12/02/2015

Bonne année depuis mon nouveau lieu de résidence Bourg Saint-Maurice - Les Arcs

 

Bonne année depuis mon nouveau lieu de résidence Bourg Saint-Maurice - Les Arcs


 

 



 

wikipedia.org -Bourg-Saint-Maurice

lesarcs.com -bourg saint maurice les arcs

skiinfo.fr -les arcs bourg saint maurice -la station

guidesdesarcs.com -les arcs: via ferrata

balade-en-montagne.com -randonnées classiques

balade-en-montagne.com -les arcs ballades en montagne

.balade-en-montagne.com -montagne/boucles/boucle

 

 

Nostalgie: une vue de notre balcon à Aix les bains avant notre déménagement.

 

 

 

 

 

Ca y est, deux mois de préparation m'ont conduit ici, à Bourg Saint Maurice qui mène aux stations de ski des Arcstignes et Val D'isère. Apès avoir passé 3 ans à Annecypuis deux ans à Aix les bains, je retrouve ici la nature et les premières émotions du village de mon enfance. Découvrons d'abord le pays avant les grandes randonnées que je me promets pour le printemps. J'ai le plaisir de présenter à tous maintenant que je suis un peu stabilisé mes meilleurs voeux pour 2015, voeux de santé, bonheur satisfaction de vos désirs es espoirs et partage de l'amour.


Les arcs

Les arcs

Les arcs

Les arcs

 

 


Le départ du funiculaire vers Bourg Saint Maurice

 

 


De mon balcon, je vois un paysage assez merveilleux, surtout avec les premières neiges de janvier 2015.

 

 A notre arrivée après la tempête du 28 décembre 2014

 

 

 
 

 


Puis la neige fond à basse altitude.





 


Depuis le mois d'octobre, nous avons avec nous Mozart, le fils présumé de Lou, le chien de mon fils disparu en juillet 2014 au pays basque. Je dirais que c'est plutôt Mozart qui a adopté sa Maîtresse vu la façon  dont il s'est mis immédiatement dans ses bras, dés qu'on l'a vu alors qu'il n'était pas encore sevré.

 

 

Mozart bébé

 

Mozart à trois mois


Mozart chez sa mère

 

 

 

 

 

 

Mozart grandit si vite! le voici à trois mois alors qu'on était encore à Aix les Bains.


Mozart à 3 mois

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

Nous voici maintenant à Bourg Saint Maurice, Mozart a quatre mois.

 

 

Le lac de Bourg

 

Le lac de bourg

 

Sur les hauteurs de Bourg Saint Maurice

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

11:33 Écrit par pascal dans a propos de moi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/12/2012

Une de mes passions: la peinture

 

Aujourd'hui pour ce noël 2012, je réactualise ma page "mes peintures" et je souhaite un joyeux Noël à tous.

 


 


D'où vient mon goût pour la peinture?


Il en 2009, j'ai subi un AVC dont je me suis bien remis et curieusement, je me suis découvert un goût pour la peinture alors que rien ne m'y prédisposait. J'étais plutôt porté sur la découverte scientifique de la nature. Mais je sentais depuis mon plus jeune âge un émerveillement (voir ma page "les minéraux"). En effet je n'ai jamais considéré la science uniquement dans son aspect purement explicatif et descriptif , mais je l'ai toujours fondée en moi sur l' étonnement (philosophique) et l'émerveillement. Cela explique peut être ce goût pour sa beauté et le respect que je lui voue.

C'est sans doute lié au fonctionnement du cerveau. Dans mes lectures, j'ai retenu les explications que donnent certains penseurs et scientifiques sur  la "complémentarité" cerveau droit/cerveau gauche.

 

Mes peintures sont très imparfaites et maladroites, mais elles me permettent de m'exprimer et j'aime bien ces moments où je suis dans un autre monde. Je ne pense alors qu'à l'instant présent, avec tout mon matériel étalé et je me concentre pour essayer de transformer émotions et pensées en traits de pinceaux et couleurs. Mais si jusqu'à maintenant, le résultat n'est pas souvent à la hauteur de mes attentes la joie de peindre est toujours aussi intense

 

 

Pour commencer, voici quelques vidéos avec lesquelles j'ai commencé à me familiariser avec la peinture à l'huile. 

 

 

 

 

fall river partie 1

 

 

fall river partie 2

 

 

fall river partie 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wonderful seascape partie 1

 

seascape partie 2

 

 

seascape partie3

 

 

 

 

montagne partie 1

 

montagne partie 2

 

 

montagne partie 3

 

 

 

 

 


Ma première peinture huile: le village de mon enfance: Jumilhac le Grand en Périgord.

 


 

Jumilhac le grand: le château.

 

 

 

  "

 

 

 

/ 


 

Un aperçu de mes autres peintures:

Huiles 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aquarelles

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gouache

 

 

 

Acrylique

 

 

 

 

 

 

 

 

22:23 Écrit par pascal dans a propos de moi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

20/09/2012

Ma première cueillette

Intermède dans mon blog: ma première cueillette

 

Depuis mon arrivée il y a un an, voici une partie de ma première cueillette de champignons à Aix les Bains. 




 


C'était hier. Aujourd'hui, il y a encore des cèpes:


 


Le troisième jour:


 

 

18:28 Écrit par pascal dans a propos de moi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/06/2012

je quitte annecy


www.villa-rivalin.com/villa_rivalin
(cliquez sur photos aix les bains)

 

La clé du bonheur.


Ca y est, j'ai déménagé. Ma nouvelle ville devient Aix les Bains, toujours dans les Alpes, pas très loin d'Annecy. Dans un prochain article je montrerai les photos anciennes du train du Revard.


Je découvre ici les bienfaits du thermalisme et la beauté d'un lac qu'a chanté Lamartine à qui est dédiée "la colline des poètes."




Le lac

Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
Ne pourrons-nous jamais sur l'océan des âges
Jeter l'ancre un seul jour ?

Ô lac ! l'année à peine a fini sa carrière,
Et près des flots chéris qu'elle devait revoir,
Regarde ! je viens seul m'asseoir sur cette pierre
Où tu la vis s'asseoir !

Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
Ainsi le vent jetait l'écume de tes ondes
Sur ses pieds adorés.

Un soir, t'en souvient-il ? nous voguions en silence ;
On n'entendait au loin, sur l'onde et sous les cieux,
Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
Tes flots harmonieux.

Tout à coup des accents inconnus à la terre
Du rivage charmé frappèrent les échos ;
Le flot fut attentif, et la voix qui m'est chère
Laissa tomber ces mots :

" Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
Suspendez votre cours :
Laissez-nous savourer les rapides délices
Des plus beaux de nos jours !

" Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
Coulez, coulez pour eux ;
Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
Oubliez les heureux.

" Mais je demande en vain quelques moments encore,
Le temps m'échappe et fuit ;
Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l'aurore
Va dissiper la nuit.

" Aimons donc, aimons donc ! de l'heure fugitive,
Hâtons-nous, jouissons !
L'homme n'a point de port, le temps n'a point de rive ;
Il coule, et nous passons ! "

Temps jaloux, se peut-il que ces moments d'ivresse,
Où l'amour à longs flots nous verse le bonheur, 
S'envolent loin de nous de la même vitesse
Que les jours de malheur ?

Eh quoi ! n'en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
Ne nous les rendra plus !

Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
Que vous nous ravissez ?

Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
Vous, que le temps épargne ou qu'il peut rajeunir,
Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
Au moins le souvenir !

Qu'il soit dans ton repos, qu'il soit dans tes orages,
Beau lac, et dans l'aspect de tes riants coteaux,
Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
Qui pendent sur tes eaux.

Qu'il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
Dans l'astre au front d'argent qui blanchit ta surface
De ses molles clartés.

Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
Que les parfums légers de ton air embaumé,
Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire,
Tout dise : Ils ont aimé !


De 1816 à 1830, Lamartine (1790-1869) a séjourné huit fois à Aix-les-Bains.

C’est au cours de son premier séjour, du 6 au 26 octobre 1816, à la Pension Perrier, qu’il rencontre la passion. Elle se nomme Julie Charles, de six ans son aînée, épouse de l’illustre physicien Jacques Charles. Julie est logée dans la chambre qui jouxte celle de Lamartine. Le 10 octobre 1816celui-ci la sauve d’un naufrage au cours d’une tempête sur le lac du Bourget. Il écrira : «j’ai sauvé avant hier une jeune femme qui se noyait, elle remplit aujourd’hui mes jours». Ensemble, ils parcourent les sites du Bourget. Puis ils se séparent et se reverront à Paris. voir la suite la colline des poètes.


"Les premiers thermes" photo ci-dessous:

Around the IIIth century BC, some Celtic tribes – the Allobroges – came in the area and benefited yet of the sulphated and calcic water. In the Ist BC, the Romans founded Aquasense and created the first thermal therapeutics baths. The first thermal spa was developed in Aix les Bains during the XIXth century.




Géographie et carte d'Aix-les-Bains :

 

L'altitude de la mairie d'Aix-les-Bains est de 240 mètres environ. La superficie d'Aix-les-Bains est de 12.62 km ². La latitude d'Aix-les-Bains est de 45.694 degrés Nord et la longitude d'Aix-les-Bains est de 5.909 degrés Est. Les villes et villages proches d'Aix-les-Bains sont : Tresserve (73) à 2.09 km, Mouxy (73) à 2.42 km, Brison-Saint-Innocent (73) à 3.11 km, Pugny-Chatenod (73) à 3.36 km, Grésy-sur-Aix (73) à 3.66 km.

(Les distances avec ces communes proches d'Aix-les-Bains sont calculées à vol d'oiseau - Voir la liste des villes du département de la Savoie)


 


lac du bourget - rive est

 

Lac du Bourget (lake of Bourget):It is the largest natural lake of France, C'est le plus grand lac naturel de France, chacune de ses berges a sa propre atmosphère : avec Aix-les-Bains la rive orientale est davantage balnéaire, plus construite, la route longeant les berges.

La rive ouest est plus sauvage, avec des pentes raides qui plongent vers le lac, des bois et des routes sinueuses.

Le tour du lac est très riche en panorama et édifices. Du mont du Chat au sud-ouest et au sommet du Molard Noir, on profite d'un très beau panorama.Dans un cadre naturel très reposant, l'abbaye royale de Hautecombe sur la rive occidentale abrite la plupart des souverains de la maison de Savoie ainsi que le dernier Roi d'Italie Umberto II.

L'origine du bâtiment remonte au XIIe siècle.

 



Abbaye de Hautecombe

C’est la nécropole des Princes et Ducs de Savoie. Elle est toujours en activité (pour son aspect abbaye, pas nécropole !) puisqu’elle héberge une communauté mixte de religieux et de laïcs modernes. On ne peut pas en faire le tour et seule une petite partie est ouverte à la visite. C’est dommage, on ne peut pas acceder au lac.

On y voit les diverses sépultures de la famille de Savoie. Pièce remarquable : une statut de marbre d’une des bienfaitrice du bâtiment, où le sculpteur a été jusqu’à rendre les moirés des étoffes, les piqûres dans le cuir des gants et la trace des ongles à travers le gants.




Pas de séjour à Aix-les-Bains sans une petite visite du Casino Grand Cercle, créé en 1847, qui vaut le coup d’œil avec son théâtre romantique à la française et des plafonds de mosaïques du Vénitien Salviati !

A voir aussi les thermes nationaux, construits à partir de 1777 par le roi Victor-Amédée III et agrandis en 1932. Le nouveau bâtiment de style Art Déco possède notamment un hall et deux cabines de luxe classées monuments historiques.

Les amateurs d’art ne manqueront pas la visite du musée Faure, qui accueille une collection de peintres impressionnistes (Cézanne, Degas, Pissarro, Bonnard, Marquet…) et la deuxième collection en France de Rodin, soit plus de 30 sculptures.

Autour du lac, rendez-vous à l’abbaye d’Hautecombe, chef d’œuvre du style gothique troubadour et mausolée des princes de la Maison de Savoie. Elle surplombe le lac depuis le XIIème siècle et possède une chapelle des Princes et une grange batelière d’une belle austérité cistercienne.

Profitez du calme et du silence offerts par le petit prieuré du Bourget-du-lac, fondé au XIème siècle, avec sa crypte romane et son jardin à la française, et allez jeter un coup d’oeil au château de Thomas II de Savoie.

 


L’église Notre-Dame d'Aix-les-Bains est une église construite dans un style d'inspitation byzantine à la fin du XIXe siècle. Le bâtiment prend la forme d'une croix. La croisée des transepts supporte une coupole. Son clocher de couleur verte, à cause de l'oxydation de sa couverture, est fait de bois, sa tour s’élève à 55 mètres au-dessus du parvis. On peut également contempler ses voûtes en berceau simple qui, pour leur part, sont plutôt d’inspiration romane. Le chemin de croix, en cours de classement à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, provient d’Espagne, d’où il a été ramené par le général Forestier, lors des campagnes de Napoléon. Quant aux tableaux des douze apôtres, classés depuis 1976, et conservés dans le chœur, ils proviennent certainement d’Italie, d’après les expertises, et seraient du XVIIe siècle. Cet édifice domine de ses hauteurs la ville aixoise. Il est très présent dans la vie quotidienne des habitants. Son parking se transforme durant la semaine en parking public et ce en raison de son emplacement central dans le tissu urbain.


 

Historique: Le projet de construction débuta dans les années 1875 sur les instances du curé Pavy. L’Église Notre-Dame, paroisse de l’Assomption se trouve dans le Centre ville d'Aix-les-Bains. Un concours d'architectes fut organisé pour la concevoir l'édifice religieux et fut remporté par Arthur Bertin. La construction fut confié à l'entreprise Bonna qui débuté les travaux en 1890 pour se terminer en 1892 bien qu'en réalité des modifications fut encore apportées jusqu'en 1905.

 




 


10:25 Écrit par pascal dans a propos de moi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

A propos de moi


Qui suis-je?

 


A PROPOS DE MOI

 

La clé du bonheur.

NOTRE SOURCE: LE BING BANG

 

 

 

 

 

 

TOUT SUR ANNECY
La ville que j'ai quitté en 2011: Annecy dans les Alpes, près du Mont Blanc, de Genève et de la Suisse.

 

Le pont des Amours.

 

 

Peinture: le Lac d'Annecy.

 

 

Je suis en ballade.

 

 

Survol d'Annecy.

 

A quelques kilomètres d'Annecy: Le Semnoz

 

 

Après une vie d'activité, je suis retraité. Depuis toujours je suis toujours émerveillé par les mystères de la nature et de la vie. Dans mon enfance, un ami de la famille m'avait offret un livre qui a marqué mon imagination et et sans doute orienté le sens de ma vie: "les merveilles de la nature. Depuis, j'ai toujours réfléchi au sens de l'univers et de l'existence. J'ai été attiré par la science, au cours de mes étudeset dans ma vie, je n'ai vu que l'aspect explicatif et d'utilisation pour la domination du monde. Il ne traduit pas l'émotion que je ressent face à la nature, même si les sciences neurologiques croient tout en dire par ce côté "explicatif"..


C'est pourquoi je cherche à partager mes réflexions et mon questionnement qui n'a pas de fin. J'ai décidé de l'exprimer par mon blog car il me permet à la fois de m'assurer de mes connaissances en les écrivant et de les confronter aux autres en les enrichissant.

 

Mon blog se concentre sur trois topics:

Les limites de la connaissance, en passant par la physique quantique, la cosmologie et bien entendu les mathématiques.

Les grands mythes de l'humanité, en particulier la Bible et le mythe de l'Atlantide.

La spiritualité et le développement de soi.

Mes passions dominantes à l'heure actuelle: La peinture et les minéraux.

 

Je dédie ce blog à mes enfants qui nous ont permis, à ma femme et à moi-même, de réaliser le mot Amour. Avec bien des difficultés, des aléas et des retournements certes, je pense qu'ils sont sur leur "chemin" de réalisation d'eux-mêmes. J'ai eu un AVC en 2009 et ma vie a été complètement transformée. Je vois maintenant clairement que l'éducation n'est pas seulement donner à ses enfants des biens matériels, des méthodes pour avoir un emploi, des connaissances ... C'est surtout donner tout en s'effaçant, être présent sans les "étouffer". C'est pourquoi une de mes lectures, le "Baiser de Dieu" d'Annick de Souzennelle acquiert pour moi une importance et une signification que je ne soupçonnais pas.

 

 

Trois de mes peintures:

Le château de Jumilhac - village de mon enfance - peint par moi à l'huile.

 

 

Un  essais  à l'huile

 

 

 

Autre essai: nu (pastel)

 

 

10:20 Écrit par pascal dans a propos de moi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/12/2011

Ma peinture huile: le village de mon enfance:

Ma peinture huile: le village de mon enfance:


 

la dordogne

 

 

 

châteaux - Jumilhac


Je me suis bien remis d'un AVC il y a deux ans, en 2009, mais ma vie en a été complètement bouleversée. Les cardiologues pensent que mon cerveau s'est en partie reconstruit, car je n'ai que des séquelles apparemment mineures. Par contre, je me suis découvert un goût pour la peinture que je ne me connaissais pas. Je pense que c'est un "éveil" du cerveau droit, plus porté sur l'art. Auparavant, le cerveau gauche était sans doute dominant par la logique, le logos, le calcul et tout ce qui fait la science. Cette découverte de l'art me rassure, j'ai peut-être un meilleur équilibre entre l'intuition, la partie féminine de l'être et le raisonnement, le calcul, le formalisme de la raison logique.

Le résultat, je le vois dans ces deux tableaux du village de mon enfance, Jumilhac le Grand en Périgord que je reproduis ici. Leur valeur artistique est certainement faible, mais pour moi, ils ont une valeur "spirituelle" et traduisent une manifestation de l'esprit" qui m'anime.


Quand j'y repense, je crois qu'à Jumilhac j'avais déjà ce goût dans mon enfance. J'avais reçu en cadeau d'anniversaire le livre "les merveilles de la nature", livre magnifique s'il en est. Je l'ai gardé toute ma vie. C'est là que j'ai eu une fascination pour ces merveilles qui constituent l'essence et le titre de mon blog. Je ne me lassais pas des images d'astronomie, comme celle d'une éclipse de soleil, de paléontologie avec les dinosaures,  des plantes, d'animaux...

J'y ai appris les notions  qui m'ont permis d'approcher la science. Mais je dessinais et coloriais ces images, je faisais des "cartes postales de paysages de neige... J'ai conservé le goût de la science, mais, avec l'âge, j'étais insatisfait par les dessins. Je croyais ne pas être "à la hauteur" et je m'en suis lassé, jusqu'à... mon AVC.

 


 

 

 

Le château de Jumilhac

 

 


Et là, dans ce petit village, je regardais les saisons, les nuages, l'Isle et ses rives, les oiseaux, en bref, la nature. Au printemps: les fleurs, en été: la moisson avec les premières batteuses des années 1950 et les orages, en automne: les tapis de feuilles mortes, en hiver: la neige et les dessins de cartes postales...

 

Présentation de Jumilhac et d'abord le château.


présentation du château: best-of-perigord.tm.fr/sites:

Tout comme Saint-Yrieix à 12 kilomètres, le Château de Jumilhac formait, aux marches du Limousin et du Périgord, une ligne de défense lors des incursions sarrasines, wisigothesnormandes et anglaises (1190), sans oublier la Guerre de Cent Ans. Maintes fois reconstruit et agrandi, il fut remanié à la Renaissance et couvert (1600) de ces toitures qui font aujourd'hui sa réputation. Ces cônes, poivrières et pyramides, ornés de faîtières aux allégories seigneuriales et alchimiques, sont uniques en France et font de Jumilhac la "Perle Noire" du Haut Périgord.

Au XVIIème, les murs d'enceinte, les tours carrées de défense avancée et les dépendances furent transformés avec faste en corps de logis et de réception, donnant à la demeure des Marquis de Jumilhac (1655), splendeur et magnificence. Grand salon lambrissé, parqueté à la Versailles et animé de scènes de chasse, escalier d'apparat Louis XIII, salle à manger aux rosaces en pisée, cuisine aux cuivres en batterie, jardins thématiques en terrasse, (or et alchimie)... contrastent avec l'atmosphère austère de la Chambre de la Fileuse, Louise de Hautefort, incarcérée pendant 30 ans dans le donjon féodal.


Extrait de  titelive.centerblog.net:

"Le château (XIII-XVIIème siècle), classé monument historique, est l’âme du village car il fut protégé de la Révolution par les habitants du bourg. Uniques en France, ses toitures féeriques ornées de faîtières aux allégories seigneuriales et alchimiques inspirèrent le graveur Gustave Doré qui les qualifia comme étant   « les plus romantiques de France ».

Dressé sur un éperon rocheux il domine la haute vallée de l’Isle. Nous vous invitons à venir découvrir ses salles aux boiseries et meubles d’époque, ses toiles peintes (scènes de chasse…), sa fameuse batterie de cuisine en cuivre, sa légende de « la fileuse » et à vous délasser en visitant ses jardins en terrasse rénovés sur des thèmes liés à l’histoire du château : l’Or et l’alchimie.
C’est aussi un des lieux de tournage du film « Le Pacte des Loups » de Christophe GANS sorti en janvier 2001 qui retrace la légende de la bête du Gévaudan. "


A propos de l'orpaillage

L'Isle est un affluent aurifère réputé de la Dordogne. Cette rivière modeste draine le secteur minier de St Yriex la Perche en Limousin, parcourant les départements de la Haute Vienne et de la Dordogne près de riches aurières exploitées dès l'époque gauloise par des mineurs fort habiles, il y a 2500 ans. De nombreux cours d'eau du Limousin charrient eux aussi des paillettes d'or

Dans le département de la Dordogne, entre Coulaures et le lieu-dit Vauriac, aux toponymes évocateurs, avant de confluer avec la Loue, elle même aurifère, l'Isle dépose des placers d'alluvions à l'intérieur des courbes de son cours. Il faut aussi évoquer le site du Bourneix, maintenant épuisé.


 

 

Les gens racontaient dans mon enfance l'histoire de la princesse de Jumilhac que son seigneur avait enfermé, prisonnière dans un chambre du château durant pratiquement toute sa vie, par jalousie. On  dit qu'elle l'avait trompé! C'est l'histoire de "la fileuse" qui nous faisait peur.

Et, en allant à l'école, je passais tous les jours devant la maison où Eugène le Roy. était percepteur entre 1872 et 1873:

Eugène Le Roy (périgourdin célèbre), est le fils d'un couple de domestiques du baron Ange Hyacinthe Maxence, baron de Damas, ancien ministre, propriétaire du château d'Hautefort. Leur emploi force ses parents à le placer en nourrice chez une paysanne des environs. Ses souvenirs d'enfance marqueront fortement son œuvre future, dans laquelle abondent les enfants abandonnés, comme dans beaucoup d'autres romans contemporains.

Le hasard des nominations dans l'administration des Contributions a amené Eugène Le Roy à Jumilhac-le-Grand, où il a séjourné et exercé ses fonctions entre 1872 et 1873. Il a habité une fort belle maison, au coin de la place du Château, maison qu'on peut toujours voir, et sur laquelle fut apposée une plaque commémorative lors de la Félibrée de 1933. C'est à Jumilhac que notre percepteur rencontra celle qui deviendra son épouse : la postière de la commune, descendante d'une vieille famille locale, les Peyronnet. Outre cet événement heureux, on peut penser, sans grande audace, que c'est aussi sur place qu'il trouva une partie de l'inspiration de son premier roman, Le Moulin du Frau 1.

Mais on le connait plus pour son roman Jacquou le croquant dont a été tiré un film qui a eu beaucoup de succès succès. Mais j'ai été un peu déçu et je ne m'y suis pas retrouvé par rapport à mon ressenti depuis mon enfance.

Le Roman : « Jacquou le Croquant » raconte l'histoire d'un enfant imaginé par Eugène Le Roy et basée sur des faits et des lieux réels. Publié en 1899, l'action se passe en 1830 dans la forêt Barade et décrit la lutte d'un jeune paysan en révolte contre la misère due à l'oppression du seigneur de l'Herm : le comte de Nansac.

Commencé en mars 1896, le roman est achevé en mai 1897et publié en 1899. C'est un récit sur la forêt Barade mais il évoluera peu à peu vers la révolte d'un petit paysan orphelin contre les nobles qui accaparent toutes les richesses.
L' Histoire : L'histoire commence en 1815 (Napoléon 1er est alors exilé à Ste Hélène), à Combenègre, pauvre métairie dépendant des terres de l'Herm, où les Ferral sont métayers du comte de Nansac. Suite au meurtre de Laborie, régisseur du château, Martissou, son père, est condamné aux galères où il meurt peu après.
Marie, obligée de quitter Combenègre se réfugie dans une masure à Bars, où minée par les trajets et le peu de travail trouvé, meurt à son tour.
Jacquou est seul au monde, orphelin; il a 9 ans. Désormais seul au monde, il s'en va par les chemins glaner un peu de travail çà ou là ; affamé le plus souvent, dormant dans les fossés, il échoue à Fanlac et s'endort au pied du vieux puits sur la place, épuisé. [ Parcours de Jacquou ]
Le curé du village, Bonal, le recueille et entreprend son éducation ; peu à peu Jacquou se remet mais il n'oubliera jamais l'injustice qui ont fait mourir ses parents. A la mort du bon curé Bonal, Jacquou qui fréquente Lina, prend le métier de charbonnier avec son ami Jean, il braconne aussi quelque fois dans les bois du comte. Un soir il se fait prendre par les gardes du comte qui l'enferment dans les oubliettes du château ; ne voyant plus son ami et le croyant mort, Lina se jette dans le Gour (gouffre prés de Thenon) ; pendant ce temps le chevalier de Galibert, ami de Bonal, délivre Jacquou en menaçant le comte de représailles avec la justice. Jacquou est libéré mais, en apprenant la mort de sa belle, il rassemble autour de lui tous ceux qui ont eu à se plaindre du comte, et Dieu sait s'ils sont nombreux ; un soir ils incendient le château : Nansac est ruiné, Jacquou jugé et libéré. Il revient à l'Herm où il se marie et reprend son métier tranquille de paysan.
(Plus de détails sur Jacquou dans le blog "diogene.ch")

 

Jumilhac le bourg, vue sur la descente qui mène "aux Croix Bancaud", à la maison de mon enfance.

 

La rue des Croix Bancaud, la maison de Louis et Marie, nos voisins, devenue chambre d'hôtes.

le gite de "la Croix bancaud"

 

Jumilhac le château illuminé.

 

 

 

le château: salon

 

 

Le château: la chambre de la fileuse



Face au chateau en venant de la mairie

 

Jumilhac les bords de l'Isle

C'est la vue que j'avais à 100 mètres de chez moi. On racontait qu'à l'intérieur du château il y avait des oubliettes dans lesquelles les prisonniers  étaient jetés. Ils y passaient le restant de leur courte vie. Avec les copains, on en frémissait d'horreur.

 

 

 

le château en 1900

 

Jumilhac 1900:

 


jumilhac 1900: la descente vers l'Ile (la rivière) et ma maison

La descente n'a pratiquement pas changé. L'urbanisation n'y a pas eu de prise. Je retrouve une nature "sauvage", celle des "merveilles de la nature" . Tout en bas, se trouve l'Isle (l'Isle), qui a bercé mon enfance. C'est là que j'allais pêcher les gardèches et les goujons. Mon oncle ramenait même des écrevisses. Je devais rentrer pour manger au "coup de sifflet" de mon père. Que de souvenirs (je devrais les écrire?). Par contre, la rivière a depuis lors, été "empoisonné par la pollution. Il y a les mines d'or de Saint-Yrieix, où le mercure a été utilisé, d'après ce que j'ai su depuis. j'ai aussi découvert depuis les mines d'or du limousin Maintenant, l'Isle est quasiment une rivière morte.

 

 

 

Jumilhac les bords de l'Isle près de chez moi (mon lieu de pêche)

Je regarde avec nostalgie merveilleuses photos de l'Isle qui me rappellent mes 10 ans .

 

 

L'Isle en amont de Jumilhac

 

 

jumilhac 1900: l'avenue du château

 

 

 

Jumilhac 1900, la place  (elle était vivante, avec les paysans, sans touristes, comme dans mon enfance.

 

 

 

Jumilhac, le château en 1900.

Comparez la vue actuelle et ma peinture avec cette photo!




 

 

 


jumilhac 1900: la mairie n'existait pas encore.

20:54 Écrit par pascal dans a propos de moi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/11/2011

D'où me vient mon goût pour la peinture?

D'où vient mon goût pour la peinture?


Il en 2009, j'ai subi un AVC dont je me suis bien remis et curieusement, je me suis découvert un goût pour la peinture alors que rien ne m'y prédisposait. J'étais plutôt porté sur la découverte scientifique de la nature. Mais je sentais depuis mon plus jeune âge un émerveillement (voir ma page "les minéraux"). En effet je n'ai jamais considéré la science uniquement dans son aspect purement explicatif et descriptif , mais je l'ai toujours fondée en moi sur l' étonnement (philosophique) et l'émerveillement. Cela explique peut être ce goût pour sa beauté et le respect que je lui voue.

C'est sans doute lié au fonctionnement du cerveau. Dans mes lectures, j'ai retenu les explications que donnent certains penseurs et scientifiques sur la "complémentarité" cerveau droit/cerveau gauche.

 

Dans l'article libellé "peinture et fantastique" (Ma passion pour la peinture. Vidéos vues sur la toile web) j'ai inséré quelques vidéos qui m'ont beaucoup appris sur l'art de peindre.



 

 

 

 

Ma peinture huile: le village de mon enfance: Jumilhac le Grand en Périgord.

(Voir mon article: Ma peinture huile - le village de mon enfance: Jumilhac le Grand en Périgord.)

libellé peinture et fantastique.


Jumilhac le grand: le château.

 



"ma peinture huile-le village de mon enfance: Jumilhac le Grand en Périgord".

 

 

 

/


 



Un aperçu de mes autres peintures:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

nu: aquarelle



nu: pastel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma vision de Venise.

 

nature morte (trois couleurs de base)

 

 

Nature morte (terre d'ombre naturelle)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22:59 Écrit par pascal dans a propos de moi | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : peinture | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook