1) Recherchons Einstein de l'évolution (urgent) partie 1

Notre existence a-t-elle un sens? 12-2) Recherchons Einstein de l'évolution (urgent) Partie 2

Notre existence a-t-elle un sens? 13-1) Dur, dur le problème (la conscience 1ère partie)

 

Je consulte souvent aussi: astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

 

 

Exergue: "La raison pour laquelle la conscience nous apparaît comme un mystère est que nous n'avons pas une idée claire de la manière dont quoi que ce soit dans le cerveau pourrait les états conscients." John Searle


a) Rappel: Pour l'évolution, nous avons vu dans les articles précédents qu'il y a une théorie hégémonique prétendant tout expliquer: le darwinisme (Notre existence a t-elle un sens? 12-1 et Notre existence a-t-elle un sens? 12-2)Le tour d'horizon que nous venons de faire dans l'article 13-1) montre que pour les neurosciences ce n'est pas le cas. Il n'y a pas de théorie hégémonique mais des hypothèses ne reposant sur aucun mécanisme précis et indubitable. Cela n'a pas empêché Searle de répéter que "le cerveau cause la conscience."  Est-ce, comme le dit Jean Staune, pour s'auto-persuader ou pour montrer qu'il ne verse pas dans le spiritualisme malgré son insistance sur l'irréductibilité de la conscience? Il exprime malgré tout l'opinion que partagent malgré leur différences Dennett, Crick, Edelman et beaucoup d'autres et même Sperry. 

Nous avons conclu l'article 13-1) par: et s'ils se trompaient tous? Nous allons commencer par recourir à une métaphore pour examiner cet aspect de la question. Imaginons des extraterrestres étudiant des objets que nous possédons. En examinant un CD et son lecteur, ils peuvent apprendre rapidement que des sons y sont codés sous forme numérique et que le lecteur effectue un décodage permettant de restituer les sons. L'analyse d'un IPOD les mènera à la même conclusion. Le système de stockage y est technologiquement plus avancé  et permet de stocker une plus grande quantité de sons, mais la technique de stockage et de lecture sont aussi compréhensibles. Par contre, la radio plongera certainement ces extraterrestres dans la perplexité. En effet, d'où arrivent les sons et comment sont-ils lus? Sans doute ils tenteront des actions en modifiant ou supprimant des composants de la radio et ils constateront que le son est modifié ou supprimé par de telles actions. Mais ils resteront certainement persuadés que le principe général de la radio n'est pas différent de celui de l'IPOD ou du lecteur de CD:il émet des sons qui sont stockée en son sein. Et ils en seraient si persuadés que s'ils emportaient ces trois objets dans l'espace, en constatant que la radio ne fonctionne plus alors que l'IPOD et le lecteur de CD fonctionnent encore, ils en déduiraient que cela est dû à la sensibilité de la radio, objet plus évolué donc plus fragile. ou au champ magnétique de leur vaisseau ou à l'apesanteur... Sans doute traiteraient-t-ils de magique, de préscientifique, ou de mystique toute théorie envisageant que les sons les sons ne soient pas stockés dans la radio, mais émis par une source mystérieuse.

Vis à vis du cerveau, ne sommes-nous pas dans la situation de ces extra-terrestres? Les faits que nous constatons à ce jour ne prouvent pas que le cerveau soit l'équivalent d'un IPOD ou d'un CD, et ne lui interdisent pas d'être un poste de radio. La conscience est modifiée lorsque certaines zones du cerveau le sont, mais cela ne prouve pas que le cerveau produise la conscience de même que le fait que la musique se modifie quand on modifie les composants de la radio ne prouve que la radio produise la musique. 

wikipedia.org -Friedrich Beck

b) Peu de neurologues n'hésitent pas à franchir le pas et à considérer le cerveau non comme la cause ultime de la conscience, mais seulement comme une de ses conditions.Parmi eux, le neurologue Sir Jonh Eccles et le philosophe Karl Popper développent dans "The self and its brain" développent un modèle où trois mondes sont en interaction:

     - le monde 1: c'est le monde des objets physiques (le monde matériel);

     - le monde 2: c'est le monde de l'esprit humain (les états de conscience).

     - le monde 3: c'est le monde des produits de l'esprit humain (notamment les théories scientifiques et l'art mais aussi les idéologies politiques). 

Mais cette conception dualiste est confrontée à la question: comment l'esprit s'il existe peut-il influencer le cerveau sans violer les lois physiques et en particulier celle de la conservation de l'énergie. Eccles a trouvé le solution grâce à Frédérick Beck, physicien quantique et directeur du département de physique théorique de l'université de Darmstadt. Eccles a reçu le prix Nobel pour l'élucidation du fonctionnement de la synapse (que nous avons rencontrée dans l'article 13-1 paragraphe 4), cet élément essentiel pour le transfert de l'influx nerveux d'un neurone à l'autre. Ce transfert dépend de l'exocytosemécanisme par lequel la cellule libère de larges biomolécules à travers sa membrane. Elle a lieu quand des vésicules de transport ou de sécrétion fusionnent avec la membrane plasmique et que leur contenu (5 à 10 000 molécules) sort dans le milieu extracellulaire (exemple : expulsion des neuromédiateurs des vésicules synaptiques vers le milieu extracellulaire). L'exocytose permettant la transmission du "message" au neurone suivant n'a en général qu'entre 25 et 30 % de chances de se produire. 

Beck a montré, en réalisant un traitement quantique de l'exocytose, que la probabilité que celle-ci se produise pouvait être augmentée ou diminuée sans que cela constitue une violation des lois de conservation de l'énergie, car les masses mises en jeu sont suffisamment petites pour rentrer dans les incertitudes existant sur le plan quantique. Le travail de Beck et Eccles a été publié par l'Académie américaine des sciences en 1992: "quantum aspects of brain activity and the role of consciousness". Il ne prouve pas que l'esprit agisse sur le cerveau mais il montre que c'est théoriquement possible. Ainsi, depuis 1992, le dualisme (corps-esprit) est redevenu, sur le plan scientifique, une possibilité. Pour Eccles, «l'esprit serait comme un scanner  qui lit l'état d'activation des neurones et qui influence cette activation d'une façon analogue à un champ de probabilité quantique (champ qui n'a ni masse ni énergie, mais qui exerce pourtant une influence causale en modifiant la probabilité que certaines événements se produisent).» Ainsi selon Eccles, «le cerveau est une machine qu'un fantôme peut faire marcher.» En physique quantique, l'existence d'un tel champ déterminant les états de la matière mais ne s'y réduisant pas est reconnue alors pourquoi ne pas l'admettre en neuroscience demande Eccles? Il a proposé que "intention et l'attention constituent des événements ou phénomènes conscients non matériels, et qu’ils exercent une influence activatrice sur le cerveau. Par exemple, lorsqu'’on demande à un sujet humain de fixer son attention sur son doigt, on observe une augmentation du débit sanguin cérébral dans l’aire corticale tactile correspondant à ce doigt, indiquant une intensification de l’activité neuronale dans cette zone. De même, l’intention mentale de produire un mouvement d’un doigt intensifie l’activité neuronale dans l’aire motrice supplémentaire (aire prémotrice), zone qui est également activée lorsque le sujet produit effectivement ce mouvement (mais dans ce dernier cas, d’autres aires, motrices, sont également activées). Libet a montré en 1990 que l’intention efficace d’accomplir le mouvement survient environ 200 millisecondes avant le début du mouvement. L’événement mental d’intention peut donc être considéré comme précédant les événements neuraux qui produisent en particulier dans l’aire motrice supplémentaire.
Dans "comment la conscience contrôle le cerveau" Eccles écrit: "Il a été amplement démontré par la science que la conscience, l'idéation pure, active effectivement certaines régions déterminées du cortex cérébral. La maîtrise mentale de l'activité cérébrale est si vaste que l'on peut présumer une totale domination du cerveau par la conscience. Et voilà que pour la première fois se trouve formulée une hypothèse sur la manière dont le mental influence l'activité cérébrale sans enfreindre les lois de conservation de l'énergie. La critique matérialiste du dualisme par DennettchangeuxEdelman perd tout son fondement scientifique [...]. Puisque les solutions matérialistes ne parviennent pas à expliquer l'unité dont nous avons conscience, j'en suis réduit à conclure que l'unicité de la conscience ou de l'âme provient d'un autre niveau de réalité [...] rendue nécessaire par la certitude de l'existence d'un noyau de cette individualité. J'avance qu'aucune autre position n'est défendable.."

c) La solution de Dominique Laplane,

 

 
 

(la conscience est-elle une composante de l'Univers?)


 

 

Dominique Laplane est neurologue, professeur à la Pitié-Salpétrière. Sa solution: la transformation (à voir dans 2.4.2. L’hypothèse de transformation). Selon Laplane, il aurait dans l'Univers, de la matière et de l'énergie d'un côté, et de  l'autre, de la pensée et de la conscience. Le couple matière-énergie peut se transformer en pensée et réciproquement, de la même manière que la matière se transforme en énergie (équivalence E=mc2). Mais, de même que la matière-énergie est quantifiable, la pensée doit être quantifiable. Et si la pensée peut créer de l'énergie, cela ne viole-t-il pas la principe de conservation de l'énergie? Laplane décrit ces questions et y répond dans "La mouche dans le bocal, essai sur la liberté de l'homme neuronal." Selon lui, sa position n'est pas plus étrange, quand à l'état de nos connaissances, que celle de certains contemporains de Newton qui ont refusé la notion d'attraction universelle parce qu'elle violait les lois relatives à l'interaction des corps admises à l'époque, ou que le refus d'Einstein d'accepter l'idée de non-séparabilité tant celle-ci lui semblait incompatible avec la relativité. 

Laplane pense que son hypothèse doit être prise en compte à cause de son caractère explicatif  et des solutions qu'elle apporte à un grand nombre de problèmes qui peuvent ainsi être surmontés, même si elle n'est pas scientifiquement testable pour l'instant. Elle permet par ailleurs de concilier matérialisme et spiritualisme et d'effacer la barrière que le dualisme a introduit entre eux: "Du matérialisme, nous retenons sans réticence l'idée que notre pensée provient effectivement de la matière et nous laissons le champ totalement libre à la connaissance objective qui peut se développer intégralement dans le cadre de l'axiomatique scientifique. Le dualisme est entièrement respecté: il y a bien, comme le constate le sens commun, d'une part la pensée, d'autre part la matière énergie. La grande différence est que l'articulation entre ces deux ensembles est désormais compréhensible."

Comme Eccles, Laplane pense qu'il n'est pas scientifique d'affirmer que notre conscience soit un mécanisme créé par les lois physiques que nous connaissons, alors que l'unité de perception pourrait être obtenue par par des mécanismes de type "physicaliste". Pour lui, il existe une conscience universelle que le cerveau utilise pour pour bâtir une conscience individuelle, un peu comme des artisans distincts utilisent une plaque de métal pour produire des objets différents. Laplane, en affirmant l'existence de consciences individuelles peut ainsi rejeter le panpsychisme, qui considère que tout ce qui existe, toute réalité matérielle, et non pas seulement l'esprit, possède une nature psychique. Ce n'est pas une simple spéculation, il s'appuie sur des observations fascinantes qui montrent l'existence d'une conscience pure (voir "penser c'est-à-dire? enquête neurophilosophique" et la vidéo suivante: uip.edu -La conscience pure et la méditation (Dominique Laplane et le syndrome de l'auto-activation)

 

 


Ainsi Laplane établit une distinction fondamentale entre le conscience et les contenus de la conscience avec l'existence d'une "conscience pure" ou d'un état de "conscience vide" pendant lequel le sujet reste conscient bien que rien ne se passe dans son esprit. C'est sans doute un important progrès dans nos connaissances (des spécialistes comme Dennett, Damasio ou Crick ne peuvent même pas imaginer que de tels états existent). Cela se rapproche des témoignages de méditants orientaux et des écrits bouddhistes sur les états de "non-pensée". De même que l'énergie peut exister sans matière et pas l'inverse, la conscience peut exister sans pensée, mais pas l'inverse. Et ces deux constituants fondamentaux de l'Univers peuvent se transformer l'un dans l'autre. 

Laplane a aussi développé un autre concept révolutionnaire en soignant de nombreux aphasiques, malades qui ne peuvent plus utiliser ni comprendre le langage, voire les écrits. Il démontre qu'ils continuent à pouvoir penser normalement même s'ils n'ont plus les mots pour le faire. Laplane cite le cas, non d'un de ses patients mais celui du Pr Lordat, professeur de médecine à Montpellier au 19è siècle, spécialiste de l'aphasie et qui devint lui-même aphasique puis guérit 15 ans plus tard. Son témoignage montre qu'on peut penser à des choses complexes de façon normale, sans avoir aucun mot à mettre à l'intérieur de soi pour les exprimer. C'est une pensée sans langage, mais une pensée consciente qui ne peut être formulée (sergecar.perso.neuf.fr -intelligence et pensée non verbale

neuropsychiatrie.fr -Dominique Laplane : La pensée d'outre-mots. La pensée sans langage)


d) Jean-François Lambert est psychophysiologiste, enseignant à Paris VIII. Pour lui, le cerveau est la condition de l'existence de la conscience et non pas sa cause. Il utilise des métaphores telles que:  "Si [...] vous découvrez que votre frigidaire est en panne et que les fusibles ont sauté, vous n'allez pas dire, après les avoir changés,  "les fusibles sont la cause du froid."." De la même façon, le cerveau n'est pas la cause de la conscience même si elle ne peut exister sans lui, tout comme le froid n'existe pas dans les frigidaires si les fusibles ne sont pas en bon état. Cette position n'est pas dualiste car Lambert ne conçoit pas que la conscience puisse exister sans le cerveau. Et si d'autre part cette conception implique l'existence d'une dimension autre que celle physico-chimique de l'activité neuronale qui serait la cause de la conscience (ce qui conduit au dualisme), cette dimension est nécessaire et ineffable sur le plan empirique. En fait Lambert reproche à Eccles de vouloir objectiver ce qui n'est pas objectivable et aux matérialistes leur certitude de pouvoir de pouvoir clore le monde physico-chimique sur lui-même pour ce qui concerne la conscience., ce qui pour lui est impossible. 

Ceci amène Lambert à proposer une autre alternative à la logique qui préside aux rapports cerveau-pensée, celle de l'absence comme témoin d'une présence, l'incomplétude, un nouveau paradigme. La pensée, l'esprit et le sujet ne peuvent être circonscrits et leur présence n'est pas à rechercher dans, ou à côté des processus, mais dans l'impossibilité pour les processus de s'auto-justifier. Loin de constituer un échec de la raison, l'incomplétude du sujet empirique, évoquée aussi par Erwin Schrödinger dans l'esprit et la matière (l'élision du sujet), désigne ici un espace offert, au coeur de la rationalité, à la révélation d'un sens. Cette démarche est équivalente à celle de Ludwig Wittgenstein montrant l'incomplétude du langage ou celle de Kurt Gödel montrant celle de la logique. Lambert veut ainsi montrer que l'homme ne se contient pas, mais, dit-il, "cette incomplétude, cette radicale impossibilité impossibilité d'exhiber la totalité que je suis, ne permet pas de conclure objectivement ni à la présence certaine, ni à l'absence certaine, d'un opérateur métaphysique. Les données objectives ne sauraient permettre sans contradiction évidente d'attester de manière irréfutable l'existence de ce qui, par nature, leur échappe." 


e) Mario de Beauregard .est un spécialiste canadien en neurobiologie né en 1962 

drmariobeauregardfr.com/


Chercheur en neuroscience, agrégé du département de psychologie à l’Université de Montréal et titulaire d’un doctorat en neurobiologie de l’Université du Texas, il a reçu en octobre 2008 une couverture médiatique internationale pour son affirmation que le cerveau ne produit pas l'esprit mais que l'esprit influence le cerveau
En 2006, il participe au documentaire de l'ONF Le cerveau mystique



 


Les recherches de Mario de Beauregard montrent à quel point les facteurs psychologiques peuvent avoir un impact sur le plan physique. Ils indiquent que la volonté, les croyances, les attentes (variables mentalistes) et leur contenu intentionnel ne sont ni identiques, ni réductibles aux processus cérébraux (propagation d'un influx nerveux, libération de neurotransmetteurs par les vésicules). Mais les processus et événements mentaux exercent une influence causale sur les niveaux de fonctionnement du cerveau (niveaux moléculaire, cellulaire, systémique), et la valeur prédictive et explicative des variables mentalistes soutient la vision dualiste selon laquelle les contenus de l'expérience subjective consciente peuvent influencer causalement les processus électriques et chimiques du cerveau. 

C'est pourquoi, pour interpréter ces résultats, Mario de Beauregard  a proposé l'hypothèse de la traduction "psychoneurale" (HTP). Selon l'HTP, le monde psychologique (la perspective à la première personne, le "je"), et le cerveau (la perspective à la troisième personne qui elle, fait partie du monde) représentent deux domaines distincts sur les plans ontologique et épistémologique. Ces deux domaines peuvent interagir parce qu'ils constituent des aspects complémentaires d'une même réalité sous-jacente; L'activité mentale, qui inclue la conscience, représente un aspect irréductible et fondamental de l'Univers. L'HTP postule aussi que les processus et événements conscients et inconscients sont traduits de manière sélective, par le biais d'un code spécifique, en processus et événements neuronaux dans les divers niveaux d'organisation du cerveau (biophysique, moléculaire, cellulaire, circuits). 

Mario de Beauregard et aussi, avec le neuropsychiatre Jeffrey Schwartz et le physicien Henri Stapp, le coauteur d'un article sur les liens existant entre la physique quantique et les neurosciences qui affirme que l'espoir des matérialistes d'expliquer par l'une des différentes hypothèses que nous avons mentionnées dans l'article 13-1), la connexion entre nos sentiments et nos émotions et l'activité cérébrale est condamné d'avance par la physique quantique: "La conception classique suppose que les choix faits par les être humains à propos du comment ils vont agir soient déterminés par des variables microscopiques qui, d'après la théorie quantique sont, par principe, indéterminées. La supposition réductionniste que le cours de l'expérience humaine est déterminé par des processus mécaniques locaux est la chose qui est la plus fortement réfutée par la structure des phénomènes naturels telle que la dévoile la physique contemporaine. Espérer que les connexions entre l'esprit et le cerveau seront comprises dans un cadre conceptuel si contraire aux principes de la physique n'est ni raisonnable ni crédible au plan scientifique."


f) conclusion

Dans ce article et le précédent; Notre existence a-t-elle un sens? 13-1) Dur, dur le problème (la conscience 1ère partie, nous avons vu les positions de scientifiques et de philosophes sur le problème de la conscience. Pour certains, le cerveau produit la conscience alors que d'autres pensent que ce n'est pas le cas. Nous sommes passés de positions les plus réductionnistes et matérialistes à des positions plus nuancées où le cerveau est bien plus qu'un "paquet de neurones". Quelles sont les positions les plus crédibles? C'est ce que nous examinerons dans le prochain article "l'homme non neuronal" par des analyses qui portent non sur la vision, l'audition ou des maladies, mais sur la nature de la conscience et des questions telles que le libre arbitre ou la création de sens. 


liens: esswe.org -Les sciences cognitives à l'épreuve de la théologie

neur-one.fr -NEUROBIOLOGIE DE LA CONSCIENCE

doublecause.net -Esprit et conscience

 

syti.net -exploration du cerveau humain

v.i.v.free.fr -Le cerveau est-il un ipod ou une radio ?

leplus.nouvelobs.com -iphone et cerveau

philosophiascientiae.revues.org -Popper et le problème du corps et de l’âme

claudegagnon.net -Karl Popper sur le problème du corps et de l'esprit (body-mind problem)

hal.archives-ouvertes.fr -la théorie de la connaissance de Popper et ses implications (les 3 mondes)

philosophie.philisto.fr -Le mystère de la conscience

outre-vie.com -la conscience hors du cerveau

jeanluc.fr -les champs quantiques     sciences.ch -PHYSIQUE QUANTIQUE DES CHAMPS

hal.archives-.lasserre.pagesperso-orange.fr -APPROCHE BIOCHIMIQUE ET QUANTIQUE

jeanzinouvertes.fr -Relations psychisme-cerveau, dualisme interactionniste et gradient de matérialité

jung-neuroscience.com -Benjamin Libet

staune.fr -Comment la conscience contrôle le cerveau - John C. Eccles

ulaval.ca -Une critique du dualisme cartésien

uip.edu -(dominique laplane) Enquête neurologique sur la conscience en général

www.asmp.fr -Cerveau et conscience: bilan et perspectives (voir chap 2-4-2 laplane et l'hypothèse de transformation)

persee.fr -Dominique Laplane La mouche dans le bocal essai sur la liberté de l'homme neuronal

amazon.fr -Penser, c'est-à-dire? Enquête neurophilosophique

plasticites-sciences-arts.org -Penserc'est-à-dire? La vérité ne se trouve pas par simple réflexion (D. Laplane)

sergecar.perso.neuf.fr -intelligence et pensée non verbale

asmp.fr/travaux -J F Lambert: Cerveau et conscience : bilan et perspectives

uip.edu -L’incomplétude, un nouveau paradigme

chapitre.com -E. Schrödinger, L'esprit et la matière, précédé de L'élision par M. Bitbol

onf-nfb.gc.ca -le cerveau mystique

drmariobeauregardfr.com -Les pouvoirs de la conscience Comment nos pensées influencent la réalitéPlusieurs scientifiques prônent toujours que matérialisme scientifique est synonyme de science. Selon l’idéologie matérialiste scientifique, tout est composé de particules matérielles et tout ce que nous expérimentons—incluant nos pensées, nos émotions, nos croyances, nos intentions, notre sens de soi et nos épiphanies spirituelles—résulte de l’activité des neurones dans nos cerveaux.

Ces scientifiques semblent ignorer le fait que le matérialisme scientifique ne repose que sur des croyances sans preuve. Comme les fondamentalistes, les plus zélés d’entre eux essaient de convertir leurs collègues et les individus sans formation scientifique, propageant leur idéologie dans tous les secteurs de la société. S’accrochant à la croyance que le monde physique est la seule réalité, ces matérialistes rejettent a priori les évidences remettant en question leur doctrine. Dans LES POUVOIRS DE LA CONSCIENCE, le neuroscientifique Mario Beauregard examine méticuleusement ces évidences. Il présente des études montrant que nos pensées, croyances et émotions influencent ce qui se passe dans nos cerveaux et nos corps et jouent un rôle clé dans notre santé et notre bien-être. Le Dr Beauregard présente aussi des études démontrant que nos esprits peuvent parfois affecter des événements à l’extérieur des limites de nos corps et recevoir des informations sans l’usage des sens ordinaires, au-delà de l’espace et du temps. De plus, il examine d’autres études suggérant que nous pouvons avoir des perceptions véridiques durant des expériences hors du corps déclenchées par un arrêt cardiaque et que nous pouvons aussi avoir accès consciemment à d’autres niveaux de réalité, même lorsque le cerveau ne semble plus fonctionner.

En se basant sur l’ensemble des évidences présentées dans LES POUVOIRS DE LA CONSCIENCE, le Dr Mario Beauregard démontre de façon convaincante que le matérialisme scientifique est erroné et que l’esprit et la conscience ne sont pas simplement le produit de processus électrochimiques prenant place dans le cerveau. Le Dr Beauregard annonce aussi un changement majeur de paradigme en science.

Éloges pour LES POUVOIRS DE LA CONSCIENCE

« Le dogme actuel postulant que le cerveau fabrique la conscience comme le foie sécrète la bile et que la conscience humaine est confinée au cerveau et au corps ne peut être qualifié que de neuromythologie. Le futur montrera que cette croyance était l’un des concepts les plus malencontreux dans l’histoire de l’humanité, comme celui de la terre plate. Cette croyance ne pourra pas durer car elle n’est pas scientifique et elle ne peut expliquer comment la conscience se manifeste dans le monde. Dans ce livre important, le Dr Mario Beauregard nous montre pourquoi. »

enaud-bray.com -Du cerveau à DieuPour tenter de répondre à cette épineuse question, le neuroscientifique Mario Beauregard a demandé à quinze Sours carmélite de prêter leur concours à une expérience scientifique.

En examinant l'activité cérébrale de ces religieuses au cours de leur expérience mystique, il a découvert que les pratiques spirituelles ne sont pas reliées à une zone spécifique du cerveau, mais à plusieurs "régions et systèmes cérébraux " habituellement destinés à des fonctions telles que la perception, les émotions ou la conscience de soi. Il n'existe donc pas un unique "point de Dieu " dans notre cerveau, pas plus qu'il n'existe un "gène de Dieu " dans nos cellules.
Par ailleurs, l'étroite corrélation des activités spirituelles et neurologiques ne signifie pas qu'il faille réduire l'expérience spirituelle à un simple phénomène cérébral ou à une illusion, voire une hallucination, dont l'unique socle serait de nature neuronale. Loin s'en faut : les expériences mystiques révèlent la capacité des individus à entrer en contact avec une force objectivement réelle, transcendantale, un au-delà d'eux-mêmes, du temps et de l'espace.
D'où les nombreux phénomènes psychiques qui demeurent inexpliqués par la science, tels que les guérisons "miraculeuses ", l'effet placebo, les prémonitions, les expériences de mort imminente (EMI ou NDE), le sentiment d'union lors de la prière ou la méditation . Salutaire, édifiant, ce livre s'écarte de la tendance générale des travaux de neurosciences en remettant en question l'idéologie matérialiste dominante.
Il nous montre que si la science est incapable de prouver ou d'infirmer l'existence de l'âme, elle ne saurait pour autant persister à la nier.

 

11:05 Écrit par pascal dans notre existence a t elle un sens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

09/06/2013

13-1) Notre existence a t-elle un sens? 13-1) Dur, dur le problème

 

Notre existence a t-elle un sens? 13-1) Dur, dur le problème (la conscience 1ère partie)

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-telle un sens? 1) à propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan

Notre existence a-t-elle un sens? 2) Le désenchantement du monde (et de l'homme!)

Notre existence a-t-elle un sens? 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine"?

Notre existence a-t-elle un sens? 4) vers de nouvelles lumières.

Notre existence a-t-elle un sens? 5) première partie: Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (naissance de la mécanique quantique).

Notre existence a-t-elle un sens? 5) deuxième partie : Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (la non-localité).

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...première partie

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...deuxième partie

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 1) vous qui entrez ici perdez toute espérance ...

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 2) vous qui entrez ici perdez toute espérance...

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 1) le murmure du big bang...La deuxième fissure dans les théories classiques

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 2) Le murmure du big bang... la genèse du 

Notre existence a t-elle un sens? 9-1) Dieu revient très fort partie 1

Notre existence a t-elle un sens? 9-2) Dieu revient très fort partie 2

Notre existence a t-elle un sens? 10) où il fait plus noir que vous ne l'imaginez

Notre existence a t-elle un sens? 11 partie 1) Un point sur les articles déjà parus (la naissance de la physique quantique et la connaissance du réel)

Notre existence a t-elle un sens? 12-1) Recherchons Einstein de l'évolution (urgent)

 

Je consulte souvent aussi: astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

 

 

Exergue: "La raison pour laquelle la conscience nous apparaît comme un mystère est que nous n'avons pas une idée claire de la manière dont quoi que ce soit dans le cerveau pourrait les états conscients." John Searle.

agoravox.fr -Neurosciences : quelle conscience après la mort ?

 

1) Le problème de la conscience.

la-philosophie.com -corps-philosophie

Jusqu'à présent dans cette série d'articles, nous n'avons abordé que des questions afférentes au monde et à l'objectivité, depuis l'infiniment petit jusqu'à l'infiniment grand. Nous avons évoqué au départ le désenchantement du monde. Nous nous sommes posés la question qu'est-ce que le réel? Puis nous avons examiné l'Univers et son origine (d'où venons-nous où allons nous?). Les derniers articles ont été consacrés à la question "sommes-nous ici par hasard?", avec un regard sur l'évolution et ses explications. Maintenant nous allons aborder la question: "qui sommes-nous?". De toutes les grandes questions que nous nous posons, c'est peut-être la plus importante car elle nous concerne directement et c'est celle pour laquelle nous avons encore le moins d'éléments de réponse, quoique les progrès sont de plus en plus fulgurants. 

La conscience est peut-être le problème le plus difficile à appréhender. Dès l'enfance nous éprouvons la sensation d'être une entité unique, un « soi » conscient de sa propre existence, avec une mémoire, des pensées, des sentiments. Nous faisons l'expérience de sensations subjectives de douleur, de joie, de contentement, de perceptions. 

Pour l'expliquer, la plupart des civilisations ont fait intervenir deux entités, un esprit, siège unique de notre moi et de nos émotions et un corps contrôlé par cet esprit. Descartes a théorisé cela en séparant la "chose pensante" ("res cogitans") du corps (la "res extensa", ce qui est étendue). IL a même émis l'hypothèse que les deux interagissaient via la glande pinéale ou l'épiphyse (structure unique dans le cerveau alors que les que les autres sont doubles car elles existent dans les deux hémisphères). 

Depuis 250 ans environ, la recherche a pris une autre direction avec l'observation des malades atteints de lésions cérébrales et récemment grâce aux progrès fulgurants de l'imagerie cérébrale. Grâce à l'observation des patients, une carte du cerveau a pu être établie. Il existe une spécialisation des deux hémisphères. Par exemple chez 95% des droitiers (et 70% des gauchers), les aires du langage se trouvent dans l'hémisphère gauche. Par ailleurs, les lésions cérébrales ont des conséquences sur les caractères les plus évolués des êtres humains (le sens moral, la capacité à se projeter dans l'avenir, à se comporter en société...)

outilsrecherche.over-blog.com -aires cérébrales

C'est ce que montre le cas de Phinéas Gage: " Le 13 septembre 1848, Phineas Gage travaille dans la périphérie de Cavendish dans le Vermont aux États-Unis à la construction d'une ligne de chemin de fer.

Alors qu'il est en train de bourrer la poudre dans la faille d'un rocher, Phineas oublie d'ajouter une couche de sable par dessus la poudre noire. Par malchance, la barre à mine en heurtant le rocher met le feu aux poudres. Suite à cette explosion, cette barre de fer (plus probablement un bourroir) lui perfore le crâne, en le traversant complètement, et provoque des dommages aux lobe frontal gauche de son cerveau. Malgré la gravité apparente de la blessure, la victime survécut.

Phineas Gage était jusque-là considéré comme sérieux, attentionné, sociable, fiable et ayant un bon jugement, mais cette blessure semble avoir eu des effets négatifs sur son comportement émotionnelsocial et personnel, le laissant dans un état instable et asocial, constate le Dr Harlow (1819-1907) qui le soigne pendant de longs mois. S'il perd l'usage de l'œil gauche, son état physique semble ne pas avoir changé. Il ne souffre d’aucune paralysie.

Son humeur changeante, son tempérament devenu grossier et capricieux lui font changer souvent de travail. Il essaye d'élever des chevaux mais sans succès, et devient ensuite conducteur dediligence au Chili entre Santiago et Valparaíso de 1852 à 1859. Il passe même comme attraction au cirque Barnum à New York vers fin 1849. De retour aux États-Unis auprès de sa famille près de San Francisco en 1859, sa santé se dégrade et il change encore sans cesse d'employeur. Il meurt douze ans après son accident, le soir du 21 mai 1860 (et non 1861 comme l'a rapporté Harlow), dans une grande crise d'épilepsie.

En 1867, le docteur Harlow fait exhumer le crâne de Gage au nom de la science pour pouvoir l'étudier, mais il ne peut à l'époque en tirer d'informations concluantes."

130 ans après, Hanna Damasio, à partir du crâne de Cage et de la barre de fer (l'histoire est décrite par Antonio Damasio le mari d'Hanna, dans "l'erreur de Descartes"), a pu reconstituer les dommages subis par le cerveau de Cage qui se trouvent dans la région ventro-médiane des lobes frontaux. Les patients ayant des lésions dans cette zone présentent les mêmes déficits pour décider, pour contrôler leurs émotions, et se comporter en société. On peut maintenant montrer que des modifications du cerveau entraînent des comportements anormaux contre la volonté d'une personne. Ainsi un père de famille attentionné se mit à collectionner des images pédophiles puis à commettre des actes pédophiles. Il déclara ne pas comprendre ce qui se passait, il se sentait "obligé" de se comporter ainsi. alors qu'il n'avait jamais eu de pulsions de cette sorte. Un scanner du cerveau révéla l'existence d'une tumeur qui comprimait certaines zones. Une fois opéré, il put reprendre une vie normale.

Une autre source d'information provient maintenant, non plus des malades, mais d'images de sujets sains obtenues grâce aux nouvelles techniques de résonance magnétique nucléaire. L'appareil IRM est devenu un outil de prédilection pour la recherche biomédicale, et notamment en neurosciences cognitives. À partir des années 1990, la technique d'IRM fonctionnelle, qui permet de mesurer l'activité des différentes zones du cerveau, a en effet permis des progrès importants dans l'étude des fondements neurobiologiques de la pensée. Ainsi, tous ces progrès ont généré un paradigme dans lequel il est indiscutable que la conscience soit, d'une façon ou d'une autre, produite par le cerveau.

Mais il reste au moins deux gros problèmes: en premier lieu, pour qui le monde existe-t-il? Quand nous voyons quelqu'un habillé en rouge courir, où cette unité de vision se réalise-t-elle alors que nous savons que des groupes différents de neurones traitent les couleursles formes le mouvement? Et, en second lieu, comment les phénomènes faisant partie de notre expérience subjective (être un "moi" unique, éprouver la beauté, être heureux...) peuvent-t-ils être produits à partir de l'activité physique des neurones de notre cerveau? D'où provient la conscience, c'est à dire le fait d'éprouver quelque chose? C'est ce que le philosophe David Chalmer a appelé le "hard problem" (le dur problème).

A l'heure actuelle, quasiment tous les spécialistes s'accordent pour dire que dans le cerveau il n'y a aucun "lieu de la conscience", endroit unique où seraient projetées les sensations et où un "soi" en prendrait conscience (Il existe deux grandes catégories de chercheurs ou philosophes qui travaillent sur la conscience: les "identitaires" et les "émergentistes").


liens: wikipedia.org -Conscience       

psydoc-fr -Comment la conscience contrôle le cerveau John C. Eccles

sergecar.perso.neuf.fr -conscience et connaissance de soi

trans4mind.fr -Conscience de soi           vedanta.asso.fr -Le soi

sos.philosophie.free.fr -Suis-je ce que j'ai conscience d'être ?

philolog.fr -La conscience de soi est-elle une connaissance de soi?

hyperconscience.wordpress.com -Portail sur les expériences avancées de conscience

wikipedia.org -Discours de la méthode

wikipedia.org -Méditations métaphysiques

implications-philosophiques.org -L’approche cartésienne du corps et de l'esprit

wikipedia.org -Problème corps-esprit

ac-grenoble.fr -Cours sur le corps    la-philosophie.com -Le corps en philosophie

wikipedia.org -Cogito_ergo_sum (Descartes)

absolultime.xooit.fr -La spiritualité, c’est comprendre le jeu de la conscience.

wikipedia.org -Problème corps-esprit

wikipedia.org -Imagerie cérébrale   mon.univ-montp2.fr -Imagerie cérébrale

futura-sciences.com -L'imagerie cérébrale permettra-t-elle de lire dans les pensées ?

psychotheque.ch -Antonio Damasio analyse du cas de phinéas gage

osp.revues.org -L’erreur de Descartes (1995)

wikipedia.org -Imagerie par résonance magnétique

facmed.univ-rennes1.fr -Introduction aux Neuro-Sciences Cognitives

svt.leverrier.free.fr -Le traitement des messages visuels dans le cortex cérébral. Notion de perception

timotheecour.com -RECONNAISSANCE DE FORMES PAR RESEAU DE NEURONES

wikipedia.org -Philosophie de l'esprit

uip.edu -Enquête neurologique sur la conscience en général

asmp.fr -Cerveau et conscience : bilan et perspectives

reflecritiques.com -Le problème de la relation du corps et de l'esprit


2) Les identitaires: "rien d'autre que les neurones".

Pour eux, le mental est identique au cérébral. Douglas Hofstadter et Daniel Dennett peuvent dire, dans "vues de l'esprit" que "l'esprit humain est un objet physique". Les identitaires pensent que seules les connections neuronales sont responsables des états mentaux produit par la perception des sens ou de la pensée. La théorie identitaire se base uniquement sur les phénomènes physiques, ce qui élimine en grande partie le problème de l’origine de la conscience. Pour eux, le "problème difficile" de David Chalmer est un faux problème, il n'y a rien à expliquer, juste des processus physiques.

Parmi les identitaires, il y a les "forts" et les "faibles, comme il y a les darwiniens "forts" et "faibles." Les identitaires forts, sont appelés parfois "éliminationnistes" car ils éliminent totalement le problème de la conscience. Pour les identitaires faibles parfois appelés "fonctionnalistes", les rapports entre les états neuronaux et les états mentaux peuvent être moins stricts.  

 

liens: uip.edu -Esprit es-tu là? la conscience n’est rien d’autre qu’une activité neuronale?

uip.edu -L’incomplétude, un nouveau paradigme

uip.edu -Enquête neurologique sur la conscience en général

ted.com -A propos de notre conscience" par Dan Dennett

automatesintelligents.com -A propos de Daniel Dennett

cvm.qc.ca -l'identité de l'esprit et du cerveau

max.kistler.free.fr -Matérialisme et réduction de l’esprit

edouard-lopez.com -Le fonctionnalisme dans les sciences cognitives

labyrinthe.revues.org -Introduction cognitivisme et sciences cognitives

rancoisloth.wordpress.com -Une solution ontologique: le fonctionnalisme d’Armstrong et de Lewis

suite101.fr -D'où provient la conscience? les identitaires et les émergentistes.

 

3) Les émergentistes: le tout est plus que la somme des parties. 

Pour les émergentistes, "les sensations conscientes subjectives ne peuvent pas être réduites à des états physiques, même si elles sont produites par eux. Ils proposent alors la théorie de l’émergence, qui se résume par : le tout est plus que la somme des parties.

Par exemple, l’eau a de nombreuses propriétés que l’on ne peut deviner si l’on ne connaît que les atomes d’oxygène et les molécules d’hydrogène. L’eau n’est rien d’autre que H2O mais c’est un tout. La molécule d’eau est bien plus qu’une simple association d’atomes puisqu’elle manifeste des propriétés qui ont «émergé» et qui n’existaient pas dans ses seuls composants.

Les émergentistes pensent qu’il en est de même pour la conscience et des sensations subjectives qui l’accompagnent : les neurones seuls ne sont que peu de choses, mais associés, ils auraient la faculté de produire la conscience."

Comme pour le identitaires faibles, il y a les émergentistes faibles qui pensent qu'il en est ainsi de la conscience et de toutes nos sensations subjectives. Pour les émergentistes "forts", l'émergence peut produire des niveaux ontologiquement distincts des niveaux de départ. Ils contiendront des forces ou des entités capables d'exercer une influence causale sur les niveaux inférieurs qui les ont créés (causalité descendante), ce que nient les émergentistes faibles.

liens: deaneuro.free.fr -L'approche neurobiologique des faits de conscience: vers une science de l'esprit -La conception d'un « monisme émergentiste

hal.archives-ouvertes.fr -Modélisation des processus émotionnels dans la prise de décision (une approche émergentiste)

laviedesidees.fr -La boîte à idées L’esprit humain est-il soluble dans la science ?

automatesintelligents.com -De l'évolution de l'émergence


4) Les neurones.

memoireetvie.com -neurone

 

Un neurone, ou cellule nerveuse, est une cellule excitable constituant l'unité fonctionnelle de base du système nerveux spécialisée dans la communication et le traitement d'informations. Le neurone est composé d'un corps appelé péricaryon ou corps cellulaire ou encore soma, et de deux types de prolongements : l'axone, unique, qui conduit le potentiel d'action de manière centrifuge, et les dendrites, qui sont en moyennes 7 000 par neurone.Les signaux vont soit le pousser à se déclencher, soit inhiber son déclenchement. S'il se déclenche, il envoie une impulsion électrique qui se propage dans l'axone. En général, les neurones produisent toujours le même type d'effets sur leurs voisins. Certains neurones contribuent à exciter d'autres neurones alors que d'autres ont toujours une action inhibitrice. 
L'axone se termine par un bouton terminal qui permet au signal de passer d'un neurone à l'autre (ou d'un neurone à une cellule musculaire si ce dernier contrôle un muscle). Une 
synapseespace très fin de l'ordre de 2 à 300 angströms, sépare le bouton terminal de la surface d'une dendrite. L'influx nerveux, en arrivant dans le bouton, va exciter des vésicules qui vont s'ouvrir relâchant des molécules appelées "neurotransmetteurs" qui vont influencer la dendrite située de l'autre côté de la synapse en y créant un courant électrique. Ainsi, l'espace séparant les deux neurones est franchi par ce médiateur chimique qui sert de relais pour des impulsions électriques. . 

memoireetvie.com -LES NEURONES ET LES SYNAPSES

De nombreuses autres choses se produisent dans les neurones, mais l'essentiel de ce que nous sommes se réduit à l'activité de l'immense réseau que forment les 86 à 100 milliards (10^{11}) de neurones de notre cerveau, chacun étant connecté en moyenne à 10 000 autres neurones. 


liens: 
neur-one.fr -neurosciences comportements: le neurone
braincampaign.org -neurones et potentiel d'action

cours-pharmacie.com -Le système nerveux


5) Les positions de quelques personnalités.

a) Francis Crick, prix Nobel de médecine pour la découverte de la structure hélicoïdale de l'ADN appelle ceci "l'hypothèse stupéfiante (voir 2)": "nous ne sommes rien d'autre que qu'un paquet de neurones.". Crick se concentre sur la vision et dit seulement chercher des "corrélats" de la conscience visuelle (mais une corrélation n'est pas une cause). Il suppose qu'une "agrégation" des informations éparses obtenues à propos d'un objet doit être faite, mais que le processus est inconnu. Il est possible que cette unité soit obtenue avec le concours du mécanisme rapide de l'attention, dont la nature reste méconnue. Crick suppose que que c'est grâce à une fréquence commune qui pourrait être de 40 Hz que s'établit une unité entre les différents neurones. Puis le thalamus joue un rôle central ainsi que les cellules pyramidales de la couche 5. Ce qu'un de ces neurones devrait envoyer aux autres parties du cerveau, ce sont les résultats des traitements de l'information par ces neurones. Selon Crick, il serait possible que la conscience corresponde à un sous-ensemble de ces résultats. 

Ainsi, la conscience serait un sous-ensemble accessoire de l'activité neuronale (position "locationniste") qui est testable, puisqu'une anesthésie de ces seuls neurones devrait priver une personne de conscience. mais Crick n'a pas l'air de vraiment y croire car il écrit: "si qui que ce soit me soumettait cette théorie, je la condamnerais à l'instant et la traiterais de château de cartes. Touchez-la, elle s'écroule." Il représente la tendance "éliminationniste" dont le réductionnisme est plutôt extrême. Il considère comme "mystique" une définition de la conscience correspondant non seulement à l'émergence forte, mais déjà à l'émergence faible: "le comportement émergent  ne peut absolument pas être compris comme une combinaison du fonctionnement de ses différentes parties." Et encore: "Si le tout peut ne pas être que la simple somme de ses parties, son fonctionnement peut, en principe, être compris à partir de la nature et au comportement de ses parties et de leur interaction.", ce que peu d'émergentistes même faibles accepteront. 


b) Gérald Edelman, prix Nobel de médecine, eut l'idée de la "théorie de la sélection des groupes neuronaux." La structure du cerveau n'est pas totalement déterminée à la naissance . Des groupes de neurones sont en compétition pour accomplir les mêmes tâches (ceux qui arrivent mieux que d'autres se trouvent renforcés alors que les autres dépérissent). cela ressemble à un processus de sélection naturelle qu'Edelman appelle le "darwinisme neuronal". C'est possible pour le développement pour l'organe qu'est le cerveau, mais comment passer de ce phénomène à la conscience?

Pour comprendre la possibilité des capacités cognitives du cerveau, il faut 

comprendre le phénomène de catégorisation, et le concept sous-jacent de “valeur 

interne” proposé par Edelman. Il expose ainsi le “problème fondamental” (de la 

catégorisation): Le phénomène essentiel est celui de la réentrance ou de la rétroaction, avec des interactions des groupes de neurones. La vision globale d'un objet émerge ainsi au niveau du cerveau sans être localisée nulle part. Les catégories ainsi obtenues sont ensuite mémorisées. 

Puis, dans un premier temps, Edelman distingue la conscience primaire, et la conscience d’ordre supérieur. La conscience primaire est l’état qui permet de se rendre compte de la présence des choses dans le monde, d’avoir des images mentales dans le présent. Mais elle ne s’accompagne pas d’un sens de la personne, avec son passé, et son présent. Les quatre bases de la conscience primaire sont la catégorisation perceptive (l’aptitude à découper le monde en catégories utiles (comme reconnaître ses proies), un processus fondamental du système nerveux des vertébrés, avec le contrôle du mouvement), le développement des concepts (capacité à combiner différentes catégories perceptives), la mémoire (capacité à répéter ou supprimer un acte mental ou physique), et le réglage des contraintes de valeur. La conscience supérieure, la nôtre, va naître à partir de la conscience primaire grâce l'ajout du langage, qui sera à l'origine de nouvelles boucles dans le circuit allant de la mémoire aux perceptions.
Mais, comme le souligne Jonh Searle, Edelman ne dit pas comment tous ces mécanismes de réentrées causent les états conscients. On peut imaginer un cerveau (un ordinateur?) ayant les mêmes mécanismes sans avoir de conscience. On pourrait résumer son raisonnement par: 1) nous savons que la conscience existe; 2) Il faut qu'elle émerge des processus cérébraux; 3) De nombreux processus complexes interagissent eux; 4) La conscience doit donc émerger de ces interactions

L'approche d'Edelman est un exemple d'émergence faible. Il s'oppose au réductionnisme au fonctionnalisme, aux "identitaires" et à tous ceux qui assimilent l'esprit à un programme d'ordinateur, même s'il pense qu'une machine possédant une conscience supérieure puisse un jour être construite. Il attache une grande importance au corps et à la structure du cerveau pour l'apparition de la conscience. Il croit en l'existence d'une certaine forme de libre-arbitre et rejette le déterminisme psychologique de Freud. Il pense aussi que sa théorie implique une certaine incomplétude de la connaissance.


c) Roger Sperry, prix Nobel de médecine, représente l'émergence forte. Il se dit mentaliste tout en rejetant le dualisme: "Quand je me prétends mentaliste, je soutiens que les phénomènes mentaux subjectifs, tels qu'on en fait l'expérience subjective, représentent une réalité primordiale exerçant un effet causal et qu'ils sont distincts de leurs éléments physico-chimiques, auxquels ils ne peuvent être ramenés". Il affirme (ce que Crick qualifierait certainement de super-mystique) qu'il y a une réalité non physico-chimique qui précède et détermine nos pensées et nos actions, quand bien même celles-ci laissent des traces détectables par divers moyens dans notre cerveau. Ainsi, Exit l'homme neuronal et le paquet de neurones de Jean-Pierre CHANGEUX,  fini le hasard et la nécessité de Jacques MONOD.

Cet "esprit conscient", qui n'est pas physico-chimique est replacé "dans une position de commandement suprême." Il impose son mouvement global aux molécules sans directement interagir avec elles, comme la roue impose une direction de déplacement à toutes les molécules qui la composent sans interagir directement avec elles. 

Mais SPERRY va encore plus loin : "Il me paraît indispensable de contester avec la dernière rigueur la conception matérialiste et réductionniste de la nature et de l'esprit humain, conception issue semble-t-il de l'attitude objective et analytique aujourd'hui prédominante dans les sciences du cerveau et du comportement [...]. Je soupçonne que nous avons été dupés, qu'à la société et à elle-même la science n'a fourgué que de la camelote.


 d) le philosophe Philip Clayton a développé des conceptions à l'image de celles de Sperry, et qui aboutissent à une théorie de l'émergence forte. L'être humain est constitué de toute une série de niveaux et chaque niveau doit être expliqué par une science adaptée à ce niveau. Il écrit:"Je parie qu'aucune explication faisant l'économie d'un niveau psychologique irréductible ne pourra rendre compte de la personne humaine. Comme je l'ai dit, cela implique que la dimension consciente ou mentale de la personne humaine existe réellement et puisse exercer des effets causaux."
e) Pour Antonio Damasio, les émotions sont essentielles. Dans "l'erreur de Descartes", il écrit que "la passion fonde la raison". Il se fonde pour cela sur le cas de patients ayant subi des lésions dans la même zone que celle de Phinéas Cage. L’émotion donnerait du poids aux différentes solutions d’avenir en termes de survie et d’intérêt propre, ceci en s’appuyant sur le marquage émotionnel factuel acquis par la personne et sur le marquage émotionnel inné de son espèce. 
Dans son deuxième livre, intitulé «le sentiment même de soi», Damasio "se propose de comprendre comment les individus s’avancent dans la pleine lumière de la conscience, en examinant les circonstances biologiques et émotionnelles qui permettent la transition cruciale de l’état d’insu à l’état de connaissance, et ceci en prenant pour toile de fond le sentiment même de soi, partie indispensable de l’esprit conscient". Il semble être ici "localiste" et ce qu'il appelle le moi et qui génère la subjectivité nécessaire à la conscience est pour lui localisé dans les aires somato-sensorielles de l'hémisphère droit. Les patients ayant des lésions à cet endroit perdent la mobilité de la partie gauche de leur corps.et ne sont pas capables de s'en apercevoir! Damasio en déduit que "les lésions dont ils sont atteints détruisent partiellement la base neurale de leur moi...". Il semble pourtant que les patients souffrant de ce mal n'aient aucun trouble d'identité et continuent parfaitement de savoir qui ils sont. Dans son troisième ouvrage intitulé «Spinoza avait raison», Damasio reprend sa théorie évolutionniste et homéostatique de l’émotion pour affiner la compréhension des sentiments et leur signification universelle.et il établit un lien original avec la philosophie de Spinoza.


f) Jean-Pierre Changeux représente le courant "identitaire fort": "l'identité entre les états mentaux et les états physico-chimiques du cerveau s'impose en toute légitimité". Comme Crick il est réductionniste sans être "localiste" et, comme Edelman, utilise l'idée de "réentrée". "les opérations sur les objets mentaux et surtout sur leurs résultats  seront "perçus" par un système de surveillance , composé de neurones très divergents et de leurs réentrées. les enchaînements et emboîtements, ces "toiles d'araignée", ce système de régulation fonctionnera comme un tout. Doit-on dire que la conscience "émerge" de tout cela? Oui si l'on prend le mot émerger au pied de la lettre comme l'on dit que l'iceberg émerge de l'eau. Mais il suffit de dire que la conscience est ce système de régulation en fonctionnement. L'homme n'a dès lors plus rien à faire de "l'esprit", il lui suffit d'être un homme neuronal." Ce type de position qui repose sur l'équivalence neuronal-mental a pu faire dire à Changeux: "Je ne sais pas ce que vous êtes en train de penser, mais lorsque nous connaîtrons toutes les interactions neuronales ayant lieu dans votre cerveau, je saurai non seulement ce que vous pensez, mais aussi ce que vous allez penser dans deux minutes et que vous ne savez pas encore." Ce déterminisme est fondé une vision du monde proche de celle de LaplaceComment évoluera t-il?

Dans Matière à pensée (Odile Jacob), écrit avec le mathématicien Alain Connes, J. Pierre Changeux s'interroge sur les mathématiques comme reflet de la structure cérébrale. 

 

g) Voyons maintenant la position de quelques philosophes?

     g1) Danniel Dennett. Dans son oeuvre majeure, la conscience expliquée, on constate qu'il élimine tout simplement la conscience plutôt que de l'expliquer comme le montre son dernier sous-titre "la conscience expliquée ou éliminée?". "Lorsque la physique vous dit que la seule différence qui existe entre l'or et l'argent est le nombre de protons et d'électrons de leurs atomes, les notions "d'argenté".ou de "doré" sont éliminées". C'est pareil pour la conscience qui doit être totalement réductible: "seule une théorie qui expliquerait les événements conscients en termes d'événements inconscients pourrait expliquer la conscience. Si notre modèle de la façon dont la douleur est un produit de l'activité cérébrale contient toujours une boite appelée "douleur", vous n'avez pas encore commencé à expliquer ce qu'est la douleur.".  La subjectivité de l'expérience (les "qualias") doit donc être éliminée pour "l'identifier avec la somme totale de toutes les dispositions relatives idiosyncrasiques inhérentes à mon système nerveux qui résultent  de ma confrontation avec un certain schéma de simulation." Remarques: pour Dennett une terrible rage de dents n'est-elle que la "somme de toutes..." (et comment y réagit-il)? Notre conscience est peut-être assimilable à un programme d'ordinateur et nos sentiments réductibles à de tels programmes, mais ça n'est pas résoudre le problème de la conscience que de nier son existence.

     g2) C'est David Chalmers qui a posé le problème de la conscience sous forme de "dur problème". Ce problème s'oppose aux « problèmes faciles » relatifs aux explications de la capacité de discerner, d'assimiler des informations, de rendre compte d'états mentaux, de l'attention, etc. Ces problèmes sont faciles, non parce qu'ils auraient reçu des solutions définitives et simples, mais parce que leurs solutions requièrent seulement de spécifier des mécanismes qui peuvent réaliser les différentes fonctions de la conscience. Les problèmes difficiles s'en distinguent du fait qu'ils «persistent même quand toutes les fonctions en question sont expliquées», c'est-à-dire que personne, selon le constat de Ned Block, n'est parvenu à en fournir la moindre explication.

La position de Chalmer est un mélange de fonctionnalisme (en fait une position identitaire) et de dualisme. Si on prend l'exemple de la douleur, il y a deux significations: une signification physique telle celle de Dennett et une signification qui dépend de la conscience. Il y aurait un accord ou un parallélisme entre l'organisation fonctionnelle du cerveau et la conscience. La conscience existe, elle accompagne le fonctionnement de notre corps mais ne sert à rien pour expliquer notre comportement. Pour Chalmers, elle serait présente partout dans l'Univers où de l'information est présente. Cela l'amène à se demander: "Quel effet cela fait-il d'être un thermostat?". On peut dire que c'est une vision panspshychique du monde.

     g3) Jonh Searle: La thèse de Chalmers est "le symptôme" d'un certain désespoir qui se manifeste aujourd'hui dans les sciences cognitives." Searle est un "émergentiste faible". En philosophie de l'esprit, Searle se distingue par son naturalisme biologique. Qualifier ainsi le naturalisme de "biologique", c'est mettre l'accent sur le fait que le niveau propre de compréhension du phénomène de la conscience est le niveau biologique. Searle défend ainsi une position «émergentiste». L'émergentisme développe l'idée qu'il y a continuité et non dualité entre le corps et l'esprit. L'esprit naîtrait d'une complexification croissante du corps et plus particulièrement du système neuronal. Searle s'oppose ainsi aussi bien aux conceptions dualistes et à l'héritage cartésien qu'aux conceptions réductionnistes des relations entre l'esprit et le corps. Pour lui, les états mentaux qui caractérisent notre vie subjective sont aussi réels que les autres phénomènes biologiques, aussi réels que des phénomènes comme la photosynthèse ou la digestion. Mais ils ne sont pas réductibles aux processus neurobiologiques tels que les neurosciences les conçoivent. Il écrit: "toutes ces tentatives réductionnistes pour éliminer la conscience sont aussi désespérées que le dualisme qu'elles étaient censées supplanter. En un sens, elles sont pires, parce qu'elles nient l'existence réelle des états conscients qu'elles étaient supposées supplanter." Searle rejette aussi le matérialisme au sens classique du terme: "Les matérialistes veulent aussi, en règle générale, nier que la conscience soit une partie réelle et irréductible du monde réel. Ils veulent soutenir que ce n'est "rien que...", puis ils choisissent leur candidat favori pour remplir le blanc: le comportement, les états neuro-chimiques du cerveau, les programmes d'ordinateur, etc. Pour ma part, je nie le matérialisme ainsi entendu." Le deni de l'existence de la conscience par Dennett est pour Searle "non pas une découverte sérieuse [...], mais plutôt une forme de pathologie intellectuelle."

Mais comment expliquer l'émergence de la conscience? Searle écrit: "Il nous faut franchement avouer notre ignorance. Ni moi, ni qui que ce soit d'autre ne sait à ce jour à quoi ressemblerait une telle théorie. [ ...]. Nous ne disposons pas jusqu'ici de principe théorique unificateur des neurosciences [...] nous n'avons pas une théorie du fonctionnement du cerveau. "


liens: lexpress.fr -l'homme neuronal
perso.limsi.fr -SCIENCES COGNITIVES ET CONSCIENCE Gérard Sabah Groupe Langage et Cognition LIMSI -- CNRS
asmp.fr -Cerveau et conscience : bilan et perspectives

v.i.v.free.fr -Le cerveau est-il un ipod ou une radio ?

planetesante.ch -Science et conscience: l’étude de la conscience est la clé de nombreux dilemmes éthiques

larecherche.fr -Crick, Deux biologistes et un physicien en quête de l'âme

automatesintelligents.com -Gerald Edelman, Giulio Tononi (la sélection des groupes neuronaux)

data0.eklablog.com -A p e r ç u d e l a t h é o r i e s é l e c t i o n n i s t e d e G e r a l d E d e l m a n

revue3emillenaire.com -Roger Sperry: L’hémisphère gauche parle, l’hémisphère droit pense

informationphilosopher.com -Roger Sperry

atlantico.fr -Philip Clayton: la question de la liberté (quand les neurosciences invalident les justifications traditionnelles)

httpdecitre.fr -Les origines de la liberté - L'émergence de l'esprit dans le monde naturel Philip Clayton

larsdisputandi.org -Mind & Emergence: From Quantum to Consciousness By Philip Clayton

automatesintelligents.com -Antonio Damasio: Spinoza avait raison

osp.revues.org -A. Damasio. L’erreur de Descartes 

lexpress.fr -l'homme neuronal

cnam.fr -Jean-Pierre Changeux, Paul Ricoeur "Ce qui nous fait penser. La nature et la règle"

matierevolution.fr -Qu’est-ce que le déterminisme pour la science actuelle ?

automatesintelligents.com -Daniel C Dennett et "la conscience expliquée"

ted.com -A propos de notre conscience" par Dan Dennett

persee.fr -La conscience imaginée. Sur l'éliminativisme de Daniel Dennett

philopsis.fr -Le fonctionnalisme selon Daniel Dennett ou: Dennett a-t-il perdu l'esprit?

francoisloth.wordpress.com -L’esprit conscient ou la fausseté du matérialisme selon David Chalmers

blog.ithaque-editions.com -vidéo: David Chalmers, à propos de la conscience

yanko.lib.ru -livre de David J. Chalmers the Conscious Mind in search of a fundalental theory

 

6) En guise de conclusion.

Pour l'évolution, nous avons vu dans les articles précédents qu'il y a une théorie hégémonique prétendant tout expliquer: le darwinisme (Notre existence a t-elle un sens? 12-1 et Notre existence a-t-elle un sens? 12-2)

Ce tour d'horizon que nous venons de faire montre que pour les neurosciences ce n'est pas le cas. Il n'y a pas de théorie hégémonique mais des hypothèses ne reposant sur aucun mécanisme précis et indubitable. Cela n'empêche Searle de répéter que "le cerveau cause la conscience."  Est-ce, comme le dit Jean Staune, pour s'autopersuader ou pour montrer qu'il ne verse pas dans le spiritualisme malgré son insistance sur l'irréductibilité de la conscience? Il exprime malgré tout l'opinion que partagent malgré leur différences Dennett, Crick, Edelman et beaucoup d'autres, même Sperry. 


Et s'ils se trompaient tous? C'est que nous allons voir dans le prochain article...


liens: uip.edu -La biologie non Darwinienne : essai de typologie et analyse des implications philosophiques

perso.limsi.fr -SCIENCES COGNITIVES ET CONSCIENCE -Quelques points de vue synthétiques sur la conscience

automatesintelligents.com -La conscience vue par les neurosciences

 

croissanceetconscience.blogspot.fr -LE PROCHAIN NIVEAU DE CONSCIENCE SPIRITUELLE

 

 

 

 

10:07 Écrit par pascal dans notre existence a t elle un sens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

31/05/2013

12 -2) Notre existence a t-elle un sens? 12-2) "Recherchons Einstein de l'évolution (urgent)

 

Notre existence a t-elle un sens? 12-2) "Recherchons  Einstein de l'évolution (urgent).

 

 

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-telle un sens? 1) à propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan

Notre existence a-t-elle un sens? 2) Le désenchantement du monde (et de l'homme!)

Notre existence a-t-elle un sens? 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine"?

Notre existence a-t-elle un sens? 4) vers de nouvelles lumières.

Notre existence a-t-elle un sens? 5) première partie: Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (naissance de la mécanique quantique).

Notre existence a-t-elle un sens? 5) deuxième partie : Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (la non-localité).

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...première partie

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...deuxième partie

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 1) vous qui entrez ici perdez toute espérance ...

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 2) vous qui entrez ici perdez toute espérance...

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 1) le murmure du big bang...La deuxième fissure dans les théories classiques

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 2) Le murmure du big bang... la genèse du 

Notre existence a t-elle un sens? 9-1) Dieu revient très fort partie 1

Notre existence a t-elle un sens? 9-2) Dieu revient très fort partie 2

Notre existence a t-elle un sens? 10) où il fait plus noir que vous ne l'imaginez

Notre existence a t-elle un sens? 11 partie 1) Un point sur les articles déjà parus (la naissance de la physique quantique et la connaissance du réel)

Notre existence a t-elle un sens? 12-1) Recherchons Einstein de l'évolution (urgent)

 

Je consulte souvent aussi: astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

 

1) Résumé de l'article précédent Notre existence a-t-elle un sens? 12-1) Recherchons Einstein de l'évolution

 

Les 11 premiers articles de cette série ont été consacrés à "ma lecture" des trois premiers chapitres de l'ouvrage de Jean Staune Notre existence a -t-elle un sens? Nous avons traité des questions fondamentales du chapitre 1 du livre (article 1 à 4): le désenchantement du monde (et de l'homme!), comment ébaucher un "traité de la condition humaine", allons-nous vers de nouvelles lumières? Puis nous avons longuement examiné le chapitre II: "qu'est-ce que le réel?" (articles 5 à 7) et le chapitre III: "d'où venons-nous? où allons nous?" (articles 8 à 11).  

Je n'ai pas écrit d'article au sujet du chapitre IV : "d'où venons-nous? où allons nous?" consacré aux théories de l'évolution. Mais je vais consacrer un article pour donner "ma lecture" du dernier paragraphe de ce chapitre: "recherchons Einstein de l'évolution (urgent!)." dont c'est ici la deuxième partie. Après avoir évoqué le sort des théories au chapitre 1) (NewtonDarwin > Ptolémée) et en conséquence la nécessité d'une Nouvelle théorie de l'évolution (NTE), nous nous sommes posés la question: de quels concepts disposons-nous déjà pouvant servir à ébaucher la NTE? (au chapitre 2) et évoqué quelques pistes pour une NTE (au chapitre 3). 

 

 

2) Comment le darwinisme conserve-t-il une position hégémonique?


sceptiques.qc.ca/forum -Néo-darwinisme ou dessein intelligent

 


 

a) "Le terme darwinisme, fondé sur le nom du naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882), peut désigner :
Au sens strict, la théorie explicatrice de l'évolution des espèces formulée en 1859 parCharles Darwin dans son ouvrage majeur De l'origine des espèces, mettant notamment en avant le mécanisme de la sélection naturelle.
En un sens plus large, la théorie synthétique de l'évolution, extension de la théorie originale de Darwin, formulée dans les années 1930 et 1940, et intégrant les acquis de la génétique des populations.
Le darwinisme étendu (en anglais : Universal Darwinism) qui est l'application de la théorie darwinienne à d'autres entités que des organismes biologiques. Citons comme exemples l'économie évolutionniste, la théorie du darwinisme neuronal de Gerald Edelman, lamémétique de Richard Dawkins, la cosmologie évolutionniste de Lee Smolin, et les algorithmes évolutionnistes.
De manière plus problématique, le darwinisme social, une certaine conception des sociétés humaines, d'après laquelle la lutte pour la survie doit gouverner les relations sociales. Cette théorie se réclame des idées de Darwin, mais celui-ci la désapprouva explicitement[réf. souhaitée] dans son ouvrage La filiation de l'homme et la sélection liée au sexe (1871). Dans la mesure où elle attribuable à Herbert Spencer, il serait ainsi plus correct de parler de spencerisme
".

Le darwinisme explique beaucoup de choses et une NTE est loin d'être prête. En effet, comme nous l'avons déjà vu dans mes articles, les changements de paradigme sont toujours difficiles. Dans le chapitre 11 du livre de Jean Staune, on voit que le pouvoir explicatif du darwinisme est limité, que ses failles sont connues depuis des décennies et que le progrès de nos connaissances ne les a pas comblées. Mais le darwinisme est omniprésent et le remettre en cause semble être un crime de "lèse-majesté". Il ne repose pas uniquement sur ses seuls mérites scientifiques et les darwiniens ont mis en place toute une série de stratégies qu'il convient d'analyser. 

b) La stratégie de l'inclusion. Tant qu'on ne dit pas que Dieu a créé les être vivants, la darwinisme (et le néo-darwinisme) sont prêts à à accepter même ce qui en contredit l'essence.  Par exemple, une base du néo-darwinisme est l'existence de la barrière de Weismann érigée entre les cellules reproductives (cellules germinales) et les autres cellules (appelées "cellules somatiques").pour lesquelles rien de ce qui s'y produit ne saurait se transmettre aux cellules germinales et donc à nos descendants. Or Andrew D. Steele a démontré l'existence d'une telle transmission pour les lymphocytes. Alors, pour Richard Dawkins, il suffit de dire que les lymphocytes (cellules immunitaires) font maintenant partie des cellules germinales! (belle acrobatie?). Dawkins a également avancé que la reproductibilité de l'évolution telle que la postule Simon Conway-Morris est parfaitement intégrable dans le darwinisme.

c) La stratégie de l'exclusion. Mais si les darwiniens pensent qu'on ne peut vraiment pas inclure une approche dans leur théorie, alors ils l'en excluront en arguant par exemple que ces travaux ne sont pas sérieux ou qu'ils visent à prouver un plan divin (même si l'auteur est agnostique) et que l'auteur est complice des créationnistes...En pratiquant ces deux stratégies, on peut supprimer toute forme intermédiaire entre le néo-darwinisme et le créationnisme et conclure: "tous les biologistes sont darwiniens".  Ainsi suite aux travaux de Jonh Cairns et  Suzan M. Rosenberg sur les mutations adaptatives, les darwiniens ont crié au scandale à propos de cette "remise en cause des bases de la biologie moderne". Mais aujourd'hui ils considèrent ces expériences comme darwiniennes. 

d) La stratégie de la peur consiste à dire: "Tout ce que vous direz contre le darwinisme renforcera le créationnisme et constituera donc un crime contre la science."

e) La stratégie du déplacement du problème. C'est par exemple lorsqu'on demande des preuves que les mécanismes darwiniens puissent faire apparaître des fonctions ou des organes nouveaux ou créer un "pont" entre deux types d'organisation et qu'il est présenté des résultats remarquables montrant la puissance du darwinisme... mais portant sur tout autre chose. Par exemple, dans émergenceSteven Johnson montre comment le comportement des fourmis peut aider à résoudre le problème du voyageur de commerce. C'est une remarquable illustration des pouvoirs des mécanismes darwiniens mais cela n'a rien à voir avec la construction d'un "pont" permettant de passer par des procédés darwiniens d'un Galéopithécus à une chauve-souris. Or c'est ce genre de résultats qui est souvent présenté.

f) La stratégie du "si c'est possible, c'est que ça existe". Paul Kamerer, biologiste lamarckien des années 1920 fut l'un des premiers scientifiques à s'intéresser systématiquement aux coïncidences, esquissant le concept de sérialité ou loi des séries, qui sera repris et développé par la suite par le psychologue C.G. Jung, dans sa théorie de la synchronicitéPartisan de l'hérédité des caractères acquis, il tenta de convaincre la communauté scientifique de la réalité de ce processus censé rendre compte de l'évolution des espèces. À Vienne, il conduisit à cet effet des expériences notamment sur les Ciones, les salamandres et les crapauds accoucheurs. Les mâles ancestraux avaient des coussinets sur les pattes pour ne pas glisser pendant leur accouplement. Les mâles actuels les ont perdus. Mais au bout de quelques générations de crapauds se reproduisant l'eau, des ébauches de coussinets sont réapparus. Mais quelqu'un (on n'a jamais su qui?) injecta de l'encre dans les pattes pour rendre ces ébauches plus convaincantes  et Kammerer se suicida lorsque la supercherie fut découverte. Sephen Jay Gould a dit qu'il avait fait une expérience darwinienne (stratégie de l'inclusion). Puis il explique que Kammerer a exercé une forte pression de sélection encourageant la sélection des mutations pouvant permettre l'adaptation à la vie aquatique, ce qui a permis aux coussinets de réapparaître. C'est possible, mais on n'a aucune preuve et depuis plus de 80 ans personne n'a refait les expériences ni cherché à vérifier si de telles mutations aquatiques existaient.  Mais pour Gould, la cause est entendue. Il s'agit là de la stratégie "s'il y a une explication darwinienne plausible, il s'agit forcément de la solution...

g) La stratégie de la belle histoire. C'est une étape de plus; s'il existe une explication de type darwinien non crédible, il s'agira quand même de la solution. Sephen Jay Gould dit, à propos de l'autruche qui, de même que les phacochères, qui s'agenouillent et ont des callosités dès la naissance (voir 2.1 Les limites de la puissance de la sélection naturelle): "L'autruche a pu d'abord présenter ces callosités comme une adaptation non génétique. Mais l'habitude de s'agenouiller, renforcée par ces callosités, exerce de nouvelles pressions sélectives concourant à préserver la variation génétique fortuite qui peut également générer ces caractères." Gould affirme qu'elle en tire un avantage sélectif tel que la mutation, apparue par hasard au début, se répandrait parmi toute la population, alors qu'il reconnaît que l'autruche va être "en compétition" avec des "collègues" dont les genoux possèdent des callosités qui se forment parce qu'ils s'agenouillent continuellement. Et de conclure: " les callosités elles-même ne sont pas transmises mystérieusement par l'hérédité des caractères acquis de l'adulte au jeune" (Jean Staune écrit "il n'en sait rien, n'en n'a aucune preuve, mais il en est sûr, car il faut que ce soit comme ça."

h) La stratégie du "il suffit d'attendre". Daniel Dennett écrit dans "Darwin est-il dangereux?" que si le darwinisme a tort... il a tout de même raison car il ne saurait y avoir d'autre explication de l'évolution. Il suffit d'attendre le jour où on trouvera une explication darwinienne de ces faits. 

i) la stratégie du "vous manquez d'imagination. C'est une réponse souvent faite à ceux qui critiquent le darwinisme. Cela ramène au point g).

j) La stratégie du "vous faites appel au mysticisme." Si on fait appel à des concepts non purement matériels comme les archétypes, les darwiniens crient au mysticisme. Daniel Dennett pour les ridiculiser  appelle ces concepts des crochets célestes (skyhooks). C'est oublier qu'une position réaliste se doit aujourd'hui d'intégrer une dimension non physique.(voir mon article "notre existence a-t-elle un sens? 6-2) Vers un réalisme non physique)."

k) La stratégie du "vous vous répétez.".   Selon Patrick Tort, les non-darwiniens ne font rien d'autre que répéter des critiques émises depuis plus d'un siècle telles que celles synthétisées par George Mivart.  E1871, son livre,Genesis of Species, contribue au débat sur l'évolution qui règne alors. Il admet le principe d'évolution mais estime qu'il est impossible de s'y référer pour parler de l'intelligence humaine. Le but de son livre est de "soutenir la position que la sélection naturelle agit, et doit vraiment agir, mais qu'elle doit encore, en vue de rendre compte de la production des sortes connues d'animaux et de plantes, être suppléée par l'action de quelque autre loi (ou lois), que l'on pas jusqu'ici découvertes." (ce qui est une intuition parfaitement exacte). Patrick Tortdans la préface de pour Darwin, note que les scientifiques de 1996, à travers leurs réponses aux non-darwiniens, répondent de nouveau à Mivart. Les gens auxquels il répond (DentonShützenberger etc),sont pourtant des scientifiques de haut niveau quoi que l'on puisse penses de leurs idées. Pour Tort, la science s'arrête-t-elle là où le darwinisme s'arrête? 

l) La stratégie du "darwinisme insaisissable. "Un darwinien prétexte souvent: "vous critiquez le darwinisme d'hier et non celui d'aujourd'hui. Il y a désormais nombre de nouveaux concepts, l'émergence, les gènes Hox..." ou "vous critiquez votre conception du darwinisme et non pas ce que la darwinisme est réellement." Ainsi le darwinisme devient insaisissable et toute critique récusée d'avance. 

m) Y a-t-il une forme de néo-darwinisme qui soit scientifiquement crédible? Le néo-darwinisme peut être regroupé en deux grandes écoles, l'une incarnée par DawkinsWilson et Denett et l'autre par GouldLewontinEldredge. En Fait toutes deux ne s'accordent que sur une chose: il n'y a pas d'autre chose qui agisse sur l'évolution que les mutations au hasard et la sélection naturelle. Mais elles sont en désaccord sur presque tout le reste, sur le pouvoir de la sélection naturelle, sur le niveau auquel elle agit (sur les gènes ou sur les populations?), s'il existe de vrais sauts dans l'évolution (voir Les théories de l’évolution), sur le % de structures complexes qui soient des adaptations...D'un côté, Gould et Lewontin ont démontré le caractère naïf du "tout-sélectionnisme" de Dennet et Dawkins et de l'autre, Dennet et Dawkins ont montré que l'évolution non graduelle fondée sur les monstres prometteurs de gould est incohérente si on ne sort pas du cadre conceptuel dans lequel toutes les mutations sont dues au hasard.  Lewontin est particulièrement virulent à l'égard de "sociobiology" et de "on human nature" de Wilson ("[...] construction branlante d'assertions non étayées concernant une détermination génétique générale, allant de l'altruisme à la xénophobie"), ainsi que du darwinisme de Dawkins ("il ne parle en rien de l'évolution mais d'une inexorable ascendance de gènes sélectivement supérieurs alors que [...] les avancées techniques en matière génétique [...] mettent l'accent sur les forces non sélectives en jeu dans l'évolution..." Un autre chef de file du néo-darwinisme, John Maynard Smith écrit même: "les biologistes  de l'évolution avec qui j'ai discuté des travaux de Gould tendent à le considérer comme un homme dont les idées sont si confuses qu'elles ne valent pas la peine qu'on s'y attarde, mais [...] on ne devrait pas le critiquer publiquement  [...] il a au moins l'avantage d'être de notre côté face aux créationnistes." Ainsi, selon Lewontin, Dawkins et Wilson donnent une image fausse de l'évolution et selon Maynard Smith, Gould donne lui aussi une image fausse de l'évolution.

Etant donné qu'il n'existe pas de véritable troisième alternative à l'intérieur du néo-darwinisme, malgré des positions moins extrêmes comme celle de Ernst Mayr, on peut se demander quelle forme du néo-darwinisme est scientifiquement crédible?

 

liens: knowtex.com -150 ans après, la théorie de l'évolution est en pleine évolution

staune.fr -Une nouvelle théorie scientifique de l’évolution de la lignée humaine avec Anne Dambricourt

wikipedia.org -Sélection naturelle

wikipedia.org -Théorie synthétique de l'évolution ou néodarwinisme

wikipedia.org -Darwinisme social

wikipedia.org -Darwinisme étendu

boris.saulnier.free.fr -Le darwinisme neuronal de Gerald M. Edelman

wikipedia.org -la mémétique de Richard Dawkins

 cosmologie évolutionniste de Lee Smolin (par Marc Lachièze Rey et Elisa Brune),

wikipedia.org -Algorithmes évolutionnistes

automatesintelligents.com -simon Conway-Morris:et l'intelligence universelle

agoravox.fr -Dynamités les deux piliers du néodarwinisme : ni sélection naturelle ni gènes

automatesintelligents.com -daniel Dennett: Freedom Evolves

scienceshumaines.com -Darwin est-il dangereux?

situconnaissasledondedieu.centerblog.net -Darwin est-il dangereux ?

admiroutes.asso.fr -Daniel Dennet: la conscience expliquée et Darwin est-il dangereux?

 

3) Darwinisme et religion.

histoire-fr.com -le créationnisme

a) misère et médiocrité du créationnisme.
Il sera surtout question du mouvement créationniste, né au xixe siècle, en réaction contre le darwinisme. Le fameux débat d'Oxford du 30 juin 1860 est le premier affrontement direct entre les darwinistes et les créationnistes. Ces derniers étaient représentés par l'évêque Samuel Wilberforce. Ses partisans affirment que le monde a été créé par Dieu en six jours et soutiennent que les théories transformistes s'opposent à la Bible, selon laquelle Dieu aurait créé chaque espèce végétale ou animale de façon individuelle. Le créationnisme est principalement soutenu par quelques Églises protestantes, comme une conséquence de la doctrine de l'inerrance biblique et de l'autorité de la Bible. Cette mouvance est associée au littéralisme biblique, qui se base sur une lecture littérale de la Genèse et d'autres éléments de la Bible, comme les psaumes, s'opposant ainsi à d'autres courants créationnistes chrétiens.À l'heure actuelle, des créationnistes essaient d'apporter des éléments pour défendre leur thèse face à la théorie de l'évolution, mais leurs théories sont rejetées par la communauté scientifique : ils sortent en effet du champ de la rationalité en invoquant l'intervention miraculeuse de Dieu durant la « semaine de la création ». La démarche est également qualifiée de non-scientifique, car elle est basée sur l'a priori que les faits scientifiques doivent concorder avec les écrits saints (17).
Je partage l'avis de Jean Staune lorsqu'il écrit: "... non seulement ces gens nous désinforment et répandent des inexactitudes, des absurdités, voire des mensonges, dans des proportions jamais atteintes même par les darwiniens les plus délirants, mais, de surcroît, ils le font au nom de la défense d'une foi qui est également la mienne!" De plus, le créationnisme est sans doute l'une des meilleures assurances vie du darwinisme. Il empêche certains chercheurs (particulièrement aux Etats-Unis, pays le plus influent sur le plan scientifique) de développer des idées évolutionnistes, mais non darwiniennes. La confusion sciemment entretenue entre l'évolution et la théorie tentant de l'expliquer qu'est le darwinisme profite à la fois aux créationnistes et aux darwiniens.
b) Darwiniens et chrétiens. De très nombreux scientifiques, philosophes et théologiens sont darwiniens et chrétiens avec, en général, une position proche du schéma suivant: 

     -Il faut séparer la science et l'idéologie (ce que ne font pas Dawkins ou Dennet qui proposent à la fois les résultats scientifiques du darwinisme et leur interprétation matérialiste).
     -Il faut différentier la notion de "hasard intrinsèque à la nature" d'un hasard qui ne serait que la conséquence de notre ignorance. 

     -Rien ne prouve que l'évolution soit due à un hasard intrinsèque. On peut donc penser que le processus n'est pas livré à la seule contingence. 

     -D'autres, plus audacieux, tels Ken Miller ou Robert Russell pensent qu'en dernière analyse toute mutation est un phénomène quantique et que la physique quantique est la grande source d'indétermination dans l'Univers. Ils imaginent que Dieu agit à ce niveau-là pour orienter l'évolution sans violer les lois de la nature et nous laisser la liberté de ne pas croire en lui.

Les positions des darwiniens comme Dennett, Dawkins ou Gould sont certainement plus crédibles si on se limite uniquement aux faits scientifiques qu'ils utilisent. En effet, tout se passe comme si l'évolution était due à des événements contingents. Même si Dieu peut agir par l'intermédiaire de l'indéterminisme quantique, pourquoi faire appel à ce concept? Dans ce cas, il est plus probable que nous soyons bien ici par hasard.
Il serait plus crédible d'intégrer, comme le fait Christian de Duve, une canalisation du hasard ou une analyse des phénomènes de convergence comme le passage des reptiles aux mammifères (à voir aussi la position du paléontologue Marc Godinot). Par ailleurs, Dieu n'intervient sans doute pas directement (via des mutations quantiques par exemple), mais plutôt par le fait qu'il a créée les lois de na nature qui génèrent les choses telles qu'elles sont. Ce sont alors elles qui guident l'évolution. 

c) Le pape et Darwin. Un texte de référence est la lettre de Jean-Paul II à l'académie pontificale des sciences le 22 octobre 1996 dans lequel il reconnaît que que l'évolution est un fait, alors qu'en 1950Pie XII y voyait "une hypothèse parmi d'autres." Pour Jean-Paul II, "De nouvelles connaissances conduisent à reconnaître dans la théorie de l'évolution plus qu'une hypothèse. [...] Et, à vrai dire, plus que de la théorie de l'évolution, il convient de parler des théories de l'évolution. Cette pluralité tient, d'une part, à la diversité des explications qui ont été proposées du mécanisme de l'évolution et, d'autre part, aux diverses philosophies auxquelles on se réfère. Il existe ainsi des lectures matérialistes et réductionnistes et des lectures spiritualistes. Le jugement ici est de la compétence propre de la philosophie et, au delà, de la théologie." C'est donc un démenti cinglant à une affirmation clé des darwiniens pour qui il ne saurait qu'une seule théorie susceptible d'expliquer l'évolution, le néodarwinisme, et une seule sorte de mécanisme, le hasard et la sélection naturelle, tout le reste n'étant que secondaire. Ceci prouve aussi qu'il était mieux informé que beaucoup de scientifiques pour parler ainsi de "la diversité des mécanismes".

Plus loin, il dit: "En conséquence, les théories de l'évolution qui, en fonction des philosophies qui les inspirent, considèrent l'esprit comme émergeant des forces de la matière vivante ou comme un simple épiphénomène de cette matière sont incompatibles avec la vérité de l'homme. Elles sont d'ailleurs incapables de fonder la dignité de la personne." Jean-Paul II semble dire ici que le darwinisme est incompatible avec la foi chrétienne puisqu'il affirme que les seules forces de la matière vivante permettent l'émergence de toutes les formes vivantes et de leurs caractéristiques, l'une d'entre elles étant justement l'esprit qui est associé à la forme homo sapiens. A propos de ce paragraphe, Jean Staune précise que le cardinal Georges Cottier lui a expliqué qu'il ne s'agissait pas d'une condamnation du néodarwinisme stricto sensu, qui est une des possibilités existant parmi d'autres, mais de l'extension du néodarwinisme aux théories sur l'origine de l'esprit. On peut donc dire que si le texte de Jean-Paul II soutient l'évolution, il est très loin d'en constituer un soutien inconditionnel. 

liens: wikipedia.org -Position de l'Église catholique sur la théorie de l'évolution

scientifiques-chretiens.sup.fr -association des scientifiques chrétiens

marike.over-blog.com -Rosine Chandebois critique le hasard darwinien

marike.over-blog.com -2) Chandebois critique la sélection naturelle - II

wikipedia.org -Opinion de Charles Darwin sur la religion
harunyahya.fr -Le darwinisme est en contradiction avec la religion

rationalisme.org -La Théorie Darwinienne de l'Évolution

dub114.mail.live.com -Darwin, jamais remis en cause par l'expérience

evene.fr -dossier darwin

cnrs.fr -Guillaume Lecoîntre: Evolution et créationnismes

histoire-fr.com dossier créationnisme

cite-sciences.fr -Le créationnisme contre la théorie de l'évolution

pseudo-sciences.org -Qu’est-ce que le créationnisme ?

erudit.org -Le déterminisme du hasard (voir canalisation du hasard et Christian De Duve)

automatesintelligents.com -Libre arbitre et Hasard intrinsèque (sur A New Kind of Science, de Stephen Wolfram)

 

 

4) Alors finalement, est-on là par hasard ou non?


 


 

 

 


Que conclure après ce tour d'horizon des questions relatives à l'évolution? 

     -Nous ne sommes pas contraints d'accepter une théorie unique qui serait le néodarwinisme.

     -De grands chercheurs dont certains se réclament encore du néodarwinisme soutiennent des concepts poussant à crédibiliser, sans le prouver le finalisme.

     -Une nouvelle théorie de la biologie est nécessaire, car nous pouvons déduire des faits, que d'autres forces s'exercent sur l'évolution que les processus darwiniens, mais nous ne savons pas lesquels (une conception de l'évolution se déroulant sous l'influence de formes préexistantes pourrait faire partie de cette nouvelle théorie). 

     -Toutes ces approches doivent se situer au sein de la science et de la biologie, ce qui n'est pas le cas de la majorité des positions des tenants de l'intelligent design, qui sont créationnistes ou néocréationnistes.

Quelles sont les réponses à la question est-on là par hasard?

     -Pour l'ensemble des darwiniens et malgré les subtilités développées par les darwiniens chrétiens, il est très probable que nous soyons là par hasard. 

     -Dans la conception de Christian de Duve, un être pourvu de conscience devait apparaître; nous avons eu de la chance qu'il s'agisse de nous. 

     - Pour Conway-Morris ou Michel Denton, nous ne sommes pas là par hasard, un hominidé pourvu de conscience devait apparaître un jour ou l'autre, d'une façon ou d'une autre. 

     -Rémi Chauvin ou Rosine Chandebois postulent l'existence d'un programme interne donc, non seulement nous ne sommes pas là par hasard, mais le moment de notre apparition était plus ou moins déterminé. 

liens: uip.edu -La biologie non Darwinienne : essai de typologie et analyse des implications philosophiques
larevuereformee.net -Rosine Chandebois: À propos du clonage : la science au secours de l’éthique
larevuereformee.net -Rosine chandebois: Réflexions sur le texte « l’usage thérapeutique du clonage et des cellules souches embryonnaires »

 

Les faits que nous avons vus semblent parler en faveur de conceptions telles que celles de Conway-Morris ou Michel Dentonce qui incite à penser que la nouvelle théorie de l'évolution (NTE), répondra de façon moins catégorique que le darwinisme à la question "sommes-nous ici par hasard?"

Après ce tour d'horizon de l'évolution, le prochain article sera consacré à l'examen du cerveau et de la neurologie.


17:49 Écrit par pascal dans notre existence a t elle un sens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/05/2013

12-1) Notre existence a t-elle un sens? 12-1)

 

Notre existence a t-elle un sens? 12-1) "Recherchons  Einstein de l'évolution (urgent). partie 1

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-telle un sens? 1) à propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan

Notre existence a-t-elle un sens? 2) Le désenchantement du monde (et de l'homme!)

Notre existence a-t-elle un sens? 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine"?

Notre existence a-t-elle un sens? 4) vers de nouvelles lumières.

Notre existence a-t-elle un sens? 5) première partie: Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (naissance de la mécanique quantique).

Notre existence a-t-elle un sens? 5) deuxième partie : Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (la non-localité).

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...première partie

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...deuxième partie

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 1) vous qui entrez ici perdez toute espérance ...

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 2) vous qui entrez ici perdez toute espérance...

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 1) le murmure du big bang...La deuxième fissure dans les théories classiques

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 2) Le murmure du big bang... la genèse du 

Notre existence a t-elle un sens? 9-1) Dieu revient très fort partie 1

Notre existence a t-elle un sens? 9-2) Dieu revient très fort partie 2

Notre existence a t-elle un sens? 10) où il fait plus noir que vous ne l'imaginez

Notre existence a t-elle un sens? 11 partie 1) Un point sur les articles déjà parus (la naissance de la physique quantique et la connaissance du réel)

 

Je consulte souvent aussi: astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

1) Prologue.

Les 11 premiers articles de cette série ont été consacrés à "ma lecture" des trois premiers chapitres de l'ouvrage de Jean Staune Notre existence a -t-elle un sens? Nous avons traité des questions fondamentales du chapitre 1 du livre (article 1 à 4): le désenchantement du monde (et de l'homme!), comment ébaucher un "traité de la condition humaine", allons-nous vers de nouvelles lumières? Puis nous avons longuement examiné le chapitre II: "qu'est-ce que le réel?" (articles 5 à 7) et le chapitre III: "d'où venons-nous? où allons nous?" (articles 8 à 11).  

Je n'ai pas écrit d'article au sujet du chapitre IV : "d'où venons-nous? où allons nous?" consacré aux théories de l'évolution. Mais je vais consacrer un article pour donner "ma lecture" du dernier paragraphe de ce chapitre: "recherchons Einstein de l'évolution (urgent!)."

 

 

2) NewtonDarwin > Ptolémée.


avevolution.blogspot.fr -Kallima inachus & Jean Staune

 

wikipedia.org -carte du monde: Ptolémée


Dans le chapitre 11 de son livre (Notre existence a -t-elle un sens?): "des histoires comme ça", Jean Staune analysé un certain nombres de faits qui montrent que le darwinisme (et aujourd'hui le néo-darwinisme) est devenu hégémonique. Tant de choses pouvaient soudain être expliquées grâce au couple mutation-sélection, qu'il fallait absolument que cela puisse tout expliquer. Il ne doit pas exister "d'espace" pour d'autres mécanismes agissant dans la nature selon des principes totalement différents.  

 


Pourtant, depuis 250 ans qu'il existe, le darwinisme est maintenant confronté à un certain nombre de difficultés. Si la sélection naturelle peut faire énormément de choses, elle ne peut toutefois pas faire apparaître la forme exacte d'une espèce de champignon sur les ailes du papillon Kallima (voir photo en entête du chap. 2), ni mettre au point un système de régénération du cristallin du triton ni faire ce que que est décrit dans d'autres exemples du chapitre 11 du livre de Jean Staune. Etant donné que les darwiniens ne veulent pas s'ouvrir à d'autres explications susceptibles de transformer notre vision du monde, ils racontent ainsi de jolies histoires qui n'ont rien à envier à celles de Kipling. Tous ces faits sont comme autant de trous dans la "chambre à air" du néodarwinisme et pour l'empêcher de se dégonfler, il faut en permanence coller des rustines ("les Histoires comme ça"), tout comme la théorie de Ptolémée a dû multiplier les "épicycles" afin de sauver la cohérence du système. 

La question qui se pose est: la théorie de Darwin est-elle du même niveau que celle de Ptolémée? Elle est d'importance, car la théorie de Ptolémée fait partie de la catégorie des théories fondamentalement fausses et elle a disparu, tandis que la théorie de Newton, a été appelée à être intégrée dans une synthèse plus vaste, la théorie de la relativité générale, passant ainsi d'un statut de "théorie absolue" à celui de "théorie expliquant des cas particuliers."

Darwin connaîtra-t-il le sort de Ptolémée ou celui de Newton. Je ne sais pas si Jean Staune a raison en pronostiquant que le théorie de Darwin se situe entre les deux et ne disparaîtra pas comme celle de Ptolémée parce qu'elle explique et continuera à expliquer de très nombreux faits et restera un outil très important pour comprendre le monde du vivant, mais elle sera remise en cause plus profondément que celle de Newton qui permet d'expliquer de façon relativement correcte le mouvement des corps célestes, car les faits qui ont été cités montrent que la théorie néodarwinienne est loin, dans son domaine de donner une explication aussi globale des mécanismes de l'évolution. Mais je sens, comme Jean Staune, qu'une nouvelle théorie de l'évolution est nécessaire, théorie qu'il nomme NTENouvelle Théorie de l'Evolution. C'est un Einstein qu'il faudrait trouver et non un Newton, car les éléments qu'on possède déjà montrent que la NTE sera aussi étrange et éloignée de nos concepts familiers que le sont la relativité générale et la physique quantique.

Si on suit alors Jean Staune sur les traces d'une telle théorie, il commence par un conte métaphorique qui permet de comprendre la situation actuelle.

Cela se passe sur la planète Pluton couverte à 100% de nuages, comme c'est le cas de Vénus. La vie existe et a conduit, par un remarquable phénomène de convergence, semblable aux idées émises par Simon Conway-Morris, à des êtres proches de nous mais adaptés (de façon darwinienne) aux grands froids qui règnent las-bas. Les changements climatiques ont donc une grande importance et toutes les religions tournent autour du climat: on prie les dieux depuis des milliers d'années pour que le climat se réchauffe. Mais un jour , un jeune scientifique, Dharles Carwin (le Charles Darwin de là-bas) fait le tour de Pluton et découvre, en mesurant la pression atmosphérique, l'existence de fronts froids et de fronts chauds. Il élabore une théorie révolutionnaire: l'alternance des périodes froides et chaudes est un phénomène chaotique lié aux affrontements entre des masses d'air froid et chaud et donc le froid n'a rien à voir avec une punition divine, ni le chaud avec une récompense. Une nouvelle science est alors fondée, la météorologie. Un siècle plus tard, les météorologues carwinistes sont capables de prédire le temps et surtout la température 3 à 4 jours à l'avance. La météorologie est enseignée dans toutes les écoles et parallèlement on assiste à l'effondrement des systèmes de croyance traditionnels.  

Reste que les météorologues se trompent assez souvent. Le fondamentalistes, adeptes d'une interprétation littérale de le religion selon laquelle ce sont les dieux qui régissent le climat, en profitent pour créer une école de pensée anti-météorologique. Ainsi, pour eux, chaque fois que les prévisions météorologiques sont erronées, c'est qu'une intervention de dieux a modifié le climat. Le débat fait rage sur Pluton. Mais un jour, un météorologue un peu excentrique, Dichael Manton (le michael Denton de Pluton), remarque que le climat sut Pluton était en moyenne plus froid il y a 200 ans (une durée équivalente à 200 années sur Terre) qu'à présent. Il affirme que des forces inconnues coordonnent le climat dans le long terme et que les météorologues carwiniens ne peuvent l'expliquer puisqu'ils font appel à des processus dus au déplacement aléatoire des masses d'air. Les carwiniens peuvent expliquer l'évolution du temps dans le court terme et non dans le long terme. Aussitôt il est dénoncé comme hérétique par les carwinistes. Postuler des forces inconnues! C'est une position digne de l'âge pré-scientifique! Et en plus, cela renforce les anti-météorologues dans leurs positions. Mais les idées de Menton font leur chemin et obtiennent l'adhésion d'un certain nombre d'anti-météorologistes et d'une minorité de météorologistes non carwinienne et ils créent ensemble un nouveau mouvement "l'intelligent climate" ("IC"). 

"L'intelligent climate" a peu de soutiens scientifiques, mais a un poids médiatique et prend la place de occupée auparavant par les antimétéorologistes purs et durs, qui tentent alors de remettre en cause quelques uns des acquis des carwiniens non seulement sur l'évolution à long terme du climat, mais sur son évolution à court terme, ce qui contribue à décrédibiliser le mouvement et à renforcer la carwinisme. 

Menton, lui, s'éloigne maintenant des supporters de l'IC. Il pense qu'ils vont trop vite en besogne en affirmant qu'un agent intelligent contrôle le climat dans le long terme. Il pense plutôt à une loi naturelle, une "horloge interne" à Pluton par exemple, avec un cycle de 250 ans qui agirait sur le champ magnétique qui, à son tour, agirait sur le climat. Comme il n'existe des relevés météorologiques que depuis l'équivalent de 250 années terrestre (puisque auparavant les variations du climat relevaient de la volonté divine), il faudra attendre longtemps (près de 500 années terrestres), pour que la notion de "cycles mentoniens" soit prise au sérieux. Il existe pourtant, sur Pluton, des périodes plus chaudes au terme d'une période équivalent à 250 années terrestres. 

Pendant ce temps, les écoles carwinniennes se développent, un énorme arsenal de simulations sur ordinateur (elles ont de gros moyens de recherches) qui donnent des résultats partiels que les carwiniens présentent comme suffisants pour prouver que le climat de Pluton peut être expliqué uniquement par par des mécanismes carwiniens.  

La clé de l'énigme, c'est, bien sûr, que Pluton met 248 ans pour tourner autour du soleil. En fait, ce que les plutoniens essayent de découvrir c'est le concept de saison. Mais ils n'ont pas la moindre idée que tout un univers existe à l'extérieur de leur planète, ils n'ont jamais vu le soleil ou la moindre étoile, et les différences de température moyennes entre été et hiver sont faibles et séparées par une durée largement supérieure à la vie humaine. Il faudra attendre que les plutoniens découvrent l'espace. 

cnrs.fr -big bang

En traversant les nuages, ils auront un choc identique à celui de l'humanité terrienne lorsqu'elle est passée d'un monde de petite taille à un Univers gigantesque composé de milliards de galaxies. Les scientifiques découvriront la théorie du big Bang et le principe anthropique et ils se reposeront à nouveau la question de l'existence de Dieu et de son action dans le monde, mais de façon infiniment plus subtile que que les "non-météorologistes". 
Cependant, les météorologistes carwiniens, eux qui voulaient lutter contre l'obscurantisme, apparaîtront maintenant comme des obscurantistes en évitant à leur société de revenir à des conceptions pré-carwiniennes. Ils ont en effet retardé de plusieurs siècles certains progrès dans les connaissances scientifiques. Quel paradoxe pour ceux qui, avec l'invention de la météorologie, avaient été à l'origine d'un progrès essentiel dans la vie des plutoniens.  
Pour faire un parallèle avec la Terre, on peut résumer ce conte:

-Les carwinistes correspondent aux darwiniens qui affirment que les mutations dues au hasard et à la sélection naturelle sont les principales forces qui dirigent l'évolution.

-Les météorologues non carwiniens correspondent aux biologistes évolutionnistes non darwiniens. Parmi eux, les "mentoniens" correspondent à ceux, qui comme Michael Denton (voir liens 1) sur-la-toile.com)Rémi ChauvinPierre-Paul GrasséChristian de DuveSimon Conway MorrisAnne Dambricourt  ou Jean Chaline, pensent que l'évolution est orientée ou est prévisible quand on la regarde sur une échelle de temps suffisamment grande. 

-Le mouvement IC correspond à l'Intelligent Design (ID) dont les tenants déduisent que, du fait que l'évolution est canalisée, voire orientée, elle est dirigée par un agent intelligent. Michael Behe postule qu'un concepteur intelligent a permis l'apparition des structures complexes sur Terre. La canalisation et l'orientation de l'évolution s'expliquera sans doute par  la découverte d'un niveau insoupçonné du réel et par son interaction avec le monde des être vivants. Ces découvertes ne fourniront certes aucune preuve de l'existence de Dieu, mais elles fourniront une vision du monde qui rendra les conceptions non matérialistes plus crédibles qu'elles ne l'étaient auparavant. 


Le premier point pour élaborer une nouvelle théorie de l'évolution (NTE) semble être: qu'est-ce qui constitue sur Terre et en biologie l'équivalent de la mystérieuse coordination du climat en météorologie sur Pluton? Ce sont les trois types de phénomènes décrits dans le chapitre 11 du livre de Jean Staune (des "histoires comme ça"):

-Ceux qui montrent que l'évolution est canalisée ou régulée par quelque chose (l'horloge moléculaire qui suit le temps astronomique, le passage des reptiles aux mammifères)

-Ceux qui montrent que des formes, voire des organes peuvent s'incarner ou se développer sans que la sélection naturelle y soit pour quoi que ce soit (le cristallin du triton, les papillons comestibles qui imitent les papillons comestibles, la présence d'une imitation d'uns espèce particulière de champignon sur les ailes du Kallima).

-Ceux qui plaident en faveur du néolamarckisme (les mutations adaptatives des bactéries, les callosités sur les genoux du phacochère...).

Il semble donc que trois sortes de théories seront nécessaires pour expliquer l'évolution: 

-Le néodarwinisme, théorie de référence pour expliquer la plupart des micro-évolutions et des adaptations. 

-Le néolamarckisme qui expliquera la raison pour laquelle, dans une situation donnée, des animaux survivent grâce à de nouvelles adaptations à un rythme beaucoup plus rapide que celui des schémas darwiniens. Mais néodarwinisme comme néolamarckisme seront incapables d'expliquer les grandes transitions ou les grandes tendances évolutives. 

-La NTE, elle, devra expliquer "la macro-évolution, qu'elle soit non graduelle, comme la naissance de monstres prometteurs (voir le chapitre 11) ou qu'elle soit graduelle mais canalisée, comme le passage des reptiles aux mammifères ou qu'elle regroupe ces deux types de processus, comme le passage des prosimiens à l'homme."

 

atoi2voir.com -Ancienne et nouvelle théories de l’évolution

teddygoldsmith.org -Vers une nouvelle théorie de l'évolution

passeurdesciences.blog.lemonde.fr -La théorie de l’évolution doit faire sa révolution
pst.chez-alice.fr -Une (nouvelle) théorie de l'évolution
books.fr/sciences -simon-conway-morris: La science de l’évolution reste inachevée
staune.fr -L’évolution a-t-elle un sens ? - Michael Denton
pseudo-sciences.org -L’Université Interdisciplinaire de Paris
persee.fr -évolution: une théorie en crise
cnrs.fr -big bang 

futura-sciences.com -Principe anthropique et minitrous noirs selon Jean-Pierre Luminet

asmp.fr -Le principe anthropique - Débat
1) sur-la-toile.com -Questions sur M. Denton et 2 objections au darwinisme
sciences/simon-conway-morris -La science de l’évolution reste inachevée 
psychologram.com -psychoévolution

 

3) De quels concepts disposons-nous déjà pouvant servir à ébaucher la NTE?

Fig 3 staune.fr -Introduction à la Biologie Non-Darwinienne

a) L'évolution de la vie serait "canalisée" vers des formes de plus en plus complexes amenant à l'existence d'être conscients. On doit ces conceptions à Christian de Duve et Simon Conway Morris. Elles partent du fait que le nombre de formes possibles dans la nature est bien plus réduit que ne le pensent les darwiniens. Le processus est un simple processus "d'exploration des possibles" par des voies darwinniennes. Mais, comme le nombre de possibles est assez limité, on est sûr de tomber dessus par hasard. L'évolution aurait certes pu être comme cela, due au seul hasard, mais l'existence de tendances qui se prolongent sur des millions d'années comme celles des  reptiles thériodontes (voir reptiles thériodontes), montre qu'il y a quelque chose de plus. Conway-Morris parle de "navigation de l'évolution d'une solution fonctionnelle à une autre". Pour lui, ce ne sont pas les possibilités dues au hasard qui sont limitées, c'est le "paysage évolutif" qui préexiste sous forme virtuelle et qui canalise les trajectoires évolutives vers des formes cohérentes et viables (des "noeuds stables de fonctionnalité"). Ce n'est donc plus un processus aveugle de d'exploration d'un nombre limité de possibles. On peut visualiser ceci en imaginant la structure d'un paysage constitué d'une montagne aux flancs couverts de ravins au sommet duquel on lance des billes. En fonction de la structure de ce paysage, on connait à l'avance l'ensemble des routes que peuvent parcourir des billes et les zones où elles n'iront jamais (dans les années 1950, Waddington a appliqué ce concept à la biologie sous le nom de "chréodes"). Conway Morris évoque aussi l'existence de très nombreuses convergences survenues au cours de l'évolution.

b) Selon les conceptions de Michael Denton et de D'Arcy Thompson, il existe des formes  platoniciennes ou des archétypes dans la nature et des lois mathématiques qui influent sur les formes des êtres vivants. Ici, les noeuds stables sont contenus dans les lois de la nature (les cristaux de neige ont 6 branches quelles que soient le complexité et la diversité de leurs formes). D'après Denton, ce serait le cas pour les protéines et peut-être pour les microtubules, voire les cellules. D'Arcy Thompson démontre que toute une série de structures dans la nature obéit à des lois mathématiques: les pommes de pin, les feuilles de tournesol, les coquilles de certains mollusques suivent une suite de Fibonnacci et les coquilles d'escargot ou les cornes de bélier un spirale logarithmique. Ces structures possèdent donc une logique sous-jacente. 

c) Les conceptions de Richard GoldschmidtStephen Jay Gould et Denis Duboule portent sur la nécessité de sauts dans l'évolution pour effectuer certains passages d'un type à l'autre. Si pour Conway Morris et Christian de Duve, il n'existe pas de différence entre micro et macroévolution, cela semble incompatible avec les constatations: la structure des fossiles déjà trouvés s'écarte fortement du gradualisme. Par ailleurs, plus génome est complexe, plus plus ses gènes interagissent en grand nombre et moins une transformation graduelle est possible selon Denis Duboule. et selon D'Arcy Thompson, le nombre de choses relatives aux êtres vivants est basée sur des formules mathématiques.  Or, on ne passe pas graduellement d'une structure mathématique à l'autre..

d) Le modèle de Vincent Fleury concernant l'origine des formes des être vivants est un autre concept à notre disposition.  Fleury a étudié les mécanismes physiques de la croissance des cristaux et les bases physiques du développement embryonnaire [...] Il a ainsi mis en évidence un mécanisme simple de formation des vertébrés  tétrapodes qui a de nombreuses implications scientifiques et philosophiques.

e) Les constatations des mathématiciens ou modélisateurs comme Marcel-Paul Schützenberger ou Pierre Perrier montrent que dans sa croissance vers plus de complexité, l'évolution suit un algorithme de contrôle optimal (algorithme allant vers un but intégré au processus et qui "connaît" le paysage dans lequel il évolue)."


liens: oumma.com -Mentir au nom de Dieu Par Jean Staune

oumma.com -Mentir au nom de Dieu (2/2) Les mésaventures des créationnistes avec les ancêtres de l’homme Par Jean Staune 

oumma.com -La remarquable découverte paléontologique d’Abderrazak El Albani

staune.fr -La question du Sens dans l’Évolution : La Biologie Non-Darwinienne et ses Implications Philosophiques

france-catholique.fr -DES-THERIODONTES-ET-DES-HOMMES

esc.cam.ac.uk -Simon Conway Morris Recherche: Early Evolution Métazoaires
uip.edu -Le non-darwinisme visionnaire de James Cameron
bien.vieillir.perso.neuf.fr -L’évolution de la vie : fruit du seul hasard ? Simon Conway-Morris,
scienceblogs.com -Simon Conway Morris’s :Life’s Solution:

genev.unige.ch -duboule et le développement génomique

www.asmp.fr -Modélisation et complexité


4) Quelques pistes pour une NTE?

google.fr -UIP

Ces éléments peuvent permettre de décrire quelques aspects d'une autre vision de l'évolution. Dans le paysage évolutif de la fig 3 ci-dessus, on peut remplacer les embranchements par des escaliers que les billes larguées au sommet de la montagne vont dévaler. Si elles roulent sur une marche, cela représente l'évolution darwinienne, puis, si elles tombent sur la marche suivante, cela représente une macromutation. Mais, comme la montagne est loin d'être aménagée, A certains endroits, il n'y a plus d'escaliers, mais un chemin en pente reliant deux escaliers (correspondant à des évolutions canalisées mais graduelles comme celles allant des reptiles aux mammifères). Il existe aussi des bifurcations où les billes peuvent choisir plusieurs chemins possibles et des murs qui correspondent à des animaux panchroniques qui n'ont plus de capacités à évoluer. 

Mais, comment passe-t-on d'un être A à un être B? Il existe deux grande catégories d'hypothèses (on aura peut-être besoin des deux à la fois). -Pour la première il s'agit d'un mécanisme très simple comme celui postulé par Vincent Fleury et qui échappe en partie à la génétique (voir le chapitre 11 du livre de Jean Staune pages 305-309). Les organismes seraient des entités holistiques globales et non pas des ensembles d'organes qui s'ajouteraient les uns aux autres par des inductions successives. L'ADN fournirait les "briques de bas" pour construire l'organisme, mais pour l'essentiel, le plan d'ensemble se constituerait tout seul grâce des écoulements, des pliages, des collisions, des poussées de tissus qui constituent l'embryon. Fleury parle "d'hypogénétique", de facteurs bien plus fondamentaux que la génétique et non plus "d'épigénitique", notion selon laquelle certaines caractéristiques des être vivants pourraient échapper à la dictature des gènes.  

-La seconde, un mécanisme très complexe, (comme pour les plutoniens avec les saisons) fait découvrir une dimension radicalement nouvelle du vivant. Si, contrairement à l'hypothèse de de Fleury, les formes se trouvent bien codées dans le génome, et si A et B sont deux formes préexistantes de la nature, il y a un lien entre ces formes archétypales et leurs génomes pour que, lorsque le génome de A connait une macromutation, celle-ci soit canalisée pour aboutir au génome de B. Lothar Shäfer suppose un mécanisme permettent de faire passer une molécule d'ADN de son état actuel à un nouvel état qui préexistait sous une forme virtuelle et correspond à un nouveau genre ou à une nouvelle famille. Pour lui, la "sélection naturelle" n'est pas la seule à diriger l'évolution, elle est contrôlée par la "sélection quantique". C'est ici une spéculation qu'on peut comparer à celle des "météorologues non carwiniens" de notre récit en ce qui concerne la cause des saisons. 

Nous sommes un peu dans la même situation que Darwin qui ne savait rien des lois de l'hérédité ni de la génétique. Mais cela ne l'a pas arrêté car il avait assemblé suffisamment de "pièces du  puzzle" pour voir qu'il y avait une cohérence entre toutes les autres pièces et que même s'il manquait une pièce essentielle, il en savait assez pour en déduire que les choses devaient se passer ainsi. Nous aussi avons de nombreuses pièces qui reposent sur des faits ou sur des théories. L'image d'ensemble montre qu'un mécanisme fondamental reste à trouver pour expliquer l'origine des êtres vivants. On peut être sûr qu'un tel mécanisme doit exister, même si on ne sait pas exactement à quoi il peut ressembler.  

Alors, dans le cadre d'une conception non darwinienne de l'évolution, l'apparition de nouveaux plans d'organisation est-elle aléatoire ou en partie réglée par un mécanisme? Nous avons vu que certaines mutations du génome sont sous l'influence d'une l'horloge réglée sur le temps cosmologique et donc externe au temps propre de l'organisme et que certaines évolutions sont tellement structurées qu'il est possible de montrer qu'elle obéissent à des lois mathématiques. Jean Chaline et Laurent Nottale  calculé sur le base des travaux de Anne Dambricourt que l'arrivée de l'homo-futurus, prochaine mutation de la branche humaine pourrait se produire dans 800 000 ans (pour ma part, je pense bien avant, au rythme où évoluent les nano-technologies et l'intégration homme-machine). 

Des phénomènes pouvant servir à mesurer le temps dans la nature (comme par exemple la vibration des atomes) pourraient être impliqués dans ce processus. Même si la date d'apparition de nouvelles espèces n'est pas programmée depuis le big bang, l'apparition de certaines d'entre elles semble obéir à des lois sous-jacentes. Parmi la multiplicité de ses mécanismes, on peut postuler qu'il y a une cohabitation de "causes": 

     -Le pur hasard et les apparitions sont totalement imprédictibles, à l'image de la désintégration d'un atome.

     -Des déclencheurs provenant de l'environnement.

     -Un compteur interne qui se déclenche après un certain nombre de générations. 

     -Un compteur externe réglé sur le temps astronomique.

Mais, même si l'apparition d'espèces est programmé, beaucoup de facteurs peuvent interférer. Il est possible que même si les calculs de Chaline sont exacts, l'homo futurus ne voit jamais le jour,(l'humanité peut s'exterminer dans une guerre thermonucléaire dans 1 000 ans, nous pouvons être détruits par un astéroïde dans 10 000 ans...). Il y a certainement des déterminations dans l'évolution, mais l'évolution n'est pas un phénomène dans lequel tout est déterminé. 

La future NTE sera sans doute très différente de ce qu'on peut esquisser aujourd'hui, car elle intégrera des phénomènes aussi impensables que ceux qui étaient inconnus de Darwin et sont  familiers maintenant. Mais elle devra intégrer la plupart des faits que "nous" avons analysés et que le darwinisme n'explique pas ou dont il ne tient pas compte, en leur donnant sans doute un éclairage différent. La plupart de ces faits plaidant en faveur d'une évolution canalisée, voire en partie prédictible, dans laquelle le hasard joue un rôle moins important que dans le darwinisme, Ce sera sans doute aussi le cas de la NTE. Mais ne tout état de cause, cette NTE devra être une théorie strictement scientifique et ne reposer sur aucun miracle.


Pistes de réflexion et nouvelles directions de recherche.

     -Une tâche fondamentale sera d'établir où se situent les plans d'organisation ou archétypes. Sont-ils au niveau des des embranchements (Dans ce cas, aucun plan nouveau n'est apparu depuis le cambrien il y a 540 millions d'années) ou sont-ils situés à un niveau moins global?

     -Autre domaine essentiel: l'étude des causes de mutation. Y a-t-il des mutations coordonnées par quelque chose comme l'horloge moléculaire ou des mutations adaptatives en réponse directe aux modifications de l'environnement?

     -Une voie de recherche sur l'origine des formes et des régénérations d'organes peut permettre de voir si des théories comme celles de Vincent Fleury sont exactes.

     -Il faudra élaborer une méthode capable de distinguer les situations (évolution due au hasard, évolution graduellement dirigée comme c'est le cas pour le passage des reptile aux mammifères, évolution non graduelle).

     -Il faut concevoir des outils capables de déterminer si si l'imitation d'un organisme par un autre est issue d'un processus darwinien (cas du Lampsilis) ou s'il y a réalisation d'une forme par des voies qui n'ont rien à voir avec la sélection. Une modélisation des processus darwiniens devrait pouvoir démontrer leurs limites et en quoi des algorithmes susceptibles d'expliquer l'évolution doivent intégrer un "non-hasard" contrairement aux algorithmes postulés par Daniel Dennett et Richard Dawkins

     -Un autre sujet d'étude sera le lien entre la biologie et la physique quantique.

     -Mais le plus grand défi qui attend la NTE sera sans doute de: 1) Déterminer les espèces ayant une capacité à évoluer et celles qui l'ont perdue. 2) Déterminer quel pourrait en être le stade futur pour celles qui l'ont perdue. 3) Trouver le moyen, s'il existe, de déclencher le mécanisme permettant l'évolution de l'espèce vers l'état prédit. Un excellent candidat pour cette démarche pourrait être le "gobie marcheur", un poisson periophtalme qui possède une sorte de poumon rudimentaire. Il semble qu'il ait conservé la potentialité à évoluer de ses lointains cousins. Rémy Chauvin réclame depuis des années la réalisation d'expériences pour voir s'il est possible qu'un gobie engendre un jour quelque chose qui sorte de l'eau, mais aucune n'a encore été faite, alors des milliers de chercheurs travaillent sur les mutations des mouches drosophiles ou des bactéries, dont on sait qu'elles n'ont connu aucune évolution depuis des dizaines de millions d'années (cela rappelle l'histoire de la personne qui cherche ses clés la nuit sous un lampadaire, non parce qu'elle les a perdues à cet endroit, mais parce que c'est le seul endroit où il y ait de la lumière).


A suivre...prochain article: Notre existence a t-elle un sens? 12-2) "Recherchons  Einstein de l'évolution (urgent). Partie 2


actu-science.nouvelobs.com -évolution, des reptiles aux mammifères

18:04 Écrit par pascal dans notre existence a t elle un sens | Lien permanent | Commentaires (2) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

11-2) Notre existence a t-elle un sens? 11 partie 2)

 

Notre existence a t-elle un sens? 11 partie 2) Un point sur les articles déjà parus

(l'infiniment grand et l'origine de l'Univers)

 

 

Cette série d'articles dans la catégorie "notre existence a t-elle un sens"? est  l'expression de  ce que j'ai écrit dans la présentation de mon blog: "Les merveilles de la nature me fascinent. Mes réflexions: le sens de l'Univers et de l'existence. En moi, il y a deux mondes: le monde extérieur du "faire"et le monde de l'intérieur, non conscient, mais tout autant réel. Ma devise: l'essentiel, c'est l'amour, amour du sacré. Mes modèlesJésus (l'amour),Pythagore (la mathématique), Einstein (la physique)".

Je voudrais faire partager la lecture du livre de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens,  avec mes réflexions et les liens qu'elle m'a permis découvrir à travers internet. Ma quête est de retrouver (avec Jean Staune), le réenchantement du monde au cours des articles.


Mes articles déjà parus dans cette rubrique:

Notre existence a-telle un sens? 1) à propos de la préface du livre par Trinh Xuan Thuan

Notre existence a-t-elle un sens? 2) Le désenchantement du monde (et de l'homme!)

Notre existence a-t-elle un sens? 3) Comment ébaucher un "traité de la condition humaine"?

Notre existence a-t-elle un sens? 4) vers de nouvelles lumières.

Notre existence a-t-elle un sens? 5) première partie: Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (naissance de la mécanique quantique).

Notre existence a-t-elle un sens? 5) deuxième partie : Au-delà de cette limite, notre vision du monde n'est plus valable (la non-localité).

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...première partie

Notre existence a t-elle un sens? 6-1) Vers un réalisme non physique...deuxième partie

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 1) vous qui entrez ici perdez toute espérance ...

Notre existence a t-elle un sens? 7 partie 2) vous qui entrez ici perdez toute espérance...

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 1) le murmure du big bang...La deuxième fissure dans les théories classiques

Notre existence a t-elle un sens? 8 partie 2) Le murmure du big bang... la genèse du 

Notre existence a t-elle un sens? 9-1) Dieu revient très fort partie 1

Notre existence a t-elle un sens? 9-2) Dieu revient très fort partie 2

Notre existence a t-elle un sens? 10) où il fait plus noir que vous ne l'imaginez

Notre existence a t-elle un sens? 11 partie 1) Un point sur les articles déjà parus (la naissance de la physique quantique et la connaissance du réel)

 

Je consulte souvent aussi: astrosurf.com -UNE INTRODUCTION A LA PHILOSOPHIE DES SCIENCES

 

 

I-1) Faisons une halte dans cette série d'articles pour faire le point sur ma lecture de cette première partie de l'ouvrage de Jean Staunenotre existence a-t-elle en sens.

Je fais cette halte en deux étapes. Dans une première étape, j'ai résumé les articles au cours desquels nous avons assisté à la naissance de la science qui a finalement abouti à un désenchantement du monde. Nous nous sommes intéressés à la physique quantique, à l'infiniment petit et à la connaissance en nous posant la question "qu'est-ce que le réel?". 

Maintenant, dans la deuxième partie de cette halte, nous allons examiner l'infiniment grand et l'origine de l'Univers.

 

I-2) Commençons l'aventure par l'Article 8 partie 1: Le murmure du big bang...La deuxième fissure dans les théories classiques

     1) La deuxième fissure. Nous avons vu dans l'article 5) première partie que le déroulement de la science était plutôt serein au point qu'en 1900Lord Kelvin annonçait que la fin de la physique était proche. Pourtant, il était préoccupé par deux petits "nuages sombres", deux problèmes encore inexpliqués: l'expérience de Michelson et Morley et celle du rayonnement du corps noir. Or ces deux petits nuages deviendront deux tornades qui balayeront les conceptions de la physique de NewtonLe problème du rayonnement du corps noir que nous avons vu dans l'article 5) constituait le premier nuage sombre et la première fissure. Il a aboutit à la révolution conceptuelle qui a engendré, comme nous l'avons vu, la physique quantiqueQuand au deuxième nuage sombre, l'autre fissure, elle va, elle aussi, avoir des conséquences qui vont transformer le faille en gouffre, ce qui va achever de jeter à bas la belle muraille que formait la science classique. Il s'agit des l'expériences faites par Albert Michelson en 1881 puis  par Edward Morley en 1887.

Les conceptions de Newton avaient remporté des succès ininterrompus durant près de deux siècles et avaient été érigées en principes absolus et admises d'autant plus facilement qu'elles correspondaient au sens commun.Elles avaient été érigées en principes absolus et admises d'autant plus facilement qu'elles correspondaient au sens commun (à l'exception de la gravitation, force invisible qui exerce une attraction instantanée et supposée transmise par un support nommé"éther"). Les mouvements des corps se déroulaient dans l'espace qui servait de référentiel absolu. Un observateur (dans le vide stellaire) y est un observateur "absolu" s'il est à l'arrêt, il peut connaître la "vraie" vitesse de tous les mouvements. De même le temps est "absolu". Quelle que soit notre position et notre vitesse, un évènement aura le même durée. Mais pour les corps en mouvement, celui-ci est relatif.

la Terre tourne autour du soleil et il devrait donc être possible dans cet espace absolu de mettre en évidence cette rotation par des mesures (formule de composition des vitesses)Ainsi,  Albert Michelson eut l'idée de mesurer la vitesse de la lumière dans deux directions orthogonales mais, contrairement à ce qu'on observe dans la vie courante où les vitesses s'ajoutent vectoriellement, toutes les mesures donnaient le même résultat, quelle que fût la direction (vitesse de la lumière +/- vitesse de la Terre = vitesse de la lumière). Ce résultat ne sera compris qu'en juin 1905, lorsqu'un "expert technique de troisième classe" de l'office fédéral des brevets de Berne publiera dans les Annales de la physique un article au titre anodin ("sur l'électrodynamique des corps en mouvement" par Albert Einsteinmais au contenu révolutionnaire". C'était la naissance de la théorie de la relativité restreinte

Einstein y affirmait les deux principes suivants: 

  -"Toutes les lois de la physique traitent les différents mouvements de la même façon. C'est le "principe de relativité". Le temps, l'espace, le mouvement sont ainsi relatifs. ils dépendent du référentiel dans lequel se trouve l'observateur."

     -"La vitesse de la lumière (300 000 km/s) est une constante universelle." Cette constance de la vitesse de la lumière explique en premier lieu l'échec de l'expérience de Michelson et Morley et elle permet surtout de comprendre que l'espace et le temps "conspirent" pour que cette vitesse soit toujours la même.

Et cela implique 

     -qu'il n'y a pas d'espace absolu: on ne peut mesurer le mouvement d'un corps par rapport à un espace absolu, il n'y a donc pas d'.éther, tout mouvement est relatif.

     -Qu'il n'y a pas de temps absolu: le temps s'écoule différemment pour des observateurs qui ne voyagent pas à la même vitesse.

     2) Le paradoxe des jumeaux. L'histoire du voyageur de Langevin a immortalisé ce paradoxe de la relativité restreinte qui heurte toujours le bons sens. Une description et analyse est à voir dans techno-science.net"Le paradoxe des jumeaux est une expérience de pensée en relativité restreinte imaginée par Paul Langevin en 1911 [...]. Plus de détails: lArticle 8 partie 1 au chapitre 2.  

On ne parle plus maintenant que "d'espace-temps" à la suite d'Herman Minkowski, qui fut avec Einstein et Poincaré un des pionniers dans ce domaine: "désormais, l'espace en tant que tel et le temps en tant que tel sont voués à disparaître comme des ombres, et seule une certaine union des deux conservera une certaine réalité". Après avoir énoncé les bases de cette théorie en 1905, Einstein consacra les dix années suivantes à cette intégration, parvenant à élaborer la théorie de la "relativité générale", certainement le sommet de son oeuvre. 

    3) Un monde dans lequel les masses ont la propriété de déformer le vide(canal-u.tv/video -la relativité générale)

membres.multimania.fr -courbure de l'espace-temps

 

     a) La relativité générale est encore bien plus étrange: elle postule que les masses déforment l'espace et le temps. elle postule que les masses déforment l'espace et le temps. l'image qui est souvent prise est celle d'un drap que deux personnes tiennent de façon qu'il soit tendu. Si on pose dessus une boule de billard, elle va s'enfoncer dans le drap. L'espace à deux dimensions qu'est le drap va se "courber". Si on jette ensuite une bille sur le drap, elle va tomber dans l'entonnoir creusé par la boule de billard et tourner autour d'elle, en s'enfonçant aussi,  mais beaucoup moins car elle est plus légère. 

Pour les corps célestes, c'est la même chose.

La Lune tourne autour de la Terre car elle est en quelque sorte "piégée par le trou que la Terre a creusé dans l'espace-temps. Elle avance en ligne droite mais comme l'espace autour d'elle est courbé par la présence de la Terre, elle ne peut que tourner autour de cette dernière le long dune ellipse sur les parois du puits (En termes plus scientifiques, La relativité générale est fondée sur des concepts radicalement différents de ceux de la gravitation newtonienne. Elle énonce notamment que la gravitation n'est pas une force, mais la manifestation de la courbure de l'espace (en fait de l'espace-temps), courbure elle-même produite par la distribution de l'énergie, sous forme de masse ou d'énergie cinétique, qui diffère suivant le référentiel de l'observateur

     b) Les preuves de l relativité générale. La première preuve fut fournie par l'éclipse de soleil de 1919.,On sait que dans un espace plat (euclidien),la lumière utilise toujours le chemin le plus court pour aller d'un point à un autre. Mais dans un espace courbé, c'est une ligne courbée qu'on appelle géodésiqueLors de l'éclipse, on compara la photo d'une partie du ciel au moment où l'éclipse se produisait, avec une photo de la même partie du ciel prise la nuit. Grâce à l'éclipse, on a pu voir des étoiles situées "derrière" le soleil, c'est à dire dont les rayons lumineux doivent, pour nous parvenir, passer à proximité du soleil. On constata alors que la position de ces étoiles par rapport aux autres étoiles avait varié, comparativement à la position qu'elles occupaient toutes les nuits avant l'éclipse. Il fallut se rendre à l'évidence, le soleil avait bel et bien déformé l'espace autour de lui. Une autre victoire concerne l'explication d'un des rares phénomènes que n'expliquait pas la théorie de Newton: l'avance du périhélie de MercureCe point se décale sur l'orbite de Mercure d'une façon que, contrairement aux autres planètes, les lois de Newton ne permettent pas d'expliquer. La méthode utilisée par Le Verrier  en 1846  pour la découverte de Neptune, fut utilisée pour expliquer les anomalies de mercure, mais elle est restée vaine. La bonne explication est donnée par la relativité générale, dont c'est  ainsi une deuxième victoire. 

Depuis lors; les succès ont été en s'accélérant, le GPS étant une des réalisations rendues possibles par la relativité générale. 

 

I-3) Le murmure du big bang...la genèse du big bang:résumé de l'Article 8 partie 2.

     1) La genèse du big bang.

     a) Où l'on découvre que l'Univers est en expansion.

En développant son modèle de la relativité générale sur le gravitation, Einstein s'est rendu compte avec effroi qu'il prédisait... une expansion de l'UniversMais il n'a pas osé aller jusqu'au bout de ses équations, et il dira plus tard que c'est la plus grande erreur de sa vie. En effet, en 1922, un jeune physicien russe, Alexander Friedmann, publia (dans les annales de la physique) un article décrivant des modèles d'univers en expansion. Il  y décrit trois types d'évolution dans le temps de l'Univers, impliquant notamment une singularité initiale

     b) Une controverse sur la nature de l'Univers. 

Pendant ce temps, un jeune physicien belge, Georges Lemaître assiste à la résolution d'une controverse essentielle sur la nature de l'Univers (à voir dans l'ouvrage de Jean-Pierre Luminet "L'invention du Big bangKant avait postulé que les nébuleuses observées étaient des "univers-îles" contenant d'innombrables soleils comme le nôtre. Les moyens d'observation se perfectionnant, Edwin Hubble put démontrer en 1924 que que certaines nébuleuses en forme de spirale sont situées à l'extérieur de notre galaxie. Ce sont les "céphéides", étoiles dont l'éclat varie périodiquement, qui ont permis la démonstration (voir l'Article 8 partie 2 chap. 2 b): Hubble démontra que les céphéides de la galaxie d'Andromède étaient à 2 millions d'années-lumière de nous (notre galaxie a un rayon de 100 000 années-lumière). 

Une deuxième révolution lui succéda en 1925, lorsque , grâce au télescope du Mont WilsonHubble put mesurer le spectre des galaxies et se rendre compte qu'elles s'éloignaient toutes de nous à grande vitesse. A l'exception des galaxies proches telles Andromède, les spectres de toutes les galaxies sont décalés vers le rouge, donc elles s'éloignent de nous. Et plus une galaxie est éloignée, plus elle s'éloigne rapidement. La proportionnalité entre la distance et la vitesse d'une galaxie, s'appelle maintenant la loi de loi de Hubble (la constante de Hubble donne l'âge de l'Univers). Elle fut énoncée en 1929 par Hubble, mais Georges Lemaître avait publié cette loi en 1927, en en donnant lui, une explication: "c'est parce que l'Univers est en expansion, que plus une galaxie est éloignée de nous, plus plus elle s'éloigne rapidement. Si on "rembobine" le film, on voit donc toutes les galaxies se rapprocher les unes des autres". Lemaître en déduira logiquement que "nous pourrons sans doute concevoir le début du monde sous la forme d'un atome unique dont le poids atomique est la masse de l'Univers entier. Cet atome instable se serait divisé d'une façon analogue aux corps radioactifsC'est donc l'acte de naissance du Big Bang.

C'est alors qu'un troisième homme entre en scène le russe Georges GamowIl prédit, en 1946, que si le big bang avait eu lieu, il devait exister un rayonnement de fond "résiduel". Mais ce n'est qu'en 1965, que les astronomes Arno Penzias et Robert Wilson découvrirent accidentellement en 1965 le fond diffus cosmologique cette trace fossile du Big Bang.

     2) Les autres preuves du big bang... un changement de paradigme de la cosmologie.

     a) Les preuves du big bang par l'observation.

Très vite, après ces découvertes, le paradigme de la cosmologie changea et le big bang devint la théorie standard. Les astrophysiciens trouvèrent de nouvelles preuves en sa faveur:

-La nucléosynthèse primordiale.

-La théorie du big bang permet d'expliquer pourquoi il fait noir la nuit (le paradoxe d'olbers).

-L'âge de l'Universsi l'on considère que la vitesse de récession des galaxies est constante au cours du temps, alors il est possible d'estimer quand la matière qui a formé une galaxie donnée était dans notre voisinage immédiat (au moment du Big Bang). Actuellement, les derniers résultats donnent un âge proche de 13,7 milliards d'années.

 -L'âge des plus vielles étoiles. Plus une étoile est massive, plus elle brûle rapidement son combustible nucléaire et moins elle vit longtemps. L'analyse des étoiles observées dans l'Univers montre que les plus anciennes ont entre 13 et 16 milliards d'années. 

-L'âge des plus vieux atomes. Le thorium 232qui  a une période de 14 milliard d'années  a permis d'évaluer l'âge de plus vieux atomes de l'univers entre 10 et 17 milliards d'années.

     b) La théorie et les grands accélérateurs de particules.

Nous savons (aujourd'hui) que 4 forces fondamentales existent dans l'Univers: force nucléaire forteforce électromagnétiqueforce gravitationnelleforce nucléaire faibleLa théorie nous dit que si nous remontons très tôt dans le temps, il n'y aurait plus que deux forces, la force forte fusionnant avec la force électro-faible (à 10-35 seconde à une température de 1032 Kelvin). En remontant encore plus loin, on devrait assister à l'unification de toutes les forces. Mais là, les modèles théoriques manquent. La gravitation est décrite par la théorie de la relativité, alors que les trois autres forces sont du domaine de la physique quantique, ces deux grandes théories refusant de se "marier". Leur unification dans une éventuelle "gravitation quantique" est le graal de la physique actuelle.

     c) La limite de Planck. En "rembobinant le film à l'envers", depuis l'infiniment grand, nous sommes arrivés au big bang et au mur de Planck. Il semble qu'il ne puisse pas exister de temps plus court que 10-43 secondes. ni d'espace plus petit que 10-35 m dans notre Univers. 

     d) Ainsi on peut  résumer l'histoire de l'Univers actuellement: à 10-43 secondes, l'Univers avait un diamètre de 10-35 m et une température de 1032 degrés. Toute l'énergie qui existe aujourd'hui était déjà présente dans ce point singulier, rien n'a été "ajouté" depuis. Ce modèle initial du big bang, qui semblait bien établi dans les années 1980 a cependant dû faire face à deux problèmes majeurs. 

     3) Premier problème. Pourquoi l'Univers est-il si homogène?

C'est pour résoudre le problème de l'horizon ainsi que le problème de la platitude qu'Allan Guth développa en 1980 la théorie de l'inflation: "il dota le big bang d'un véritable bang, plus explosif que celui auquel quiconque aurait pu s'attendre". Jonh Barrow explique dans "Les origines de l'univers" que "Si une telle accélération est possible, l'intégralité de l'Univers visible peut provenir de l'expansion d'une région suffisamment petite pour avoir pu être traversée par un signal lumineux depuis le début de l'expansion. Son homogénéité et son isotropie sont alors compréhensibles".

     4) Deuxième problème. Pourquoi l'Univers n'est-il pas totalement homogène?

Il fallait que de très légères inhomogénéités existent, sortes de grumeaux, embryons des futures galaxies afin de pouvoir expliquer la structure actuelle de l'Univers. Et c'est bien le cas! En 1992, le satellite COBE a analysé depuis l'espace la structure du rayonnement de fond (voir le chapitre I-2 1 b) dans toutes les directions. Le résultat montre que la température varie de quelques cent millièmes de degrés entre les zones les plus sombres et les z